NLCS – Chicago Cubs vs Los Angeles Dodgers : Rattraper le cours de l’Histoire

La National League se prepare à un duel historique entre deux des géants endormis de la MLB. D’un côté, les Chicago Cubs, ball club de légende poursuivi par une incompréhensible malédiction et sans titre depuis 1908 (on vous en dit plus par ici). De l’autre les Los Angeles Dodgers, toujours placés, toujours ambitieux, mais dont la dernière victoire en World Series remonte tout de même à 1988.

cubs-vs-dodgers

Les Chicago Cubs, plus que jamais favoris:

Les joueurs de l’Illinois se sont imposés lors des Divisions Series en battant en 4 matchs les San Francisco Giants, qui avaient pourtant toute la confiance des années paires. Mais ce qui pourrait ressembler à une victoire aisée ne le fut pas vraiment en réalité, tant les Chicago Cubs se sont montrés vulnérables. En effet, leur alignement a été en grande difficulté lors de ces matchs face aux Californiens.
Ainsi, Fowler, Rizzo, Russel et même Zobrist présentent tous une moyenne inférieure à .200 au bâton lors de cette série. Seuls, Bryant, en mode MVP avec .375/1HR/3RBI, Baez (.375/1HR/2RBI) et Contreras (.667) sortent du lot. Un étonnant mutisme des batteurs de Chicago pourtant si impériaux lors de la saison régulière. Mais heureusement pour les hommes de Joe Maddon, les lanceurs ont porté l’équipe durant ces NLDS, tant sur la butte que dans la batter’s box.

En effet, le joueur avec le plus de points produits dans l’effectif des Cubs lors de cette postseason se nomme … Jake Arrieta avec 3, à égalité avec Bryant. Le CY Young 2015 a tout simplement tout fait durant le match 3. Non seulement il a lancé 6 manches en ne concédant que 2 points, mais il a aussi profité de l’un de ses passages au bâton pour arracher un Home Run à trois points à Madison Bumgarner, excusez du peu. Malheureusement pour lui, le bullpen allait craquer dans la foulée, pour la seule fois de la série, lors de ce match, et laissait San Francisco l’emporter et garder espoir.

Lors du Match 1, une véritable rencontre de lanceurs, Jon Lester (8IP, 5H, 0ER, 5K) avait pris le meilleur sur Johnny Cueto (8IP, 10H, 1ER, 10K) grâce à un HR de Javier Baez, le seul point du match. Le lendemain, dans le match 2, le bullpen des Cubs venait prendre la relève d’un Hendricks touché par une balle (3.2IP, 2ER). Les lanceurs de relève se relayaient alors en ne concédant que 2 hits durant les 5.1 manches restantes. Surtout Travis Wood, qui a pris la main après la sortie d’Hendricks, a même claqué un Home Run pour participer à la victoire de son équipe.
Enfin lors du Game4, un match d’anthologie, les Cubs, menés de 3 points à l’entame de la dernière manche, vont finalement s’imposer sur les terres des Giants grâce à 4 points marqués en toute fin de match et au 3e save d’Aroldis Chapman. Une remontée historique, dans un match à élimination.

Les Cubs s’avancent donc dans ces Championship avec une confiance toujours aussi inébranlable, grâce à son pitching staff toujours aussi impressionnant et qui désormais fait peur tant sur le monticule que batte en main. En revanche, il va falloir que les batteurs se réveillent, sous peine de se poser bien des soucis et de voir la malédiction se poursuivre.

cubs-nlds-group-101216-getty-ftrjpg_1uqcak0sbupfd10v1gstlu578m.jpg

Les Dodgers ne veulent plus se contenter d’être ambitieux:

Face à eux, les Dodgers veulent enfin transformer leurs ambitions en succès tangible. Pour résumer leur victoire 3 matchs à 2 face aux Nationals, deux noms viennent immédiatement à l’esprit. Deux noms qui vont venir hanter les supporters de Washington : Clayton Kershaw et Justin Turner. Voici les deux bourreaux des joueurs de la capitale.

