All-Star recherche club désespérément…

tim-lincecum-mlb-arizona-diamondbacks-san-francisco-giants-850x560

La Free Agency 2015 s’est distinguée par la quantité de « grand noms » qu’elle proposait. Si la majorité d’entre eux ont trouvé un port d’attache, d’autres sont encore à quai. Parmi eux, des stars sur le déclin, des habitués de l’infirmerie et certains qui ont soudainement laissé leur talent au vestiaire. Tour d’horizon de ces anciens all-stars, dans l’attente d’un navire pour les ramener sur leurs terres de prédilection.

La descente aux enfers 

Everth Cabrera (29 ans/Shortstop)

Incarnation de la descente aux enfers, le sort d’Everth Cabrera ne fait plus grand cas aux Etats-Unis. Défenseur redoutable doté de la science du « steal », l’ancien Padres se trouve aujourd’hui dans une posture très délicate. Il le concède lui-même, « tout a commencé avec ma suspension », en effet quand le scandale Biogenesis éclate en janvier 2013, la MLB est secouée. Un laboratoire est suspecté puis accusé d’avoir fourni des produits dopants à des athlètes de ligues majeures. 12 joueurs écopent de 50 matchs de suspension dont Everth Cabrera. Un mois seulement après avoir disputé son premier All-Star Game et alors qu’il dominait la ligne nationale en bases volées, il se retrouve au ban pour le reste de la saison 2013. Blessé une partie de la saison suivante, il ne retrouve jamais vraiment son niveau et se fait contrôler en septembre 2014 au volant de sa voiture. Suspecté de conduire sous l’influence de marijuana, il résiste à son arrestation, cela lui vaudra une condamnation en février 2015 (trois ans de prison avec sursis et 80 heures de travail d’intérêt général). Quelques jours plus tard, il signe -libre de tout contrat- un contrat avec les Orioles. L’aventure tourne court puisqu’il ne joue que 29 matchs avec une moyenne au bâton à .208 avant d’être libéré par Baltimore.

Et depuis, plus de nouvelles du shortstop….

C’est au Nicaragua qu’il se trouve, son pays d’origine. Là-bas il dit « se ressourcer auprès des siens », en effet sujet à une forte addiction à l’alcool et aux drogues, il a passé sur place « dix à douze jours » en hôpital psychiatrique pour vaincre « ses démons intérieurs ». Aujourd’hui le joueur veut « rester dans son pays » et « maintenir une bonne condition physique ». Il ne perd pour autant pas ses ambitions de revoir un jour les ligues majeures puisqu’il a signé avec Scott Boras, ce dernier étant décrit par Forbes comme « l’agent le plus puissant du monde ». A 29 ans, théoriquement un âge où l’on est en pleine ébullition, le nicaraguayen a touché le fond. Pour mieux rebondir ?

Faits marquants de sa carrière : 

  • All -Star 2013
  • Leader en vol de bases de NL en 2012

Le blues des trentenaires  

Tim Lincecum (31 ans/Starting Pitcher)

Pendant 4 ans, l’ancien lanceur des Giants a fait trembler les batteurs adverses. Surnommé « The Freak » (la terreur) pour l’occasion, il a de 2008 à 2011 réussi à compiler un ERA de 2.81 avec une moyenne de 3 strikeouts par walk. Immense artisan de la victoire des Californiens en 2010 (vidéo ci-dessous), il a dès la fin 2011 et sans explication véritable brutalement chuté de niveau. Dès le début de la saison 2012, celui qui portait alors San Francisco sur ses épaules s’est écroulé et affiche sur les trois dernières saison un ERA de 4.6 en moyenne avec un ratio de strikeout par walk qui diminue considérablement : 1.58 l’an passé. Dans cette immense traversée du désert le pitcher aura parfois montré qu’il était tout à fait capable de redevenir grand. Relégué dans le bullpen lors des playoffs 2012 il aura fait des étincelles lors de deux matchs des World Series : en près de 5 manches, il a totalisé 8 strikeouts et n’a encaissé aucun hit. Auteur de 2 No-Hitters contre San Diego en 2013 et 2014, la terreur n’a pour autant jamais été de retour dans la durée. Sorti de la rotation au cours de l’année 2015 et cantonné définitivement au rôle de reliever, il a été laissé libre par SF en fin de saison. Beaucoup de clubs se pencheraient sur son cas, mais celui qui a empoché près de 80 millions d’euros ces 4 dernières années aura du mal à accepter le contrat de ligue mineure qui devrait lui être proposé.

