Preview D1 France / Poule B : beau duel Cougars-Templiers en perspective

Ce week-end, le championnat de France baseball D1 démarre une nouvelle vie. Ce ne sont pas 8 mais 12 équipes qui vont rejoindre la ligne de départ de cette nouvelle saison. Avec cinq promus, ce sont des retours et des nouvelles têtes qui vont animer la saison 2019. Une saison qui part un peu dans l’inconnu. Comment le baseball français va gérer cette expansion sportivement et financièrement avec une formule en deux poules et de nouvelles règles sur les joueurs étrangers ?

BANDEAU-SITE-LOGO-D1-baseball

La règle : obtenir l’une des trois premières places pour se qualifier dans la poule des playoffs et éviter celle du maintien, chaque équipe gardant les résultats de la première phase face aux équipes qualifiées. Les deux premiers de la poule haute joueront les French Series. Le dernier de la poule basse devra jouer un barrage avec le champion de la D2.

Autres nouveautés : plus d’obligation d’aligner au moins un lanceur français sur un tout un match et possibilité d’une batterie 100 % étrangère.

Aujourd’hui, nous vous présentons la poule B, la poule la plus déséquilibré des deux. Elle est composé des équipes suivantes : Cougars Montigny, Templiers Sénart, Boucaniers La Rochelle, Paris Université Club, Cometz Metz, Cavigal Nice.

Cougars Montigny (2018 : Finaliste, 3ème saison régulière 15v-9d)

club-montignycougars

En 2018 Les Cougars ont connu une saison exceptionnelle, jouant les premiers rôles en championnat et se qualifiant pour les French Series. Une performance acquise grâce au meilleur pitching staff de la D1 2018 (Yorfrank Lopez, Antoine Rault, Maxence et Clément Esteban, Jonathan Mottay). Bastien Dagneau avait quant à lui porté l’attaque qui malgré tout avait manqué de constance pour aller chercher le titre.

En 2019 Avec Lopez de retour, Montigny devrait proposer du lourd sur le monticule une nouvelle fois, surtout que les frères Esteban montent également en puissance saison après saison. De bonne augure pour la première campagne européenne de l’équipe et pour tenter de ravir le titre aux rouennais. Le point noir de l’intersaison, c’est la perte de Dagneau reparti à Rouen. Avec 7 homeruns et une moyenne de .377, le cogneur ignymontain apportait puissance et constance.

Mais les Cougars ont remédié au problème en recrutant l’une des deux meilleures battes de la saison dernière, Rafael Jimenez Marte et son ex-coéquipier à Saint Just, Francisco Perez, deux frappeurs qui n’ont pas la puissance de Dagneau mais apporteront la constance qui manquait à l’équipe. Sylvain Perrin, en provenance des Barracudas de Montpellier, amènera lui l’expérience, autre manque d’une équipe qui a découvert les joies des French Series.

Le joueur à suivre Yorfrank Lopez, meilleur lanceur de la D1 2018, sera l’arme numéro 1 des Cougars cette saison encore. Ses performances ne sont pas passées inaperçues et le lanceur vénézuélien a reçu de nombreuses sollicitations. Finalement, le voilà de retour pour mener les Cougars vers le titre, lui qui avait raté ses French Series après une saison hallucinante (0.92, 11-5).

Notre prono Montigny ne cache pas ses ambitions pour 2019. Les Cougars veulent être champions de France. Avec un pitching staff de haut niveau et une attaque plus constante, ils en ont les moyens et devraient batailler avec Sénart pour occuper la première place de la poule B. Leurs lanceurs sont clairement l’avantage décisif qui pourrait les qualifier en finale.

Templiers Sénart (2018: Demi-finaliste, 1er de la saison régulière 16v-8d)

Templiers

En 2018 Sur le papier, les Templiers ont livré une belle saison (1er de la saison régulière, finaliste Challenge de France, demi-finaliste championnat) mais ils ont donné l’impression de ne pas avoir digéré la saison 2017, saison au cours de laquelle ils avaient remporté le Challenge de France et perdu en 5 matchs les French Series dans une finale acharnée. Une finale où Sénart est sortie en colère et très déçu. Cela s’est ressenti en 2018 où il a semblé manquer un petit quelque chose chez les Templiers qui ont tragiquement fini leur saison par une déculottée face aux Huskies de Rouen.

