Preview 2019 – Atlanta Braves : Les Braves face à leur destin

La NFL ? Terminée. La NBA ? Presque terminée. Ces deux sports majeurs aux Etats-Unis vont peu à peu laisser leur place au 3e larron. La MLB. Un peu comme la nature, au printemps, la MLB sort de son hibernation et vient fleurir nos soirées (et surtout nos nuits). Alors qu’on se rapproche de plus en plus du début de la saison régulière, il est grand temps de se pencher sur les forces en présence. Du coup The Strike Out passe en mode présentation et vous propose de faire connaissance avec les versions 2019 des 30 franchises. Aujourd’hui, rendez-vous avec le « surprise package » de la saison 2018 : les Atlanta Braves

Braves

Retour sur 2018 : Un cocktail de talent et d’opportunisme

On pouvait imaginer un avenir radieux pour les Braves il y a un an… On les voyait commencer une lente montée en puissance dans l’ombre de Nationals dominateurs, menés par le fantastique Freddie Freeman et une jeunesse prometteuse. De là à les imaginer champions de NL East avec 8 victoires d’avances et représentants de la division en Play-offs, il y avait un pas…

Oui mais voilà : tandis que les Nationals s’éliminaient tous seuls, les Braves enchaînaient, menés par les tauliers Freeman (.309, 23 HR, 98 RBI), Markakis (.297, 59 XBH, 94 RBI) et Ender Inciarte d’un côté, et de l’autre par la jeune garde composée notamment des Johann Camargo, Ozzie Albies et du Rookie of the Year Ronald Acuna Jr. (.293, 26 HR, 64 RBI,16 SB).

Sur la butte, les Braves n’ont rien proposé d’impressionnant sur un plan individuel, mais ils se sont pourtant imposés comme l’un des meilleurs pitching staffs des Ligues Majeures, avec notamment un ERA collectif de 3.50 (4e de MLB) pour ses starters, ajusté à 3.75 (7e) si on inclut les releveurs. On remarquera notamment la belle saison de Mike Foltynewicz (183.0 IP, 13-10, 2.85), l’as en devenir de cette franchise des Atlanta Braves.

Seule légère ombre au tableau d’une saison quasi-parfaite, les Braves n’ont pas existé face aux Dodgers lors des Division Series, encaissant notamment deux shutouts lors de leurs deux premières visites au Dodgers Stadium, avant de s’incliner par trois victoires à une dans des Séries dominées par des adversaires plus puissants, plus complets, et plus expérimentés. A charge de revanche…

2019: Confirmer pour exister, exploser pour enchaîner

Après une telle saison, et au vu du réservoir de talents, jeunes ou confirmés, que possèdent les Braves, on pourrait se dire que les hommes de Brian Snitker sont favoris de leur division pour la saison 2019 ? Pas si simple… Si les Braves ont gardé la plupart de leurs atouts, et recruté deux joueurs très expérimentés au plus haut-niveau avec Brian McCann (C, ex-Astros) et le MVP d’American League 2015, Josh Donaldson (3B, ex Blue Jays), ils ont pu observer de près la véritable course à l’armement qui s’est opérée dans leur division, avec notamment les arrivées de Cano, Lowrie et Diaz à New York, de Segura, Realmuto, Robertson et Harper à Philadelphie ou encore de Corbin et Dozier à Washington. Du lourd à tous les étages.

Rien de tel pour les Braves qui ont donc misé sur la stabilité, et sur le sentiment que leur effectif peut continuer à progresser la saison prochaine : on pense notamment à Acuna, dont la première saison de très haute facture se doit de n’être qu’un avant-gout des choses à venir. On pense également aux jeunes lanceurs Sean Newcomb (164 IP, 3.90, 12-9 l’an dernier pour son année de sophomore) ou A.J. Minter (65M, 61.1 IP, 3.23, 12H, 15/17SV en 2018 en tant que Rookie). On pense enfin au talent endormi de Danby Swanson, le numéro 1 de l’exceptionnelle Draft 2015, qui tarde à confirmer à l’inverse de ses camarades de promotion, Alex Bregman, Walker Buehler ou Andrew Benintendi notamment.

