Comment regarder un match de baseball : 4 – La défense

On continue notre série « Comment regarder un match de baseball » avec un aspect parfois négligé par le spectateur ou le téléspectateur mais ô combien crucial dans la recherche de la performance autour du diamant. Car si l’attention du public d’un match de baseball se porte avant tout, et c’est bien normal, sur le duel lanceur/batteur, les neuf joueurs de champ ont chacun un rôle bien précis à remplir pour amasser les outs et emmener leur équipe vers le succès  

Agilité, précision, souplesse. Exceller en première base demande la grâce d’une ballerine et la solidité d’un linebacker.

Défendre au baseball c’est un peu l’inverse de passer au bâton : Réussir est vu comme la normalité. D’ailleurs sur un tableau de marque traditionnel, les seuls chiffres liés à la défense sont les erreurs. Et encore, quand un bon batteur échoue 70% des fois où il passe à la batte, un bon défenseur ne peut se permettre plus de quelques pourcents de balles mal jouées. Et chaque erreur a souvent des conséquences plus importantes sur le cours d’un match qu’un hit…

Pourtant le baseball moderne a tendance à privilégier les performances offensives aux défensives. Peut être à tort: la position de receveur est quasi la seule où les compétences défensives y sont plus importantes que les offensives. L’arrêt-court est le seul autre poste où, dans les Major Leagues on peut encore trouver des joueurs qui sont plus réputés pour leur talent avec leur gant qu’avec leur batte.

A ces postes et aussi en champ centre et deuxième base, les équipes professionnelles gardent en tout cas des spécialistes de la défense qui sont utilisés en fin de partie quand l’équipe mène au score. Pour réussir à ce que la défense devienne presque évidente, que tout ne soit plus que routine dès que la balle est frappée, il faut non seulement des joueurs aux « gants d’or » mais aussi des joueurs qui ont l’habitude de jouer ensemble et qui savent observer le jeu, connaissent l’équipe adverse et anticipent autant que possible sur les jeux à venir.

Anticipation et Communication :

Un bunt se défend avant même qu’il ne soit tenté, un double jeu peut se gagner avec une bonne lecture du batteur, un extra hit peut rester un simple grâce à l’intuition d’un champ extérieur… C’est pourquoi il faut garder un œil – si on le peut et ce n’est pas toujours possible lors des retransmissions télé qui restent focalisées sur batteurs et lanceurs – sur le positionnement de la défense. C’est d’ailleurs surtout pour suivre le jeu défensif qu’être dans les tribunes sera toujours mieux qu’être derrière son écran de télé.

Bien se placer, anticiper, être sûr de sa technique, restent les clés qui font les bons défenseurs. Ce sont aussi les outils qui leur permettent de mieux gérer les aléas, faux rebonds, effets retords et autres grains de sable qui peuvent perturber leur routine. Quand un défenseur maîtrise son sujet il est avare de gestes, fait peu de pas, de courses et semble toujours avancer et monter vers la balle.

L’entente entre les joueurs est évidemment fondamentale. Une des erreurs les plus stupides et la hantise de beaucoup, est la collision ou la confusion sur une balle haute que plusieurs joueurs essaient de jouer. La règle habituelle est priorité au champ extérieur qui est tourné dans le bon sens pour lancer ensuite la balle vers les bases ou le marbre.

La nature du terrain a une vraie influence sur cet aspect du jeu. Quand vous regardez un match demandez-vous toujours en début de rencontre si le terrain est naturel ou artificiel. Le jeu est plus rapide sur terrain synthétique, les balles roulent plus vite, les coureurs vont plus vite. Les défenses doivent donc être encore plus réactives. A l’inverse sur terrain naturel mouillé par une averse tout se ralentit.