En 2019 Le titre. Oublié 2017. Oublié 2018. Les Templiers veulent gagner le championnat et réparer les affronts des dernières saisons. Pour se faire, Sénart a digéré le départ de quatre joueurs majeures (Jimenez Marte, Frank Mata, Lorienne, Legra Perez, Palencia) en faisant appel à quatre imports.

En attaque, le receveur américain Daniel Jackson (NCAA D1 à Long Beach State) et l’outfielder dominicain Carlos Belonis (Milwaukee Brewers en Rookie et A+ de 2011 à 2018) vont s’ajouter à un lineup déjà impresionnant (Félix Brown, Jorge Hereaud, Alex Perdomo, Florian Peyrichou).

Cependant, l’inconnue sénartaise se trouve sur le monticule. Matthieu Brelle-Andrade a sorti une très belle saison 2018 (2.93, 5-0) mais, comme avec Pierrick Lemestre (4.82, 1-0), les années passent. La relève est assurée par Clifford Heberden mais ce dernier n’est pas un lanceur dominant. Comme l’année dernière, Sénart va se reposer sur leurs deux lanceurs étrangers, deux américains, pour conserver sa place dans le haut du tableau, l’américain Jay Rivera (passé par les mineures avec les Texas Rangers) et Brendan Jenkins (San Francisco University). Le premier débarque d’une équipe habituée des joutes européennes, les tchèques du Daci Brno, avec des stats impressionnates (1.81 ERA). Le second aura un rôle de closer mais viendra aussi renforcer le lineup et les joueurs de champ.

Le joueur à suivre Clifford Heberden sort d’une saison honnête (3.99, 3-2) mais, en tant que jeune lanceur représentant l’avenir du baseball français, il va devoir élever encore son niveau de jeu. Il fêtera ses 19 ans cet été et est donc en développement. Cependant, les Templiers auront besoin de lui pour aller loin dans la compétition et, en cas de performance, donné la profondeur décisive dans le pitching staff dans la quête du titre.

Notre prono Les Templiers vont nous offrir une belle lutte au sommet dans la poule B avec les Cougars de Montigny. Avec un lineup qui pourrait être le meilleur de tout le championnat et une règle assouplissant l’emploi des lanceurs étrangers, Sénart se positionne clairement en prétendant au titre, à condition que les lanceurs, américains et français, répondent présents…

Boucaniers La Rochelle (2018 : Quart de finaliste, 6ème de la saison régulière, 6v-18d)

boucaniers

En 2018 Honorable saison pour le promu qui a su batailler malgré un pitching très faible. Heureusement, l’attaque a compensé suffisamment pour permettre aux Boucaniers d’accéder aux playoffs dès leur première saison, grâce, en particulier, à Ariel Soriano, le MVP 2018 (.411, 5HR).

En 2019 Les Boucaniers sont des sentimentaux et ont du mal à lâcher les imports qui leur ont permis de monter en D1. Conséquence, Forrest Crawford (.299), Daniel Blum (3.75, 3-3) et Chris Buitron (.233) sont de retour. Ce choix sera-t-il payant ? En revanche, Ariel Soriano parti à Rouen, l’attaque s’en trouvera fortement affecté. Pour y remédier, d’autres imports débarquent chez les Boucaniers : l’utility player américain Parker Swindell (passé par la NCAA D1 puis les championnats espagnol et autrichien, le lanceur vénézuélien Rayner Oliveros (qui connaît bien la D1 pour y avoir joué avec Chartres et Saint Just) et le receveur américain Jesse Baker qui a joué depuis 2015 dans différentes ligues pros indépendantes. Une recrue pour amener de la puissance après le départ de Soriano. Enfin, le pôliste franco-dominicain Marcel Cremer-Baker renforcera l’infield et l’attaque, lui qui frappe en 15 matchs de D1 avec Montpellier pour .273 avec 1 HR. Un jeune espoir qui fera du bien aux Boucaniers, qui offriront une belle offensive.

