[ALCS] Astros vs Yankees : La Jeunesse au Pouvoir!

C’est un duel que personne n’attendait. Mais ce sera bien un Astros-Yankees, au rendez-vous de ces AL Championship Series. Un affrontement entre les deux équipes de l’avenir, avec des jeunes joueurs talentueux des deux côtés, mais surtout une rencontre entre les deux MVP en puissance, Altuve et Judge. Sur le monticule aussi, il y aura un bouchon de stars: Keuchel et Verlander d’un côté face à Severino, Tanaka et même Gray. Surtout on devrait assister à un festival offensif tant ces deux équipes possèdent un potentiel incroyable.

jose-altuve-aaron-judge
Quel format préférez-vous pour votre MVP 2017?

Gaétan Jeter : les Baby Bombers défient les probabilités

Qui aurait misé sur la présence des Yankees en finale de l’American League cette saison ? Mis à part les fans des Yankees, personne. Et si les fans des Red Sox sont en PLS depuis la fin de l’ALDS, il faut reconnaître que peu d’éléments encourageaient à entrevoir une telle fin de saison du côté du Bronx au premier lancer de l’Opening Day. Une bardée de jeunes joueurs talentueux mais devant convaincre de leur constance au plus haut niveau, une défensive pas toujours au top et une rotation chancelante, autant d’obstacles pour voir dans les Bronx Bombers une équipe pour les playoffs. Le bullpen apparaissait comme l’unique force sur laquelle pouvait compter sans problème les new-yorkais.

Au final, le bullpen a tenu son rang, la rotation a surpris et les Baby Bombers ont porté l’équipe vers le succès. Les Yankees ont débuté la saison sur les chapeaux de roue, ont connu des trous mais sont toujours revenus, restant dans la course à la qualification, terminant à deux petits matchs des Red Sox dans leur division et en prenant l’une des deux wild cards de l’Américaine. Déjà un exploit en soi quand on sait que la plupart des observateurs les voyaient dans les tréfonds de leur division Est.

Il en fut de même pour les Divisions Series. Comment les Yankees pouvaient faire tomber les terribles Indians de Cleveland, finalistes des World Series 2016, une fiche de 102 victoires pour 60 défaites en saison régulière et un record de 22 victoires consécutives entre août et septembre. Les Indians étaient supérieurs dans presque tous les domaines et possédaient certainement le futur Cy Young 2017, Corey Kluber. Malheureusement pour eux, les Yankees ne sont pas une équipe maudite et ils possèdent le futur MVP de l’American League, Aaron Judge (désolé Altuve!).

Mais les Yankees n’ont pas seulement gagné la série, mais ils l’ont fait avec panache, remontant un déficit de 2-0 avec notamment un match 2 perdu en 13 manches après avoir mené 8-3, faisant sortir Kluber dans la troisième manche, un exploit. Une telle défaite aurait pu plier psychologiquement la série et augurer d’un sweep. Que nenni ! Les Yankees ont enchaîné trois victoires pour atteindre les ALCS. C’est seulement la 10ème fois que cela arrive dans l’histoire de la MLB durant une série aux meilleurs des cinq matchs, les Pinstripes ayant déjà réalisé cette performance en 2001.

Les New York Yankees, des outsiders menaçants

Les Yankees se retrouvent une nouvelle fois dans la position de l’outsider face à une équipe qui a également passé la barre des 100 victoires, les Houston Astros (101-61). Mais les Divisions Series ont montré qu’en postseason, les cartes sont rebattues. Oubliés les 5 matchs sur 7 gagnés par les Astros face aux Yankees en saison régulière.

La clé de la postseason, côté Pinstripes, sera la rotation. Luis Severino (1W) a livré une belle prestation face aux Indians après celle catastrophique dans le Wild Card game face aux Twins du Minnesota. Tanaka (1W) et CC Sabathia ont également livré la marchandise. Ces performances ont permis de ne pas user un bullpen qui a eu du boulot cette saison et qui, plus que d’autres, a besoin de souffler pour rester performant.

