Amed Rosario, le nouveau visage des Mets

Au cœur d’une saison déjà à oublier et qui, sauf miracle estival, se terminera à bonne distance des places qualificatives pour les playoffs, les New York Mets entament déjà leur reconstruction. 2018 est à l’ordre du jour et on n’exclut pas, du côté du Queens, d’être de nouveau compétitifs l’an prochain. Mais le front-office des Mets regarde déjà plus loin, dans un futur qui s’annonce radieux autour des jeunes stars de l’effectif new yorkais. Michael Conforto et Noah Syndergaard sont déjà là, et ils sont partis pour rester, mais les Mets vont surtout aujourd’hui ouvrir la porte des Ligues Majeures au prospect le plus attendu de ces dix dernières années, celui qui pourrait être LE visage de la franchise pour les dix ans à venir : le shortstop dominicain Amed Rosario.

Amed Rosario
Amed Rosario, shortstop providentiel?

Ou que vous soyez dans le monde, quelle que soit votre équipe de cœur, Il existe quelques activités communes à tous les supporters de sports collectifs : Supporter ses couleurs, célébrer les victoires, ruminer les défaites, refaire le match… et attendre avec un mélange d’anticipation inquiète et d’excitation fiévreuse l’éclosion des jeunes pousses du club. Des gamins qui se font leur place dans un squad ou un roster avec plus ou moins de succès, se révèlent parfois prodiges inattendus ou prodigieuses déceptions, s’affirment comme tauliers, utilitaires ou joueurs historiques. Et puis parfois…. Parfois il y a un jeune élément qui fait l’unanimité parmi les scouts, les coachs, les journalistes, les fans, et même ses futurs coéquipiers.

Ce joueur, nous l’avons tous vu sortir un jour des rangs de notre club favori, sous la forme d’un avant-centre providentiel, d’un demi de mêlée surdoué, d’un pivot monstrueux ou d’un lanceur surpuissant. Le bon profil au bon moment, les attributs et le coaching en parfaite harmonie, le mental d’un champion et le mentor qui va avec… Et ce mardi, c’est au tour des New York Mets d’accueillir celui que l’on considère comme potentiellement LE shortstop de la décennie à venir : Amed Rosario.

Pour la plupart d’entre vous, ce nom reste probablement relativement obscur en ce 1er aout. Vous aurez probablement lu quelque part qu’il vient d’être appelé par les New York Mets pour rejoindre le roster actif au terme de la Trade Deadline. Vous savez peut-être également qu’il est, à mi-saison, le second prospect de MLB derrière Yoan Moncada (Appelé par les White Sox en Juillet), et qu’il joue au poste de Shortstop. Mais à part ça ?

Rosario, Arrêt court d’Elite et Five Tool Player en devenir

Alors âgé de 16 ans, le shortstop dominicain a été recruté par les Mets en tant qu’agent libre international en 2012, pour une prime à la signature de 1.75 millions de dollars, un record dans l’histoire de la franchise. Depuis, sous l’œil protecteur du front office des Mets, il a fait ses classes dans le Farm System des Mets, éclaboussant de son talent les différents échelons des Ligues Mineures, pour faire ses débuts au niveau AAA avec les Las Vegas 51s en 2017.

 

Rosario Stats

Si beaucoup affirment qu’il aurait pu faire ses débuts dans les Majors depuis une ou deux saisons déjà, Sandy Alderson et le Top Management des Mets ont préféré laisser à Rosario le temps de travailler loin du feu des projecteurs et de la pression de Citi Field. Et c’est peu dire qu’il a profité à plein de ce temps passé dans les Ligues Mineures pour s’affirmer comme un futur grand aux qualités multiples.

