World Series ‘19 – Astros vs Nationals, le match des franchises

Ce fut long à se décider dans l’Américaine mais on connaît désormais les deux participants aux World Series 2019. Une affiche inédite entre une équipe récemment titrée, les Houston Astros, et une franchise qui a glané son premier trophée en remportant la NL, les Washington Nationals. C’est donc un nouveau match des franchises, entre deux équipes qui ont bâti l’essentiel de leur gloire dans la présente décennie. Qui l’emportera entre deux clubs qui ont encore une grande histoire à écrire ?

astrosnats
Les deux mascottes des World Series 2019 – Bob Levey/Getty Images

Ancienneté

Houston Astros : L’aventure des Astros débutent en 1962 durant la vague d’expansion vers l’Est du baseball majeur, jusqu’ici cantonné au Nord-Est des États-Unis. Ils rejoignent la National League en même temps que les New York Mets, un an après les Washington Senators, futurs Texas Rangers, et les Los Angeles Angels du côté de l’Américaine.

Les Astros débutent leur carrière sous le nom de Colt .45s, Texas oblige. Heureusement, ils retrouvent la raison et au lieu de rendre hommage aux excités de la gâchette du coin, ils se tournent vers les étoiles avec le centre de contrôle de la NASA. En 1965, ils deviennent les Astros et leur nouveau stade l’Astrodome. On les en remercie.

Débutant dans la division Ouest, ils passent dans la Centrale en 1994 avant de migrer en American League en 2013 afin de rééquilibrer les divisions de l’Américaine.

Washington Nationals : Les Nationals ont deux bulletins de naissance. La franchise voit le jour en 1969 sous le nom des regrettés Expos de Montréal, première franchise MLB hors Etats-Unis. Puis, la franchise est déplacée à Washington en 2005 pour devenir les Nationals, devenant la 8ème équipe des Ligues Majeures au sein de la capitale fédérale, la dernière, les Senators, ayant migré dans le Texas en 1971 pour devenir les Rangers.

Aujourd’hui, la franchise garde des liens très distendus avec Nos Amours (surnom des Expos) et il est parfois difficile d’y voir la même franchise, contrairement à d’autres équipes qui ont gardé une vraie filiation malgré leur déménagement, comme les Giants, les A’s ou les Dodgers.

Résultat : Les Astros remportent ce premier duel. Plus anciens que les Expos, les Astros ont pour eux d’être toujours dans la ville qui les a vu naître. Des purs texans. Les Nationals sont quasiment une nouvelle franchise depuis leur arrivée à Washington. Des enfants pour les Astros. La vague idée d’un futur bébé pour les Yankees.

Palmarès

Houston Astros : Un championnat en National League (2005), un en American League (2017, 2019). Les Astros rayonnent depuis peu mais rayonnent de mille feux en cette fin de décennie.

World Series : 2017

National League : 2005

American League : 2017, 2019

Washington Nationals : En remportant la National League cette année, les Nats ont obtenu le premier trophée de leur histoire. Avant ça, seulement cinq titres de divisions dont quatre à Washington entre 2012 et 2017. Bien sûr, il en aurait pu être autrement en 1994 si une grève des joueurs n’avait pas arrêté net des Expos à qui le titre suprême tendait les bras. Les Nationals font partie des équipes en vue des années 2010 mais leur expérience victorieuse reste maigre et très récente.

World Series : 0

National League : 2019

Résultat : Là encore, les Astros s’imposent fort logiquement. Si les deux franchises font partie des plus électrisantes des années 2010, les Astros ont su convertir leurs bonnes années en titre. Au tour des Nationals cette saison ? En tout cas, le chemin vers 27 titres est encore long, très long, très très très très long.

usa_today_10386833.0
Nouveaux riches – Jayne Kamin-Oncea-USA TODAY Sports

Hall of Famers

Houston Astros : Les texans ont eu leur lot de légendes dans le club, souvent pour de courts passages mais quand même : Nolan Ryan, Ivan Rodriguez, Léo Durocher, Joe Morgan, Don Sutton, Randy Johnson… Mais combien d’Astros au Temple de la Renommée ? Deux : Jeff Bagwell et Craig Biggio, élus respectivement en 2017 et 2015. Tous nouveaux, tous beaux.

