[Bilan de Mi-Saison] L’American League à couteaux tirés !

A quelques heures du All Star Game, synonyme de mi-saison pour nos 30 franchises de MLB, The Strike Out vous propose un premier bilan de cette saison 2019 riche en enseignements ! Si les contenders sont quasiment tous au rendez-vous, cette année est plus ouverte que jamais ! 

Carlos-Santana-Cleveland-Indians-MLB-American-League-Logo-2019-All-Star-Game-Logo--825x400
Starter en American League, Carlos Santana sera le régional de l’étape pour ce All Star Game à Cleveland

Yankees, Astros et Twins confortablement installés en tête de leur division

Côté American League, trois équipes se démarquent, une dans chaque division. Commençons par les Astros, que l’on attendait naturellement à pareille fête et qui une fois encore s’imposent comme un contender solide. Malgré les blessures à nouveau récurrentes de leurs stars (Springer out pendant 6 semaines, idem pour Altuve, Correa, …), les Astros déroulent, portés par un Alex Bregman toujours aussi percutant (23 HR, 56 RBI).
Défensivement, l’outfield est sans doute le plus solide des Majors, toutes divisions confondues. Seule ombre au tableau, la difficulté à consolider la rotation de lanceurs partants derrière un duo impressionnant composé de Justin Verlander, CyYoung-esque (10-4, 2.98 ERA) et de Gerrit Cole (1.89 ERA en juin pour celui qui a pris le train en retard). Si le gaucher Wade Miley tient la route (7-4, 3.28 ERA) en tentant de faire oublier le départ de Keuchel, les Astros sont condamnés à pêcher dans leurs équipes mineures pour combler blessures ou méforme des autres lanceurs. A noter toutefois que le quatuor de releveurs (Harris, Pressly, Rondon, Osuna) sera une arme décisive une fois la saison régulière passée… . 

Wade Miley a la lourde tâche de remplacer Keuchel sur la butte et dans le coeur des Houstoniens

Dans la division Est, les Yankees marchent sur l’eau et sur la concurrence. Les records MLB tombent les uns après les autres et ce malgré les absences de leur stars, en convalescence ou sur le retour. La stratégie dans le Bronx, c’est l’attaque à tout prix : 2ème meilleure attaque de l’AL, les Yankees frappent des HR comme on fait tomber des pommes de leur arbre. Gary Sanchez en collecte déjà 24, Torres 19, Voit 17. Mais l’homme fort de ces Yankees 2019 est un transfuge du Colorado. DJ LeMahieu, nommé meilleur joueur  d’AL au mois de juin, a déjà inscrit plus de 63 RBI, et possède une moyenne au marbre de 0.336 ! Côté bullpen, là aussi un quatuor dominant (Chapman, Ottavino, Britton, Kahnle) vient parfaitement supporter une rotation dont le meilleur élément n’est autre que Domingo German, 10 victoires mais une ERA de 3,67… la plus faible des 5 partants ! 

 

Dans cette American League qui a rarement connu un tel niveau d’intensité, il faudra également compter sur les Twins de Minnesota, petits nouveaux dans la course, et qui détrônent pour le moment les Indians de Cleveland,  à la tête de cette division depuis plusieurs saisons. Dans nos previews de début de saison, ils étaient pour nous les favoris de cette division. Et pour le moment, ils ne nous démentent pas puisqu’ils réalisent même une saison au delà de leur propres espérances. Cette réussite devrait très certainement perdurer jusqu’en octobre voire au delà tant l’équipe est armée comme un contender. Meilleure équipe en terme de HR, de Runs, au SLG%, à l’OPS%, deuxième équipe la plus efficace à la plaque… . Le tout porté par Eddie Rosario (20 HR, 60 RBI, 0.282 AVG) sur qui nous avions réalisé un focus en début d’année, Max Kepler (21 HR, 55 RBI), les recrues CJ Cron (17 HR, 54 RBI) et Nelson Cruz (16 HR, 46 RBI). Sur le monticule, c’est du sérieux ! Jake Odorizzi (10-4, 3,15 ERA) et Jose Berrios (8-5, 3.00 ERA) font figure d’aces à la barre d’un pitching staff redoutable.