Le joueur à suivre Après avoir réalisé un très beau coup avec Ariel Soriano, les Boucaniers pourraient récidiver avec Jesse Baker. Ce dernier a été élu dans First Team All-America de la NAIA, la deuxième association sportive universitaire après la NCAA. Cette année-là, il frappe pour .430 avec 17HR. Après, 2 matchs pros joués en Frontier League la même saison, il poursuit en 2016 son parcours en ligue indépendante avec l’équipe des Tucson Saguaros de la Pecos League, frappant pour .392 et 9 homeruns. En 2017, il rejoint l’American Association avec les Salina Stockade et partage la saison 2018 entre la Pecos (Bakersfield Train Robbers) et l’American Association (Texas AirHogs). Au final, il sort des indy league avec une moyenne de .293 et 25 homeruns frappés.

Notre prono La libéralisation des règles pour les lanceurs va clairement aider les Boucaniers à performer mais leur pitching staff reste très léger. Le duo Oliveros/Blum permettra au club de viser les playoffs en prenant le meilleur sur le PUC, Metz et Nice mais sera insuffisant pour espérer mieux en poule de playoffs qu’une sixième place.

Paris Université Club (2018 : 7ème de la saison régulière, 3v-21d)

puc

En 2018 Le PUC a terminé la saison dernière avec trois petites victoires. Certes, ils ont pris deux matchs à Montpellier, ont parfois bataillé avec les meilleurs mais à l’arrivée, c’est un bilan comptable faible et quelques pilules encaissées. Si le retour de Douglas Rodriguez a fait du bien au club parisien, l’ancien Major Leaguer Harvey Garcia n’avait pas livré la marchandise. Beaucoup de turn-over, beaucoup de très (trop) jeunes, une attaque famélique et un monticule faiblard, le PUC n’était tout simplement pas au niveau, malgré quelques belles fulgurances.

En 2019 On s’achemine sur un remake de la saison 2018. Harvey Garcia est de retour, ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle. Le PUC devra espérer trouver quelques bonnes battes chez ses imports pour essayer de survivre, même face aux promus.

Le joueur à suivre Douglas Rodriguez sera encore l’alpha et l’oméga de l’équipe. Avec sa moyenne de .356, il a été le leader offensif des parisiens en 2018 et constitue, hors imports, le seul joueur de haut niveau du PUC. Celui qui aspire à intégrer l’équipe de France pour l’Euro devrait livrer une saison de haut vol, ce qui permettra au PUC d’exister un peu.

Notre prono Le président de PUC a déjà prévenu dans le Huskies Mag. Le PUC s’appuiera sur ses jeunes. Sous-entendu, il ne faudra pas attendre beaucoup du PUC cette saison. Le club espère un avenir plus radieux mais jouera le maintien en 2019. Un jeu qui sera plus ou moins pénible selon la venue au non de recrues étrangères performantes.

Cometz Metz (2018 : 3ème poule A D2, 11v-13d)

Logo-Cometz

En 2018 Les Cometz ont terminé la saison dernière avec un bilan négatif, dominés par les équipes des Arvernes de Clermont, futurs finalistes de la D2, et la réserve des Huskies de Rouen. Quatrième moyenne de frappe et ERA collectif de la D2, Metz a été plombé par sa défense qui a cumulé 89 erreurs, le pire total de la D2.

En 2019 Conscients des limites de leurs effectifs, Metz a été très actif durant l’intersaison pour survivre à leur premier saison dans l’élite. Et même très très actif. L’équipe va accueillir trois américains, un porto-ricain, un guatémaltèque du Luxembourg, un français évoluant en Allemagne et un jeune pôliste (retour de Clément Noblet). Metz, une équipe qui nous fait voyager. Mais nous fera-t-elle rêver ?

Pour muscler leur pitching, ils compteront sur deux américains, Nolan Watson (LA Occidental College/Seattle Studs) et Mitchell Robinson (Kearney University/Western Baseball Major League/Moose Jaw Miller Express), deux produits du baseball universitaire qui permettront à Metz, grâce aux nouvelles règles, d’être plus compétitif. Sans compter de possible relève du troisième américain Scott Platt bien que ce dernier aura surtout pour tâche d’amener de la constance au bâton et sa grande connaissance du baseball.

