Preview NL WC : Rockies vs Cubs

La postseason s’ouvre ce mardi soir à Wrigley Field par le match de Wild-Card en National League entre les Chicago Cubs et les Colorado Rockies. En jeu? Une place en NLDS pour défier les Milwaukee Brewers qui se sont offert le meilleur bilan de la NL au terme d’un 163e match de saison régulière. Les Chicagoans vont-ils pouvoir se venger de leurs voisins du Nord? Les joueurs du Colorado vont-ils retrouver l’ivresse des séries de playoffs? Deux de nos rédacteurs défendent leur team!

Résultat de recherche d'images pour "cubs vs rockies"

Colorado Rockies (par Bastien LeGrom)

Le point fort : des bâtons de feu

Si, pour la première fois, les Colorado Rockies semblent avoir une rotation qui tient la route, c’est du côté des frappeurs qu’il faut chercher les véritables raisons de leur succès. Coors Field ou non, les Rockies bénéficient cette saison d’un line-up absolument intenable. Voyez plutôt : Nolan Arenado, leader de NL en Home Runs (38) et seconds en points produits (110, contre 111 pour Javier Baez) ; Trevor Story, deuxième de NL en Home Runs (37) et quatrième en RBIs (108) avec 27 bases volées en sus, le toujours clutch Charlie Blackmon, meilleur marqueur de points (119)  de la Ligue. Ajoutez-y le jeune David Dahl (9 HR et 27 RBI en septembre, excusez du peu) et les valeurs sures comme LeMahieu, Cargo ou encore Desmond, et vous comprenez pourquoi les Rockies sont passés si près de détrôner, enfin, les Dodgers, champions de NL West depuis 2013 ! Alors certes, les batteurs du Colorado ne bénéficieront pas, face aux Cubs, de leur ballpark en altitude, le plus propice aux runs de toute la ligue. Mais que les hommes de Joe Maddon leur laissent une chance, et ils se feront un malin plaisir d’expédier les petites balles blanches au-delà du lierre, dans les coursives de Wrigley Field.

Le point faible adverse : des Oursons sur courant alternatif

Le point faible des Cubs, vainqueurs des World Series 2016, titulaires de la meilleure moyenne (.258) au bâton et du deuxième ERA collectif (3.65) de National League, quatrièmes en termes de points marqués… Le bullpen ? Non, c’est le meilleur de NL avec un ERA de 3.35… Oh, ah oui ! Et Jon Lester, partant ce soir, termine une nouvelle saison de patron avec un bilan de 18-6 et un ERA de 3.32. Alors, comment battre les Cubs ? Simplement, en laissant les Cubs se battre eux-mêmes. Les joueurs de Chicago ont pris l’habitude d’alterner entre des matchs à 7, 8, 10 runs et des parties à 1 ou 2 runs, sans vraiment envisager la voie médiane. Et cette attaque de Chicago peut passer du sommeil au soleil comme ça, sans prévenir. Alors qui sait quels Cubs débarqueront ce mardi soir, pour ce match couperet par excellence.

Le facteur X : Kyle Freeland

Le jeune Kyle Freeland aura la lourde tâche de débuter le match de WildCard face aux Cubs. Photo : DR

Il est l’homme qui a maitrisé Coors Field, où il affiche cette saison un bilan de 10-2 et un ERA de 2.40, des statistiques presque surnaturelles dans ce paradis des batteurs qu’est le stade de Denver. Natif de la ville, Freeland a grandi en regardant les lanceurs de Colorado se casser les dents face aux conditions atmosphériques des Montagnes Rocheuses, et il y a bâti son style, et notamment une capacité à empêcher les batteurs adverses de frapper la balle avec la puissance voulue. Mais surtout, Freeland est presque aussi bon hors de sa terre natale, puisqu’il y a affiche un bilan de 7-5 pour un ERA de 3.25, s’imposant, doucement, dès sa saison de sophomore, comme l’un des meilleurs lanceurs jamais passés par le Farm System des Rockies. Pour se faire une véritable place parmi les grands lanceurs de la Ligue, il ne lui manque plus qu’une performance de classe dans un grand rendez-vous : un Wild Card Game contre les Chicago Cubs par exemple ?

Le MVP : Nolan Arenado

Il ne sera probablement pas encore le MVP de National League cette saison, victime de la saison absolument fabuleuse de Christian Yelich, mais Nolan Arenado se consolera en continuant d’enchaîner les grosses saisons les unes après les autres. Auteur d’une quatrième saison consécutive avec au moins 30 Home Runs et 100 RBI, intraitable en défense, le déjà quintuple Golden Glove s’est surtout montré Clutch dans les grands rendez-vous, frappant notamment trois home Runs lors des matchs 162 et 163 pour tenter de pousser les siens vers le tableau final de la postseason. Son duel face à John Lester lors du Wild Card Game vaudra le coup d’œil, et quel que soit le résultat final, attendez-vous à voire Nolan faire du Nolan !

