[Le Recap’ de la Semaine – épisode 16] Gary Sánchez, la nouvelle star?

Chaque semaine, The Strike Out vous propose un récapitulatif de la semaine écoulée. Les joueurs marquants, les performances incroyables, des équipes qui sombrent et d’autres qui surprennent. Embarquez pour votre session de rattrapage.

9493170-gary-sanchez-mlb-new-york-yankees-los-angeles-angels-850x560

Gary Sánchez affole les compteurs :

Le 3 aout dernier, les New York Yankees appelaient le jeune receveur Gary Sánchez dans les Ligues Majeures, dans le contexte actuel de renouvellement de l’effectif et de confiance aux prospects chez les Bronx Bombers.
Prospect numéro 5 des Yankees, Sánchez avait déjà été appelé pour deux matchs en 2015 puis pour une rencontre au mois de mai, sans parvenir à frapper le moindre hit. Mais cet été, tout a changé pour le jeune dominicain : sur les 21 matchs auxquels il a pris part en Aout, Sanchez a frappé la bagatelle de 34 hits pour 80 passages au bâton (.425), dont huit doubles et surtout 11 Home Runs !

Avec son 11e Home Run samedi face aux Orioles, pour son 23eme match dans les Ligues Majeures, Gary Sánchez a tout simplement établi un record absolu dans l’histoire de la MLB. Nomme joueur de la semaine en American League lundi dernier, il pourrait bien récidiver cette semaine, et les Yankees en profitent à plein, pour se replacer de manière inespérée dans la course aux Play-Offs. L’exploit serait-il possible pour les Bronx Bombers et leur jeune relève?

La course aux Wild Cards de nouveau grande ouverte:

Il suffit de presque rien : une semaine de méforme, une série mal négociée ou une blessure malvenue pour que s’effondrent les rêves d’une saison jusque-là sans faille. Il suffit d’un rien, d’un regain de forme, d’une poussée offensive ou d’une unité retrouvée pour que ce rêve revive. Et, entre ces deux états d’une saison de baseball, il y a ce tout petit rien qui fait toute la différence.

A une trentaine de match et un peu plus d’un mois de la fin de la saison régulière, bien malin qui pourra donner le nom des quatre équipes qui se qualifieront via la Wild Card. S’il semblait évident il y a peu que la NL West et l’AL East allaient en prendre – au moins – une chacun, on pourrait avoir l’ombre d’un doute à l’orée du mois de septembre. Les Baltimore Orioles semblent finalement en perte de vitesse, tandis que les Boston Red Sox et les San Francisco Giants, pas vraiment souverains, sont plus que jamais sous la menace.

Derrière, il y a les prétendants naturels (Cardinals, Tigers, Pirates) qui frappent à la porte mais se complaisent dans leur irrégularité ; il y a les favoris du printemps (Mets, Astros) qui malgré des saisons ratées restent toujours à portée de fusil d’une nouvelle aventure en postseason ; il y a les équipes surprises (Marlins, Mariners) que l’on n’attendait pas, plus ou pas encore à ce niveau et qui n’ont simplement rien à perdre ; et puis il y a les monstres endormis (Yankees, Royals) que l’on avait trop vite enterrés après une première moitié de saison désastreuse, et qui refont leur retard à pas de géants.

Avec douze équipes pour quatre places, le sprint final commence maintenant. Et quelque chose – juste un feeling – nous dit que le vainqueur des World Series 2016 pourrait bien s’extirper de cette Battle Royale indécise !

Le « quasi No-no » de Matt Moore

Pour son cinquième départ depuis son trade des Tampa Bay Rays aux San Francisco Giants, Matt Moore s’est offert une véritable victoire de prestige, en guidant les siens à une victoire convaincante (4-0) face au grand rival californien, les Los Angeles Dodgers.

Malheureusement pour le lanceur floridien, ce n’est ni cette victoire ni ce blanchissage que l’histoire retiendra, mais bien le premier hit des Dodgers, effectué par Corey Seager avec deux outs dans la neuvième et dernière manche.

