Le closer qui murmurait à l’oreille des fins de matchs (Partie II)

cp:sportsoneearth.com

Ah les pitchers… Cette caste à part dans le monde du baseball. Celle des hommes seuls sur leur monticule. Souvent adulés ou détestés, les lanceurs sont au baseball ce que les quarterbacks sont au football américain. On parle très souvent de ces stars absolues que sont Kershaw, MadBum, Félix The King, ou Zack Greinke. Et c’est normal. Ils sont des aces. Des lanceurs de départ d’exception.

Mais connaissez-vous les lanceurs de relève ? Ces hommes qui sortent de l’ombre en fin de match ? Ceux à qui l’on confie la mission d’assurer la victoire sur une simple manche ? Qu’ils soient setups ou closers, ces artistes quittent à chaque rencontre le confort du bullpen pour l’adrénaline du match, au moment où celui-ci devient le plus irrespirable. Les dernières manches. Celles bien souvent qui font la différence entre la victoire et la défaite. Entre la gloire et l’humiliation.

Il faut avoir des nerfs solides pour envoyer la balle dans la zone avec les bases pleines dans le dos alors que le score est à votre avantage d’un petit run. Ces hommes-là sont fait d’un autre bois. Avec un mental d’acier. Indispensable pour ne pas craquer.

Mais la ligne entre « save » et « blown save » est trop souvent infime, presque invisible. À quoi se joue-elle ? Parfois à un lancer. Un unique lancer et vous passez de la lumière aux ténèbres. Demandez donc à légende du poste, Mariano Rivera, quel souvenir garde-t-il du 4e match des Championship Series face au rival de Boston en 2004 ?

Sur « The Strike Out », on a voulu rendre hommage à ces travailleurs de l’ombre. Ceux-là mêmes qui peuvent être encensés un jour, pour être cloués au pilori le lendemain. Après les 5 premiers, voici la suite de notre top 10  :

  • # 5 : Craig Kimbrel, Red Sox

 Kimbrel6080_2416

Craig Kimbrel a fait sa moins bonne saison l’an passé avec ‘seulement’ 39 saves. Pour rappel, 39 saves, c’est plus que la marque de Miller, reliever 2015 en AL. Ça vous classe le bonhomme. Kimbrel c’est la référence absolue en NL depuis 2011. 4 fois 1e au nombre de saves, 3 fois élu Reliever de l’année, 4 fois All-Star et avec déjà 225 saves en carrière, Kimbrel reste à 27 ans un closer exceptionnel. Peut-être le meilleur de tous.

  • #4 : Dellin Betances, Yankees

1623765

Aucun autre reliever n’a plus lancé que Betances ces deux dernières saisons. Et pourtant, malgré 174 manches lancées, sa moyenne concédée depuis 2014 reste incroyablement basse (1.45). Le double All-Star est le premier étage de la fusée des Yankees. Lorsqu’il entre en jeu, mieux vaut pour l’attaque adverse ne pas courir derrière au tableau d’affichage. Le meilleur setup MLB en 2015, c’est lui. Maintenant il y aura match avec… son compère Miller.

  • #3 : Andrew Miller, Yankees

1116708

Avec Chapman maintenant à bord du bullpen, Miller va se voir attribuer la 8e manche malgré une année 2014 exceptionnelle (meilleur reliever 2015 en AL) avec notamment 36 saves. Lui qui a lancé 100 strikeouts en 61 manches va pouvoir ridiculiser les adversaires sans la pression finale du résultat. Ça promet.

  • #2 : Aroldis Chapman, Yankees

60x80AroldisChapman

‘’Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ?! Il n’y a que du Yankees dans ce top 10 ou quoi ?!’’. Et oui, New-York a cette saison un bullpen extraordinaire. Avec l’acquisition de Chapman, Les Bronx Bombers ont tout simplement le plus beau réservoir MLB. Les Yanks viennent de s’offrir le bras le plus puissant des Majeures. Chapman c’est ce closer qui envoie des balles régulièrement à 165 km/h. Sa rapide est la plus foudroyante de l’histoire et il détient d’ailleurs le record de la spécialité (près de 169 km/h). Mais le nouveau closer des Yankees est aussi un sacré bon finisseur. 145 saves sur les 4 dernières saisons, ni plus ni moins. Adversaires des Yankees, voici un petit conseil. Vous seriez bien inspirés de mener au score après la 6e

  • #1 : Wade Davis, Royals

1231630

Avec la blessure de son closer vedette, Greg Holland, avant les playoffs l’an dernier, on se demandait bien si les Royals pourraient lutter jusqu’au bout. C’est précisément à ce moment-là que Wade Davis prit une autre dimension pour enfiler le costume de leader du bullpen. Le nouveau closer a mis tout le monde d’accord. Intouchable en playoffs, Davis a envoyé 18 strikeouts en 10 manches lancées. Mieux, en 8 matchs, il n’a pris aucun point. Son ERA affiche 0.00. Le patron des Royals, c’est Davis. Et c’est aussi le patron de notre top 10.

J-Sé Gray « In Billy Beane we trust ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s