Preview 2022 – Cleveland Guardians : Grande première !

L’aventure des Indians à Cleveland, c’est désormais terminée. Place aux Guardians à partir de cette année 2022 et ils resteront dans cette bonne ville de Cleveland encore quelques années (après avoir signé une prolongation de 10 + 5 années de concession pour l’emplacement du Progressive Field), mais pour pouvoir rester dans de bonnes conditions et dans le marché actuel, il faut pour ça commencer à être bankable et attirant… Ce qui n’en prend, pour le moment, pas trop le chemin.

La saison 2021

Du Santa Barbara dans l’Ohio, cela aurait pu s’appeler comme ça. Les pauvres partisans de Cleveland ont eu le droit à tout et aussi au grand n’importe quoi pendant cette saison 2021, sur le terrain et en dehors. Comment résumer tout ce bazar en quelques lignes pour ne pas vous faire décrocher?

Déjà le nom de la franchise, on savait depuis 2020 que la franchise allait changer de nom et cela s’est fait à grand coup de promotion en faisant croire que les partisans auraient leur mot à dire (pas bien tout ça monsieur Dolan), entre les Spiders, Rockers et autre Naps, Buckeyes, nous sommes pas passé loin du Cleveland Baseball Team. Heureusement à la date du 19 novembre, les Indians deviennent officiellement les Guardians. Ca c’était pour la partie la plus simple, passons maintenant dans la partie sale…

The Athletic nous apprend, courant 2021, que l’ancienne gloire des Indians Omar Vizquel (après son affaire de violence conjugale fin 2020), est poursuivi pour harcèlement sexuel sur une personne autiste de la franchise affiliée AA aux White Sox, les Barons de Birmingham ou Omar Vizquel en était le manager.

Et comme si cela ne suffisait pas, il y a eu les suites de l’affaire Mickey Callaway (encore des affaires de harcèlement). Durant l’hiver on nous apprend que ce personnage a plus ou moins été couvert par des personnes bien placées dans les différents organisations dans lesquelles il a travaillé et bien sûr par Chris Antonetti (GM et actuel President of Baseball Opération de Cleveland) et Terry Francona (Manager). Et lorsque Nick Francona (anciennement chez les Mets comme Player Development) avait demandé si il n’y avait pas de cadavres dans le placard concernant Callaway, son père ne lui a rien dit de ses affaires. On peut comprendre que le fiston se sente trahi et fasse connaitre son opinion en public.

Grosse déception avec Zach Plesac, très talentueux, ce dernier s’est fracturé le pouce après un geste d’humeur et a raté un mois de compétition. Photo : DR

Recentrons nous sur le terrain si vous le voulez bien (c’est, après tout, ce qui nous intéresse ici, même si le climat de Cleveland est important à cerner pour ceux qui ignoraient tout ça). Le début est bon, voir même très bon. Même s’il a, d’abord, fallu digérer le départ de l’icone de la franchise Francisco Lindor, parti chercher les dollars et une meilleure exposition du côté des Mets.

Après un premier mois de digestion offrant un bilan initial moyen (12W-12L) la machine se met en marche pour enquiller les bons résultats et les mois positifs (17W-12L en mai et 13W-11L en juin). Au soir du 28 juin, les Indians sont de confortables et beaux 2ème de division avec un bilan de 42W-33L, à 2GB des White Sox. Tout ça en ayant pris un No-Hitter (contre ces mêmes White Sox le 14 avril),  le premier d’une série de 3 (record dans une saison MLB…).

Fin mai, ils perdent pour un mois Zach Plesac sur blessure (alors là c’est le pompon, après un mauvais match, il aurait donner un coup de poing sur son casier occasionnant une facture de son pouce droit, évidement il est droitier…), fin juin, ils perdent Josh Taylor avec une facture de la cheville droite suite à un choc avec son coéquipier pour attraper une balle. Avant de s’offrir une série de 9L d’affilées…

Et c’est parti pour la 2ème partie de saison qui ne sera pas aussi belle que la première. Un nouveau no-hitter début juillet, cette fois-ci contre les Reds (pas bien pour l’Ohio Cup). Fin juillet ils perdent leur star et ace Shane Bieber sur blessure (épaule droite). A la trade deadline, les Indians ne trouvent rien de mieux qu’à échanger 2 de leurs meilleurs joueurs: César Hernandez partis chez les White Sox (encore eux) en échange d’un joueur des minors league (Konnor Pilkington lanceur de 24 ans) et surtout Eddie Rosario en échange du fantôme de Pablo Sandoval (non non, vous ne revez pas… c’est dingue d’un trade des Rockies tout ça) puisque ce dernier sera libéré le jour même et Eddie sera champion à la fin de la saison.

Et si vous rajoutez à tout ça, la mise en retrait de Terry Francona pour des problèmes de santé (problèmes qui datent de sa fin de carrière de joueur et qui ne se sont pas arrangés au fil des années), vous obtenez un mois après All Star Game tout pourri (9W-15L en juillet).

