Des arbitres robots au baseball ? Quand la technologie (et l’argent) supprime l’humain…

maxresdefault
La dystopie du baseball est-elle en marche ?

Il y a quelques jours, le commissaire de la MLB, Rob Manfred, annonçait la possibilité de voir débarquer des arbitres robots dans les Majeures et dans un futur pas si lointain. Pour se faire, la MLB a signé un accord avec l’Atlantic League, une ligue professionnelle indépendante, afin que cette dernière teste un ensemble de règles et d’innovations intéressant le baseball organisé sans que l’expérimentation ait lieu en son sein. Parmi ces innovations, un système automatisé appelant les strikes et les balls lors du duel lanceur-batteur. Une ignominie.

Oui, le mot peut paraître fort mais cette expérimentation est un très mauvais signal envoyé au sport et à l’Humanité. Il y a derrière cette innovation, une idée dangereuse, une idée qui aux antipodes de l’esprit même du baseball : l’existence humaine n’a plus de sens. L’être humain est obsolète et il doit donc se dépasser, devenir autre chose, ou alors, on doit le remplacer. Une logique transhumaniste.

robot-umpire
Danger, Baseball Fans, Danger ! – crédit photo : Ethics Alarms

Les arbitres de plaque seront peut-être les premières victimes de cette logique, tant bien même leurs jugements strikes and balls est juste à 90 %. 10 % d’erreurs. 10 % de trop dans le baseball business et ses enjeux à plusieurs milliards de dollars.

Cela fait quelques années que cette question s’est immiscée dans les débats de la MLB et dans le sport en général. Des scientifiques suisses ont entamé des recherches pour créer un arbitre robot appelé Collina. En gymnastique, on pourrait voir des juges robotisés durant les Jeux Olympiques de Tokyo. La technologie serait-elle en passe de passer du statut d’assistante à arbitre ou juge en chef ?

La vidéo assistance s’est développée dans de nombreux sports jusqu’à détruire les murailles de la forteresse FIFA où les résistances étaient nombreuses. Le tennis a remplacé les juges de ligne par des logiciels. Cette évolution technologique n’est pas récente mais, en remplaçant l’arbitre en chef, qu’est l’arbitre de plaque au baseball, on passe dans une autre dimension. On quitte le domaine de l’assistance technologique pour entrer dans le remplacement de l’humain.

Or, le sport est humain. C’est une activité humaine. Et toute activité humaine comporte une dimension d’échecs, d’erreurs. Tout l’enjeu de l’évolution humaine, que symbolise parfaitement le sport, c’est de s’améliorer individuellement et collectivement en tant qu’être humain et en tant que groupe, de passer outre les échecs, d’apprendre de ses erreurs pour s’améliorer et évoluer. C’est particulièrement vrai dans le baseball où l’échec est une norme. Le baseball se nourrit de l’échec car il est la résultante de la difficulté de ce sport et donc, par effet miroir, la face sombre de la grandeur de ce jeu. Si les échecs et les erreurs finissent par disparaître du baseball, le baseball n’existe plus.

C’est ainsi le propos développé par le philosophe américain Michael Sandel, et que nous rapporte Ivan Carrieu sur l’excellent blog français Baseballogics dans un billet sur le sport et le transhumanisme. Sandel imagine la création d’un joueur de baseball cyborg qui, grâce à la technologie, peut frapper un homerun sur chaque lancer. En éliminant l’humain de la performance sportive, l’intérêt pour le sport, c’est à dire des êtres humains qui se surpassent et auxquels on peut s’identifier, disparaît. Baseballogics mentionne d’autres intellectuels qui font le même constat. Le sport ne peut se passer de l’humain. Il veut même le célébrer. Si la technologie prend l’ascendant sur l’humain, l’intérêt décroît. Une tendance bien connue en Formule 1 depuis plusieurs saisons.

