Saison Régulière: L’Heure du Verdict!

L’heure du verdict : ce week-end, les trente franchises de MLB vont s’affronter une dernière fois pour fermer le grand livre de la saison régulière 2016. Au terme d’un marathon de 24291 matchs joués d’Avril à Octobre, il n’en restera plus que dix ! Dix équipes pour un seul but : remporter les World Series et succéder aux Kansas City Royals, d’ores et déjà éliminés de la course à leur propre succession.

uw9p5mlb

Mais d’abord, il y a une dernière série à négocier, et presque autant d’objectifs pour boucler cette saison qu’il y a de franchises dans les Ligues Majeures. Pour les Chicago Cubs, il s’agit tout simplement de garder tant bien que mal sous pression une équipe qui a dominé la saison régulière et a assuré sa qualification depuis plusieurs semaines. Une bénédiction lorsque l’on se prépare à rencontrer un vainqueur de Wild Card : on en doute, mais les Cubs sont tellement au-dessus de la mêlée.

Pour les Washington Nationals et les Los Angeles Dodgers, une lutte à distance est en marche pour déterminer l’avantage du terrain lors des National League Division Series. Mais si les Nationals possèdent un avantage significatif à ce niveau, ils espèreront surtout éviter de nouvelles blessures (saison terminée pour Ramos et probablement Strasburg. Harper et Murphy légèrement touchés) avant d’affronter des Dodgers qui dominent le mois de Septembre et ont retrouvé leur talisman Clayton Kershaw de nouveau au top de sa forme.

En American League aussi, on va se battre pour les têtes de séries entre vainqueurs de divisions, puisque les Boston Red Sox, les Cleveland Indians et les Texas Rangers ont tous assuré leur titre et se tiennent en moins de trois victoires. Clair avantage aux Rangers tout de même, et l’on peut estimer que ces trois équipes auront pour but de bien terminer la saison dans trois contextes fondamentalement différents : face au champion déchu – les Royals – pour les Indians ; face aux très médiocres Rays pour les Rangers ; face aux Blue Jays, en plein sprint pour la Wild Card, pour les Red Sox !

 

201604292104758805246-p2-vadapt-664-high-62

Point d’orgue pour la Wild Card

Car c’est là que le véritable intérêt de ce dernier week-end de la saison régulière réside : les deux courses à la Wild Card battent leur plein, et aucune place n’est encore officiellement attribuée. Certes, les New York Mets ont fait un grand pas en National League, en prenant un avantage de 2.5 victoires sur les Cardinals. Pour les Mets, la fin de saison ressemble à une formalité, avec un voyage chez le rival historique, les Phillies, pire équipe de NL en ce mois de Septembre. Mais tant que le billet n’est pas validé.

Derrière, les San Francisco Giants souffrent mais ne rompent pas, malgré un bullpen défaillant, malgré une offense anémique, ils s’accrochent tant bien que mal au rêve d’un retour en Postseason, et espèrent bien voir MadBum sur la butte pour la Wild Card. Il faudra pour cela réaliser une série convaincante face au rival régional et historique, l’adversaire honni et respecté depuis le temps ou les deux franchises s’écharpaient à New York : les Los Angeles Dodgers ne feront aucun cadeau à leurs rivaux californiens.

Les St. Louis Cardinals, enfin, n’ont plus le choix. Il faut gagner, une fois de plus que les Giants pour espérer un barrage, deux fois de plus pour accrocher une Wild Card directement. C’est possible, tout est possible en baseball, mais il ne reste que quatre matchs à jouer et les hommes du Missouri n’ont tout simplement plus leur destin en main avant leur dernier match contre les Reds et la série à venir face aux Pirates. Désespéré ? non. Compliqué ? Très !

wcnl

Si la situation semble se décanter un peu en National League, c’est tout l’inverse en American League ou elle n’en finit plus de se resserrer. Toujours en tête de lice et en ballottage favorable, les Toronto Blue Jays ont aussi le calendrier le plus difficile des prétendants encore en lice : un dernier match contre les Orioles ce soir, et une série finale contre les Boston Red Sox, fraichement couronnés en AL East, à Fenway Park ! Alors que les rumeurs font part de quelques tensions dans le vestiaire des Jays, et notamment d’un conflit avec certains journalistes spécialisés, la tension est palpable dans l’Ontario.