Notons qu’en étant multiple vainqueur des World Series, multiple auteur de No-hitters, multiple All-Star et multiple CY-Young, il a écrit son nom dans l’histoire de ce sport, puisque seul Sandy Koufax en avait fait autant.

Faits marquants de sa carrière : 

  • Double CY-Young award en 2008 et 2009
  • 4 fois All-Star de 2008 à 2011
  • 3 fois leaders en strikeouts de National League de 2008 à 2010
  • Trois titres de Series Mondiales en 2010, 2012 et 2014
  • 2 No-hitters en 2013 et 2014

Justin Masterson (31 ans/Starting Pitcher)

Dans une moindre mesure mais à l’image de Lincecum, Justin Masterson est passé de la lumière à l’ombre en un rien de temps. Promis à un bel avenir, le jamaïcain de naissance avait débuté sa carrière dans les majeures à Boston en 2008 alors qu’il n’avait que 23 ans seulement. Son premier match s’était conclu par un 1-hitter en 6 manches face aux Angels. Il avait très rapidement marqué l’histoire du club en devenant le premier lanceur à rester invaincu lors de ses quatre premiers starts en carrière à Fenway Park (inauguré en 1912).

8 ans plus tard et malgré ses excellents débuts, Justin Masterson peine à retrouver un club. S’il a tenté l’an passé un retour sur les terres de ses premiers exploits après presque six années passées à Cleveland et un détour de deux mois à Saint Louis, rien n’y aura fait. On a perdu le « Nasty Masty ». A l’amorce de la saison 2015, les Red Sox avaient cru pourtant en lui proposant un contrat hallucinant (eut égard à ses saisons précédentes) de 9.5 millions pour un an. Après uniquement 9 matchs en qualité de starter et un ERA supérieur à 5.6 sur l’ensemble de ses matchs Boston a libéré le joueur deux mois avant la fin de la saison régulière.

Lanceur irrégulier jadis encensé, le All-Star 2013 n’a jamais eu les chiffres d’un « gros » même si l’année de sa sélection au match des étoiles il avait montré la quintessence de son talent. Joueur spectaculaire capable d’enchaîner les strikeouts (vidéo ci-dessous d’un immaculate inning*) et d’avoir une grande longévité dans les matchs, le manque de contrôle de ses pitchs qui l’a toujours habité, lui coûte cher depuis deux ans. Il semble avoir perdu toute confiance et ne parvient plus à trouver la strikezone. A l’image d’un slugger qui n’arriverait plus à lire les pitchs, la chute de Masterson est spectaculaire. Il ne pourra pour 2016 que briguer un contrat de ligue mineure.


* Manche où le lanceur réalise trois strikeouts en 9 pitchs.

Faits marquants de sa carrière : 

  • All-Star 2013
  • Premier lanceur de l’ère Fenway à être resté invaincu lors de ses 4 premiers starts en carrière dans l’antre de Boston 2008
  • Premier lanceur de la MLB à avoir battu lors des deux premiers matchs de la saison, les deux CY Young en titre (2013 / Dickey et Price)

Cascades de blessures (fatales ?)

Justin Morneau( 34 ans/1st baseman)

Quadruple All-Star, le 1st baseman historique des Twins pourrait connaitre un très net coup d’arrêt en cette année 2016. Bientôt âgé de 35 ans, celui qui évolue depuis deux ans à Colorado n’a rien perdu de son baseball. Si -les années faisant- il a abandonné son costume de slugger pour endosser celui de batteurs avec une excellente moyenne au bâton, le « batting leader » de National League 2014 a connu une année 2015 compliquée. La faute à une blessure qui ne lui a permis de jouer seulement 49 petits matchs.

