Preview 2022 – Kansas City Royals : Dont Stop Believin’

Les Royals continuent leur montée en puissance. Après 3 saisons compliquées, le club de Kansas City s’est rapproché d’un bilan à l’équilibre en 2021 avec un total de 74 victoires pour 88 défaites. Surtout, le club a pu tester ses jeunes pousses et ainsi faire entrevoir des jours meilleurs à ses supporters. En 2022, l’objectif sera le même, faire engranger de l’expérience à ses jeunes et pourquoi pas tenter un hold up en accrochant une wildcard. Vu le talent, ce n’est pas hors de portée. Encore faut-il se défaire d’une Division AL Central, très serrée et indécise. Mais, les Royals au sommet, c’est pour bientôt, continuez d’y croire, fans des Royals !

Les Royals en postseason ? Et pourquoi pas ? Photo : DR

La saison 2021

Du côté des Royals, on attaque 2021 avec un peu plus d’espoir que les saisons précédentes. Un recrutement ambitieux (Carlos Santana, Andrew Benintendi ou Mike Minor), des jeunes qui frappent fort à la porte de l’équipe fanion (Lynch, Kowar, Singer, Witt Jr etc..) et on se met à rêver d’aller retrouver la saveur du baseball automnal ! Et le début de saison va venir confirmer ces aspirations. Le mois d’avril est une véritable marée bleue avec 15 victoires en 24 matchs et une première place de la division. Mais malgré quelques joueurs d’expérience, il ne faut pas oublier que cette équipe est encore très jeune (29.5 d’âge moyen pour les batteurs et seulement 27.8 pour les lanceurs).

Du coup les bourgeons d’avril vont vite faner et la suite de ce début de saison va vite faire déchanter les fans. Le mois de mai se termine sur un triste 39% de victoire avant l’hécatombe. Que dis-je le terrible mois de juin. Seulement, 7 petites victoires à se mettre sous la dent et les espoirs pour cette saison s’envolent définitivement alors que l’été approche. Pourtant le reste de la saison sera à l’équilibre, mais ces deux mois là ont été un boulet trop lourd à trainer. Dommage.

Pour sa 2e saison en MLB, Kris Bubic, 24 ans a montré d’énormes progrès. Il est l’un des nombreux jeunes lanceurs prometteurs des Royals. Photo : Jay Biggerstaff-USA TODAY Sports

Pour se consoler, les fans auront pu avoir un petit avant gout de leur futur. Puisque le club a profité de cette saison 2021 pour faire monter en MLB pas mal de ses pépites. C’est ainsi que les lanceurs Brady Singer (27 ans, 4.91 d’ERA), Daniel Lynch (24 ans, 5.69 d’ERA), Kris Bubic (23 ans, 4.43 d’ERA), et Jackson Kowar (24 ans, 11.27 d’ERA) se sont frotté aux joutes des grands avec plus ou moins de réussite. Mais plus important que les stats, c’est que ces lanceurs ont engrangé de l’expérience pour le futur. Et cela pourra se montrer important par la suite. Pour les encadrer, le front office avait opté pour deux joueurs très expérimentés et qui connaissent la maison. Mike Minor, 33 ans, 5.05 d’ERA, 149 SO et qui aura surtout servi de « mangeur d’innings » pour le club. Ainsi que Danny Duffy, 2.51 d’ERA, et auteur d’un début de saison canon avant de se blesser en juillet et de manquer toute la fin de la saison.

Vous l’avez donc vu il y a eu du bon chez les starters, avec Duffy et Bubic, et du moins bon. Et bien vous reprenez cette recette et vous l’appliquez au bullpen. Un groupe composé de jeunes lanceurs et de vétérans. On a ainsi assisté à la confirmation de deux jeunes lanceurs aux postes de fin de matchs. D’abord Scott Barlow, 4e saison et un ERA de 2.42 avec 16 sauvetages au compteur. Ainsi que Josh Staumont, 3e saison, un ERA de 2.88 et 5 sauvetages. Ces deux-là devraient se partager les 8e et 9e manches. On peut aussi souligner les bonnes sorties de Richard Lovelady (un des meilleurs noms de la MLB) qui du haut de ses 25 ans, a sorti un ERA de 3.48, et Carlos Hernandez (24 ans, 3.68 d’ERA), qui après des débuts dans le bullpen, a terminé la saison dans la rotation en étant encore meilleur.

Ces derniers ont été encadré par des vétérans et des anciens du club comme Wade Davis (6.75 d’ERA), Greg Holland (4.85) et Ervin Santana (4.68). Mais on va pas se cacher que le bullpen des Royals n’a pas été la force majeure du club et statistiquement il s’est classé au 19e rang de la MLB en terme d’ERA collectif.