Car dès ce soir, ce sont bien les Baltimore Orioles qui pourraient revenir à hauteur des canadiens. Les deux franchises, rivales en AL East, s’affrontent au Rogers Centre pour la dernière fois (hors match ou barrage de Wild Card) en 2016, et une victoire des Orioles remettrait les compteurs à zéro, avant que les Orioles ne s’offrent eux aussi une dernière série plus que délicate au Yankee Stadium : attention, ça va frapper très fort entre les sluggers de Baltimore et les jeunes pousses du Bronx.

En embuscade, avec seulement une victoire de retard sur les Orioles, les Detroit Tigers tenteront de compléter leur improbable comeback en allant jouer une dernière série chez les Atlanta Braves.  Les Braves, vous savez, la pire franchise de National League en 2016, et l’une des meilleures en Septembre avec neuf victoires sur leurs dix derniers matchs. Alors, quelle équipe se dressera face aux Tigers ce week-end ?

Enfin, les Seattle Mariners se retrouvent dans une situation bien similaire à celle des St. Louis Cardinals avec quatre matchs pour refaire un handicap de – au moins – deux victoires sur les Orioles. Mais à l’inverse des Cardinals, leur série de quatre matchs à domicile face à des Oakland Athletics déjà en vacances, et le programme de leurs adversaires, semblent le point de départ idéal pour rêver de l’impossible.

wcal

Le club des illusions perdues

Rêver de l’impossible, les Houston Astros et les New York Yankees continueront de le faire encore un peu, au moins ce soir. Pour ces deux franchises, il faut maintenant remporter tous les matchs restants et espérer quelques faux pas des adversaires directs pour continuer à espérer. Houston, l’un des favoris pour emporter l’American League cette année, a eu ses chances et les a gâchées. New York a peut-être un peu trop attendu avant de tailler dans le vif et de laisser partir ses stars vieillissantes et ouvrir la porte aux Sanchez, Judge et cie…
Toujours est-il que ces deux équipes sont jeunes, pleines de talent, et on peut imaginer que les leçons de 2016 seront retenues lorsqu’il s’agira d’aborder 2017 avec de nouvelles ambitions. Si les Astros devraient finir en roue libre face aux Los Angeles Angels, les Yankees entretiendront-ils leur fol espoir de Wild Card en poussant les Orioles dans leurs derniers retranchements ?

Dans le Midwest, il y a comme une atmosphère de fin de règne : Les Kansas City Royals ont bâti leur succès dans les World Series 2015 sur un état d’esprit infaillible et un mental à toute épreuve, et les coéquipiers d’Alex Gordon et Yordano Ventura ont fait leur marque dans l’histoire. Mais le reflux était prévisible, et si les Royals ont longtemps retarde l’échéance, leur dernière série de la saison face à Cleveland devrait avoir un parfum de succession avant de tirer le rideau sur les exploits d’une génération exceptionnelle au Kaufmann Stadium : Les Royals sont morts, vivent les Royals !

royals-110215-getty-ftrjpg_1rataosgx9sdx1wuk7dgjwndel

Fin d’une époque aussi pour les Pittsburgh Pirates ? Difficile à dire, tant la saison des hommes de Clint Hurdle a été compliquée par les blessures et est difficile à juger, dans une National League Central complètement assommée par la domination des Cubs. McCutchen, Marte, Freese et Cervelli seront là l’an prochain pour assurer le cadre. Pour le reste, l’avenir des Pirates passera avant tout par une remise en forme du roster, et la possibilité ou non de mettre en place une rotation digne de leurs ambitions.

Enfin, comme tous les ans, les Colorado Rockies ont espéré, impressionné et constamment soufflé le chaud et le froid. Les coéquipiers de Nolan Arenado vont finir la saison bien calé dans l’anonymat du ventre mou de National League par une confrontation face aux Milwaukee Brewers, tout aussi anonymes. Le principal intérêt de cette série finale ? savoir qui de Arenado, Charlie Blackmon ou Chris Carter remportera le denier « Home Run Derby » de 2016 à Coors Field !

