Preview 2019 – New York Yankees : le début d’une nouvelle dynastie ?

La NFL ? Terminée. La NBA ? Presque terminée. Ces deux sports majeurs aux Etats-Unis vont peu à peu laisser leur place au 3e larron. La MLB. Un peu comme la nature, au printemps, la MLB sort de son hibernation et vient fleurir nos soirées (et surtout nos nuits). Alors qu’on se rapproche de plus en plus du début de la saison régulière, il est grand temps de se pencher sur les forces en présence. Du coup The Strike Out passe en mode présentation et vous propose de faire connaissance avec les versions 2019 des 30 franchises. Chaque jour, retrouvez une nouvelle équipe. Aujourd’hui, on envoie du lourd avec l’un des prétendants au titre, la plus mythique des franchises du baseball, les New York Yankees !

Yankees-Bat-in-Hat-Logo-1948-to-Present

Retour sur 2018 : Une saison décevante à 100 wins

Beaucoup d’équipes auraient aimé une saison décevante à 100 victoires mais celle des Yankees s’est révélée frustrante. Tout d’abord parce que les Yankees ont dû batailler avec une puissante équipe des Red Sox sans pouvoir compter sur deux éléments essentiels au moment crucial de l’après All-Star Game, Aaron Judge (blessure) et Luis Severino (méforme sur la deuxième partie de saison). Puis ces mêmes Red Sox ont éliminé les Yankees pour leur quatrième confrontation en postseason 3 victoires à 1 en ALDS, avec notamment une défaite un petit peu large à domicile (1-16).

À y regarder de plus près, les Yankees ont livré une belle saison dans des conditions difficiles pour une équipe prétendant au titre. La rotation, qui posait question, a finalement bien fait, malgré le catastrophique Sonny Gray, grâce à l’ajout de JA Happ (2.69, 7-0 avec les Yanks) en cours de saison qui est venu au bon moment pour palier au brusque déclin post-ASG de Sevy. Tanaka a refait le coup des montagnes russes mais en se montrant plus solide (3.75, 12-6) et CC Sabathia a su rester au service de l’équipe (3.65, 9-7) malgré un corps qui arrive à sa limite.

Le bullpen a été un poil moins dominant qu’en 2017 mais Aroldis Chapman a continué à lancer des missiles (32SV). Si Zach Britton a rejoint l’équipe, celui qui a le plus impressionné en relève est Chad Green qui, au côté du vétéran David Robertson, a tenu la boutique. Au final, le bullpen est passé du 3ème au 4ème rang des Majeures pour continuer à être une des grandes forces des Yankees depuis deux ans.

En attaque, les Yankees n’ont pas fonctionné à plein régime avec la 16ème moyenne de frappe de la MLB. Giancarlo Stanton a du s’acclimater. Judge, Sanchez et Gregorius (27HR) se sont blessés. Et plusieurs joueurs n’ont pas livré la marchandise, au premier rang Gary Sanchez (.186, 18HR en 94 matchs) et Greg Bird (.199, 11HR en 82 matchs). D’où est venu la lumière ? Des super rookies Gleyber Torres et Miguel Andujar. Le premier, le plus attendu des deux, a débuté en feu avant de ralentir (.271, 24HR). C’est Miguel Andujar, qui s’est fait voler le Rookie of the Year par un certain Babe Ruth japonais, qui a surtout impressionné. Avec une moyenne de frappe de .297 et 27HR, il a su prendre la relève d’Aaron Judge quand ce dernier s’est blessé pour tenir l’attaque du Bronx. Il a aussi amené la constance qu’il a manqué à de nombreux batteurs des Pinstripes toute la saison. Si sa défensive a laissé à désirer, son impact a été déterminant dans cette saison à 100 wins. À noter également l’ajout de Luke Voit dans la période des trades, un choix qui s’est révélé judicieux (.333, 14HR).

Sans une attaque à 100 %, les Yankees ont tout de même battu le record de la MLB de homeruns en une saison (267). Prometteur pour 2019.

Que faut-il attendre pour 2019 : des Yankees uploadés

Et non, les Yankees n’ont pas signé les deux gros poissons de la Free Agency, Bryce Harper et Manny Machado. Pourtant, le nom du second est revenu avec insistance du côté de New York, Machado en faisant l’un de ses choix prioritaires. Mais les Yankees n’ont pas voulu d’un énième gros contrat. Ceci ne les a pas empêché de faire l’un des meilleurs recrutements de l’intersaison. Ils ont tout d’abords mis la main sur un partant de qualité avec James Paxton en provenance des Seattle Mariners puis sur DJ LeMahieu afin de suppléer à l’absence de Gregorius. Il ont également ramené JA Happ, essentiel aux Yankees depuis son arrivée, Zach Britton et ont tenté le pari Troy Tulowitzki. Dernier gros coup, l’excellent releveur Adam Ottavino.

