Prédictions TSO : MVP, National League

Après les 30 previews en 30 jours, voici le second rendez-vous de l’année chez TSO. Ils nous font marrer, on se prend au jeu et on revient chaque hiver à l’approche de décembre sur nos résultats pour constater à quel point nous ferions de mauvais voyants ou de parfaits charlatans c’est selon. Mis sous pression saison après saison par notre rédac chef qui ambitionne toujours naïvement de faire un 8 sur 8, nous revoici plein d’ambitions pour cet exercice 2021 ! Bon ok… à défaut du pronostique parfait, nous tenterons ici surtout de faire mieux que l’an passé, ce qui au passage ne devrait pas être si compliqué vu nos piteuses prestations 2020 avec un terrible 3 sur 8. On termine les fameuses prédictions TSO avec les MVP de National League ! 

Prédictions tso

Bastien LeGrom – Ronald Acuña Jr. 

Aux côtés de Fernando Tatis Jr. et de Juan Soto, Ronald Acuña Jr. est le troisième membre de la nouvelle Trinité du Baseball Majeur dans son ensemble et de la National League en particulier. Comme ses deux acolytes il est jeune, cool, spectaculaire et parfois irrévérencieux avec ses adversaires comme avec les fameuses règles non écrites.

Surtout, au-delà des bat-flips et des grandes célébrations, il est peut-être le plus complet des trois. Redoutable au bâton comme sur les bases, comme Tatis, il est aussi plus performant que Soto en défense dans l’outfield (0.4 dWAR et 13 DRS contre -2.5 et -11 pour Soto) tandis que l’on connaît les grandes difficultés de Tatis dans le domaine défensif, à un poste certes beaucoup plus exigeant.

Mais assez parlé de la compétition, si Ronald Acuña Jr. va remporter le titre de MVP de National League cette saison, c’est parce qu’il est aujourd’hui le seul joueur au monde à pouvoir légitimement viser le ticket d’entrée pour le 40/40 club, un lounge plutôt Select qui n’accueille aujourd’hui que quatre membres : Jose Canseco, Barry Bonds, Alex Rodriguez et Alfonso Soriano (attention quand même à ne pas marcher sur une seringue en rentrant, Ronald…)

Il en est passé tout près dès sa saison de Rookie, en 2019, en terminant avec une fiche de 37 vols de bases et 42 Home Runs, et s’il a démarré la saison doucement au niveau des vols de buts (seulement 3 en 19 matchs), notamment en raison d’une légère blessure aux abdominaux, il mène déjà la National League en termes de Runs, Home Runs, Total Bases et OPS+ au moment ou j’écris ces lignes. Le succès des Braves dépendra en grande partie des performances de Ronald Acuña Jr. et ça tombe bien, parce que le gamin de La Guaira a bien l’intention de prouver à tout le monde qu’il est LE meilleur batteur de sa prodigieuse génération.

Marion Jeterette – Corey Seager (Los Angeles Dodgers)

Il sera sans aucun doute l’agent-libre vedette de l’hiver 2021-2022 (relire notre article ici) et peut-être le joueur qui signera le plus gros contrat (à voir si Juan Soto prolonge chez les Nats)… surtout si comme je le prévois il s’offre le trophée de MVP à l’issue de la saison. Corey Seager n’est pourtant pas la star de son équipe, mais ça c’est parce qu’il joue aux Dodgers et qu’il a comme coéquipier Mookie Betts… mais il est sans conteste l’une des jeunes stars de la MLB.

Le petit frère de Kyle (3B des Mariners) a déjà des trophées dans son salon : celui de Rookie de l’année en National League à l’issue d’une éblouissante saison 2016 (il avait même terminé 3e du vote MVP !) et celui de MVP des World Series en 2020 (AVG .400 ; 5RBI ; 2HR ; 8H ; après une postseason complètement folle).

A 26 ans, Corey entre dans son prime mais on sait qu’il est fragile après les blessures qui ont gâché ses saisons 2018 (seulement 26 matchs joués) et 2019 (134). S’il garde la forme, le shortstop va faire très mal aux lanceurs adverses pendant de longues années !

J-Sé Gray – Fernando Tatis Jr. (San Diego Padres)

Il est la nouvelle effigie de la Major League, la coqueluche des fans et l’attraction principale des médias. Il fait vendre des tickets, attire les téléspectateurs, et rehausse les audiences. Il répond toujours présent et a malgré toutes ses qualités une marge de progression encore énorme, notamment en défense. Surtout peu importe qui le jeune dominicain affronte, « El Niño » peut punir n’importe quel lanceur adverse. La semaine dernière, alors qu’il jouait 2 CY coup sur coup lors de la série à LA, il atteint un niveau d’exception. Résultat ? Deux HR face à Kershaw puis deux autres le lendemain contre Bauer dans un duel qu’il faudra d’ailleurs surveiller sur le reste de la saison.

