Rouen, champion de France, continue de marquer l’histoire du baseball français

Grosse surprise en finale du championnat de France de baseball D1. Rouen a remporté le titre de champion. Comment ça, ce n’est pas une surprise ? Effectivement, on vous l’avait annoncé avant le début des playoffs. Mais on espérait que Sénart bouge le champion en titre avec son équipe pleine de talents. On avait juste émis des doutes sur l’aspect mental des Templiers face à des rouennais qui ont toujours pris l’ascendant sur leurs rivaux dans cet aspect du jeu. On a vu assez juste une nouvelle fois.

Quand on annonce que Rouen a gagné le titre
Quand on annonce que Rouen a gagné le titre

Au final, Sénart a fait illusion le premier week-end, partageant avec le champion, avant de s’incliner deux fois en Normandie et de permettre aux Huskies de remporter les French Baseball Series 2016 trois matchs à un.

Quand les Templiers avaient encore de l’espoir

Premier week-end des French Baseball Series. Sénart reçoit Rouen sur ses terres franciliennes avec une équipe sortie ragaillardie de sa demi-finale face à Montpellier tandis que Rouen arrive avec son statut de favori. Mais les Templiers s’assurent de mettre du plomb dans l’aile à ce statut avec deux matchs serrés que les équipes se partagent. Dans le match 1, Rouen s’impose dans un match dantesque au vu de son déroulé avec notamment un beau duel de lanceurs entre Owen Ozanich (8.2 manches lancées, 3 coups sûrs concédés, 1 point concédé non mérité, 8 strikeouts) et Maxwell Mac Nabb, surprise du chef côté Sénart à la place de l’excellent Jensen (9 manches lancées, 3 coups sûrs concédés, 1 point concédé non mérité, 10 strikeouts).

Rouen marque en première manche un point et pense tenir la victoire quand Sénart égalise en fin de 9ème. Extra-inning. Rouen commence fort avec trois points en 10ème. On pense l’affaire pliée. Erreur. Sénart réplique avec trois points. C’est en 12ème manche que les Huskies prennent enfin le meilleur avec deux nouveaux points produits par Oscar Combes, emportant la mise sur le score de 6-4.

Sénart prend sa revanche le lendemain en s’imposant 8-7 grâce notamment à Nick Masonia qui frappe un homerun et produit trois points, exactement comme la veille. On se dit alors que Sénart peut le faire, prendre le titre de champion à Rouen lors d’une finale. C’est oublier un total de 7 erreurs défensives côté sénartais. Et sans compter que Rouen n’a pas joué son meilleur baseball, loin de là.

Sénart avait Mac Nabb certes mais la communauté de l'Anneau avait Aragorn
Sénart avait Mac Nabb certes mais la communauté de l’Anneau avait Aragorn pour terminer la quête

Un retour à la réalité difficile

Le match 3 arrive une semaine plus tard. Après le partage du week-end précédent, ce match 3 revêt un caractère primordial, particulièrement pour Sénart qui possède un peu moins de profondeur chez les lanceurs.

Malheureusement pour Sénart, ils vont se heurter une nouvelle fois à un très bon Owen Ozanich. Même si ce dernier concède un point en première manche, il muselle l’offensive des Templiers durant les six manches suivantes avant de laisser sa place à Yoann Vaugelade dont la relève est bien meilleure qu’une semaine avant, empêchant tout retour des franciliens dans la partie. Sans compter le homerun d’Andrew Medeiros en première manche pour répliquer d’entrée au point sénartais. Rouen retrouve son baseball et s’impose 5-1.

Dans le match 4 fatidique pour Sénart, les Templiers retrouvent un autre duo impérial de lanceurs rouennais, Marc-André Habeck et Anthony Piquet. Le premier n’accorde qu’un point en 7 manches tandis que les Huskies en marquent six au total. Sénart n’arrivera jamais à revenir dans le match. Les Templiers craquent alors que les Huskies ont retrouvé leur baseball. Victoire 6 à 1.

//platform.twitter.com/widgets.js

Rouen remporte son 12ème titre de champion de France.

Les Huskies continuent de marquer l’histoire du baseball français

Performant et décisif sur les deux week-ends des French Baseball Series, Oscar Combes reçoit logiquement le titre de MVP. Et les Huskies s’imposent logiquement une nouvelle fois en D1.

Si Rouen a été loin de son niveau habituel lors du premier week-end, paraissant plus vulnérable, Sénart n’a pas su en profiter pour prendre deux victoires, les Templiers enchaînant trop d’erreurs et de mauvais choix offensifs. Pourtant, la clé du succès était peut-être là pour Sénart.

En revanche, la marche a semblé encore trop haute quand Rouen a joué avec son vrai niveau et un mental de vainqueur qui s’est traduit naturellement sur le terrain tandis que Sénart, malgré quelques individualités en forme, n’a pas réussi collectivement à tenir le rythme. Rouen a aussi pu compter sur ses lanceurs, notamment sur le deuxième week-end où ils ont excellé.

Rouen n'a jamais fait l'unanimité chez les fans mais tout le monde sait que ce sont les meilleurs
Rouen n’a jamais fait l’unanimité chez les fans mais tout le monde sait que ce sont les meilleurs

Avec ce douzième titre en 14 saisons, les Huskies continuent de marquer l’histoire du baseball français. Il faut remonter aux années 80 pour trouver un club aussi dominant avec le Paris Université Club. Ce dernier avait remporté onze titres consécutifs de 1982 à 1992, record toujours en cours. Avec un titre en 1980, le PUC avait ainsi gagné douze titres en 13 saisons pour un record de 22 championnats remportés au total. Il manque aux Huskies dix titres pour égaler ce record et on ne voit pas encore qui les empêchera d’atteindre ce résultat dans les 10-15 prochaines années.

//platform.twitter.com/widgets.js

Publicités

3 réflexions sur “Rouen, champion de France, continue de marquer l’histoire du baseball français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s