A mi-chemin de sa première saison au niveau AAA, Rosario affiche une slash line de .328/.367/.466, avec notamment 7 Home Runs, 58 RBI et 19 bases volées, il a atteint les bases sur 84 de ses 94 matchs avec Las Vegas cette année, s’est notamment offert une série de 17 matchs avec au moins un hit au mois de juillet, et est le second joueur de Pacific League avec le plus de coups surs, derrière son coéquipier Dominic Smith. Surtout, Rosario présente des statistiques en progression constante, à tous les niveaux, au fil de son évolution dans les mineures, et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Sélectionné à la mi-juillet pour le MLB Futures All Star Game puis pour le Triple-A All Star Game, Rosario a tous les outils pour briller au plus haut niveau :

– Une batte devenue régulière au-dessus des .300 donc, et une puissance en plein développement, puisqu’il a déjà frappé plus de Home Runs (7) en une demi-saison au niveau AAA que lors de toutes ses précédentes années dans les Minors. A noter aussi que Rosario ne subit que peu de strikeouts: 67 sur 393 at-bats en 2017.

– Une capacité défensive exceptionnelle, avec une vision, une coordination, et une puissance de bras qui pourraient faire de lui un Gold Glove en puissance dès sa première saison pleine dans les majeures, s’il corrige une tendance occasionnelle à vouloir jouer trop vite.

– Des jambes de feu qui devraient être la promesse de nombreux buts volés dans les Majors, surtout avec comme mentor un autre All-Star Dominicain, Jose Reyes, champion de MLB dans ce domaine en 2005, 2006 et 2007 (avec 60, 64 et 78 steals)

Rosario, Conforto, Syndergaard: les piliers de la reconstruction

Et il ne faut pas oublier, dans ce tableau un peu idéal d’un triomphe annoncé, le rôle joué par l’équipe en place. Rosario arrive dans un roster qui a déjà entamé sa reconstruction, et qui a entériné la séparation à venir avec son shortstop Asdrubal Cabrera. Jose Reyes, lui, a pris Rosario sous son aile depuis le Spring Training. Les deux hommes se parlent souvent au téléphone, et il se murmure que Reyes, free agent l’hiver prochain, pourrait rempiler pour un an de plus afin d’accompagner celui qui est amené à devenir le taulier de l’infield new-yorkais pour la décennie à venir.

Mais si Amed Rosario suscite tant d’excitation parmi la fan-base des Mets, c’est tout autant pour ses qualités sportives exceptionnelles que pour le renouveau qu’il devrait incarner au cœur d’une franchise qui a vivement besoin de se remettre dans le sens de la marche.

Tandis que les Mets ouvrent la porte à leurs nombreux vétérans (Reed, Cabrera, Duda, Granderson, Bruce, Walker, Reyes sont partis ou seront free-agents en fin de saison), l’outfielder Michael Conforto  – excellent cette saison et sélectionné dans le roster de National League pour le All Star Game –, le lanceur Noah Syndergaard et Rosario s’imposent d’ores et déjà comme les visages des Amazin’ de demain, tout comme David Wright et Jose Reyes furent ceux du reboot de la franchise au milieu des années 2000.

ConfortoRosarioSmith_bmyy16ad_yq0xpynh
Rosario, Smith, Conforto, l’avenir des Mets en action

Avec Rosario et Conforto, avec le flamboyant Dominic Smith (22 ans) qui n’attend que le départ de Duda pour s’emparer du premier coussin, avec T.J. Rivera et Brandon Nimmo, deja installés dans le 25-man roster, avec une rotation encore jeune, emmenée par Syndergaard et De Grom, et que l’on espère voir enfin briller et être épargnée par les blessures, et avec un Yoenis Cespedes qui a encore quelques belles saisons devant lui, l’avenir est radieux chez les New York Mets. Et puisqu’il se dit, parmi les fideles de Citi Field, que le futur débute véritablement ce soir, nous donnerons le mot de la fin à Amed Rosario lui-même, et à son déjà célèbre motto : « Don’t be surprised, be Ready!« 


Une réflexion sur “Amed Rosario, le nouveau visage des Mets

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s