Preview 2022 – Cincinnati Reds : Un feu de paille ?

On a pensé, cette franchise, repartie pour réécrire son histoire (toute proportions gardées quand même) de la new génération of Big Red Machine avec ses joueurs bouillants sur et en dehors du terrain. Hélas, tout ne se passa pas comme prévu. Incandescent en plein cœur de l’été, l’incendie a vite été maitrisé par les Cards à l’approche de l’automne. Et Cincy s’est retrouvé à la 3e place de sa division, trop loin d’une WildCard. Quand on joue avec le feu … Alors seront-ils plus réguliers en 2022 ? 

Même pas peur. Photo : Dyklan Buell / Getty Images

La saison 2021

C’est l’histoire d’une franchise qui n’avait pas envie de rendre les armes trop vite dans sa division de la Central en NL. Que ce soit face aux soi-disant « surpuissant » Cards, à l’équipe régulière du moment de Milwaukee ou bien des Cubs qui sont partis pour un dernier baroud d’honneur avant les soldes… il manque quelqu’un non … mince, ils sont 5 dans la division… ah oui, les Pirates qui sont partis pour squatter le bonnet d’âne de la division pour un bon moment (désolé les gars)

Tout est en place pour que ce soit le feu cette année sur mais aussi en dehors du terrain et lorsque l’on a des gars comme Votto, Castellanos et Garrett (pour ne citer qu’eux) dans ses rangs, on a des pyromanes en puissance. Pourtant même sans Trevor Bauer (parti sous les dollars Californiens avant son affaire.) un des fers de lance pour allumer des feux. Il ne faut pas attendre longtemps pour les braises s’embrasent. Et Rien de mieux qu’un petit match entre amis (contre St-Louis) et une explication au marbre entre Castellanos, Woodford et ce bon vieux Yadier Molina pour cela.

Le début de saison, parlons-en, malgré ces bagarres entre copains, pas de quoi allumer des feux de joie avec des bilans négatifs pour les 2 premiers mois (bilan de 24W-28L) sans être non plus catastrophique. Mais à l’approche de l’été, la Red machine s’allume et tronque sa tenue de boxeur contre celle de cracheur de feu. Ainsi en juillet (15W-12L), juillet (16W-10L) et aout (16W-12L), l’équipe est tout simplement incandescente. Et se retrouve à la 2ème place à 7.5 matchs des Brewers et 4.5 matchs devant les Cards. Pourtant à la trade deadline on laisse partir Heath Hembree et Sean Doolittle qui n’ont pas convaincu lors de leur petit passage dans l’Ohio.

Mais quand il y a le feu aux poudres, il nous faut des pompiers… Et c’est exactement le rôle que vont jouer Les Cards qui reviennent comme des fous furieux sur tout le monde et qui sont là pour éteindre les espoirs de la Red machine. Ces derniers, eux, sont en train de mourir à petits … feu et terminent l’été avec un tristoune 5 défaites lors des 7 derniers matchs du mois d’aout. Pour couronner le tout, Winker, en forme de MVP, se blesse et Givens ne retrouve pas la forme qu’il avait dans le Colorado (2.73ERA en 31 matchs contre 4.22ERA en 23 matchs).

Jesse Winker était dans la discussion au titre de MVP avant de se blesser. Photo DR

Le mois de septembre viendra éteindre les braises d’espoirs de playoffs avec un bilan de 11W-15L. Le momentum est passé et au milieu du mois de septembre, les Cards passent devant et les Reds terminent à la 3ème place de cette division et au 6ème rang de la NL. C’est con, la post season n’est plus élargit et les Reds sont en vacances malgré un bilan de 83W-79L.

La saison 2022

Quelle galère cette intersaison, interminable « grâce » au lockout, mais surtout pas une semaine sans qu’un joueur des Reds ne soient dans des rumeurs de trades avec des franchises qui ont besoin d’un starter, et lorsque le Spring training se prépare l’ace des Reds Sonny Gray s’en va chez les Twins en échange de Chase Petty (18 ans, RHP), à un an de sa FA, et sans possibilité de le prolonger c’est un choix qui se tient.