Malgré un mois d’aout moyen (14W-14L) c’est à nouveau un mois pourri, septembre (13W-17L) et encore un no-hitter combiné, début septembre contre les brasseurs de Milwaukee. La fin de saison est longue, très longue…

José Ramirez continue de sortir des saisons digne d’un MVP mais il semble bien seul. Photo : DR

Quelques bonnes nouvelles à retenir dans cette année 2021, Franmil Reyes et ses 30HR, José Ramirez qui continue de sortir des saisons de calibre MVP, le retour de Triston McKenzie (l’un des chouchou de certaine personne à TSO) après un mauvais début de saison. Le comeback convaincant de Shane Bieber vers la fin de saison, des jeunes qui sont présent (Naylor, Miller, Bradley, Chang et Clement) mais surtout l’émergence de ses deux jeunes Closer de rêve Clase et Karinchak. Le repositionnement de Cal Quantrill en starter, encore une bonne idée des Indians, même si le choix était logique au vu des méformes et autres blessures de la rotation.

Et une bonne nouvelle pour finir cette année (ça change un peu), l’arrivée d’un nouvel actionnaire: David Blitzer, déjà dans le monde du sport avec des parts en NHL (Devils), NBA (76ers), MLS (Real Salt Lake) et d’autres hors sport US (Crystal Palace, FC Ausgburg, AD Alcorcon et surement d’autres dont je n’ai pas la liste… désolé).

La saison 2022

Alors franchement, difficile à dire. Tout le monde les a enterré pour la saison 2021 et pourtant ce n’était pas si mal que ça. OK c’est de la AL Central avec peu d’opposition mais quand même, on nous vendait des Royals (ouais ok d’accord) en trouble fête et des Tigers (qui sont pour le moment que des chatons tout mignons) à l’affut du moindre faux pas des White Sox, trop tranquille du coup, comme cela s’est confirmé durant la post-season.

José Ramirez et Shane Bieber devraient une nouvelle fois porter l’équipe de Cleveland. Photo : DR

Mais ce qui est est sûr c’est que la machine à fabrique des Pitchers a encore de beaux jours devant elle. Sur la draft 2021, 18 lanceurs sur les 20 (avec un SS au 3ème tour et un OF au 12ème tour). Petit rappel: le pitching des Guardians (va falloir s’habituer aussi) est encore très jeune dans l’ensemble (Bieber 26 ans, McKenzie 23 ans, Quantrill 26 ans, Civale 26 ans, Plesac 26 ans et Morgan 25 ans pour la rotation). Dans le bullpen la aussi de la jeunesse avec l’UNE des révélations de l’année Emmanuel Clase, mais on y reviendra juste en dessous. Ou encore James Karinchak (25 ans, 4.07 d’ERA 11 sauvetages) et Nick Sandlin (24 ans, 2.94 d’ERA).

Les vétérans, eux, sont poussés dehors, ainsi Blake Parker, Bryan Shaw et Nick Wittgren (tous les 3 trentenaire) sont désormais Free Agent depuis la fin de saison. Pareil pour Roberto Perez (Catcher, aux Indians depuis sa draft en 2008) laissé libre et remplacé numériquement par un revenant (Sandy Leon pour épauler Austin Hedges), désormais aux Pirates.

Coté terrain, on continuera a surveiller évidemment José Ramirez, mais cela semble évident. Il faudra aussi scruter les progrès de Bradley Zimmer et surtout Myles Straw. Ce dernier arrivé durant l’été dans un trade avec Houston apporte sa vitesse et sa défense à un OUtfield qui en avait bien besoin. Surtout offensivement, il semble avoir franchi un cap à Cleveland (.285/13 bases volées et 36% de présence sur base après son trade chez les Indians) après des débuts timides à Houston dans ce domaine. Gardons également un oeil sur le retour de blessure Josh Taylor voulant prouver que son talent est encore bien présent.

Il y a du beau monde à regarder dans cette équipe (même si ce n’est pas du flashy) des coups d’éclats ne sont à exclure du coté du Progressive Field avec Ernie Clement, Owen Miller, Yu Chang, Bobby Bradley ou bien Ahmed Rosario. Et peut-être enfin l’arrivée de Nolan Jones (3B) pour quelques matchs par-ci, par-là.

Avec des problèmes de santé récurrents, on pourrait assister à la dernière saison de Terry Francona sur le banc de Cleveland. Photo : DR

Les Guardians font peau neuve et ne laisse pas de place aux joueurs n’ayant pas fait une saison 2021 « normale », vous pouvez en parler à Harold Ramirez, JC Meija, Cam Hill et Wilson Ramos, en plus de ceux déjà cité plus haut, qui ont fait leurs valises. Le balai est de sortie pour le grand nettoyage, et pour peut-être la dernière saison de Tito Francona en tant que Manager, cela serait bien de commencer ce nouveau chapitre par une belle saison.

