French Series 2018 : affiche inédite et incertaine

Les French Baseball Series 2018 nous offre une affiche inédite. Les champions en titre, les Huskies de Rouen, vont devoir défendre leur titre face aux Cougars de Montigny à partir du week-end prochain. Les ignymontains, promus en 2017, accèdent à la finale du championnat de France Baseball D1 pour la première fois de leur histoire. C’est donc une véritable opposition de palmarès entre le club qui écrase la D1 depuis le milieu des années 2000 et un autre qui n’a connu que trois saisons dans l’élite. Mais l’écart de titres ne peut masquer la réalité du moment : les deux équipes au coude à coude pour lever le trophée de champion 2018 et ces French Series sont bien incertaines.

En demi-finale, les deux finalistes ont confirmé leur premier week-end de domination. Sénart a tenté de résister aux Huskies, qui ont du batailler dans le troisième match, mais qui se sont finalement imposés 6 à 5 pour emporter la série 3 rencontres à 0. Même chose côté Cougars qui ont remporté le troisième match de la série pour se qualifier en finale mais avec moins de sueurs froides, infligeant un cinglant 9-0 à des Barracudas de Montpellier qui pourront être déçus d’une si sèche et décevante sortie des playoffs. Désormais, place à la finale entre deux équipes aux crocs bien acérés.

Les Atouts des Huskies Rouen

N°1 : leur expérience

Face à une équipe qui n’a jamais joué une finale du championnat de France de 1ère division, l’expérience rouennaise est clairement son atout numéro 1. De plus, Montigny a perdu plusieurs cadres cette saison, qui ont décidé de jouer dans la réserve comme Alex Couton. C’est donc une équipe jeune et moins expérimenté qui va affronter les champions. Les Huskies ont tout connu en finale : domination sans partage, remontada après deux défaites pour commencer la série finale et série en cinq matchs au bout de la nuit (on exagère à peine) un dimanche comme en 2017 face à Sénart. Rouen sait gérer toute sorte de finale… et les gagner !

N°2 : leurs deux Aces

Si Yoann Vaugelade a connu une saison compliqué, qu’Esteban Prioul a été moins rayonnant que l’année passée et que les Huskies ont moins de profondeur qu’à leurs habitudes, ils possèdent une paire d’Ace absolument fabuleuse : Kender Villegas (1.17, 7-0) et Owen Ozanich (1.65, 10-2). Les deux lanceurs ont connu un premier week-end de demi-finale sensationnel, dominant les battes des Templiers de Sénart. Ozanich a été plus contesté sur le troisième match de cette série mais l’international français sait répondre présent quand les enjeux sont élevés. Les deux devront être à leur meilleur pour faire mieux que le super Ace de Montigny Yorfrank Lopez.

N° 3 : leur attaque

Comme souvent, l’attaque des Huskies a de quoi impressionner. Au terme des demi-finales, les Huskies comptent cinq frappeurs ont dessus des .300 de moyenne dont Gerwuins Velazco qui affiche une belle moyenne de .386 ou encore le néo-international français José Paula (.346, 3HR). Derrière, deux autres batteurs s’approchent de la barre fatidique des .300 et Dylan Gleeson (.259), moins constant cette saison, peut toujours frapper la longue balle (2HR).

Leur faiblesse principale : Un pitching staff plus banal qu’à l’accoutumée

Esteban Prioul (3.04, 1-0), Yoann Vaugelade (4.20, 0-2), Keino Perez (4.37, 3-3), Gerwuins Velazco (4.91, 0-0) : voilà les quatre meilleurs lanceurs derrière les aces Villegas et Ozanich. Comparativement aux saisons précédentes, les Huskies n’ont plus la même marge de manœuvre si leurs partants flanchent. Ceci explique que la domination des Huskies ait été contestée en saison régulière. Les quarts et demi-finales se sont déroulés sans encombre pour les champions mais en cas de bataille plus serrée en finale, ce manque de profondeur pourrait devenir la principale faiblesse des normands.

Les Atouts des Cougars Montigny

N°1 : leur pitching staff

À la surprise générale, Montigny a terminé la saison régulière avec le meilleur ERA collectif. Avec les demi-finales, les Cougars s’offrent un ERA de 2.19, une performance due à un Yorfrank Lopez (0.59, 11-3), qui a été encore fabuleux en demi-finale, mais aussi la montée en puissance des jeunes frères Esteban, Maxence (2.73, 2-3) et Clément (3.51, 3-1). Les recrutements d’Antoine Rault (3.32, 2-1) et Jonathan Mottay (3.71, 3-1) ont été plus que judicieux. Le dernier a d’ailleurs livré un match complet fantastique face aux Barracudas de Montpellier en demi. Le monticule des Cougars risque d’être difficile à manœuvrer pour l’offensive rouennaise.

N°2 : leur fraîcheur

On peut penser qu’avec son inexpérience et sa jeunesse, Montigny va aborder ces French Series avec la peur au ventre mais l’explosion des Cougars depuis leur promotion la saison dernière montre que l’équipe va toujours de l’avant. Cette finale est un bonus dans une saison déjà archi-réussie : demi-finale Challenge de France, 3ème de la saison régulière, finaliste à minima de la D1 et qualifié pour l’Europe en 2019. Montigny vise haut mais prend son temps. Le titre pourra arriver cette saison ou une autre… prochainement. On peut donc s’attendre à ce que les Cougars prennent au sérieux cette finale mais sans se rajouter une pression dingue. Rouen est le légitime favori et devra défendre son titre. La vraie pression est sur les épaules de cette équipe qui ne veut pas perdre. Les Cougars peuvent donc jouer libérer et… donc jouer mieux !

N°3 : leur puissance au bâton

L’attaque des ignymontains n’est pas aussi constante que celle des Huskies mais elle est beaucoup plus puissante. 11 homeruns frappés contre 5 pour Rouen (pour un slugging équivalent). Montigny a une capacité à sortir la balle plus grande que celle des normands. Une puissance en très grande partie due à Bastien Dagneau (.378) qui a frappé 7 longues balles. Il sera l’arme numéro 1 des Cougars en attaque, suivi de Dylan Mayeux (.299, 2HR) et Juan Gabriel Carela (.357, 1HR).

Leur faiblesse principale : une défensive moins solide

Même si Rouen n’a pas toujours rayonné en défense cette saison, l’équipe normande affiche une plus grande solidité que celle des Cougars (.964 vs .940 en fielding). Montigny a ainsi commis 7 erreurs face à La Rochelle en quart de finale puis 5 face à Montpellier au tour suivant soit 12 erreurs défensives. Dans le même temps, Rouen n’en commettait que 4 sur les deux séries. Si toutes ces erreurs n’ont pas empêché les Cougars de s’imposer facilement, il n’en sera pas de même face à Rouen. Les franciliens vont devoir avoir bouché les trous dans leurs gants.

Pronostic : Si Yorfrank Lopez assure ses deux starts, Montigny aura une chance très sérieuse de soulever le trophée du champion en 5 voir 4 matchs si Jonathan Mottay nous sort un autre grand départ. En revanche, si Yorfrank Lopez n’arrive pas à dominer deux fois les Huskies, ces derniers devraient l’emportaient en 4 matchs.

Match 1 – 06/10 à 16h00 : Rouen vs Montigny

Match 2 – 07/10 à 14h00 : Rouen vs Montigny

Match 3 – 13/10 : Montigny vs Rouen

Match 4 et 5 si nécessaire le 14/10


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s