Les Golden Gloves sont décernés au meilleur défenseur MLB pour chaque poste. (Photo: Getty Images)

La défense vue par chaque poste :

Première base :  Les 1Bs ne sont pas réputés en général pour leur gant. Pourtant ils sont de ceux qui ont le plus souvent à intervenir au cours d’un match. Ils sont LA cible de la majorité des relais vers les bases. Ils ne doivent pas trembler mais rester solides sur leur base sur les lancers longs des 3B et SS. On dit souvent que les pieds sont plus importants que les mains pour les premières bases et un de leurs talents essentiels est de toujours savoir où est leur base sans même avoir à la chercher des yeux. Souvent gauchers (la plupart des balles qu’ils doivent jouer arrivent de leur droite, côté gant pour un gaucher) et de grande taille (pour pouvoir attraper des balles hautes tout en restant sur base), leur poste ne leur demande cependant rarement d’être extrêmement rapide ou de relayer avec précision. Leurs erreurs les plus communes ?

  • Rester « cloué » à sa base sur un relais qui ne peut pas arriver à son gant (pour finir hors du terrain pour un double) au lieu de bouger pour aller l’attraper (et simplement concéder un simple).
  • Détourner du gant une balle forte frappée entre la 1 et la 2 que le seconde base aurait pu stopper.

Troisième base : Plus qu’un gant on cherche ici un bras qui va pouvoir lancer vers la 1ère base avec vitesse et précision. Il essaiera de jouer toute les balles frappées entre la 2 et la 3 qu’il peut atteindre sans plonger car il est mieux placé que l’arrêt-court pour relayer ensuite vers la première base. Son positionnement varie assez fortement d’avant en arrière selon le batteur, la situation sur base (ils sont souvent exposés aux bunts) et aussi la force de son bras. Mike Schmidt des Phillies par exemple jouait loin du marbre car il avait un bras extrêmement précis et puissant. A l’inverse Brooks Robinson des Orioles, au bras moins puissant jouait plus près et compensait avec sa vitesse de réaction. Comme les tennismen il y a en quelque sorte des 3B de fond de court et des 3B aimant le jeu de volée !  Leurs erreurs les plus communes ?

  • Penser au relais en 1 avant de vraiment maîtriser la balle et la faire tomber.
  • Les balles puissantes mal bloquées qu’ils dévient hors d’atteinte du champ gauche ou de l’arrêt-court.

Seconde base et Arrêt-court : Leurs rôles sont assez proches. Ce sont eux qui ont à jouer la majorité des balles frappées au sol ou assez courtes. Le seconde base voit en général plus de balles frappées vers lui mais l’arrêt-court a souvent les plus difficiles à jouer et doit aussi souvent les relayer plus loin, vers la première base. C’est pour cela que ce sont plutôt les arrêts-courts qui font les jeux les plus spectaculaires et que l’on y trouve les défenseurs les plus acrobatiques et doués des ligues majeures. L’entente entre les deux joueurs est primordiale car chacun couvre l’autre et quand l’un joue une balle l’autre s’occupe de la seconde base où tant de choses peuvent se passer…

Ce sont des postes où les prises de décisions sont cruciales dès qu’il y a des coureurs sur base. Faire le « easy out » ou tenter un double jeu ? Prendre des risques vers des coureurs en 3 ou au marbre ou assurer les « outs » plus simples en 1 ou 2 ? Il faut donc avoir des nerfs d’acier et surtout maîtriser chaque type de situation, anticiper sur ce qu’il peut se passer pour ne pas hésiter. Ces joueurs ont aussi la responsabilité de garder la seconde base sur les tentatives de vol depuis la première et leur entente est primordiale. Sur tentative de double jeu, l’arrêt-court a l’avantage de voir le coureur venir vers lui et d’être tourné dans le bon sens pour lancer vers la 1 alors que le second base a le coureur dans le dos et doit se retourner pour relancer en 1. L’arrêt court est le plus mobile de tous les défenseurs de l’infield. Le positionnement qu’il prend selon la situation de jeu détermine ensuite celui des trois autres. Leurs cauchemars ?

  • Les rebonds capricieux des line drives.
  • Les collisions, interférences et hésitations perturbant leur duo SS/2B.