Eddie Rosario confirme, et porte les Twins vers les sommets


La surprise floridienne ! 

Das une division Atlantique orchestrée depuis tant d’années par les Red Sox et les Yankees, difficile d’imaginer les Blue Jays et Orioles, en pleine reconstruction, ou les Rays, à l’avenir incertain, venir semer la zizanie entre les deux premiers. C’est pourtant bien du côté de la Floride que vient la tempête. Les Rays, avec un bilan de 51 victoires pour seulement 39 défaites, surprennent leur monde. Dans un Tropicana Field la plupart du temps vide, les strikeout de Morton (10-2, 2,32 ERA) sonnent tout aussi creux que les HR de Brandon Lowe (16 HR, 49 RBI).
C’est donc également sur le plan du business que les Rays font les gros titres puisqu’ils deviendront très prochainement la seule équipe à jouer dans deux villes différentes. Du soleil de Tampa Bay à la neige de Montreal, cela ne fait apparemment ni chaud ni froid aux partisans floridiens. En attendant, que ce soit à domicile ou à l’extérieur, les Rays s’installent solidement à la deuxième place de cette division. La question n’est plus de savoir quand les Rays fléchiront face à la concurrence des Red Sox mais s’ils fléchiront un jour ? 

Un Cy Young 3 ans après une terrible blessure aux ischio ?

La déception Red Sox

Il aura fallu attendra 38 matchs pour que les Red Sox retrouvent enfin et durablement l’équilibre. Le symbole de cette déroute n’est autre que Chris Sale. Avec une fiche de 3 vitoires, 8 défaites, 4,04 d’ERA, l’ace des Red Sox n’est que l’ombre de lui-même. Pouvant aligner les manches parfaites et enfiler les K (12,9 sur 9 manches !), Chris est très en deçà de ses perfs habituelles, et ne sera pas all star pour la première fois depuis 2011. 

Offensivement, si certains joueurs déçoivent (Mookie Betts, 13 HR, 40 RBI, 0.272), l’équipe peut compter sur un grand oublié du all star game, Rafael Devers, très inspiré (16 HR, 62 RBI, 0.324, 8 SB) et un Xander Bogaerts étincelant (17 HR, 65 RBI, 0.294). Petit coup de coeur aussi pour Michael Chavis, et ses 15 longues balles.

Néanmoins et malgré ce début de saison chaotique, les Red Sox ont de quoi espérer. Car depuis le 11 juin, Boston affiche 15 victoires pour seulement 7 défaites avec une moyenne de 6.95 runs par match !

Les 3 joueurs à suivre ! 

On en a parlé brièvement plus haut mais Charlie Morton réalise discrètement la plus belle saison de sa carrière, en lice et favori pour le titre de meilleur lanceur de la Ligue Américaine. Et alors qu’on le croyait en pré-retraite après une rédemption salvatrice dans le Texas (héros des World séries de 2017), celui qui pensait sérieusement à raccrocher les crampons en 2016 pourrait bien être le facteur X dans cette division atlantique. 

Mike Trout est immense, mais ça tout le monde le savait. Avec 28 HR, 67 RBI, 8 bases volées, 0.301 au marbre, l’OF des Angels est bien parti, si les blessures l’épargnent, pour obtenir son 3ème titre de MVP.

Son acquisition n’a pas fait couler beaucoup d’encre cet hiver mais DJ Lemahieu est déjà devenu une pièce-maitresse des Yankees. L’ancien Rockie a, en une demi-saison, battu son record de RBI (63) sur une saison entière, et quasiment son record de Home Runs (12). Par ailleurs, il est leader en AL avec sa moyenne de 0.336 à la plaque ! Sans aucun doute le meilleur Yankee cette saison ! 