Ainsi, si les arbitres n’ont plus droit à l’erreur, l’évolution naturelle sera d’interdire l’erreur aux joueurs eux-mêmes et donc, la perfection n’étant pas humaine, de les modifier grâce à la technologie, qu’elle soit robotique et/ou génétique. Surtout dans une économie ultralibérale où les enjeux sportifs sont plus économiques qu’humanistes. Implanter des arbitres robots en MLB serait ouvrir la porte à la fin du sport. Ce serait le début d’autre chose, un nouveau genre de spectacle comme les combats de robots du film Real Steal ou de cyborgs dans le récent blockbuster Alita Battle Angel (ou Gunnm pour les puristes). Pas du sport.

Baseball-Fans-and-Robot-Umpires-681x383
Le futur coéquipier de Bryce Harper coûtera plus cher que son contrat record…

Enfin, l’erreur arbitrale fait partie du jeu, au même titre que celles des joueurs. Dans les 10 % d’erreurs de jugement des arbitres de plaque au baseball se trouve un espace de liberté où le duel lanceur-batteur se sublime. Pour le batteur, c’est la possibilité de jouer avec la zone de strike de l’arbitre et donc de confondre arbitre et frappeur pour gagner le duel, avec une malice qui caractérise l’histoire du baseball. Le batteur peut y trouver une rédemption, une nouvelle chance de frapper le coup décisif. Et, bien entendu, cet espace de liberté peut devenir pour l’un ou l’autre le terrain de l’injustice après un mauvais appel.

Mais ces erreurs et ces injustices sont tout aussi fondamentales dans la narration d’un match et dans l’histoire d’un sport. La plupart des perfect games n’ont pas l’aura du perfect game refusé à Armando Galarraga suite à une erreur d’arbitrage. Ce quasi-perfect game est entrée dans la légende quand bien des matchs parfaits ont sombré dans l’oubli. L’intérêt du sport est qu’un joueur ou une équipe arrive à un tel niveau de jeu qu’il ou elle puisse surpasser l’erreur même. Que celle-ci n’est plus d’incidence grâce au niveau de jeu atteint.

Le risque avec des logiciels devenus arbitres de baseball, supprimant cette marge d’erreur de 10 %, c’est d’avoir une uniformisation de la zone de strike et donc une uniformisation de la frappe. On prend le risque de transformer le passage au bâton en batting practice. La MLB y trouvera un intérêt à court terme mais ça finira par faire mal au baseball. Comme une certaine Steroïd Era…

La technologie apporte beaucoup au sport, en particulier au baseball qui, derrière une image traditionaliste, est un sport qui a toujours été novateur en matière d’organisation sportive, de business, de spectacle, d’utilisation de la technologie et des statistiques. On pourrait d’ailleurs imaginer une assistance sur les strikes and balls par challenge, avec un nombre limité d’appels à l’arbitre robot comme avec le replay vidéo déjà en place.

Mais il faut savoir tracer une limite à l’ingérence technologique, une ligne à ne pas franchir comme le faisait le légendaire Bill Klem, père de l’arbitrage moderne, pour stopper un joueur ou un coach en leur disant « ne traverse pas le Rio Grande », sous peine de l’expulser. Ce n’est pas un arbitre robot qui aurait une telle répartie.

Sortir l’humain de l’équation, pour supprimer l’erreur, est tentant quand la technologie le permet. Mais ce n’est pas parce que la technologie le permet qu’une telle évolution doit sembler naturelle ou indépassable. C’est un choix. Et faire ce choix des arbitres robots en MLB, en reniant l’identité et l’histoire même du baseball, c’est faire le choix de créer autre chose. Et le baseball n’a pas grandi depuis 1845 pour devenir une sorte d’e-sport en live action. L’humain doit rester au centre du sport qu’il soit athlète, arbitre, manager ou recruteur. Car c’est notre humanité, vaillante ou défaillante, qui génère l’émotion dont le sport se nourrit pour nous en procurer davantage.


3 réflexions sur “Des arbitres robots au baseball ? Quand la technologie (et l’argent) supprime l’humain…

  1. Perfect argument à la française. You would be well served by translating it into English and publishing on a US site, because these arguments are not being made chez nous.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s