Le Lanceur : Il ne faut pas sous-estimer le travail de défense des lanceurs. Que ce soit sur la première base sur des balles frappées au sol jouées par le 1B, au marbre sur des wild pitchs, dans le terrain sur bunts, ils ont régulièrement à intervenir. C’est aussi lui qui désigne qui doit attraper les « pop-up » entre le catcheur et le 1B, le 1B et le 3B ou le 2B et le SS par exemple. Leur hantise est évidemment d’être touchés par une balle qui vient d’être frappée, en dehors du fait qu’ils y risquent leur peau, ils ont très rarement le temps et les bons réflexes pour les attraper comme il le faudrait.

Le Receveur : On a déjà longuement parlé du rôle défensif du receveur au moment du lancer mais il a aussi un rôle clé une fois la batte frappée. Que ce soit pour lancer en 2 pour éviter un vol de base, assurer les catchs sur les pop-outs qu’ils soient dans ou en dehors de l’aire de jeu, éviter la catastrophe en lançant rapidement vers les bases sur wild pitch, comme souvent il est au cœur de l’action ! Évidemment l’action de défense emblématique du receveur reste le jeu au marbre quand il doit attraper la balle et bloquer la « maison » face à un coureur lui fonçant dessus… Il ne faut surtout pas oublier que pour toutes les actions que le receveur doit faire en défense il porte son lourd et encombrant équipement et un masque qui gêne sa vision du jeu et de la balle.  L’erreur qui tue ?

  • Perdre des yeux pendant plusieurs secondes une « passed ball » ou un « wild pitch » avec des coureurs sur base.
« The Catch » Par Willy Mays, peut-être l’action défensive la plus célèbre de l’histoire des MLBs (Photo: Getty Images)

Les Champs extérieurs : Domaine des joueurs rapides capables d’aller attraper les balles au plus près des tribunes ou après des courses folles, le champ extérieur est aussi réservé à des joueurs ayant le bras assez puissant pour lancer vers les bases. Compte tenu de la surface de terrain à couvrir le positionnement des trois champs extérieurs avant que la balle soit mise en jeu est crucial. Pour chaque batteur les défenseurs vont s’adapter. La règle de base ? Si un batteur droitier frappe loin ce sera le plus souvent en champ gauche. Le champ gauche va donc se reculer quand un batteur droitier est au bâton et s’avancer quand ce sera un gaucher.

Il est toujours plus facile d’avancer vers la balle que de reculer pour l’attraper, les champs extérieurs trop prudents ont donc tendance à se reculer, préférant une balle qui tombe devant eux pour un simple qu’une qui les lobent pour un double. Ceci peut aussi être une stratégie quand on mène pour éviter les « extra base » hits de l’adversaire. De la même façon, selon le score et/ou le moment du match, les champs extérieurs peuvent prendre des risques en essayant d’attraper les balles les plus difficiles ou en tentant les relais les plus audacieux directement vers les bases ou au contraire essayer simplement de limiter les dégâts en jouant plus raisonnablement.

Le Champ centre est habituellement le plus rapide car c’est lui qui doit couvrir le plus de terrain. C’est aussi lui qui doit avoir le meilleur œil pour savoir si une balle est frappée très fort ou pas car, pile en face du marbre, il n’a pas l’angle qu’ont les autres champs. Les erreurs les plus communes ?

  • Perdre la balle dans les nuages, le soleil ou les projecteurs du stade et concéder un hit sur une « fly ball ».
  • Rater son long relais vers une base.
  • Hésiter, se gêner entre champs extérieurs qui veulent attraper la même balle.

A lire aussi :

Episode 1 : Le Receveur
Episode 2 : Le Lineup
Episode 3 : Le Lanceur

Abonnez-vous à ESPN Player et suivez la saison régulière de MLB en suivant notre lien https://bit.ly/ESPNStrikeout


Une réflexion sur “Comment regarder un match de baseball : 4 – La défense

Laisser un commentaire