En attaque, l’équipe comptera sur Omar Prieto, porto-ricain ayant évolué à la Concordia University et la Western Baseball Major League avant d’atterrir cet hiver en Argentine où il a fini MVP du championnat. Autre recrue, l’ancien international du Guatemala Juan Godoy, qui jouait depuis 2012 pour les Red Sappers de Dudelange.

Le joueur à suivre Mitchell Robinson pourrait briller sur le monticule de Metz. En deux saisons au sein de la Western Canadian Baseball League (ligue collégiale relevée dans laquelle a évolué l’ancien international français Anthony Cros) avec les Moose Jaw Miller Express, il a posté un ERA de 2.87 mais il a aussi frappé deux homeruns. Voilà un two-way player que les Cometz ont l’intention d’utiliser sur la butte comme au bâton et qui n’est pas sans rappeler un ancien joueur du même genre qui fit les beaux jours du PUC et de Montpellier il y a peu, Will Musson.

Notre prono Metz a fait beaucoup d’efforts pour gonfler son effectif, profitant des nouvelles règles sur les étrangers pour se mettre à niveau. Est-ce que cela sera suffisant pour atteindre les playoffs ? Derrière les imports, les joueurs vont découvrir ou redécouvrir le haut niveau français et auront besoin d’adaptation. Un avantage pour les Boucaniers, les concurrents directs pour la troisième place qualificative. Néanmoins, Metz a des bonnes chances de pouvoir dominer le PUC et Nice qui semblent, pour le moment, s’être peu renforcés.

Cavigal Nice (2018 : Demi-finaliste, 2ème poule B, 15v-9d)

Nice

En 2018 Nice a terminé la saison avec la troisième attaque de D2 et le deuxième meilleure monticule. Ils ont même challengé les Arvernes de Clermont, poussant les anciens pensionnaires de D1 à un cinquième match décisif en demi-finale.

En 2019 Que dire ? Pas ou peu de changement chez le Cavigal. Aucune annonce d’imports. Pas de grand nom de la D1 les rejoignant. À première vue, le Nice de la D2 espère, si ce n’est rivaliser, au moins survivre en D1. Pour espérer mieux, il faudra voir débarquer quelques imports. Wait and see.

Le joueur à suivre Bonne question. Le club enregistre le retour de Jonathan Montas Berroa pour une seconde saison. Frappant pour .440 (1Hr) et avec un pourcentage sur base de .504, il sera de nouveau le leader de l’attaque niçoise. À voir s’il saura se montrer aussi performant en D1.

Notre prono Une équipe de D2 en D1. Difficile de voir Nice, même avec un état d’esprit conquérant, exister pleinement dans ce championnat 2019, surtout que Metz, plus faible en D2 que les niçois, se sont bien renforcés de leur côté. Nice jouera le maintien.

Les affiches de l’Opening Day en poule B

Sénart vs La Rochelle Un premier test pour La Rochelle afin de voir comment se situe l’équipe et leurs imports face à un des prétendants au titre. Pour Sénart, l’idée sera de mesurer leur monticule à un bon lineup et de bien se lancer dans la conquête des French Series.

Montigny vs Nice Le Cavigal sera-t-il au niveau pour un Opening Day face au dernier finaliste du championnat de France et prétendant au titre de champion. Toute autre qu’une double victoire serait un très mauvais départ pour les Cougars.

PUC vs Metz Déjà un match à enjeu en bas de tableau ? L’historique de la D1 (22 titres de champion pour le PUC) contre le promu (Metz jouera ses premiers matchs en D1). Pourtant, vu les renforts côté messin et les interrogations sur le niveau puciste, rien ne semble évident à pronostiquer dans cette rencontre dont les résultats seront importants car conservés pour la poule des playdowns à laquelle sont destinées ces deux équipes. Si elles veulent atteindre les playoffs, ce seront des doubles rencontres à ne pas perdre pour viser la troisième place.

Résultats et statistiques sur STATS FFBS


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s