Jusque-là, Moore avait effectué un match quasi-parfait ne concédant pas le moindre coup sûr pour trois buts sur balles et sept strikeouts. Il aura donc fallu attendre ce 133eme pitch fatidique pour que Corey Seager frappe un simple dans le champ droit et en termine des rêves de No-no de Moore. Immédiatement remplacé par Casilla pour le dernier out, le lanceur partant n’aura donc même pas pu s’offrir un Complete Game.

Dommage, mais Moore se sera offert un véritable « match référence » avec les Giants, alors que se profile la possibilité d’une apparition en postseason pour les hommes de Bruce Bochy.

Les « Catchs » de la semaine

On a encore vu quelques actions défensives de grande classe cette semaine, mais que dire de ces deux catchs improbables sur des Home Runs tout faits du jeune outfielder Andrew Benintendi (Boston Red Sox) et de Jarrod Dyson (Kansas City Royals). On se contente d’admirer, tout simplement:

Et aussi:

40 – 40è Home Run de la saison pour Mark Trumbo (Orioles), qui est devenu hier après-midi le premier joueur des Ligues Majeures à passer ce cap en 2016. Il devance un autre slugger d’American League, Edwin Encarnacion, qui a lui frappe son 36è coup de circuit de la saison.
En National League, deux des principaux candidats au titre de MVP continuent de mener la danse. Il s’agit de Nolan Arenado (Rockies) et de Kris Bryant (Cubs) avec cinq Home Runs chacun.

17 – Si on vous avait dit en Mai que deux lanceurs d’American League finiraient le mois d’Aout en tête des Ligues Majeures avec 17 victoires chacun, vous auriez répondu Chris Sale et Chris Tillman, probablement ? C’était pourtant bien sur J.A. Happ (Blue Jays) et Rick Porcello (Red Sox) qu’il fallait parier ! Depuis la début juin, Happ affiche un bilan de Cy Young avec onze victoires pour seulement deux défaites (malgré une défaite ce jeudi face aux Angels), et il a joué un rôle essentiel dans le retour des Blue Jays au top de l’AL East. Porcello, quant à lui, reste sur un retentissant 11-1 depuis le 22 mai dernier. Une période lors de laquelle il a lancé pas moins de huit matchs à sept manches ou plus. Suivent Jake Arrieta (Cubs) avec 16 victoires puis Chris Sale (White Sox), Chris Tillman (Orioles) et Stephen Strasburg (Nationals) avec 15 chacun.

OBP – Joey Votto (Reds) est de retour. Après une première partie de saison difficile et loin de ses standards, illustrée par une ligne de stats ne correspondant pas à ses standards (AVG : .252 /OBP : .386/SLG: .446), le Canadien de Cinccinati a retrouvé son efficacité depuis le All Star Break. Si bien que Votto, quatre fois meilleur joueur de National League en termes d’OBP, a repris sa première place dans ce domaine. Au terme du mois d’Aout, il a redressé la barre pour afficher une ligne de .309/.432/.522 bien plus conforme à son talent. Avec un OPS de .954, il possède la septième meilleure référence des Ligues Majeures dans ce domaine, la troisième de National League derrière Daniel Murphy (Nationals, .994) et Kris Bryant (Cubs, .986), deux des principaux candidats au titre de MVP !

0/10 – Il est temps que l’année se termine pour les Minnesota Twins (.377) et les Atlanta Braves (.366), solides derniers d’American League et de National League respectivement. Un sentiment particulièrement adapté pour les Twins, qui ont enregistré ce dimanche leur dixième défaite consécutive. Un sweep par les Blue Jays après deux autres par les Royals et les Tigers. Les Twins, qui se déplacent à Cleveland pour commencer la semaine, n’ont plus gagne depuis le 17 Aout et une deuxieme victoire consécutive contre… Les Braves !

France – Les Huskies de Rouen ont décroché le titre de Champion de France de D1 en disposant des Templiers de Sénart lors des French Baseball Series. Rouen a remporté les Séries par trois victoires à une. En savoir plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s