Washington Nationals : Depuis que la franchise a posé ses valises à Washington, elle a vu passer deux Hall of Famers, Frank Robinson comme manager des années de transition entre Montréal et DC, ainsi qu’Ivan Rodriguez, qui y termina sa carrière. Aucun des deux ne fut introduit au Hall of Fame avec la casquette des Nats. La franchise compte au total 11 membres au Temple de la Renommée, joueurs et/ou managers, dont trois avec la casquette des Expos : Tim Raines, Gary Carter et Andrew Dawson. Ce ne fut pas le cas pour Vlad Guerrero malheureusement ni Randy Johnson, qui y commença sa carrière, Tony Perez, Lee Smith, Dick Williams et Pedro Martinez.

A ceux-ci s’ajoutent deux récipiendaires du trophée Ford C. Frick pour les commentateurs avec Dave Van Horne et Tom Cheek. Et les vrais savent que Jacques Doucet devrait y être également.

Résultat : Difficile à juger. Les Nationals/Expos ont trois Hall of Famers et les Astros, deux. Mais si on considère les Nats comme une nouvelle franchise, ils en ont zéro. Avantage Astros. Je suis trop gentil avec des voleurs de signes.

Impact sportif

Houston Astros : En 2017, ils sont devenus la première équipe à gagner un championnat dans chaque ligue de l’ère moderne, après leur titre de 2005 en NL. Mais la route vers la gloire fut longue.

Avec des débuts relativement médiocres, les Astros vont devoir attendre les années 80 pour commencer à exister durablement dans le haut du tableau de la division Ouest de la NL avant de basculer dans la Centrale en 1994, décennie où les Astros parviennent en playoffs régulièrement sous l’impulsion du Hall of Famer Jeff Bagwell. Il en sera de même aux débuts des années 2000 jusqu’à cette saison 2005 où les Astros s’imposent en finale de la NL face aux Saint Louis Cardinals. Malheureusement, ils seront balayés en Séries Mondiales par les Chicago White Sox.

Les Astros vont ensuite redevenir une équipe de losers, enchaînant notamment trois saisons à plus de 100 défaites de 2011 à 2013. Leur arrivée au sein de l’American League en 2013 ne semble pas arrêter les saison de misère. Pourtant, les Astros vont redécouvrir la joie des playoffs dès 2015. On connaît la suite. Depuis, les Astros sont devenus un phénomène et, avec la sortie du livre Astroball racontant leur ascension vers le succès, on peut imaginer que les Astros inventent le Moneyball 2.0 et inspirent les autres équipes. Seul l’avenir nous le dira.

On peut mettre également à l’actif des Astros, leur Astrodome (1965), premier stade couvert de la planète, appelé la huitième merveille du monde. Bâti pour répondre aux exigences climatiques tumultueuses de la région, l’Astrodome va montrer la voie pour révolutionner le sport moderne.

Washington Nationals : Difficile de parler d’impact sportif pour les Nationals, même sous l’ère Expos, tant la franchise n’a que peu brillé sportivement et n’a pas révolutionné le baseball. On notera que les Nats ont brillé par deux fois durant les années 2010 en draftant, coup sur coup, des joueurs considérés comme des espoirs parmi les espoirs : Stephen Strasburg et Bryce Harper. Malheureusement, ce qui devait être un duo îconique n’a pas apporté la gloire à la franchise. Si Strasburg reste un excellent lanceur, une rapide blessure a handicapé son cheminement vers la gloire tandis qu’Harper, malgré un statut de superstar, n’a jamais su être le leader attendu des Nats. Parti à l’intersaison pour un contrat record avec les Phillies (330 millions de dollars), il n’a pas manqué aux Nationals qui ont fini par briller sans lui (mais avec Strasburg tout de même).

Résultat : KO technique des Nats face aux coups répétés des Astros, surtout que ces derniers pourraient devenir les nouveaux Moneyball du baseball. Classe, n’est-ce pas ?

2005-Topps-Washington-Nationals-first-game
Premier lineup des Nationals. On se demande si certains joueurs n’ont pas été inventés… Terrmel Sledge ? Sérieux ?

Poids économique

Houston Astros : Avec leur succès, les Astros ont bondi de la 13ème à la 10ème au classement Forbes avec une valeur marchande de 1,8 milliards de dollars, juste devant les Nationals. Signe de leur nouvelle position dans le baseball, ils sont devenus la 6ème franchise MLB en termes de revenus l’année dernière, ce qui leur permet aussi d’avoir la 6ème masse salariale des Majeures. Autre donnée clé : en 2013, Houston avait la 27ème affluence au stade en MLB. En 2019, les Astros se classent 9ème. Un bond de géant.