——————————————————————————————————————————————————

Chicago Cubs (par Marion Jeterette)

Le point fort : l’expérience

Les Cubs disputent leur deuxième match de wild-card sous l’ère Maddon après une démonstration face aux Pirates en 2015. En 2016, ils étaient vainqueurs des World Series à l’issue d’une série finale qui reste dans toutes les mémoires. En 2017, ils échouaient face aux Dodgers en NLCS. La génération des Baby Cubs – Bryant, Rizzo, Baez, Schwarber, Contreras – a toujours connu le frisson de la postseason et donc bien souvent le succès. Ces toujours jeunes joueurs sont encadrés par des vétérans qui ont remporté des bagues avant leur arrivée à Chicago : Jon Lester (2007 et 2013 avec Boston), Jaime Garcia (2011 avec les Cardinals), Ben Zobrist (2015 avec les Royals), Daniel Murphy a lui disputé les World Series en 2015. Les Cubs ont terminé la saison avec la meilleure moyenne au bâton de NL (.258) et le 2e ERA collectif de NL (3.65), le premier ERA de sa ligue pour le bullpen (3.35)… On peut continuer comme ça longtemps… Chicago est le favori logique pour poursuivre sa route en ce mois d’octobre.

Le point faible adverse : l’inexpérience

Pour la première fois de son histoire, la franchise de Colorado – née en 1993 – va disputer la postseason, une deuxième saison d’affilée… mais elle est toujours à la recherche de son premier titre de division. Au total, 2018 marque la cinquième qualification des Rockies en playoffs par le biais de la wild-card. Si en 2007, ils sont allés jusqu’en World Series (sweepés par les Red Sox), ils ont été éliminés en NLDS en 1995 et 2009 et restent sur un échec lors de ce match couperet l’an dernier (battus 11-8 par les DBacks). Ce n’est donc pas une équipe habituée aux gros matchs comme peut l’être la génération actuelle des Cubs. Alors certes, les joueurs du Colorado ont fini la saison en boulet de canon pour finalement échouer dans ce fameux tie-breaker face aux Dodgers, mais au moment d’affronter les Cubs dans ce win or go home game il faudra avoir les nerfs solides. Le jeune Freeland aura-t-il les épaules assez solides? Dahl peut-il surfer sur son titre de meilleur joueur de la semaine dernière? Story cochera-t-il la case K ou HR?
Réponse ce mardi.

Le facteur X : Wrigley Field

Que l’on soit fan ou non des Cubs, s’il y a un stade qu’il faut avoir vu une fois dans sa vie c’est indéniablement Wrigley Field. Ce temple du baseball a pris ses fonctions en 1916 (même s’il ne portera son nom actuel qu’à partir de 1926!!!). Les supporters sont parmi les plus vocaux de la MLB et il y a tellement de petites histoires, anecdotes et personnages qui ont marqué le club (le rituel « Take Me Out to the Ball Game », la chanson « Go, Cubs, Go! », Harry Carray, Bill Murray, le drapeau « Cubs Win »…). Cette saison, les Oursons se sont particulièrement illustrés dans leur antre avec 51 victoires et 30 défaites… mais c’est vrai qu’ils restent sur cet échec de lundi lors du tie-breaker. Mais attention aux Rockies qui ont l’air d’apprécier les lieux, ils se sont emparés de la série 3-2 en début de saison et ont même remporté 7 de leurs 10 derniers matchs à Wrigley.

Le MVP : Jon Lester

L’éxpérimenté Jon Lester sera le lanceur partant pour les Cubs dans le WIldCard Game face aux Rockies. Photo : Chicago Tribune

On a peu parlé du gaucher de 34 ans cette saison en raison des perfs stratosphériques de DeGrom et Scherzer, mais Lester a tout de même signé un bilan de 18-6 pour un ERA de 3.32! Il a effectué au moins 32 starts pour la cinquième année de suite et c’est véritablement le point d’ancrage d’une rotation qui a par ailleurs assez souffert (Darvish et Quintana en premier lieu). Le match de ce soir va marquer son 22e en postseason! A 10 reprises, Lester a débuté une série de playoffs et a connu l’expérience d’un wild-card game en 2014 sous le maillot des Athletics face aux Royals (6 points concédés en 7 1/3 matchs, sans décision). « I don’t know if there’s anybody better in a situation like this » [« Je ne sais pas s’il y a quelqu’un de meilleur que lui à envoyer dans une situation comme celle-là »] confie son coéquipier Daniel Murphy. A noter que Cole Hamels ne sera pas dans le dugout mais dans le bullpen si Lester a besoin d’être relayé tôt dans le match et puis – Bastien l’a dit plus haut – les releveurs des Cubs ont été les plus performants cette saison. Joe Maddon a donc énormément de cartes en main selon la physionomie du match.


Une réflexion sur “Preview NL WC : Rockies vs Cubs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s