Résultat, les Yankees semblent plus fort dans tous les domaines, notamment chez les partants, la grande inconnue des dernières saisons. Severino, Paxton, Tanaka, Happ, CC Sabathia, une rotation qui sur le papier est alléchante. CC Sabathia vivra d’ailleurs sa dernière saison mais la commencera blessé. Quand à Sevy, il s’est lui aussi blessé et sera out jusqu’en mai. Pour remédier à ce double problème, Brian Cashman n’a pas voulu s’en remettre uniquement à une solution interne (German, Loaisiga) et a recruté Gio Gonzalez (4.21, 10-11 en 2018. Si l’ex lanceur des A’s, des Nats et des Brewers n’est plus aussi dominant qu’avant, il s’avère une solution solide pour les Bronx Bombers et pourrait se relancer dans la Big Apple. Cependant, c’est le bullpen qui impressionne le plus. Avec Chad Green, Zach Britton, Adam Ottavino, Dellin Betances et Aroldis Chapman, beaucoup pensent que les Yankees tiennent potentiellement le meilleur bullpen de tous les temps.

lmghtabpvswjbgvpm4md
Le Murderers’ row du bullpen ? – crédit : mlb.com

Si Troy « Tulo » Tulowitzki est un pari, tant le joueur est devenu l’ombre du grand joueur qu’il a été, DJ LeMahieu (.276, 15HR) se révèle un choix fort malin en l’absence de Didi Gregorius pour solidifier l’infield tout en ajoutant une bonne batte. L’attaque a tout pour battre le record qu’elle a établi en 2018 de 267 homeruns sur une saison. Ce qui lui faudra, c’est plus de constance et moins de blessures pour atteindre un niveau supérieur de jeu. Un niveau de World Series. Pour le moment, les blessures sont au rendez-vous dans la rotation mais les Yankees ont de la réserve pour tenir jusqu’au retour de Severino et CC Sabathia. Et ils ont tous les éléments pour se déchaîner à la batte et martyriser même les meilleures rotations. On attend beaucoup de ces Bombardiers du Bronx uploadés pour aller chercher le titre. Le dernier remonte à… 2009. Un anniversaire à fêter.

La star à suivre : Aaron Judge

Encore lui ? Voilà ce que vous vous dites sûrement. Quand on parle des Yankees, voici le premier nom qui revient sans cesse depuis deux saisons. Le Rookie of the Year 2017 et quasi MVP la même année est devenu l’âme de l’équipe du Bronx, orpheline de son Captain Derek Jeter, lors de sa première saison complète en MLB. Il faut dire que ses absences pour blessure ont à chaque fois pesé sur l’équipe.

Au-delà des stats et de sa puissance au bâton (52 homeruns frappés en 2017), The Judge a pris une importance primordiale dans la dynamique de l’équipe et beaucoup d’espoirs reposent sur lui pour amener les Yankees au titre. Judge a connu une saison contrariée en 2018, suite à une balle rapide qui lui a fracturé le poignet, l’éloignant des terrains pendant un mois en demi après le All-Star Game. Néanmoins, sa ligne de stats en 112 matchs demeurent excellente : .276/.392/.528 avec un OPS de .919 grâce notamment à ses 27 HR et 76 BB/ Si on reproche à Judge d’encaisser beaucoup de strikeouts, on oublie qu’il frappe souvent, qu’il frappe fort, arrache de très nombreux BB et fait marquer.

La star new-yorkaise a également fait tomber plusieurs records du club et de la MLB. Cette excellence à la batte ajoutée à un bras canon au champ droit ont fait de lui l’un des joueurs les plus estimés du circuit. Pourtant, on a appris que le géant des Pinstripes s’était blessé lors du Homerun Derby 2017, qu’il avait remporté avec brio, et qu’il a joué depuis sans être à 100 %. L’objectif d’Aaron Judge est de livrer une saison complète sans ennui de santé. S’il y parvient, il risque de nouveau d’affoler les compteurs et de porter les Yankees très loin dans la saison.

Le jour à suivre : Giancarlo Stanton

Dans la catégorie star ou joueur à suivre, on pourrait mettre une douzaine de noms. Les mêmes d’ailleurs. On pourrait suivre si Gary Sanchez va retrouver son niveau de 2017, si Tulo et Ellsbury vont retrouver un niveau tout court, si Sévy va redevenir un ace intouchable, si Greg Bird est vraiment le joueur qu’on croit, si Clint Frazier va finir par s’imposer, si Andujar et Torres vont confirmer… autant de questions qui pourraient dessiner un avenir dynastique en cas de réponses positives. Mais on attend surtout des sommets d’un joueur déjà confirmé.

Giancarlo Stanton a débarqué dans le Bronx avec de lourdes attentes sur les épaules. Le MVP 2017 au 59 HR devait former un nouveau Murderers’ row avec les Judge, Sanchez et autres Gregorius. Mais l’ex-joueur des Marlins a commencé sa saison en mode diesel avant de conquérir le cœur des fans. Il a fini la saison avec une moyenne de .266 et 38HR. Une bonne saison mais on attend plus désormais de la part de ce super cogneur après une saison d’acclimatation.

Disons-le clairement, on attend une course aux homeruns entre Stanton et Judge comme celle que nous avaient offert Mickey Mantle et Roger Maris en 1961 pour battre le record du Babe (Maris avait battu le record du Babe, 60HR en 1927, avec un homerun de plus mais en jouant 162 match contre 154 pour Ruth, créant ainsi la polémique). Avec, comme les Yankees de 1961, le titre au bout.

Notre prono :

Les Yankees font partie des favoris au titre. Avec une équipe loin de son potentiel en 2018, les Pinstripes ont atteint la marque des 100 victoires et l’excellent recrutement de l’intersaison est censé avoir amélioré l’équipe. On pourrait donc avoir une rivalry de haute lutte dans l’Est de l’American League avec les Red Sox. L’attaque des Yankees devrait envoyer du lourd et pourrait faire un back-to-back record au niveau des homeruns. Il sera aussi difficile de leur prendre des points après la 5ème manche. Ce qui sera déterminant, vis à vis des deux dernières saisons, sera la bonne tenue ou non de la rotation, non pas pour se qualifier en postseason (ce qui se fera avec la 1ère place en AL East ou avec la 1ère Wild Card sauf accident industriel), mais bien pour aller au bout. 10 ans sans titre, c’est bien trop long pour les Yankees et leurs fans.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s