[Top 10 2010’s] – Les meilleurs rookies

Pendant toute cette année 2020, The Strike Out vous propose de revenir sur le meilleur du meilleur de la décennie 2010. Après les starters, les équipes et les managers, une nouvelle catégorie : les rookies! Quel joueur débutant a marché sur la MLB dès sa première saison? Alors que de nouvelles pépites font leurs débuts cette saison, retour sur celles qui nous ont régalé ces dernières années.

10/ Bryce Harper, Washington Nationals, 2012

Il était le prospect le plus attendu depuis… on ne sait même plus quand! Portrait à la Une de Sports Illustrated et baptisé l’Elu (The Chosen One) à 16 ans, drafté n°1 à pas encore 18 ans et propulsé en Major League à quelques mois de son 20e anniversaire, Bryce Harper a établi des records de précocité. Alors, phenom or bust?

Et bien phenom pour sa première saison débutée le 28 avril 2012, un mois après le lancement de la saison dans une équipe des Nationals alors dans les bas-fonds de la Ligue : batting average de .270, 22HR (plus jeune à frapper un HR depuis Adrian Beltre en 1998) et 59 RBIs! Ses 57 extra-bases hits et 254 bases au total établissent alors des records historiques pour un joueur pas encore âgé de 20 ans. Inutile de vous préciser que Bryce Harper a remporté le trophée de Rookie de l’année pour la National League cette année 2012.

9/ Jose Abreu, Chicago White Sox, 2014

Il avait quitté Cuba de façon clandestine en août 2013 après cinq saisons dans le championnat national. En octobre de la même année, il s’engage avec les Chicago White Sox pour la somme astronomique de 68 millions d’euros et à l’issue du mois d’avril 2014, il établit ce qui était alors le record de HR (10) et de RBIs (32) pour un rookie. Sans passer par la case Minor League, José Abreu a tout explosé sur son passage en MLB sur la saison 2014 : 36HR (record de franchise pour un rookie), 107 RBIs, une moyenne de .317 et un slugging % de .581 (n°1 général en MLB). Ce combo 30HR-100RBI sera reconduit sur sa saison sophomore, une prouesse accomplit uniquement par Albert Pujols avant lui. Le joueur de 1B s’établit alors comme le franchise player des White Sox en pleine reconstruction.

8/ Buster Posey, San Francisco Giants, 2010

Quand ta saison rookie correspond avec le premier titre de la franchise depuis 56 ans et que tu n’es pas pour rien dans cette victoire, il y a moyen que tu te trouves bien placé dans ce classement. Drafté en juin 2008, Buster Posey fait ses débuts officiels en MLB en septembre 2009 lors de l’élargissement des rosters. On commence à toucher le potentiel du garçon de 22 ans mais pour ne pas l’exposer aux rigueurs de la grande Ligue, les coachs décident de lui faire débuter 2010 en Minor League… jusqu’à fin mai où il débarque pour jouer 1B dans une équipe seulement 3e de Division. Le catcheur titulaire Bengie Molina est tradé un mois plus tard et Posey s’installe derrière le marbre.

Il ne quittera pas le poste jusqu’au dernier pitch des World Series en octobre (il catchera toutes les manches de ces Finales)! Moyenne offensive de .305, 18HR et 67RBIs en saison régulière (série de 21 matchs consécutifs avec un hit) + défense et appels de la probable meilleure rotation de la Ligue, incroyable pour son âge (WAR 3.9). Rookie de l’année en National League bien sûr!

7/ Corey Seager, Los Angeles Dodgers, 2016

Avant Cody Bellinger, il y a eu Corey Seager! Elu à l’unanimité NL Rookie of the year en 2016, le jeune short-stop des Dodgers – 18e choix de draft en 2012 – a établi des records de franchise pour un débutant dans les catégories hits et doubles (on vous le présentait ici avant la saison 2016). Au-delà de sa domination parmi les jeunes pousses, Seager s’était hissé cette année-là parmi les meilleurs joueurs tout court de la Ligue avec une 3e place au vote de MVP pour la National League et ce dans sa 22e année! Une moyenne de .308 avec 26HR et 72RBIs et 105 points inscrits, des stats folles pour celui qui était devenu à l’Opening Day le plus jeune SS titulaire chez les Dodgers depuis Gene Mausch en 1944! Le fait de gloire de Corey Seager sur cette saison 2016 restera ce match à 3HR face aux Braves le 3 juin, plus jeune joueur de l’histoire de la MLB à réaliser une telle performance.