Côté bullpen, Betances a été dans le trouble. D’autres aussi mais ils sont bien revenus dans la série comme David Robertson (1W), qui avait déjà obtenu la victoire contre les Twins, ou Tommy Kahnle (1SV). Chapman a également répondu présent (2SV). Le retour de Robertson dans le Bronx lors de la saison des trades a vraiment fait du bien aux Yankees (c’était déjà une erreur de le laisser partir à l’époque). Le bullpen reste un atout des new-yorkais, d’autant plus que Girardi, le manager new-yorkais, a appris de ses erreurs du match 2.

Après une très mauvaise gestion de son lanceur partant et de son bullpen, qui a facilité le retour des Indians alors que les Yankees menaient 8-3, Girardi a pris de meilleures décisions dans les matchs suivants, ne laissant plus de lanceurs dans le trouble sur la butte. Des décisions qui ont permis aux Bronx Bombers de garder leur emprise sur les rencontres.

Enfin, il y a l’attaque. Les Yankees ont su prendre le meilleur deux fois sur Kluber (Kluber who?), quasi-intouchable avant les playoffs. Bien que les frappeurs new-yorkais ont eu tendance à trop souvent chercher la longue balle, ce qui leur a porté préjudice lors des deux premiers matchs, ils ont su rectifier le tir et se montrer clutch par la suite. Les jeunes comme les moins jeunes ont su se mettre en évidence dans chaque match. Malgré leur moyenne basse, Judge (0.50) et Sanchez (.174, 2HR) ont su se montrer décisif (2 et 3 RBI respectivement). Et quand ils ne l’étaient pas, Greg Bird (.222, 3RBI, 2HR), Didi Gregorius (.235, 3RBI, 2HR), Aaron Hicks (.316, 4RBI, 1HR), Starlin Castro (.273, 1RBI) et Brett Gardner (.286, 2RBI) ont pris le relais.

 

Face à la belle rotation de Cleveland, les Yankees n’ont pas eu de la constance mais ont montré qu’ils pouvaient frapper à tout moment. Une leçon que devra retenir Houston, le favori qui domine les stats offensives des Divisions Series, AL/NL combinés. Le danger est partout dans le lineup du Bronx et les Yanks vont pouvoir surfer sur un momentum exceptionnel après avoir fait chuter les Indians. D’autant que si les Astros sont devant offensivement, les lanceurs Yankees ont généré un meilleur ERA collectif (3.06 vs 4.63) et un meilleur WHIP (0.98 vs 1.46) durant les Divisions Series.

Des partants qui répondent présents, un bullpen efficace et une attaque clutch, les Yankees ne manquent pas d’atouts pour créer la surprise. Et même si la franchise du Bronx se doit de toujours gagner, la pression sera réellement sur les Astros, à la recherche de leur premier titre en World Series. Or, les gars de Houston ont l’équipe pour le titre depuis deux ans et ne doivent pas rater le train tandis que les Yankees ont une équipe pour gagner dans les années à venir. 2017 serait un bonus ou une avance sur salaire. Et les Baby Bombers ont bien l’intention d’avancer jusqu’aux World Series.

—————————————————————-

Martin Keuchel : Les Astros au rendez-vous !

Meilleure attaque de la saison régulière et 2e meilleur bilan de l’American League, Houston pouvait s’avancer confiant lors des ces postseason. Oui mais voilà l’inexpérience de ce club dans ce domaine, 1 seule participation, douloureuse, aux World Series en 2005, pouvait être un frein pour cette équipe. Mais comme lors de la saison régulière, Houston a pu compter sur son attaque pour parvenir à ses fins. Si au niveau du pitching ce n’est pas encore ça, les Astros pourront compter sur leurs aces pour faire le travail à plusieurs reprises. Surtout, grâce à l’élimination des Indians, les Astros récupèrent l’avantage du terrain pour ces ALCS. Et cela pourrait avoir un grand rôle dans cette série.  