Au final le leadoff des Padres aligna 5 HR, 6 RBI, 9 Runs et 3 SB contre son meilleur ennemi californien. Tatis Jr. punit la meilleure équipe, preuve si certains en doutaient encore qu’il répond toujours présent dans les grands rendez-vous. Ah et au passage il est même devenu le premier shortstop de l’histoire à frapper des longues balles dans trois matchs consécutifs au Dodger Stadium. De là une question s’est posée au sein de la MLB qui voit naturellement Tatis Jr comme la poule aux œufs d’or. Qui est le joueur le plus excitant à voir évoluer aujourd’hui ?

Un consensus semble se créer autour du phénomène.À tel point que même chez nous, dans l’hexagone, on en parle sur nos ondes de radios avec ici ce reportage de Xavier Monferran sur France Inter. Si de par ses 340 M$ sur 14 ans, le fils de l’ancien Major Leaguer fait parler de lui jusque de l’autre côté de l’atlantique, c’est bien qu’il dégage « quelque chose ». De par son jeu électrique typique des latinos, son style atypique avec ses dreadlocks jaunes et sa capacité à courir vite et frapper fort, il est aujourd’hui devenu l’une des tête d’affiches du baseball, top 3 des ventes de maillot en MLB et en passe de devenir « une star » au-delà de son sport. Le cv est là, la tête est sur les épaules et l’homme veut marquer l’histoire de sa franchise. Il n’y a plus qu’à. S’il continue à enflammer le show et bumper les audiences tv comme il le fait si bien depuis le début de la saison, je ne doute pas que la BBWAA saura le récompenser de son apport au jeu avec un titre de MVP.

Martin Keuchel – Nolan Arenado (Saint-Louis Cardinals)

Bon vous devez commencer à me connaître désormais, mis à part mon amour inconditionnel pour les Astros (voir les MVP de l’American League), je suis avec attention deux autres équipes. D’abord les Royals, qui, je trouve, travaillent très bien et sont sans aucun doute mon coup de cœur de cette année. Ensuite les Cardinals qui pendant longtemps ont été le Némésis de Houston durant nos années en National League. Une sorte d’amour/haine est né et depuis je suis également cette franchise. Je l’ai déjà dit lorsque j’ai parlé de Mike Schildt comme potentiel manager de l’année. L’équipe des Cards avait déjà fière allure en 2019 et 2020. Mais alors imaginez seulement ajouter à cela un joueur 5 fois all-Star, 8 fois gold Glove, 5 années de suite dans le top 10 du MVP (entre 2015 et 2019) et qui affiche en 9 ans de carrière une moyenne au bâton de .292 avec 239 HRs et 773 RBI. Soit en moyenne 35 HR et 114 RBI par saison. Voilà pour le CV de Nolan Arenado et n’oublions pas d’ajouter sa défense inégalable et on ne peut que se réjouir de le voir évoluer dans une équipe avec Goldschmidt  et Carlson pour l’épauler. Arenado devrait s’y plaire et ainsi déployer ses ailes afin de devenir un véritable leader offensif. Voir un leader tout court. Et puis malgré des stats de folie durant ses années à Colorado (3 fois meilleur frappeur de HR de NL, 2 fois dans la catégorie RBI), il a toujours pâti d’évoluer dans une franchise, moins reconnue, médiatique. Chez les Cards c’est tout l’inverse et nulle doute que ses talents seront bien plus exposés. Et quand on voit ce qu’il peut faire, nulle doute qu’il sera dans la course. Après, et pour notre plus grand bonheur, la concurrence pour ce trophée sera folle. 

Gaétan Jeter – Juan Soto, Washington Nationals

 

Juan Soto
CP : « Viens donc là que je t’expédie au-dessus des tribunes » (Photo by Mitchell Layton/Getty Images)

“Juan Soto ? Le mec ne prend pas trop de risques dis donc”. Voilà ce que vous vous dites. Et vous avez raison. En même temps, peut-on me lancer la pierre ? Juan Soto fait partie de ces merveilles qui sont venues illuminer la MLB ces dernières années. Et sa saison 2020, bien que courte comme l’ensemble des Ligues Majeures, a été extraordinaire. Il a mené la National League en AVG (.351), tout en étant leader de toute la MLB en présence sur base, slugging, OPS, OPS+ et en but sur balle intentionnel. Sans compter ses 13 homeruns et ses 37 points produits en 47 matchs joués. Sa 5ème place au MVP semble presque un vol, lui qui avait fini à la 9ème place en 2019 après une 2ème place au ROY en 2018 (devant un autre prodige, Ronald Acuna Jr). C’est donc un candidat logique au trophée même si son début de saison est tronqué par une blessure. Avec un tel talent, il va revenir dans la course pour montrer que les Acuna Jr, Vlad Jr et autres Tatis Jr sont derrière lui au rang des prodiges MLB.

 

 

Publié dans MLB

Laisser un commentaire