Pas étonnant, lorsque dans sa rotation on possède des lanceurs tel que Luis Castillo, Taylor Mahle ou Vladimir Gutierrez. Mais aussi des jeunes pousses, parmi les meilleurs de la MLB et qui sont quasiment prêts à venir renforcer le pitching staff (Hunter Greene 22 ans et Nick Lodolo 24 ans, actuellement en AAA, ou Jarred Solomon qui revient de Tommy John) ainsi que ceux qui viennent à peine d’entrer dans le show (on pense à Riley O’Brien 27 ans quand même, Dauri Moreta 25 ans).

Le duo d’ace Luis Castillo et Sonny Gray n’a pas joué à son niveau habituel en 2021. Seront-ils de retour en 2022 ? Photo : Getty Images

Nous l’avons vu l’année dernière avec le Closer Heath Hembree (parti avant la deadline avec une ERA de 6.38) ou alors le très célèbre Amir Garrett qui sort les poings aussi bien que son ERA (6.04) n’ont pas répondu présents, d’ailleurs ce « bon » Amir est tradé a Kansas City. Quid alors du poste de closer ?
Pour le starters Star: Luis Castillo, nous sommes dans le bizarre car son ERA est plus mauvaise que les saisons précédentes (3.98 pour le deuxième) mais cela reste plus que corrects. 2022 sera l’occasion de démontrer qu’il est toujours décisifs et qu’il peut redevenir l’ace qu’il est capable d’être (Castillo sera FA à la fin de la saison prochaine).

Il faudra aussi prendre en compte la perte DU joueur de la saison dernière Nick Castellanos, qui est parti chercher les billets verts sous d’autres cieux (ceux des Phillies) en étant free agent, la force de frappe a un peu perdu de sa superbe, et si on ajoute LES pertes de Jesse Winker et d’Eugenio Suarez, qui eux sont partis à Seattle renforcer le bâton déjà prometteur des M’s.

Pas de panique, il reste encore le papy Votto, la bonne surprise Taylor Naquin, le super rookie Jonathan India pour assurer quelques HR quand même, mais ca commence à faire beaucoup pour une équipe qui veut jouer les troubles fêtes dans la NL Central. En revanche reverra-t-on Mike Moustakas à son niveau de Kansas City? ou sombrera-t-il définitivement, déjà poussé en 3B par India en 2021 ? D’ailleurs la bataille pour le 3ème coussin sera intéressante à suivre face à Suarez. A moins que l’arrivée du DH universel ne vienne sauver le soldat Moustakas.

Mike Moustakas qui représente presque 20% de la masse salariale des Reds, a dû mal à justifier son statut. Photo : Staff MLB

Il semblerait que la tactique soit d’économiser encore un peu. Pourtant le payroll des Reds se situe toujours un peu sous la moyenne, et ce depuis quelques années déjà, mais avec des joueurs comme Votto (27,69% du total de la masse salariale), Moustakas (17,72%), c’est un peu moins de la moitié du payroll. Si on rajoute en plus que l’année dernière celui-ci était à $134,688,789 alors qu’au jour d’aujourd’hui avec tous les départs, il est désormais de $90,300,000, vous voyez quand même que l’opération économie est plus que lancé… Mais comme en MLB rien ne se passe comme prévu, les Reds décide de signer un FA de la qualité de Tommy Pham laissé libre par les Padres depuis le 03 Novembre dernier. Un petit cadeau du Front office pour se faire pardonner auprès des partisans du double départ de Winker et de Suarez, mais cela sera-t-il suffisant?

Petit fun fact, le 6ème plus haut salaire des Reds est celui de… Ken Griffey Jr avec $3,593,750, non sans rire, avec son contrat signé en 2009 de $57,5M sur 16 ans, cela donne ce genre de détail qui font que voilà, ca plombe un peu plus les comptes.

Le joueur à suivre: Tyler Stephenson

Derrière l’explosion de Nick Castellanos, l’éternel Joey Votto, la sensation Jonathan India, se « cache » un joueur qui a fait parler la poudre dans les travées du Great American Ball Park des Reds: Jesse Winker. Alors on était à deux doigts de faire de lui notre joueur à suivre, pourtant et à la surprise générale, il est tradé en sortie de lockout du coté de l’état de Washington avec son compère Eugenio Suarez.