Whit Merrifield est devenu l’un des visages de la franchise des Royals. En sortant des stats d’All-Stars et en ne manquant aucun matchs sur ces 3 dernières saisons. Photo : DR

Pour l’attaque là aussi, le club avait une politique claire. On encadre les jeunes avec des joueurs d’expérience. Et là aussi on a eu le droit à du très bon et du très mauvais. Par exemple pour ce dernier, Jorge Soler, très puissant avec 13 HRs pour les Royals mais une moyenne au baton abyssale de .193. Il a été envoyé à la trade deadline aux Braves, et on connait la suite (il sera élu MVP des World Series). On peut également citer le retour raté de Jarrod Dyson (.221 de batting) ou bien la saison plus que moyenne de Carlos Santana (.214/19 HRs/69 RBIs).

Entre les deux, on trouve des joueurs comme Benintendi (.276/17 HRs/76 RBIs) et le dragster Adalberto Mondesi (.221/.256 de présence sur base et seulement 15 bases volées) dont la saison a été marquée par de nombreuses blessures. Et enfin les satisfactions, elles viennent comme d’habitude des deux mêmes hommes qui semblent porter la franchise depuis quelques années. On commence par le polyvalent Whit Merrifield, en tête de l’alignement et leader de vestiaire. Il sort une saison en .277/ 10 HRs/ 77 RBIs et surtout .317 de présence sur bases et 40 bases volées (meilleur total de l’AL). Il aura également joué l’intégralité de la saison en ne manquant aucun match. D’ailleurs cela fait 3 ans, qu’il n’a pas manqué un seul match de son équipe tout en étant un élément indispensable aux siens. Un vrai capitaine. Et ce n’est pas pour rien que son nom est revenu avec insistance à la trade deadline. Mais LE joueur de la saison côté Royals, c’est bien le receveur Salvador Perez. Après une saison blanche en 2019 et une saison de reprise 2020, Salvy est revenu à son meilleur niveau voir même plus. On pourrait même dire qu’il a connu une saison à écrire dans les livres d’histoire. Mais on y reviendra.

Ces deux joueurs ont quand même bien caché le fait que l’attaque des Royals était loin d’être au niveau de la ligue. 27e en nombre de HR (163 dont 48 par le seul Perez), 24e en points marqués mais 9e en moyenne au bâton. Cette équipe est une équipe à l’ancienne. C’est à dire qu’on ne mise pas sur la puissance mais bien sur la présence sur base. Malheureusement, il manquait d’un producteur de points, un joueur capable de faire rentrer les fusées comme Merrifield, Mondesi ou Nicky Lopez.

La saison 2022

On l’a dit dans la section précédente, le pitching des Royals a de beaux jours devant lui. Surtout avec comme mentor un lanceur comme Zack Greinke, qui fait officiellement sont retour dans la franchise de ses débuts. Un magnifique apport d’expérience pour cette jeune rotation. Cette dernière devrait être composée de Zack Greinke, Brady Singer, Brad Keller, Kris Bubic et Carlos Hernandez. Avec en plus dans les starting blocks, Daniel Lynch et Jackson Kowar qui vont en attendant ronger leur frein en triple A. Et il ne faut pas oublier Asa Lacy, drafté en 4e position lors de la draft 2020 et qui devrait avoir un grand rôle à jouer dans cette équipe dans le futur. On parle de son arrivée pour Septembre au plus tôt et surement 2023.

Brady Singer a montré des progrès pour sa première saison complète et on espère qu’il pourra capitaliser la dessus. Et c’est un peu le mot d’ordre pour cette rotation. Continuer son apprentissage de la MLB. Que ce soit les bons moments et ceux plus compliqués. Malheureusement le bullpen devrait une nouvelle fois être un peu faible pour espérer quoi que ce soit. Même si le front office a tenté de le renforcer en tradant pour Amir Garret et en signant Taylor Clarke. Mais même avec eux, ainsi que Barlow et Staumont, il n’y a pas tout de même pas grand monde pour rivaliser avec les ogres de l’AL Central et de l’American League.

Du coup la politique est claire, on repart avec les même, en continuant de donner du temps de jeu à nos jeunes. On aura donc les mêmes problèmes que la saison dernière en attaque aussi. A moins que celui qui est attendu comme le Messie ne change la donne.

Le joueur à suivre 

Bobby Witt Jr, la plus belle pépite des Royals, devrait enfin faire ses débuts en MLB. Photo DR

Et oui celui que tout Kansas City attend depuis sa draft (2e choix en 2019) devrait enfin faire ses débuts en 2022. Bobby Witt Jr a tout écrasé en Ligues Mineures, et il n’a plus rien à prouver. Après avoir terminé 2019 en Rookie Ball, le fils de Bobby Witt (un lanceur correct de MLB entre 1986 et 2001) est directement envoyé en double-A en 2021. 61 matchs, .295 à la batte, 16 HRs et 44 RBIs plus tard, il est déjà envoyé en Triple A. Et le résultat et le même : .285, 17 HRs et 55 RBIs. Sans l’arrêt des Ligues mineures en 2020, le garçon serait déjà avec les grands. On s’attendait d’ailleurs à le voir passer le bout de sa tête, en fin de saison, mais les Royals qui n’avaient rien à jouer, ont préféré le laisser s’aguerrir encore un peu plus en Triple A (Ou plutôt, ils ont joué avec son service time afin de s’offrir une année en plus au salaire rookie mais c’est un autre débat).