Remis de sa commotion cérébrale et de son entorse aux cervicales, il avait pu disputer les 22 dernières parties de saison régulière avec un batting average de .338. Toutefois Morneau n’en avait pas fini avec les galères avec une opération à l’épaule gauche en décembre dernier. Libéré par les Rockies et aujourd’hui sans club, il ne pourra pas reprendre l’entrainement avant juin 2016. Malgré la carte de visite de l’ancien slugger, les clubs seraient frileux à l’idée de recruter un vétéran si souvent touché par les blessures. S’il parait impensable de ne pas le voir enfiler une nouvelle tunique cette année, le fait qu’il se soit déjà résigné à entamer sa récupération par ses propres moyens n’est pas un excellent signal. Malgré la résilience qu’il a su afficher tout au long d’une carrière émaillée par les blessures, cette énième tuile pourrait sceller rapidement le sort du MVP 2006 dans les majeures.

Sa dernière tournée pourrait se faire aux White Sox où le départ de Laroche a ouvert la porte aux 1st baseman.

Faits marquants de sa carrière : 

  • 4 fois All-Star de 2007 à 2010
  • Batting champion de NL 2014
  • MVP d’AL 2006
  • 2 fois vainqueur du Silver Slugger Award 2006, 2008
  • Vainqueur du Home Run Derby 2008

Corey Hart (34 ans/1st baseman)

Corey Hart – Nyjer Morgan – Ryan Braun, il n’y pas si longtemps que ça, le triptyque d’outfielder des Brewers faisait trembler les pitchers adverses. Slugger de grande qualité, le double All-Star avait aussi dans ses tendres années la capacité de voler bon nombre de bases (deux saisons de suite à  +de 20HR et + de 20 steals). Impérial en 2012 -à l’image de ses saisons précédentes- il avait terminé  l’année avec 30 home runs et 82 RBI. Joueur complet, sa carrière a subi un net coup d’arrêt en 2013 avec une opération au genou qui l’a éloigné des terrains pendant toute l’année.

Depuis, le double All-Star vit un calvaire. Débarrassé de ses soucis physiques il a voulu se relancer à Seattle en 2014 mais il ne jouera que 68 matchs et finira la saison avec 6 home runs, une moyenne de .202 au baton et 21 petit RBI à la clé. Redevenu agent libre il signe pour les Pirates un contrat de 2.5 millions d’euros mais ne jouera que 35 matchs avant que des blessures au genou et à l’épaule le mettent sur la touche pour le reste de 2015. Aujourd’hui sans club ce n’est pas l’âge du joueur (étant donné que les sluggers vieillissent bien en général) mais son physique fragile (103 matchs joués en trois ans) qui inquiéterait et pourrait le pousser prématurément à la retraite.

Faits marquants de sa carrière : 

  • 2 fois All-Star de 2008 à 2010

Les chants des cygnes

Grant Balfour (38 ans/relief pitcher)

Il n’est pas si loin le temps où Grant Balfour était impérial. Reliever de choix en 2010 (à Tampa) et 2011 (aux A’s), il assoit son autorité en tant que closer chez les Athletics les deux années suivantes. Auréolé du titre d’All-Star en 2013,  il établit cette année-là le record de la franchise d’Oakland avec 44 saves consécutives (vidéo ci-dessous). Les deux années qui ont suivi ont été un calvaire pour l’Australien. S’il signe à l’aube de la saison 2014, dans un premier temps chez les Orioles un contrat de deux ans, ces derniers relèvent un problème physique -contesté par la suite- chez le joueur et se rétractent. C’est alors son ancien club de Tampa qui le recrute pour une durée de deux ans. Mais on ne retrouvera plus l’impérial Balfour… Après 24 matchs seulement il est enlevé de son rôle de closer puisqu’il affiche un ERA de 6.46. Aussi peu efficace dans le rôle de reliever, il aura une dernière chance de se mettre en évidence en 2015 avec les Rays. Après 6 matchs désastreux, il est intégré à la triple A de Tampa où il retrouve des chiffres décents (ERA : 2.79). Si tout le monde semble se désintéresser du All-Star 2013, celui-ci annonce ne pas vouloir prendre sa retraite. C’est pourtant la voie toute indiquée que devrait suivre ce joueur.