Du talent dans tous les rayons, donc, et le boulot de Snitker sera incroyablement simple et difficile à la fois : à la tête d’un effectif talentueux mais dans une franchise qui, avant ses 90 victoires de 2018, n’avait plus dépassé les 80 W depuis 2013, il devra tout d’abord trouver les mots et les actes pour que ses jeunes prodiges gardent la tête froide et l’œil sur le but ultime. Il devra ensuite, tout simplement, aider son staff à trouver ces petits réglages, ces gains marginaux qui font la différence.
Dans cette optique, les statistiques confirment l’impression visuelle, celle que cette équipe jouait à son niveau réel l’an dernier, sans surrégime ou anomalies laissant imaginer un effondrement, avec notamment un BABIP de .301 pour les batteurs, de .278 pour les lanceurs, ce dernier étant légèrement influencé vers le bas par la très belle qualité défensive des Braves (6e meilleur indice défensif de MLB en 2018 selon Fangraphs). Ne reste plus donc qu’à construire sur ces bases saines et trouver les axes de progression pour faire des Braves non plus un candidat à la postseason, mais un véritable prétendant au titre !

La Star : Freddie Freeman

Après plusieurs années passées à briller de mille feux tout seul, dans un Ball club agonisant, après une saison 2017 perdue, la faute à une sale blessure au poignet qui l’a tenu éloigné des terrains de longues semaines au cœur de l’été, Freddie Freeman s’est offert une nouvelle saison de référence en 2018. Présent lors de tous les matchs de son équipe, il a terminé meilleur frappeur de National League au nombre de coups surs (191) et de doubles (44), troisième à la moyenne (.309) et finalement 4e au classement du MVP, il fut LE leader incontestable dans la glorieuse saison des Braves et la qualification pour la postseason.

Véritable capitaine, exemplaire en défense, capable d’attirer les buts sur balles et de limiter les retraits sur prises, ce qui lui permet d’afficher un OBP en carrière plus qu’honnête de .378, Freeman s’est également découvert quelques capacités insoupçonnées de coureur la saison dernière, avec dix buts volés en treize tentatives. Vous l’aurez compris, à presque 30 ans, le triple all-star est déjà le joueur de premier but le plus complet des majors, mais il semble surtout en train de faire évoluer son jeu, encore… Capable de frapper a plus de .300, de toucher les bases à plus de .400, d’envoyer 30HR et 100 RBI en volant une dizaine de bases. Si tout se passe bien, la prochaine étape semble toute tracée pour Freeman : attendez de lui une saison dont la référence du poste, le grand Joey Votto aurait pu être fier !

Le joueur à suivre : A.J. Minter

J’aurais pu vous parler ici de Ronald Acuna Jr, le Rookie of the Year et la future star de cette franchise, mais tout a déjà été dit sur le phénomène, alors parlons plutôt d’un jeune releveur qui monte, Alex Jordan ‘A.J.’ Minter. Arrivé sur la pointe des pieds en fin de saison 2018, Minter a impressionné lors de sa saison de rookie l’an dernier, se faisant une place de choix dans le bullpen de la franchise géorgienne.
Régulier et performant tout au long de la saison, il a profité de la blessure d’Arodys Vizcaino en juin pour le remplacer au poste de Closer et s’offrir une quinzaine de sauvetages (sur 17 tentatives). Avec un taux de strikeouts (K/9) de 10.13 et une limitation relative du nombre de buts sur balles concédés (BB/9 : 3.23), Minter est venu se situer dans la bonne moyenne des releveurs de Major League. Reste pour lui à limiter le nombre de hits concédés (57 en 61.1 IP l’an dernier, pour un WHIP de 1.29) pour réduire encore un ERA s’affichant déjà à 3.23 pour 2018.
Si Minter devrait de nouveau entamer la saison dans un rôle de setup man, dans l’ombre de Vizcaino, il semble prêt à prendre les responsabilités du poste de closer dans les mois à venir, pour tenter de confirmer, et pourquoi pas s’affirmer comme le nouveau taulier du poste pour les années glorieuses qui s’offrent aux Atlanta Braves.

Notre Prono : 

Difficile, bien difficile de faire un pronostic dans cette NL East tant le niveau est homogène. Les Braves ont pour eux l’avantage psychologique, celui d’être les champions sortants et un roster quasi-inchangé par rapport au dernier exercice. Mais, avec une équipe encore jeune, souffriront-ils du syndrome du sophomore ou seront-ils au contraire boostés par l’expérience des McCann, Donaldson, Freeman ou Inciarte ?

Les hommes de Brian Snitker auront de toutes façons leur carte à jouer pour l’accession en play-offs et, même s’ils ne sont pas capables d’accrocher un nouveau titre de division, on devrait les retrouver bien placés dans une course à la Wild Card qui s’annonce comme l’une des plus passionnantes de ces dernières années.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s