ALDS : Toronto Blue Jays – Texas Rangers : comme on se retrouve!

Il y a tout juste un an, on quittait le Rogers Stadium au terme des American League Division Series sur une victoire de Toronto, 3 matchs à 2 face aux Texas Rangers. Une série électrique et d’un niveau incroyablement élevé, où chaque club s’est rendu coup pour coup. Et le moins que l’on puisse dire c’est que depuis, ces deux équipes ne s’aiment pas… mais alors pas du tout. Et voilà que l’on retrouve cette année les deux équipes au même stade de la compétition. Mais cette fois c’est la franchise texane qui aura l’avantage du terrain pour une série qui s’annonce explosive.

Les Texas Rangers, Maitres de l’American League

A l’inverse de la saison dernière, les Rangers auront l’avantage du terrain lors de cette série. Un gros avantage quand on connait l’ambiance qu’il peut y avoir à Arlington comme à Toronto. Mais surtout, cette saison Texas s’avance comme le favori de l’American League, puisque le club a terminé la saison régulière avec le meilleur bilan (95 victoires pour 67 défaites).

Et l’équipe d’Adrian Beltre n’a pas seulement remporté pour la deuxième année consécutive l’AL West, elle l’a dominée de manière écrasante puisque Seattle, deuxième, a échoué à neuf matchs du leader. Quant à son principal adversaire annoncé, les Houston Astros, ils se sont cassé les dents face aux Rangers avec un bilan délirant de 4 victoires pour 15 défaites. Les Rangers se sont donc révélés intouchables.  Mais le seront-ils toujours sur la grande scène de la postseason ? Il y a des chances.

Force et faiblesses

Un Line-up tout simplement impressionant, deux Aces au top de leur forme et un bullpen étonnamment au top. Bien sur, on n’arrive pas au top de l’American League avec une équipe bancale, mais à première vue les Rangers ressemblent à l’une équipe les plus complètes des Ligues Majeures.

Commençons par les batteurs :

L’alignement des Rangers est équilibré avec un mélange de joueurs qui vont sur bases (coucou Billy Beane) et de puissance de frappe. Pour la première catégorie, on pense à Elvis Andrus et sa moyenne au bâton de .301 mais surtout son OBP (On-Base percentage) de .362. Propre. On pense aussi à la renaissance du champ extérieur Carlos Gomez, insipide chez le voisin, Houston, et qui a retrouvé des couleurs du côté d’Arlington. Pour preuve, il a joué la majorité du temps en temps que premier batteur et après 30 matchs, il signe une ligne de stats très attractive avec une moyenne de .284 au bâton, un OBP de .362 mais aussi 8 Home Runs et 24 RBI. Il devrait jouer un rôle important dans ces matchs d’ALDS, et en cas d’échauffourées il ne sera pas le dernier à défendre ses petits camarades!

belbel-small
Adrian Beltre ont tout vu, tout connu, mais courent encore apres leur premiere victoire en World Series… En 2016?

Au niveau de la puissance, on retrouve, bien entendu Adrian Beltre, toujours là du haut de ses 37 ans. Le troisième base a encore signé une saison de haute voltige avec 32 HR et 102 RBI, et surtout il est l’âme de cette équipe des Rangers. Mais la grosse surpris dans cette catégorie, c’est Rougned Odor. On connaissait sa droite dévastratice, on connait désormais sa puissance. Le deuxième base a été étincelant avec 33HR, 86 RBI. Une révélation. Il ne faut pas oublier Ian Desmond, arrivé du côté du Texas en tant qu’infielder, il est revenu à son meilleur niveau après plusieurs saisons moyennes, en jouant … champ extérieur avec les Rangers. Il devrait facilement remporter le prix du comeback de l’année grâce à ses stats (.285, 22 HR, 86 RBI)

La lineup a déjà de la gueule, alors si on ajoute les additions de la mi-saison comme Jonathan Lucroy, au poste de catcher (l’ancien point faible des Rangers) ou Carlos Beltran, à qui il reste encore assez de force pour venir punir les lanceurs qui ne le prendront pas au sérieux, on se rend compte qu’il va falloir être (très) solide pour maitriser l’alignement Texan.

On passe aux lanceurs:

Texas possède deux aces: Cole Hamels, le gaucher (15 victoires, 5 défaites, 3.32 ERA, 200 SO), quasiment intouchable depuis son arrivée à Arlington, et Yu Darvish, encore perturbé par les blessures mais qui a terminé l’année en fanfare (7-5, 3.41 ERA et 132 SO en seulement 100 manches). Ils sont les deux valeurs sures des lanceurs partants.