Washington Nationals : La franchise a fait peau neuve en 2005 en débarquant dans la capitale américaine mais elle a rejoint un marché juté, qu’elle a disputé aux Orioles qui étaient l’équipe du coin depuis le départ des Senators en 1971. Il est donc logique de trouver les Nats au 11ème rang des franchises MLB les plus chères (1,75 milliards $), juste derrière les Astros et juste devant les Braves. Elle se classe également à la 12ème place en MLB pour les revenus. Sans être un mastodonte de la MLB, elle se place à la suite des grandes puissances financières des Majeures, un statut de puissance montante qui lui a permis de construire de belles équipes dans les années 2010 et d’acquérir rapidement une importante fanbase aux Etats-Unis et dans le monde.

Résultat : Les Nats ne sont pas un poids plume mais l’ascension des Astros les laissent sur place. Un nouveau duel remporté par Houston, les nouveaux riches du baseball.

Impact dans la culture populaire

Houston Astros : La franchise n’a pas spécialement brillé au cinéma ou dans la littérature. Mais les Astros ont pour eux deux choses : des maillots cools et une mascotte cool. Demi-finaliste de notre Mascot Madness en NL, Orbit est l’une des mascottes les plus connues, les plus emblématiques et les plus drôles de la MLB et du sport mondial tout simplement. Les pitreries d’Orbit font régulièrement le tour de la Terre grâce à Internet. Pourtant, débarquant en 1990, il finit une première fois sa carrière en 1999. En 2000, il est remplacé par Junction Jack alors que les Astros quittent l’Astrodome pour le Enron Field. Un scandale. D’ailleurs, Orbit revient en 2012 pour notre plus grand bonheur.

Et les maillots ? On parle bien entendu des maillots de la Rainbow Era à partir de 1975 et jusque dans les années 80 qui sont parmi les plus marquants et les plus sympas de l’histoire de la MLB, devenant un référent des Astros dans la culture populaire américaine.

Washington Nationals : Les Expos de Montréal ont une place particulière dans l’histoire de la MLB. Mais le départ de la franchise à Washington n’a pas permis de maintenir le lien de filiation entre Expos et Nats, qui reste purement formel et administratif. Ce sont, dans les faits, deux franchises différentes. Sans cette filiation, l’impact des Nats dans la culture populaire et l’histoire des Etats-Unis est faible. C’est une jeune franchise qui doit construire sa légende qui, aujourd’hui, repose essentiellement sur les drafts de Bryce Harper et Stephen Strasburg. Même si leur course de mascotte est également à mettre à leur crédit comme une des animations les plus cools de la MLB. Pour preuve, comme le Freeze, elle a été importée pour les London Series.

MLB: Philadelphia Phillies at Washington Nationals
President Race des Nationals – NBC Sports

On peut également évoquer les Beltway Series, derby entre les Nationals et les Orioles de Baltimore, qui se partagent un territoire concernant la fanbase. D’ailleurs, les Orioles s’opposèrent au transfert de la franchise de Montréal à Washington, craignant une concurrence sur le marché locale et créant ainsi une rivalité entre les fanbases de chaque côté de la Beltway, la route qui entoure la capitale fédérale, Baltimore se trouvant de l’autre côté. Mais certains soulignent que cette rivalité est avant tout une construction médiatique qui accompagna le déménagement des Nats, ce qui en fait une rivalité très relative.

Résultat : Les Astros en mode massacre ne laissent rien aux Nats. Certes, ce ne sont pas les Yankees mais les Astros ont tout de même acquis une certaine place dans la culture populaire américaine. Les Nats restent des jeunots qui ont encore tout à conquérir.

Verdict

Les Astros ont remporté l’intégralité des duels. Le manque de filiation entre les Expos et les Nats a desservi ces derniers. Ils apparaissent encore sorti de l’oeuf tandis que les Astros ont construit une modeste histoire qui a fini par devenir éclatante ces trois dernières années. C’est donc logiquement que les Nats remportent ce duel des franchises 2019. Bah ouais, José, fallait pas briser mes rêves de fan des Yankees.

source
N’oubliez pas que l’Empire Strickes Back !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s