6/ Pete Alonso, New York Mets, 2019

Il est le rayon de soleil dans le ciel bien gris des Mets. En une saison, Pete Alonso s’est hissé au rang de espoir/chouchou/favori/ des supporters du Queens. Très attendu à l’entame de la saison (on vous en parlait ici en janvier 2019), le rookie de 24 ans n’a pas déçu! Sur la lancée de sa saison en Minor League, le beau bébé au physique d’ours (1m90 et 110 kilos), son surnom c’est « Polar Bear », a sorti les balles de tous les stades de MLB, ou presque!

Et ça a commencé très fort puisqu’Alonso est devenu le premier rookie de l’histoire (enfin depuis 1900, mais c’est presque pareil) à frapper 11 extra-base hits sur ses 10 premiers matchs en carrière! Dès le 22 juin, il s’offrait le record de HR (26) pour un rookie de NL avant le All-Star Break, délogeant Cody Bellinger. Le jour suivant, c’était le record de HR pour un rookie sur une saison ENTIERE qui tombait (27 par Darryl Strawberry en 1983). Invité à participer au HR Derby du All-Star Game, Pete Alonso soulève le trophée à l’issue d’une finale épique contre un autre jeune phénomène, Vladimir Guerrerro Jr. Il rejoint au palmarès un certain Aaron Judge, vainqueur en 2017, et jusque-là seul rookie à avoir reporté le concours.

Ce duel à distance entre les deux new-yorkais va durer jusqu’à la fin de saison puisque le 28 septembre, le Met frappe son 53e HR de la saison, un de plus que le Yankee, pour s’emparer du record. Alonso va même plus loin en s’offrant la couronne de HR King à la barbe de tous les autres sluggers de la Ligue. A ses 53HR s’ajoutent 120 RBIs et 103 points marqués pour une élection quasi à l’unanimité (29 votes sur 30) de NL Rookie of the Year.

5/ Craig Kimbrel, Atlanta Braves, 2011

Après une « audition » réussie en septembre 2010 à 22 ans (4–0 ; 1 SV ; ERA 0.44 ; 40K et 16BB en ​20.2IP), Craig Kimbrel (96e choix de la Draft 2008) est désigné closer titulaire des Braves pour la saison 2011.

Le rookie va faire tomber les records aussi vite que sa fast ball, mesurée au-dessus des 100mph : 4 saves pour ses 4 premières sorties, plus grand nombre de saves pour un rookie de NL avant le All-Star Break (3 juin), lanceur le plus rapide de la franchise à atteindre les 100K en carrière (59.1IP), plus grand nombre de saves pour un rookie en MLB avant le All-Star Break (7 juillet – 27 saves), plus grand nombre de saves pour un rookie des Braves en une saison (22 juillet – 31), plus grand nombre de saves pour un rookie de NL sur une saison (17 août – 37), plus grand nombre de saves pour un rookie en MLB sur une saison (31 août – 41), plus grand nombre de manches consécutives sans prendre de points en 2011 (38.1IP), plus grand nombre de K pour un releveur en 2011 (127 en 77IP), plus grand nombre de saves en NL en 2011 (46, 1e ex-aequo avec Axford des Brewers).

La belle histoire s’est malheureusement mal terminée avec un mois de septembre très compliqué (ERA 4.76) et un blown save pour le dernier match de la saison face aux Phillies qui élimine les Braves de la course aux playoffs. S’en est suivie une polémique sur la surutilisation du rookie par son manager. Pas de polémique sur le vote à l’unanimité de Kimbrel comme NL Rookie of the Year (une première depuis Pujols en 2001).

4/ José Fernandez, Miami Marlins, 2013

A l’issue de son dernier start de la saison 2013, José Fernandez se trouvait dans le Top 10 des lanceurs de NL en nombre de K (6e – 187), K/9IP (1er – 9.75), H/9IP (1er – 5.759), ERA (2e – 2.19), WAR (3e – 6.3). Le lanceur des Marlins disputait là sa première saison en MLB! Bien évidemment désigné Rookie de l’année, le joueur de 21 ans se payait même le luxe de terminer 3e au vote du NL Cy Young derrière Kershaw et Wainwright!