Derrière c’est un peu plus compliqué, du fait des nombreuses blessures. Même si Colby Lewis (6-5, 3.71ERA) peut-être dévastateur dans un bon jour, il reste plus prenable que les deux autres monstres. Tandis que Martin Perez (10-11, 4.39 ERA) ou AJ Griffin (7-4, 5.67 ERA) sortent d’une saison plus que moyenne. Vous l’aurez compris, la fin de rotation des Rangers sera le véritable point faible de cette équipe.

f6525a3768667b237e0f6a706700bbdb_r900x493-1

Quant au Bullpen, annoncé par beaucoup comme le point faible de cette équipe en debut de saison, il a plutôt été une très bonne surprise. La preuve avec cette stat saisissante: dans les matchs à un point, les Rangers présentent un bilan de 36 victoires pour 11 défaites. Sam Dyson a été remarquable dans son rôle de closer après la défaillance de Tollesson, s’offrant un joli 38 sur 43 dans les opportunités de sauvetages.

Mais surtout, un lanceur est sorti de nulle part, ou presque… Matt Bush, ancien shortstop, numéro 1 de la draft 2004, personnage trouble à la vie dissolue et passé par la case prison, a éclaboussé la ligue cette année. Il termine la saison avec un ERA de 2.48 et 61 SO en 61 manches lancées. Incroyable. Mention spéciale également pour Tony Barnette et son ERA de 2.08 ou Jéremy Jeffress, arrivé en cours de saison.

Face à un bullpen des Blue Jays qui ne sera pas non plus à négliger, les releveurs des Texas Rangers auront à coeur de prouver qu’ils sont plus qu’une roue de secours dans le succes de leur équipe.

Pour conclure

Les Texas Rangers présentent l’une des équipes la plus complètes de cette American League, tant sur le plan de la batte que sur la butte, même si la fin de la rotation pourrait poser problème. Néanmoins, avec l’avantage du terrain, une équipe en pleine confiance et l’envie de revanche, les Rangers devraient être de sacrés clients.
Surtout que par rapport à l’année dernière, où ils avaient lutté avec Houston jusqu’à la fin pour le titre en AL West, cette année, les Texans arrivent plus frais mentalement et physiquement.

Quid des Blue Jays?

Oui mais voilà, en face c’est Toronto. Avant le match de Wild Card, on vous avait présenté cette équipe (N’hésitez pas à aller relire notre présentation de ces Blue Jays). Et elle a répondu présent lors de ce match couperet face à Baltimore, grâce, grâce … à ses batteurs bien évidemment.

Et oui José Bautista et EdWIN (vous l’avez ?) Encarnacion y sont allé de leur Home Run pour défaire des Baltimore Orioles dont les fans se demandent toujours pourquoi Britton est resté sur le banc, lui le meilleur closer de la ligue. Enfin bref, Toronto a triomphé et va donc pouvoir affronter son nouveau meilleur ennemi, les Texas Rangers.

Toronto a presque réalisé le match parfait sur la butte lors de sa confrontation face aux Orioles. Des lanceurs impériaux à l’image de  Stroman et Liriano mais également d’Osuna, toujours au rendez-vous. L’alignement en revanche a connu une zone de turbulence, avec notamment 11 strikeouts subis durant le match. Mais comme à leur habitude, les batteurs se sont réveillés au meilleur moment, le clutch time, avec ce coup de circuit magistral d’Encarnacion dans la 11e manche. Accompagné désormais du traditionnel batflip.

Place désormais à la revanche face aux Rangers. Les Toronto Blue Jays possèdent un avantage psychologique puisqu’ils restent sur une victoire au même stade de la compétition en 2015. Mais aussi car cette année, Toronto est l’une des cinq seules équipes à avoir un bilan positif face aux Texans.

Mais du côté des Blue Jays, il faudra trouver plus de régularité à la batte et ne pas compter que sur les exploits individuels de Donaldson, Bautista ou Encarnacion. Car une fois lancés, Darvish et Hamels sont quasiment intouchables. D’autant que l’avantage du terrain devrait être capital et le public devrait avoir un fort impact sur le match.

web-jays37

En espérant que les fans ne dépassent pas les limites comme on l’a vu malheureusement lors du match face à Baltimore, lorsqu’un pseudo-fan des Blues Jays a jeté une canette pleine de bière sur Kim, l’outfielder des Orioles. Mais quoiqu’il arrive, les supporters canadiens sont chaud, et je vous laisse imaginer lorsque ce sera Texas qui se rendra au Canada. Mais l’accueil texan, s’annonce non moins chaleureux.

Les deux clubs devraient se rendre coup pour coup lors de ces ALDS, et les marges d’erreur seront probablement très réduites pour les managers John Gibbons et Jeff Banister . Mais au terme de ces séries, le désir de revanche sera le plus fort, et je mise sur une victoire 3-2 des Rangers.

Le pronostic de la Rédaction : Texas Rangers

Publicités

Une réflexion sur “ALDS : Toronto Blue Jays – Texas Rangers : comme on se retrouve!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s