Déjà auteur d’un Spring Training 2021 titanesque, Witt Jr sera de retour en 2022 avec les dents longues et devrait cette fois avoir sa chance en MLB. Ce ne sera pas au poste d’arrêt-court, son poste de prédilection mais bien en tant que 3e base qu’il devrait gouter à la MLB. Entre Mondesi et la révélation Lopez, le poste est « lock » alors que la 3e base est un poste à l’abandon depuis le départ de Moustakas. Pas de panique Junior semble déjà à l’aise à ce poste et s’y est entrainé durant toute la saison 2021.

S’il parvient à translater ses stats des Ligues Mineures en MLB, il fera entrer les Royals dans une autre dimension, eux qui ont désespérément besoin d’un frappeur capable de produire des points. Considéré comme un 5 tool player et Classé comme 3e meilleur prospect de la MLB, il y a des chances qu’il y parvienne.

La Star

Déjà legende du club, Salvador Perez est encore un peu plus entré dans l’Histoire des Royals mais aussi de la MLB en 2021. Photo : Staff The Athletic

Evidemment que ce sera Salvador Perez. Le receveur déjà iconique des Royals est entré un peu plus dans la légende en 2021 en nous sortant une saison All-time. Alors qu’en 2020 tout le monde critiquait son contrat de 82 millions, pour un joueur de 31 ans au poste le plus demandant du baseball. D’autant qu’il sortait d’une saison 2019 blanche.

Salvy a faire taire toutes les critiques de la plus belle des manières. Au club depuis 2011, vainqueur des World Series en 2015, 7 fois All-Star, 5 Gold Gloves, c’est pourtant en 2021 qu’il signe sa plus belle année. En sortant .273 à la batte ainsi que 48 HRs (meilleur total de la MLB) et 121 RBI (meilleur total de la MLB), il a tout simplement été historique. Il a ainsi battu le record de Johnny Bench pour le plus grand nombre de Home Runs frappés par un receveur en une saison.

Il a également égalé le record de HR frappé sur une saison par un Royal et est également devenu le 2e meilleur frappeur de longues balles de l’HISTOIRE de la franchise derrière l’icone absolue, George Brett. D’ailleurs vous pouvez en savoir plus sur Brett et la franchise des Royals dans notre podcast En Toute Franchise que vous pouvez retrouver en cliquant ici

Bref Salvy a sorti une saison historique pour au final ne terminer que 7e au classement MVP. Mais, le plus important c’est qu’il est en train de devenir l’un des plus grands Royals de l’histoire et que son influence sur et surtout en dehors du terrain ne peut être que bénéfique pour les jeunes pousses de l’équipe. Pour 2022, c’est tout de même peu probable qu’il réitère cette performance, lui qui n’avait jamais franchi la barre des 27 HRs. Mais déjà s’il se maintient à 27 HRs tout en parvenant à rester en bonne santé toute la saison et ce sera déjà un grand plus pour les Royals.

Notre prono

Pour résumer, les Royals en 2022, c’est on prend les mêmes et on recommence. On y incorpore nos jeunes prometteurs et on voit si la sauce prend tout de suite ou pas. Personnellement, je pense que 2022 sera encore un peu court pour qu’on voie les Royals jouer un rôle majeur dans la division central. Surtout que les White Sox semblent bien au dessus, et que les Tigers sont eux-aussi sur la pente ascendante, et ont passé la seconde avec un gros recrutement. Cleveland reste Cleveland et les Twins ne peuvent pas être aussi nul que la saison dernière.

Les Royals qui eux n’ont pas bougé, devraient truster la dernière ou l’avant dernière place, mais en proposant du jeu intéressant. Et surtout en engrangeant de l’expérience pour la suite. Car l’objectif des Royals, c’est 2023 voir 2024. Donc fans des Royals … attendez encore un peu et continuez d’y croire. Et puis ce sera tellement serré en Central que l’on n’est pas à l’abri d’une surprise…

(La rédaction et l’auteur n’est pas responsable, si vous avez cette chanson dans la tête après la lecture de cette preview)

Le Prono TSO : 5e, 72-90

Projection Fangraphs : 5e, 74-88


2 réflexions sur “Preview 2022 – Kansas City Royals : Dont Stop Believin’

Laisser un commentaire