François Mays : « Un Français en MLB ? J’y crois »

Grand personnage du baseball, François Mays est également consultant sur la chaîne Bein Sport. The Strike Out a eu la chance de le rencontrer lors des #LondonSeries. Il nous raconte son histoire et sa passion pour ce sport et nous livre son éclairage sur le baseball tricolore. Entretien. 

Plateau MLB Extra
L’équipe de MLB Extra en plateau avant le match du dimanche

TSO : Bonjour François, avant de commencer peux-tu nous raconter ton parcours avec le baseball ?

Le baseball a commencé pour moi lorsque j’avais 13-14 ans. j’habitais en région parisienne et j’allais jouer au foot du côté de Bagatelle ou du Bois de Boulogne et puis un jour j’ai vu des gens jouer au baseball.  Je suis allé leur poser la question de savoir si je pouvais essayer, frapper dans la balle etc … Et j’ai la chance de porter un nom de famille légendaire aux Etats-Unis. Le nom Mays. Le nom de l’un des plus grands joueurs de baseball de l’Histoire : Willie Mays, le numéro 24 des Giants. Après cela j’ai eu la chance de joueur au BCF et au PUC où j’ai eu la chance de remporter 5 titres de champion de France. Pour des raisons professionnelles j’ai dû mettre entre parenthèses ma carrière de joueur mais je me suis intéressé à d’autres choses, au coaching notamment. Et puis également l’arbitrage parce qu’avant tout j’aime le jeu. Alors quand on aime le jeu, c’est jouer, coacher mais aussi arbitrer. Pour finir j’ai également eu la chance de passer quelques temps dans une prestigieuse université américaine, Clemson en Caroline du Sud, en première division universitaire. Et cela a été les meilleurs moments de ma vie de baseballeur.

TSO : Et maintenant cette passion, vous la vivez sous une nouvelle forme en tant que consultant sur Bein … (il coupe) 

Alors Bein, ce n’est pas forcément une nouveauté pour moi car ça fait 30 ans que je commente des matchs de baseball. (Il sourit) Cela a débuté à la fin des années 80, 1988 exactement pour les Séries Mondiales pour Tv Sport. Après ça j’ai enchaîné avec pas mal de matchs sur différentes chaînes, aujourd’hui je dirais que j’ai commenté entre 700 et 800 rencontres de Ligue Majeure. Mais c’est toujours un plaisir de partager. Partager ma passion pour ce jeu. Et la Major League, il n’y a pas mieux. On espère pour le futur d’avoir un match en France. Mais pourquoi pas également avoir un joueur français en MLB. Je l’espère très fort et j’y crois.

TSO : Vous y croyez vraiment à l’arrivée d’un joueur français en MLB ?

C’est possible mais c’est difficile. Prenons un exemple. Albert Pujols, l’un des plus grands joueurs de tous les temps, il a été pris à la draft au 12e tour !!! C’est à dire qu’il y avait des centaines de joueurs avant lui. Et en un ou deux ans, il est passé d’inconnu à l’un des meilleurs. Alors je me dis « pourquoi pas un joueur français, drafté, même dans des tours lointains, faisant ses classes en Simple A, Double A, Triple A avant la MLB ».  Ce n’est pas impossible.

Buster Olney
Buster Olney en direct du Stade Olympique de Londres

TSO : Comment faîtes-vous pour préparer un match et pour tenir en haleine le téléspectateur durant les longs directs ? 

Déjà généralement, quand je me réveille le matin avant même le petit déjeuner, je  jette un coup d’oeil sur les résultats de la veille. Parce qu’on est avant tout des passionnés. Mon équipe favorite ce sont les Cardinals de Saint-Louis donc je les suis de près. Je regarde également les aventures des Dodgers qui réussissent une très belle saison. Je suis l’actualité par passion, je veux savoir ce qui s’est passé la veille, si un joueur a frappé plusieurs Homeruns ou si un lanceur a emmené un no-hitter jusqu’à la 8e manche. Et donc avec mes acquis, je m’en vais partager cette expérience avec les téléspectateurs. Et puis un match, c’est comme une partie d’échec, à chaque lancer, c’est un nouveau jeu. Le jeu évolue ainsi avec des coureurs ou non sur base. C’est donc à nous d’essayer de faire comprendre aux gens pourquoi la situation risque d’évoluer dans un sens et pas dans un autre.

TSO : On a eu le droit à des London Series extraordinaires, quel est votre regard sur cette première en Europe ? 

Déjà on a une ambiance très enthousiaste, très particulière mais comme j’en parlais avec Benjamin Bernard (le commentateur de BeinSport), on a assisté à un match 1 hors du commun (NDLR : Victoire des Yankees 17 à 13 face aux Red Sox). D’une part car c’était le premier match de saison régulière disputé en Europe. Alors que chaque année, il y en a plus de 2000 de MLB qui se jouent. Deuxièmement, le score de 6 à 6 après 58 minutes de jeu dans la première manche, je me suis dit qu’on allait passer une partie de la nuit ici (rire). Après cela l’évolution du score, Boston qui n’arrive pas à marquer alors que les Yankees prennent largement l’avantage, je pensais alors : pourvu que le match ne soit pas mort. Mais on se souvient Yogi Berra a dit : « c’est pas terminé tant que ce n’est pas terminé » (NDLR : « It ain’t over till it’s over »). C’est comme ça qu’on a vu les Red Sox revenir petit à petit. Cependant, en fin de 8e manche, un moment clé, des coureurs sur base pour Boston qui ne sont pas rentrés au marbre. Et là on a compris que c’était peut-être un gros tournant. Et effectivement la 9e manche a été plus facile pour les Yankees. Ça été un grand moment.

Yankees win
Feu d’artifice le samedi soir après la victoire des Yankees

TSO : On termine pas des petits pronostics, comment sentez-vous cette fin de saison ? Y a t-il des équipes qui se dégagent selon vous ? 

On voit clairement 4-5 candidats qui se détachent. Même si les Astros, connaissent un petit passage à vide avec une série de 7 défaites de suite (NDLR : entre le 16 et le 22 juin), ils restent pour moi dans les grands favoris. Les Twins, c’est la très belle surprise de cette saison avec des HomeRuns, des Homeruns et encore des Homeruns. Je pense également aux Red Sox et Yankees qui vont se tirer la bourre jusqu’au bout et les Rays qui vont essayer de les taquiner. En National League, je pense que la qualification pour la postseason est quasiment assurée pour les Dodgers. Car avec des lanceurs comme Ryu et Kershaw, s’ils ne se blessent pas, ça va les amener assez loin. D’autant que Cody Bellinger nous réalise une saison d’enfer….Pour le reste en National League East, le duel Braves-Phillies risque d’être d’être très très serré. Et je termine pas ma division favorite, la NL central et mes Cardinals qui ne sont pas en tête mais que je vois bien taquiner les Cubs et les Brewers. Et je prends le pari que parmi ces 3 équipes, deux vont se qualifier en play-offs. Et pour le titre, je vois bien ….. allez les Dodgers.

 

TSO remercie chaudement François Mays pour sa disponibilité, sa gentillesse, et ses explications du cricket, le temps d’un repas partagé durant le week-end londonien 🙂 

Publicités

Une réflexion sur “François Mays : « Un Français en MLB ? J’y crois »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s