Face à Boston, Houston n’y est pas allé avec le dos de la cuillère et de la batte. En effet l’attaque des Astros a fait parler la poudre lors des deux premiers matchs de ces ALDS. Deux victoires 8-2 face à des joueurs des Sox, KO debout après l’implosion de leur Ace, Chris Sale. Ce dernier a en effet dès le premier match concédé sept points. Mais surtout son équipe est tombée face à un petit bonhomme au talent énorme, José Altuve. Le 2e base a fait les choses en grand avec 3 Home Runs, dans le seul premier match. Oui, oui 3 ! Ce qui le place en très grande compagnie dans l’histoire des postseasons.

José Altuve n’est pourtant pas, à la base, un joueur de puissance. Sa force c’est être capable d’enchaîner les hits. Et c’est ce qu’il a fait puisqu’il termine ces ALDS avec une moyenne de 533. C’est à dire, un coup sûr un passage au bâton sur deux. Indécent. Mais la force de Houston cette année, c’est sa lineup très profonde. Ainsi Yuli Gurriel qui évolue au 7e ou 8e rang de l’alignement, a été étincelant lors des deux matchs disputés à Fenway Park. En 10 passages au bâton, il a frappé 7 coups sûrs, et termine avec une moyenne à la batte de .529.
Cataloguée comme une équipe de puissance, Houston a aussi fait preuve de régularité au bâton. Ainsi 4 autres joueurs ont terminé avec une moyenne supérieure à .300 (Springer, Reddick, Gattis et Beltran). Les jeunes pousses de Houston, Alex Bregman et Carlos Correa ont eu un peu plus de mal en moyenne mais ils ont répondu présents dans les moments importants. Correa en frappant 2 HRs et 6 RBIs tandis que Bregman, lui délivrait Houston grâce à son HR égalisateur face à Chris Sale dans le match 4, alors que les Astros commençaient petit à petit à perdre espoir. Son 2e de la série.

 

Une lineup efficace et clutch du premier batteur au dernier. Mais Houston a aussi pu compter sur ses deux aces pour faire le boulot. Dallas Keuchel avec une victoire dans le match 2 pour seulement 3 hits concédés, un seul point encaissé et 7 strikeouts. Pour au final un ERA de 1.53. Mais cette année, il est bien épaulé par un Justin Verlander en mission. Ce dernier a lancé en starter lors du match 1, avec 6 manches au compteur, deux points encaissés. Avant d’entrer en jeu lors du match 4 en tant que lanceur de relève pour la première fois de sa carrière. Après avoir concédé un Home Run à deux points dès son entrée en jeu, l’ancien joueur des Tigers va bien sauver le bullpen en tenant 2.2 manches. Et obtenant même la victoire au passage. Il sera le lanceur du 2e match face aux Yankees tandis que Keuchel, lui sera sur la butte dès ce soir, lui qui avait martyrisé les Bombers lors du match de WildCard en 2015.

Pour terminer, on pourra émettre un petit doute sur le bullpen de Houston qui n’a pas été à la hauteur, mis à part Luke Gregerson et son ERA à 0.00 après deux manches. Mais le closer Ken Giles possède un ERA de 6.00, Chris Devenski, l’un des plus redoutables en saison régulière, lui présente un ERA de 11.57. Enfin je ne veux absolument pas parler de Fransisco Liriano, vous savez ce que j’en pense, si vous suivez mes lives des Astros.

Ce duel face aux Yankees risque d’être explosif puisque Houston est la meilleure attaque de ces postseason dans la majorité des catégories (points marqués, HR, RBI, Hits, moyenne au bâton) tandis que les Bombers sont capables à tout moment de frapper des Home Runs. Du côté des starters, ce sera très équilibré mais la veritable question sera de savoir si Houston parvient à faire chuter le bullpen new-yorkais, impérial face aux Indians.

Réponse dès ce soir avec le match 1 au Minute Maid Park et un duel entre Tanaka et Keuchel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s