Rachel Balkovec : « Un long voyage pour arriver dans l’organisation des Yankees »

Il est rare de voir des femmes dans les staffs des différents sports majeurs masculins (NBA, MLB, NFL, NHL). Quelques unes ont tout de même réussi à se hisser aux cotés de head coach afin d’apporter leurs compétences et leur sensibilité : Becky Hammon aux San Antonio Spurs en NBA et Alyssa Nakken aux Giants de San Fransisco par exemple. Rachel Balkovec ne fait pas encore parti d’un staff de Major League, mais officie en mineur dans l’organisation des Yankees de New-York. Entretien exclusif pour The Strike Out.

 

Rachel Balkovec avec les frappeurs de Minor League de l’organisation des Yankees / Crédits DR.

TSO: Pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Rachel Balkovec : Je suis hitting coach pour le système de développement des joueurs des Yankees de New-York en Minor League.

TSO : D’où vous vient cette passion pour le baseball ?

RB : J’ai grandi en jouant au softball de compétition et après en avoir appris davantage sur le vaste système des ligues mineures dans le baseball professionnel, je savais que je voulais travailler dans ce sport. Le système des ligues mineures m’intéresse beaucoup parce que c’est un long process pour les joueurs.

TSO : Parlez-nous de votre chemin pour arriver chez les Yankees ?

RB : C’était un LONG « voyage », mais en résumé, j’ai travaillé pendant 10 ans comme entraîneur de force et de conditionnement (physique), 3 ans à l’université et 7 en baseball professionnel. Après cela, j’ai décidé de retourner étudier la biomécanique et j’ai effectué mes recherches dans le suivi des yeux pour les frappeurs afin d’être en mesure de passer à une position de hitting coach.

TSO : Pouvez-vous expliquer votre journée de travail habituelle?

RB : Habituellement, nous passons environ 2 heures dans les cages de frappes avec les joueurs pour le travail individuel, puis après nous sommes sur le terrain pour jouer. Chaque jour, il y a quelque chose de spécifique sur lequel chaque joueur doit travailler. Nous essayons d’intégrer des exercices pour aider chaque personne et des défis pour garder les joueurs énergiques et engagés.

TSO : Ressentez-vous de la fierté?

RB : Bien sûr, oui, mais je ressens surtout de la gratitude. Il y a eu tellement d’hommes qui m’ont

Rachel est l’une des rares femmes à faire partie d’une organisation professionnelle / Crédits DR.

soutenu et m’ont donné des occasions en cours de route. Tant d’hommes qui m’ont encadré et m’ont enseigné. En particulier, les entraîneurs de frappe des Astros de Houston. Ils m’ont encadré lorsque j’étais dans cette organisation. Grâce a leur connaissance et leur enseignement j’ai pu être embauché par les Yankees. L’un de mes mentors des Astros, Dillon Lawson, est maintenant mon patron chez les Yankees.

TSO : Est-ce difficile d’être une femme dans le baseball?

RB : Oui, mais dans l’ensemble, c’est positif. Il y a des sentiments de solitude parce que parfois j’ai des expériences auxquelles personne d’autre ne peut s’identifier. Quoi qu’il en soit, 90 % de mes expériences avec les joueurs et les entraîneurs ont été positives.

TSO : Comment vivez-vous cette période de quarantaine à cause du Covid_19 ?

RB : Très bien. Je ne fais que lire, écrire et tenir beaucoup de journaux. Je parle souvent à ma famille. C’est une occasion pour nous de nous montrer solidaire, comme nous ne l’avons pas vu depuis la Seconde Guerre mondiale, je suppose. J’essaie de faire ce que je peux en donnant et en soutenant les organismes qui ont besoin d’aide pendant cette période pour les fournitures médicales et la nourriture.

TSO : Comment voyez-vous la saison dans les ligues mineures et majeures avec la situation sanitaire actuelle ?

RB : Le monde continuera. Le sport finira par revenir à la normale, mais à l’heure actuelle, nous avons d’autres problèmes mondiaux beaucoup plus importants. Le sport est un merveilleux moteur de changements et d’autonomisation. Et j’espère que nos athlètes pourront tous voir la situation dans son ensemble.

TSO : Que souhaiteriez-vous faire à l’avenir? Travailler en MLB, être head coach?

RB : Travailler au niveau de la Ligue majeure n’a jamais été un objectif à long terme pour moi, mais j’ai l’impression que je pourrais apprendre beaucoup de ce niveau. J’aime travailler avec les jeunes joueurs, donc je suis heureuse d’apprendre autant que je peux maintenant à ce niveau avec les frappeurs. J’aimerai bien finir par être dans le front office, au sein d’une équipe de direction, mais pour l’instant, je suis satisfaite de mon rôle.

TSO : Pour finir, avez-vous un mot à dire aux fans de baseball français ?

RB : J’adore voir le jeu prendre de l’ampleur à l’échelle mondiale et j’apprécie le soutien que les autres pays apportent à la MLB. Au plaisir de voir plus de joueurs de baseball français en MLB un jour!

 

The Strike Out remercie chaleureusement Rachel Balkovec pour sa disponibilité. 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s