Preview 2022 – San Francisco Giants : Un être vous manque… mais il faut confirmer

Comme les franchises qui enchainent les matchs de Spring Training, la rédac’ de TSO aligne les Previews! Pour ce dernier chapitre, direction la Californie où le soleil a brillé en 2021 avec des San Francisco Giants historiques en nombre de victoires et tout proches de renverser le tenant du titre en postseason. Mais pour rester fidèle à la météo de Frisco, il y a aussi eu du brouillard en fin de saison avec l’annonce de le retraite de la légende Posey. Le plus bel hommage serait de lui offrir un bel exercice 2022 et les Giants en ont les moyens.

San Fransisco a assisté au départ de l’une de ses légendes, le grand Buster Posey. Photo DR

Retour sur 2021

Dans notre Preview 2021 des Giants, il était question de « si » : « Si les blessures n’handicapent pas l’effectif, si les futurs free-agents se surpassent, si la mayonnaise prend et si les joueurs qui ont tenu l’équipe l’an dernier sont tous capable de répéter, a-minima, le même niveau de performance, les Giants peuvent faire quelque chose de sympathique dès cette saison. » 

Et bien on peut remplacer les « si » par des « comme » pour résumer la saison dernière de l’équipe de la Baie qui s’est offert le titre de la Division NL West devant les immenses favoris qu’étaient les Dodgers et les Padres. Remporter un titre c’est déjà bien, mais le faire de cette manière en décrochant 107 (!!!) victoires, c’est tout simplement incroyable. 107 victoires c’était le plus grand total en MLB la saison dernière mais aussi et surtout un record historique dans l’histoire de cette franchise historique. Une superbe récompense pour le trio historique des Giants, rescapés de la Dynastie des 2010’s : Buster Posey, Brandon Crawford et Brandon Belt.

Premier qualifié pour la postseason : les San Fransisco Giants ! Photo : DR

Posey a connu une saison façon « résurrection » (il avait renoncé à 2020) avec une moyenne au batting de .304, une présence sur base de .390 et un OPS de .889 (son meilleur total depuis sa saison MVP en 2012) en 113 matchs joués et une défense derrière le marbre dont on ne le pensait plus capable à 34 ans. Excellent défenseur lui aussi, le short-stop Crawford a explosé en 2021 avec la meilleure saison offensive de sa carrière :  .298/.373/.522 ; 24HR ; 90RBI ; 11SB en 138 matchs. Et puis Belt lui aussi performant des deux côtés du terrain comme on dit au basket, c’est à dire en attaque et en défense : .274/.378/.597 ; 29HR en 97 matchs seulement. Son absence en postseason a sans doute été très préjudiciable après sa blessure au pouce à quelques jours de la fin de la régulière.

Les 29HR de Belt c’était le plus grand total de l’équipe cette saison alors qu’en cumulé les Giants étaient #1 de la catégorie en National League avec 241. Cela veut dire que la puissance a été bien répartie dans l’effectif. Là aussi, 241, c’est un record de franchise all-time et quand on sait que le stade des Giants n’est d’habitude pas très favorable aux batteurs et plutôt aux lanceurs, ça ne fait que souligner davantage cette grosse performance.

La profondeur de l’équipe a été remarquable. LaMonte Wade Jr., complètement inconnu avant son arrivée en février, s’est révélé et notamment en fin de match : 6 hits pour égaliser ou passer devant dans la 9e manche ou en extra-inning (plus grand total en MLB depuis 40 ans) et un batting average de .571 dans ces moments décisifs d’une rencontre. Wade Jr. c’était tout simplement Mr. Clutch en 2021! Rendons aussi hommage à Darin Ruf (.271/.385/.519 ; 16 HR) et Wilmer Flores (18 HR) et même Kris Bryant (7 HR ; 22 RBI ; 13 doubles ; 6SB) après son arrivée à la Trade Deadline. La seule petite déception vient en fait de celui que l’on attendait le plus : Mike Yastrzemski, certes 25 HR mais un batting average de .224 et une OBP de .311 en 139 matchs (plus grand total de l’équipe).