Faits marquants de sa carrière : 

  • 1 fois All-Star en 2013
  • Détient le record de la Franchise des A’s avec 44 saves consécutives

Cliff Lee (37 ans/Starting Pitcher)

S’il continue à retarder l’échéance, son agent l’avoue à demi-mot, Cliff Lee devrait prendre sa retraite en 2016. Éloigné des terrains depuis Juillet 2014, à la suite d’une blessure à l’épaule, puis d’un problème au tendon, il est très difficile d’imaginer un retour du lanceur en 2016. Surtout que le cas échéant il se ferait par la petite porte et cette issue est complètement exclue par l’agent du quadruple All-Star et CY Young 2008.

Certaines offres lui seraient déjà parvenues sans pour autant le convaincre. S’il vient à prendre sa retraite, ce qui semble le plus probable au fil des jours, c’est un immense joueur qui quittera la ligue. Ultra dominant de 2008 à 2013, les chiffres tout au long de sa carrière sont d’une impressionnante régularité et qualité. Seule ombre au tableau : s’il a disputé deux fois les World Series il n’est jamais parvenu à soulever le trophée que ce soit avec Philadelphie en 2009 ou avec Texas un an plus tard. Pourtant son match le plus abouti et celui qui restera dans les mémoire a eu lieu lors du match 1 des World Series. Cliff Lee l’aborde plein de confiance puisqu’il a intégralement marché sur les premiers tours. Il inflige aux Yankees un 122 pitchs complete-game avec 10 strikeouts et aucun walk. Une première depuis 1903 ! Dans la victoire 6-1 de son équipe, le run encaissé n’était pas à sa charge, mais ce match au-delà du talent de Cliff Lee a révélé un aspect de sa personnalité : une nonchalance à la limite de l’arrogance lorsqu’il réalise un catch avec une désinvolture sans pareille.

Si sa retraite vient à être annoncée officiellement, nous reviendrons sur sa riche carrière en détail.

Faits marquants de sa carrière : 

  • 4 fois All-Star en 2008, 2010, 2011 et 2013
  • AL CY Young 2008
  • Leaders en victoires de toute la MLB en 2008
  • Meilleur ERA d’AL en 2008
  • Vainqueur de ses 7 premiers starts en postseason
  • Complete game en postseason avec 10 strikeouts et aucun walk en 2009

Joe Nathan (41 ans/Closer)

A l’image de Cliff Lee, la possible retraite de Joe Nathan pourrait laisser un vide dans le ciel MLB. Le sextuple All-Star (rien que ça) a lui aussi raté la saison 2015 et a subi la deuxième opération Tommy John de sa carrière. S’il a connu une médiocre saison 2014, celui qui a le plus haut taux de pourcentage de saves dans toute l’histoire de la MLB n’entend pas baisser pavillon pour autant. Son agent affirme que le joueur « se sent bien » et pourrait retrouver les terrains en « mai ou juin », son client n’étant « pas pressé de signer ». Une confiance assez naturelle puisque pas moins de 10 clubs se déclareraient intéressés par le profil de cet immense closer malgré son âge et ses soucis physiques. Impossible de savoir en quel état nous retrouverons le Hall of Famer potentiel, mais nul doute qu’il mérite une sortie avec les honneurs. Nous vous proposons en vidéo la 300e save de sa carrière avec un call des plus douteux de l’arbitre. Wow !

Un seul regard du côté de son palmarès suffit à montrer l’étendue du talent de l’ancien Tigers, qui aura le droit lui aussi à son article de notre site en cas de retraite.

Faits marquants de sa carrière : 

  • 6 fois All Star en 2004,2005,2008, 2009 2012 et 2013
  • Plus haut taux de pourcentage de saves dans l’histoire de la MLB devant Mariano Riviera (89.33%)
  • 2ème closer de l’histoire avec le plus de saves derrière Mariano Riviera (374)
  • 3ème joueur avec le plus de saisons terminées avec au moins 35 saves (9) et au moins 40 saves (4)

En vrac… 

Nous aurions pu aussi évoquer le cas de Grady Sizemore, 34 ans, slugger de qualité, trois fois all-star de 2006 à 2008 dont les plus belles années sont passées depuis un moment. Celui qui est rentré dans le club fermé des joueurs à plus de 30 HRs et 30 bases volées à l’issue de la saison 2008 a été incapable de finir une saison à plus de 10 homeruns depuis 2010 à cause de blessures à répétition. Aux dernières nouvelles, plus aucun club ne s’intéresserait à lui et devrait logiquement prendre sa retraite.