Quels débuts surtout quand on se penche sur le parcours du garçon : trois tentatives de fuite de Cuba manquées, avant qu’à 15 ans le jeune José ne rejoigne le Mexique puis la Floride. L’adolescent remporte deux titres d’Etat avec son lycée et, déclaré inéligible pour sa saison senior, il s’apprête à signer avec les Reds comme agent libre international. Il remporte finalement son appel auprès de la commission sportive et termine son cursus avant d’être sélectionné au 14e rang de la Draft 2011 par les Florida Marlins. En 2012, il démolit la concurrence en Ligues Mineures (14-1 ; ERA 1.75 ; 158K en 134IP en Class A et Class A-Advanced) et est invité à participer au Spring Training 2013. Renvoyé en Minors, il est rappelé avant l’Opening Day en raison de la blessure de Nathan Eovaldi. A 20 ans, il est le 2e joueur le plus jeune de MLB à débuter la saison derrière Bryce Harper. Pour son premier match le 7 avril face aux Mets, il réalise 8K en 5IP.

« José Fernández might be the best young pitcher I’ve ever seen, at that age. I believe he will go far. » – Joe Maddon, alors manager des Rays à l’issue d’un match face aux Marlins en mai 2013.

Sélectionné pour le All-Star Game après seulement trois mois et demi de carrière, Fernandez réalise une manche parfaite (la 6e). Le 28 juillet, il claque 13K contre les Pirates et enchaîne le 3 août avec 14K contre les Indians. Fernandez termine sa saison rookie avec 12 victoires, une ERA de 2.19 et WHIP de 0.98… Une saison qualifiée d’historique par l’ensemble des observateurs. Naturalisé américain en 2015, il est de nouveau All-Star en juillet 2016. Le 20 septembre face aux Nats, José Fernandez réalise 12K en 8IP… Son dernier match en carrière puisque le jeune homme de 24 ans se tue dans un accident de bateau cinq jours plus tard, provoquant une énorme vague d’émotion dans la Ligue.

3/ Shohei Ohtani, Los Angeles Angels, 2018

Surnommé le Babe Ruth japonais avant même ses premiers lancers en MLB (sur TSO on en parlait déjà un an avant son arrivée ici, puis avant la saison 2018), le garçon avait un peu de pression sur les épaules! Le phénomène n’a pas déçu, bien au contraire, malgré un Spring Training très compliqué qui faisait douter les observateurs sur son adaptation à la fois à la MLB et à la vie aux Etats-Unis! Mais Shohei Ohtani a réalisé des prouesses à la fois dans le box des batteurs et sur le monticule. Dans la première catégorie : .285/.361/.564 ; 93 hits ; 45 extra base-hits dont 22HR ; 61 RBI ; 59 points marqués et 10 SB en 104 matchs au poste de DH (il jouait champ extérieur au Japon) ; avec un hit pour son premier at-bat. Dans la deuxième catégorie : 4 victoires et 2 défaites ; ERA de 3.31 ; WHIP 1.16 ; 63 K ; 22 BB en 51.2 IP sur 10 matchs débutés ; 6K en 6IP et une victoire pour son premier start. C’est simple, JAMAIS aucun joueur n’avait cumulé 20HR et 10 matchs lancés depuis le Sultan of Swat.

Des douleurs au coude l’ont malheureusement limité à 10 starts mais – malgré cette blessure et en raison de ses performances au bâton – le staff des Angels a maintenu Ohtani dans le line-up quelques semaines de plus. Contrairement à d’autres rookies de ce classement, il n’a pas été élu AL Rookie of the year à l’unanimité, la faute au duo de sluggers des Yankees Miguel Andujar-Gleyber Torres.

2/ Aaron Judge, New York Yankees, 2017

Après la retraite du légendaire Core Four, les fans des Yankees ont du se trouver de nouvelles idoles dans la deuxième moitié de la décennie. Un géant de 2m et 120 kilos au sourire ultra-bright ne pouvait pas passer inaperçu dans le lot des Baby Bombers (et nous l’avions même repéré vite à TSO avec deux articles ici et ). Pour se faire connaître, Aaron Judge a trouvé la meilleure façon qui soit : home-run pour son premier at-bat le 13 août 2016 (son coéquipier Tyler Austin avait réalisé la même prouesse juste avant, ce qui fait du duo de rookies le premier de l’histoire à signer un HR chacun pour leur premier AB). Après quelques piges et une blessure, le grand Aaron doit ronger son frein jusqu’à l’Opening Day 2017 pour s’installer durablement dans le line-up des Yankees et se faire un nom au-delà des frontières du Bronx.