DJ Lemahieu, indispensable aux yankees

Le line up et le Roster de l’American League pour le All-Star Game

RF : George Springer a connu un début de saison MVPesque avec les Astros avant de se blesser le 24 mai 2019. Avec 18 HR et 48 RBI et une moyenne supérieure à 0.300, il reste impressionnant malgré 6 semaines d’absence.

2B : DJ Lemahieu (lire ci-dessus)

CF : Mike Trout (lire ci-dessus)

1B : Carlos Santana, du haut de ses 33 ans, connait la meilleure saison de sa carrière. Avec 19 longues balles au compteur, 52 RBI et une moyenne au marbre de quasiment 0.300, Carlos est la pièce-maitresse des Indians, à la peine derrière les Twins.

DH : JD Martinez ne réitèrera pas sa saison hors norme de 2018 (43 HR, 130 RBI) mais son mois de juin solide (7 HR, 16 RBI) est la raison de la bonne forme actuelle des Red Sox. Impossible de ne pas convier un tel joueur !

3B : Alex Bregman pourrait réaliser lui aussi la meilleure saison de sa jeune carrière, lui qui a déjà frappé 23 HR pour 56 RBI. Sans doute le meilleur 3ème base de l’American League. Les fans ne se sont pas trompés.

C : Gary Sanchez a essuyé bien des moqueries en 2018, lui qui était incapable de frapper au marbre (0.186 AVG). Cette saison, il a su porter sur ses épaules les Yankees en l’absence des Stanton ou Judge. 24 HR, 57 RBI et une moyenne de 0.245. Et une présence au marbre remarquée !

LF : Michael Brantley a réussi son déménagement de l’Ohio au Texas. Et le Minute Maid Park a su adopter celui qui avait la lourde tâche de remplacer Marwin Gonzalez. Quadruple all-star, il pourrait lui aussi réussir la meilleure saison de sa carrière. Notons son joli 0.324 de moyenne

SS : Jorge Polanco comptabilise déjà 23 doubles, 5 triples, frappe à plus de 0.310, défend à la perfection. Le jeune Dominicain des Twins a un bel avenir à ce poste en sélection !

P : Mise à part JustWin Verlander, qui d’autres pour débuter ce match de prestige ? Si l’ace des Astros a connu quelques sorties délicates dernièrement, il n’en reste pas moins un lanceur hors pair et qui fait la différence à chaque présence sur le monticule. Avec déjà 10 victoires, une ERA de 2,86, une WHIP de seulement 0.813 et 11 K par 9 manches lancées, Mister Upton inscrit jour après jour son nom au prestigieux Hall of Fame.

Anecdotes sur le reste de la sélection :

  • Les Astros compteront également sur 2 autres lanceurs pour représenter leur franchise (soit 6 joueurs au total !) : Gerrit Cole (8-5, 3,05 ERA) et le releveur Ryan Pressly (1,36 ERA).
  • La sélection de l’AL compte 10 nouveaux dans le dug out: Carlos Santana et Jorge Polanco comme titulaires. Comme remplaçants : James McCann (White Sox, C), Daniel Vogelbach (Mariners, 1B), Tommy La Stella (Angels, 2B) , Brandon Lowe (Rays, 2B), Matt Chapman (A’s, 3B) et 3 OF, Joey Gallo (Rangers), Austin Meadows (Rays) et With Merrifield (Royals).
  • Dans le bullpen, c’est 9 nouveaux all-stars que cette édition 2019 va étoiler ! parmi eux le surprenant et enfin convaincant Lucas Giolito (11-3, 3,15 ERA).
  • Les deux joueurs les plus capés ne sont autres que Mike Trout et Justin Verlander avec chacun 8 sélections. Si Verlander a 36 ans, Trout n’en a que 28.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s