L’attaque de SF a régalé mais alors que dire de la rotation! Composée de 4 vétérans trentenaires revanchards et d’1 jeune de 24 ans époustouflant, elle a tout simplement établi le 3e meilleur ERA de MLB (3.44)

Kevin Gausman. PHOTO : GETTY IMAGES / HARRY HOW

On commence par Kevin Gausman, qui se voit accoler le terme « Ace » pour la première fois de sa carrière :  14 victoires et 6 défaites ; ERA de 2.81 en 33 starts avec 227K (4e en NL) grâce notamment à sa splitter dévastatrice. Pour compléter ce one-two punch improbable : Anthony DeSclafani. 13 victoires et 7 défaites ; ERA 3.17 en 31 starts. Un rapport qualité-prix parfait puisqu’il avait signé en décembre 2020 pour un an à 6 millions de $.
On continue avec les 10 victoires d’Alex Wood avec là encore une ERA sous les 4.00 (3.83) et on ferme ce quatuor avec Johnny Cueto qui a connu un départ canon avant de se blesser et de revenir un peu moins bien (7-7 ; ERA 4.08 ; 21 starts). Aux côtés de ces vétérans, notre jeunot : Logan Webb qui a connu une splendide saison et s’est même amélioré au fil des mois jusqu’à son climax : le dernier match de régulière face aux Padres et ce titre de Division assuré (11-3 ; ERA 3.03 ; 26 starts) enchaîné avec le Game One des NLDS face aux Dodgers.

Une rotation dans le Top 3 MLB et un bullpen tout simplement numéro 1 pour son ERA de 2.99. En tête d’affiche : Tyler Rogers et ses 81IP (80 matchs, #1 en NL) et Jake McGee avec 31 saves. Les deux alignés l’un après l’autre auront été un cauchemar pour les lineups adverses. Autres releveurs clés : Dominic Leone (ERA 1.30 en 53 matchs), le rookie lanceur de flammes Camilo Doval, mais aussi Jarlin Garcia, Jose Alvarez ou Zack Littell ont tous contribué avec chacun plus de 60IP.

Tout ce beau monde sous la houlette de Gabe Kapler. Pour sa deuxième saison sur le banc des Giants, il a surpris tout son monde. Logiquement récompensé par un trophée de Manager de l’année et une prolongation de contrat de deux ans.

Qualifiés pour la postseason pour la première fois depuis 2016, les Giants ont vu leur saison de rêve s’achever de façon très cruelle : au 5e match des NLDS face à l’ennemi intime, les Los Angeles Dodgers. Aussi bizarre que cela puisse paraître, c’était le premier affrontement des deux équipes en playoffs. Pendant leurs années new-yorkaises, les franchises ne pouvaient pas s’affronter puisqu’elles évoluaient toutes les deux en National League et qu’à l’époque les playoffs consistaient en un affrontement entre les vainqueur de chaque Ligue. Il n’y avait pas de tours préliminaires pour arriver aux World Series. On dira quand même un mot sur le tie-breaker pour le NL pennant en 1951 et le walk-off home run de Bobby Thomson (Giants) renommé « The shot heard ’round the World ». D’ailleurs on en parle dans notre épisode d’En Toute Franchise, consacrée aux Giants.

En cette année 2021, pas de coup de batte entendu partout dans le monde mais une décision arbitrale qui a fait ô combien parler pendant des heures et des jours après ce 5e match : un checked swing très controversé sur le 3e strike de Wilmer Flores alors que la balle était assez nettement hors de la zone. Une déception et sans doute un motif de revanche pour 2022…

La saison 2022

… qui débutera sans l’icône de la Baie : Buster Posey a décidé de prendre sa retraite. Un crève-cœur pour les fans et une présence qu’il faudra compenser dans le vestiaire et sur le terrain. Cela nous emmène directement à la question du catcher 2022? La doublure 2021 Curt Casali, qui a été bon pendant les offdays de Posey, ou le prospect Joey Bart?

Les Brandons. Photo : Getty Images

Le premier jour du Spring Training à Scottsdale aura forcément un goût particulier sans Posey… mais heureusement les Brandons seront toujours là! Crawford et Belt vont disputer leur 12e saison ensemble. Le premier avait signé une extension de contrat de 2 ans pour 32M$ en août, le second a signé une qualifying offer d’une saison. Autre élément de l’infield à rempiler : Evan Longoria (dernière année de contrat, option club pour 2023) a connu une fin de saison plus difficile mais peut toujours apporter de la production et son expérience.

Tommy La Stella n’a pu jouer que 76 matchs la saison dernière en raison de blessures et a encore été opéré cet hiver, mais du côté des Giants on compte sur sa polyvalence. En outfield : Mike Yastrzemski, Austin Slater, Darin Ruf, LaMonte Wade Jr., Alex Dickerson… tous déjà sous contrat l’an dernier… et un nouveau venu que l’on imagine bien autrement DH permanent avec le changement de règle. Joc Pederson arrive d’Atlanta avec qui il a remporté le titre en 2021, après avoir remporté le titre en 2020 avec les Dodgers. Alors la passe de trois avec les Giants?

Après avoir gagné deux World Series consécutives avec deux équipes différentes, Joc Pederson espère faire la passe de 3 avec les Giants. Photo : MLB

Kevin Gausman parti à Toronto, le titre d’Ace des Giants atterri sur les épaules du jeune lanceur Logan Webb (voir plus bas). Pour le spot 2 ou 3, on mise sur DeSclafani qui tentera de reproduire sa saison 2021. On hésite avec un nouvel arrivant : Carlos Rodon en provenance des White Sox (13-5 ; ERA 2.37 l’an dernier).