Le premier a fait un grand pas dans sa mission de prouver qu’il peut etre aussi dominant en postseason qu’en saison régulière. C’est simple lorsque que Kershaw a lancé lors des trois victoires de Los Angeles dans ces sériés. L’Ace des Dodgers a d’abord lancé dans la première rencontre, 5 manches avec 7k mais 3 points concédés. Heureusement pour lui, ses batteurs sont venus à la rescousse avec des Home Runs de Corey Seager et de … Justin Turner, bien évidemment. Première victoire.

Washington va alors prendre la main après des matchs 2 et 3 complètement maîtrisés. Et à une défaite de l’élimination, Los Angeles va de nouveau faire appel à son as, qui va remonter sur le monticule avec une période de repos (trois jours) bien moindre que d’habitude. Et s’il va concéder 5 points, Kershaw va cependant être le sauveur des Dodgers en lançant presque 6 manches accompagnées de 11K, permettant ainsi au bullpen de souffler un peu après les défaillances de Hill et Maeda lors des matchs précédents. S’il n’a pas obtenu la victoire sur la feuille de stat, il l’a certainement obtenue au niveau mental en prouvant qu’il peut dominer la lineup des Nationals pourtant en très grande forme avec notamment Trea Turner, la grande révélation et Daniel Murphy, toujours présent en postseason.
Enfin, dans le match décisif, le lendemain, Clayton Kershaw revenait clôturer le match en réalisant les deux dernières éliminations du match en 7 lancers. Il en profitait pour empocher un Save, le deuxième de sa carrière professionnelle !

Une performance XXL de l’as des Dodgers, bien soutenu par un line-up qui a su tenir son rang, mais dont le grand bonhomme se prénomme Justin Turner. Le troisième base des Dodgers réalisait déjà la meilleure saison de sa carrière lors de la saison régulière, mais l’homme qui aurait pu jouer dans Game of Thrones a été tout simplement étincelant dans cette série face à Washington.

967088_1280x720

Et pas besoin d’en dire plus, quand on voit sa ligne de stats : 5 matchs, 6 hits pour 15 passages au bâton 5 runs, 1 triple, 1HR, 5RBI, 5BB et une moyenne au batôn de .400. Ce sera tout votre honneur.

A l’inverse des Cubs, les Dodgers arrivent avec un line-up qui répond présent depuis le début de cette postseason, mais avec des lanceurs en grande souffrance. Seuls 3 lanceurs ont débuté un match lors de ces Division Series: Kenta Maeda (1 match, 12.00 ERA et 3 manches seulement), Rich Hill (2 matchs, 6.43ERA, 7 manches) et Kershaw ( 3 matchs, 12.1 manches et un ERA de 5.84). Heureusement le bullpen est au rendez-vous du côté des Dodgers, puisque seuls deux des neuf lanceurs de relève ont concédé des points (7 au total, sur plus de 22 manches lancées) sans concéder la moindre défaite.

chase-utley-corey-seager-and-joc-pederson-celebrate-dodgers-win_rduabjkta88m1cwkzdihyjj5i

Retrouver les Etoiles!

Incroyablement, malgré leurs histoires respectives plus que centenaires, les Chicago Cubs et les Dodgers (New York ou Los Angeles) ne se sont rencontrés qu’une seule fois lors d’une série de postseason, et cette rencontre n’a eu lieu qu’il y a huit ans, en 2008, année du centenaire du dernier titre mondial des Cubs. Les Dodgers s’étaient alors imposés par trois manches à zéro avant de tomber lors des NL Championship Series face aux Philadelphia Phillies, futurs vainqueurs des World Series.

Les Dodgers et les Cubs sont passé tout près de se retrouver l’an dernier lors des NLCS, mais les deux franchises se sont heurtées l’une après l’autre a des Mets en état de grâce sur le chemin des World Series. Cette fois, le tête à tête est acquis et l’on verra ou les Dodgers atteindre leur premier Fall Classic depuis leur victoire de 1988. Ou les Cubs enfin retrouver les Finales des Ligues Majeures pour la première fois depuis leur dernière défaite (la septième consécutive), en 1945 !

Publicités

Une réflexion sur “NLCS – Chicago Cubs vs Los Angeles Dodgers : Rattraper le cours de l’Histoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s