Préparer l’avenir, oublier 2016

Et puis, il y a ces franchises pour qui Dimanche soir ne peut pas arriver assez vite. En terminer avec la saison, lancer un feu d’artifice, aller boire quelques Bud Lights dans le Club House et oublier les six derniers mois.
Dans le cas des Miami Marlins, et ce malgré le décès tragique de Jose Fernandez le week-end dernier, l’avenir est prometteur. Les floridiens n’auraient probablement pas imaginé rester dans la course à la Wild Card jusqu’à la dernière semaine de Septembre, et Don Mattingly saura sans aucun doute trouver les mots et les recettes pour aller chercher un peu plus haut en 2017. En attendant, les coéquipiers de Giancarlo Stanton n’ont – logiquement – plus la tête au baseball et voudront surtout en finir lors de leur ultime série face à des Nationals soucieux de préserver la santé de leurs joueurs.

Les Chicago White Sox ont longtemps été l’équipe surprise de cette saison, avant de logiquement baisser le pied quand Chris Sale a perdu le fil de sa saison au début de l’été. Ils s’en iront sans trop de bruit lors d’un final sans saveur face aux Minnesota Twins : le moment fort de la saison de la franchise de Minneapolis a été l’hommage à Prince, enfant de la ville, le 21 Avril dernier. Pour le reste, rien à signaler. Les Cincinnati Reds n’ont plus n’auront pas grand-chose à retenir de la saison, sinon que la série à venir face aux Cubs sera peut-être la dernière jouée par Joey Votto sous le maillot des Reds. Mais rien n’est confirmé à ce stade.

A l’Ouest, les San Diego Padres et les Arizona Diamondbacks aussi en finiront dans l’anonymat le plus total, mais avec des perspectives relativement différentes. Tandis que les Padres ont d’ores et déjà taillé dans leur effectif et leur masse salariale pour ouvrir la porte aux prospects, les Diamondbacks se retrouvent dans une situation de faillite sportive malgré les Zack Greinke, Paul Goldschmidt et Shelby Miller. Pour San Diego, cette dernière série sera celle d’un jeune roster prometteur et prêt à repartir à la bataille en 2017. Pour la franchise de Phoenix, c’est sans doute la dernière bouffée de Baseball avant le début des grands travaux.

san-diego-padres-historic-first-cracking-the-worst-start-to-the-season-ever

Les Philadelphia Phillies et les Atlanta Braves termineront leur exercice 2016 en tant qu’arbitres dans la course à la Wild Card face aux Mets et aux Tigers respectivement. Pour eux, demain est déjà à l’ordre du jour et si les Phillies voudront travailler sur les acquis de leur bon début de saison, les Braves tenteront de finir en beauté et de capitaliser sur un mois de septembre sensationnel dans la foulée d’un Freddie Freeman en mode MVP. Et puis les Braves disputeront le dernier match de leur – courte – histoire avec Turner Field, et ils feront de leur mieux pour rendre les clés de leur stade sur une note positive.

Et puis, il y a trois autres franchises, bien installees vers le fond de l’American League. Loin devant les dramatiques Minnesota Twins tout de même : Los Angeles Angels, désespérant de médiocrité année après année, malgré la présence dans leur roster du meilleur joueur de baseball de sa génération, Mike Trout. Les Angels en finiront avec une dernière série pour l’honneur face aux Astros, ou Trout et Altuve se rencontretont une dernière fois avant de se disputer – peut-être – une place sur le podium dans le classement de MVP d’American League.

Les Oakland Athletics errent, de saison en saison, sans que l’on sache vraiment si Billy Beane est en phase de déconstruction ou de reconstruction. Certains pourraient dire que le stratège des Athletics est quelque peu dépassé par les concepts qu’il a mis en place, les coéquipiers de Khris Davis tenteront juste de ne pas être complètement humiliés par les Mariners à Safeco Field, en attendant une nouvelle saison de transition en 2017 ?
Même constat pour les Tampa Bay Rays : difficile de voir une stratégie à long terme, une approche spécifique ou de trouver un motif d’espoir pour les Rays à l’horizon 2017 : Le Ball club de St. Petersburg semble s’en remettre uniquement à Evan Longoria. Ce sera encore le cas ce week-end face aux Texas Rangers, ce sera encore le cas l’an prochain. Pour les Rays, demain ce n’est pas forcément 2017 ou l’année suivante. Demain, c’est loin !

1.Il y a normalement 2430 matchs par saison régulière, mais le match entre les Marlins et les Braves, annulé après le décès de José Fernandez, ne sera pas rejoué.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s