Faits marquants de sa carrière : 

  • 3 fois All-Star de 2006 à 2008
  • 2 fois Golden Glove 2007 et 2008
  • Silver Slugger Award  en 2008
  • 30-30 club 2008

A 36 ans, Dan Uggla n’entend pas quitter les terrains de baseball. Pourtant, il sort de deux années catastrophiques où il n’a disputé que 119 matchs, celui qui a établi un record de MLB avec 5 saisons consécutives (de 2007 à 2011) à plus de 30 HR pour un 2nd baseman semble complètement cuit désormais. Dépourvu de sa puissance et avec un batting average à moins de .200 depuis trois ans, les belles années du triple All-Star semblent très loin derrière. Son agent affirme être en discussion avec quelques clubs mais rien ne s’est concrétisé pour le moment. Peut-être que nous reverrons le 2nd baseman cette année mais ce sera à coup sûr la dernière et elle se fera probablement sans éclat.

Faits marquants de sa carrière : 

  • 3 fois All-Star en 2006, 2008 et 2012
  • Silver Slugger Award 2010

Alex Rios, 35 ans a obtenu ce qu’il voulait l’an passé : un titre de champion avec Kansas. Auteur de playoff correct, en dépit de World Series où il est passé à coté de son sujet, le RF peine à retrouver une équipe. Le double All-Star a fait preuve d’une grande régularité tout au long de sa carrière, auteur de sa pire saison offensivement l’an passé mais avec ses WS en poche c’est peut être l’occasion pour lui de se retirer par la grande porte. Pour l’heure aucune retraite n’est envisagée et aucun contact n’est annoncé.

Faits marquants de sa carrière : 

  • 2 fois All-Star en 2006 et 2007
  • Champion des Series Mondiales en 2015
  • 6 hits en un match juillet 2013

Enfin Greg Holland, 30 ans, ne peut pas être inséré véritablement dans cette liste même s’il en rempli les conditions. Le reliever, double All-Star en 2013 et 2014, se retrouve sans club puisqu’il ratera l’ensemble de la saison 2016. Il a subit l’opération « Tommy John » en octobre dernier et ne pourra jouer à nouveau qu’en 2017. Il est toutefois très probable qu’un club se porte acquéreur rapidement du joueur pour lui permettre d’encadrer sa remise à niveau et en profiter l’année suivante.

Faits marquants de sa carrière : 

  • 2 fois All-Star 2013 et 2014
  • Champion des Series Mondiales en 2015

Et impossible de terminer cette liste sans dire un mot d’Armando Gallaraga, le lanceur a pris sa retraite en cette fin d’année 2015. Jamais All-Star et joueur à la carrière très médiocre, il est entré dans l’histoire mais pas de la manière dont il souhaitait.  Nous sommes le 26 juin 2010, le vénézuélien a lancé huit manches et deux tiers parfaites, le potentiel dernier batteur se présente à lui. La balle est frappée à terre, Cabrera s’en saisit, la lance au pitcher qui couvre la première base…. out ? non safe ! S’il y a bien une personne au monde qui a jugé Donald safe ce jour-là c’est bien l’arbitre Jim Joyce. Le 21ème perfect game de l’histoire de ce sport a été anéanti de la manière la plus injuste. Joyce s’en est excusé, il en a pleuré, Gallaraga a pardonné et probablement que cette erreur de jugement a donné une réputation au lanceur encore plus retentissante que s’il avait obtenu son perfect game. Désormais le vénézuélien est à la retraite, on ne sait pas vraiment ce qu’aurait pu être sa carrière s’il avait obtenu son Graal mais c’est certain qu’il n’a jamais sû surpasser le « blown call » de Joyce.

Rencontre des deux hommes le lendemain après que Jim Joyce eut avoué son erreur.

Publicités

2 réflexions sur “All-Star recherche club désespérément…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s