Elu rookie en American League des mois d’avril, mai, juin et septembre + Joueur du mois en juin et septembre, le n°99 explose tout dont deux records historiques : celui du nombre de HR pour un rookie des Yankees (29 par un certain Joe DiMaggio) et celui du nombre de HR pour un rookie dans l’histoire de la MLB (49 par Mark McGwire). Judge termine avec le nombre complètement fou de 52 HR avec 114 RBI et 128 points marqués (n°1 en MLB) pour une moyenne très très respectable de .284. Beaucoup beaucoup de HR oui, mais aussi beaucoup beaucoup de strikeouts (208 – n°1 en AL) ,mais aussi beaucoup beaucoup de BB (127 – n°1 en MLB) et une moyenne de présence sur bases de .422 (n°2 en AL). Et le gaillard est aussi un excellent défenseur sur son champ droit, malgré la grande carcasse à déplacer.

Elu rookie de l’American League à l’unanimité, Judge s’était offert un premier trophée dès le mois de juillet en remportant le concours de HR du All-Star Game, premier rookie au palmarès. On le sait , il a depuis été imité par Pete Alonso et même dépossédé de son record de HR par le rookie 2019 des Mets, mais ce dernier reste un joueur très unidimensionnel : slugger et c’est tout, c’est à dire pour résumer : HR ou rien. Judge n’est pas de ce type là, il a une bien meilleure gestion de sa zone et de son compte, très souvent sur bases que ce soit avec un simple hit ou un BB, sans oublier bien sûr sa défense, largement au-dessus de celle du Polar bear. Après tous ces accomplissements et ces performances à la hauteur de sa taille, il faut quand même poser LA question qui agite les fans des Yankees : déjà victime de nombreuses blessures, Aaron Judge aura-t-il le physique pour refaire une saison comme celle de 2017? J’espère que la réponse sera OUI!

1/ Mike Trout, Los Angeles Angels, 2012

Cela ne surprendra personne si on commence par poser que Mike Trout est le meilleur rookie de l’histoire si l’on prend en compte les stats avancées. Dès sa saison rookie en 2012 (il avait fait ses premiers pas dans la Ligue l’été précédent), le joueur des Angels écrit sa légende : 139 matchs ; .326/.399/.564 ; 182 hits dont 65 extra-base hits ; 30 HR ; 83RBI ; 129 points marqués (n°1 en AL) ; 49 SB (sur 54 tentatives – n°1 en AL). Puissance et rapidité mais aussi défense au-dessus de la moyenne (WAR 10.5)… les bases sont déjà posées pour faire du garçon de 21 ans une légende (n’ayant pas peur des mots).

Pourtant, il est très important d’indiquer que Mike Trout n’était pas le prospect n°1 au début de cette saison 2012! L’honneur était revenu à Bryce Harper (pas un blasphème non plus, au regard de la saison du Phenom des Nats). Matt Moore (lanceur des Rays) était n°2 devant l’Angelino, n°3. Les débuts officiels de Trout c’est le 8 juillet 2011 et on ne peut pas dire qu’il ait impressionné pour ses premières piges : .220/.281/.390 ; 5HR et 4SB en 40 matchs. Mais le coaching staff des LAA a l’intelligence de lui offrir « seulement » 123AB alors que la limite pour conserver son statut de rookie est fixée à 130. C’est donc en tant que rookie que Trout revient en MLB le 28 avril 2012 après avoir fracassé la Triple A sur les 20 premiers matchs de la saison (.403/.467/.623).

Le jeune outfielder devient le premier rookie de l’histoire à signer un 30/30 (HR/SB), le premier à cumuler 30HR, 45SB et 120R… et pour l’empêcher de réaliser le doublé trophées de rookie + MVP (comme un certain Ichiro), il faudra une série de mammouth et la première Triple Couronne depuis 45 ans de Miguel Cabrera!!!

Mentions honorables

  • Yordan Alvarez (Houston Astros, 2019) : OPS 1.067 ; SLG .655 ; 27HR ; 78RBI en 87 matchs.
  • Ronald Acuna Jr. (Atlanta Braves, 2018) : AVG .293 ; 26HR ; 64RBI ; 16SB ; NL Rookie of the Year.
  • Cody Bellinger (Los Angeles Dodgers, 2017) : 39 HR ; 97RBI ; SLG .581 ; NL Rookie of the Year.
  • Jacob deGrom (New York Mets, 2014) : 9-6 en 22 starts ; ERA 2.69 ; 144K ; NL Rookie of the Year.

Une réflexion sur “[Top 10 2010’s] – Les meilleurs rookies

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s