Il devra s’adapter aux dimensions de l’Oracle Park, où il n’a jamais lancé, mais s’est déjà fait adopté des fans : il a choisi le n°16 au détriment de son numéro fétiche, le 55, porté en dernier à SF par un certain Tim Lincecum qui n’a pas été officiellement retiré par la franchise mais qui reste mythique. Pour compléter la rotation : les deux Alex – Wood et Cobb. Ce dernier, arrivé des Angels avant le lockout, reste sur une saison correcte mais marquée par une absence de deux mois pour une inflammation au poignet (8-3 ; ERA 3.76 en 16 starts). Sammy Long ou Tyler Beede seront les favoris pour palier une absence si besoin.

Le joueur à suivre : Joey Bart

Et oui encore lui! Joey Bart est notre joueur à suivre car avec la retraite de Posey, c’est le moment pour le garçon de prendre la suite. Ancien #2 de Draft, signé 7 M$ et successeur désigné du Prince Buster, il a toujours eu un gros poids sur les épaules et n’a pas semblé pouvoir s’en départir à ses débuts en 2020, le format particulier de la saison ne l’a pas aidé non plus. Il avait été lancé un peu précipitamment dans le grand bain et son année supplémentaire en Minors en 2021 lui a sans doute fait beaucoup de bien.

L’année 2022 sera-t-elle l’année Bart? – Getty Images

Le catcher droitier de 24 ans a passé l’essentiel de son année en Triple A et a rendu une belle ligne de stats : .294/.358/.472 ; 10HR ; 46RBI ; 37R. Il n’a toutefois pas encore complètement résolu son problème de strikeout (29,4% l’an dernier) et ce sera son plus grand défi pour cette saison 2022 qu’il débutera en tant que titulaire ou titulaire bis (avec Casalli). Ses progrès derrière le marbre ont été très notables en 2021. Il a pris de la confiance et de l’assurance pour se faire entendre et respecter de sa défense. On l’a dit l’infield de SF est constitué de vétérans (Crawford, Belt, Longoria…), ce sera un atout pour Bart.

La star : Logan Webb

Notre « star » n’a qu’un an de plus que notre « joueur à suivre » mais les deux jeunes Giants n’en sont pas aux mêmes points de leurs carrières respectives. Si Bart devrait se lancer pour de bon en MLB, voici notre Webb déjà affublé du statut d’Ace de son équipe. Le Californien de naissance l’a bien cherché après sa superbe saison 2021 mais rien ne le prédisait pour autant.

Webb tisse sa toile en NL – AFP

En effet notre lanceur n’a jamais été listé dans le Top 100 des prospects du magazine de référence Baseball America. Avant la saison 2020, les observateurs faisaient de lui au mieux un starter #4 de rotation. Alors l’imaginer avec 11 victoires et surtout un ERA de 3.03 en 26 starts?! Moins de 8H concédés en 9 manches et plus de 4K pour chaque Walk… des stats impressionnantes pour celui qui a profité pleinement de sa place particulière dans la rotation de SF en 2021 : le petit jeune parmi les vétérans. Son match de NLDS contre les Dodgers (7.2IP sans concéder de point avec 10K) restera comme l’une des plus grosses perfs de la saison, toutes équipes et tous postes confondus.

Gausman parti, le voilà donc en leader de rotation et vu la détermination du garçon on n’est même pas trop inquiet!

Le prono

La belle histoire de 2021 peut-elle être la confirmation en 2022? Les Giants de la saison dernière ont placé la barre tellement haut qu’il sera forcément difficile de faire aussi bien, et on ne parle même pas de mieux. Privés d’un 9e titre de Division consécutif, les Dodgers auront forcément envie de laver l’affront, même s’ils se sont déjà vengés en playoffs. Et les Padres auront l’obligation de performer après une 2e partie de saison 2021 catastrophique, mais seront privés de Tatis Jr. au lancement de l’exercice.

Pour les Giants, il faudra encore sortir debout de cette bataille à 3 à l’Ouest et au pire décrocher une Wild-Card alors qu’on sait que les candidats sont très très nombreux (Braves, Mets, Phillies, Cards, Brewers pour ne citer qu’eux). Les Giants miseront sur la continuité sans leur totem, Posey, mais avec un lanceur qui veut s’inviter à la table des grands de cette NL.

Prono TSO : 90-72, 2e en NL West (2e NL Wild-Card).

Projection FANGRAPHS : 81-81, 3e en NL West.


Laisser un commentaire