Petit coup de projecteur donc sur Tyler Stephenson (25 ans) qui évolue au poste de Catcher, mais peut donner un petit coup de main dans le champ en tant que 1B et Outfielder. Sa saison 2021? bah c’est pas mal du tout avec 132G (C: 78G, 1B: 23G, OF: 1G), 56R, 100H, 10HR, 45RBI, et le 1.9WAR qui va bien pour les stats classiques, .286AVG, .366OBP, .431SLG et .797OPS, je vous rappelle que l’on parle d’un catcher quand même, les fameux stratèges cachés de notre sport préféré…

Né à Atlanta et fan des Braves depuis tout petit et développant son style en catcher. Il n’hésite pas à donner ses propres consignes à son lanceur dès son année freshman lorsqu’il est dans la Kennesaw Mountain High School sur les conseils de son coach. Pour le bâton ca tape fort avec du .415AVG sur son année senior plus 8HR et 25RBI.

Il est drafté en 11ème position de la draft de 2105 par les Reds, s’en suit un parcours en Minors league des plus classiques en montant de niveau tous les ans (sauf en 2020, année covid oblige, mais Tyler était prévue pour jouer en AAA cette année là). Dans la taxi-squad de 2020, il s’entraine donc assez bien pour commencer dans le show en juillet pour le match contre les Cubs (chaud lorsque l’on sait la rivalité entre ses 2 équipes, surtout depuis quelque saisons).

Et la magie du sport surgit: nous sommes en bas de 7ème et le score sans appel de 8-1 pour les nounours. Underwood Jr va faire son 5ème lancer. S’élance et… sur une balle plein milieu, Tyler déclenche un HR des familles, plein champ centre. Premier HR lors de son premier match, il y a pire comme présentation. Il retournera néanmoins dans la taxi-squad après le retour de blessure de Moustakas. Son vrai retour se fera en septembre de la même année pour 7 matchs et seulement 1 complet.

Considéré d’abord comme un utility player, le départ de Tucker Barnhart va sans doute le forcer à joueur au poste de receveur. A voir si cela aura un impact sur ses stats offensives.

La star: Joey Votto

Evidemment, qui d’autres. Du haut de ses 38 ans, « papy » Votto est toujours là au coeur de l’alignement. OK vous allez me dire que c’est un 1B et qu’à ce poste, on peut jouer jusqu’à 40 ans facile, oui mais non car quand même en 2021 c’est 129G avec encore une moyenne à la batte de 0.266 mais surtout 36 HR et 99 RBI, ce qui situe ces chiffres dans ses meilleures performances en carrière (37HR et 113RBI en 2010 lors de sa saison MVP, il est aussi 6 fois All-Star et a gagné un Gold Glove de 1B en 2011). Rappelons également que Votto a fait l’intégralité de sa carrière chez les Reds, drafté en 44ème position du 2ème tour lors de la draft en 2002, le Canadien a tranquillement gravi les échelons de la MiLB pour arriver dans le show en 2007 et plus jamais le quitter.

Légende vivante des Reds, Joey Votto du haut des ses 38 ans est toujours là et continue de martyriser les lanceurs adverses. Photo : Rob Tringali / Getty Images

Alors que peut-on attendre de Joey Votto pour la suite et presque fin de carrière? Très simple: comme d’habitude, du bon, du très bon, des coups de sang et une côte de popularité qui ne cesse de grandir après des fans des Reds et du respect pour les autres fan de baseball. Car oui Joey vit ses matchs à fond avec tout l’arsenal, du trash talker en puissance au grand romantique. Un joueur au grand coeur quoi.

La fin de son contrat est prévu pour la fin de saison 2023 avec la saison 2024 en club-option et $7,000,000 de Buy-out, il aura alors 40 ans. Le bel âge de la retraite pour les 1ère base?

Notre prono

Ne nous cachons pas derrière de faux espoirs, les Reds ne seront pas contender aux playoffs cette année, même avec les playoffs élargit, il y a trop de gros calibre qui n’auront pas le droit à l’erreur en NL, coucou les Mets, Padres et Phillies. Même dans sa propre division ce sera compliqué puisqu’il devrait y avoir une bataille entre les Cards et les Brewers. En revanche ca va jouer des coudes avec les Cubs pour la 3ème place. Trop loin du duo infernal de cette NL Central, et normalement largement devant les pauvres Pirates. Mais avec ses fous furieux qui n’ont peur de rien, sait-on jamais.

Le prono TSO : 82-80, 3e de NL Central
Projections Fangraphs : 80-82, 3e de NL Central

 


Laisser un commentaire