Le joueur à suivre: Emmanuel Clase

Imaginez un peu la scène: 17 ans, signature (à $125,000 de prime à la signature) en Free Agent amateur International par les Padres (ok ce n’est pas les Padres de maintenant, mais quand même) et comme beaucoup d’internationaux qui signent ce type de contrat le plus dur commence. Mais pour le petit Clase (1,88m), c’est la Dominican Summer League et ça commence très fort (starter à l’époque…) 13G pour 1.99ERA et une sélection pour le All-Star de la DSL.

La suite? ça monte gentiment dans les minors league, mais la progression n’est pas assez rapide pour les Padres qui le trade (oh la boulette…) dans un échange avec la Walker Texas Rangers team (Brett Nicholas Catcher, désormais retraité du baseball depuis 2019), début avril 2018. Arrivé dans le Texas, avec un changement de rôle pour devenir le Closer des Spokane Indians (Bel et bien l’équipe de A- des Rangers) en 2018. Et il rend une fiche de 0.64ERA en 22G (dont 18 en tant que Closer) et 28.1IP.

Emmanuel Clase a été l’immense de la MLB au poste de closer. Une aubaine pour Cleveland. Photo : (Frank Jansky / Icon Sportwire)

2019, c’est le début du rêve pour lui, avec des apparitions en A+ (0.00ERA en 6G) et en AA (3.35ERA en 33G) et toujours dans le rôle de Closer ou pas loin la plupart du temps (25GF en 39G). Au mois d’aout c’est les grands débuts dans le show (j’aime bien cette expression…) en tant que releveur, entre la 5ème et la 6ème manche, bilan: 1.2IP 25 lancers, 15 strikes, 1SO et 0.00ERA. C’est fini il ne redescendra plus de la saison pour finir avec 21G (1GS-7GF), 2.31ERA (23.1IP, 21SO) et en encaissant seulement 8R.

Et pourtant malgré ce très bon départ (n’oublions pas qu’il n’a que 21 ans) les Rangers décident de le trader avec Delino DeShield contre Corey Kluber et du cash (oh la carotte…) en décembre 2019. 2020 se passera donc en entrainement annuel (merci la pandémie, pas de minors league season cette année là). Et là dans la fabrique à lanceurs des Ex-Indians (désormais Guardians), le diamant polit ses armes peu pour débuter dès le début de la saison 2021 en Closer en alternant avec James Karinchak.

Le résultat est là et bien là, Emmanuel terminera la saison avec 2.8WAR en 71G dont 51 en Closer (1.29ERA, 4W-5L-24SV, 69.2IP, 74SO) et également 5ème dans le classement du Rookie of the year. Lanceur plus que puissant avec une Cutter (69.2% d’utilisation et 731 lancers à 100.2MPH de moyenne), une belle Slider (29.8% et 315 lancers à 91.9MPH de moyenne) et une Fastball (10 lancers et qui demande à être travaillé dans la précision, mais quand même à 100.7MPH de moyenne), ses chiffres ne tiennent compte que de la saison 2021. Donc 2022, 24 ans, si le joueur confirme l’énorme potentiel vu en 2021 et avec le savoir faire des désormais Guardians en terme de pitching staff, je vous laisse imaginer le carnage…

 

La Star: Shane Bieber

Shane Bieber est l’indiscutable ace de Cleveland et sans aucun doute l’un des meilleurs lanceurs de la MLB. Photo : DR

Franchement, qui d’autre? C’était lui ou José Ramirez? Bien sûr José est très fort (mais c’était deja la Star de la preview en 2021, donc on change un peu). Mais là on parle d’un joueur très, très talentueux. Pour les grandes lignes: 2x All-Star (2019, 2021 et encore il n’y a pas eu de All-star game en 2020), Triple Crown 2020 et donc Cy Young la même année à seulement 26 ans. Oui mais 2020 c’était une saison tronquée, la preuve Trevor Bauer a aussi été Cy Young et même les Dodgers ont gagné le titre, chose qu’ils ne font pas dans une saison entière depuis 1988. Après ce petit tacle gratuit, vous n’êtes toujours pas convaincu par Bieber ? Vous êtes dur… Bon, reprenons.

Shane Bieber est le parfait prototype du lanceur clutch, avec un arsenal de 5 lancers (Fastball, Curveball, Slider, Changeup et Cutter) et même si les 2 derniers lancers sont moins présents (4.7% et 3.2%) que les 3 autres, ils restent terriblement efficaces. Pour ses 3 lancers de prédilection (35.3%, 31.2% et 25.5%) le plus impressionnant c’est que le batteur ne sait pas lequel arrive, car il réussit à faire courber ses balles seulement au tout dernier moment. La trajectoire de départ est sensiblement la même, mais là ou les autres lanceurs ont leur balle qui plonge assez rapidement, Bieber arrive a les faire « tenir » plus longtemps dans la trajectoire initiale. De plus tous ses lancers ont presque la même vitesse (entre 83.1 curveball et  92.8 fastball en passant par 85.7 slider, 87.4 changeup et 88.2 cutter).

Pour le parcours du numéro 57 de Cleveland, cela reste du stratosphérique: Drafté au 4ème tour en 122ème choix en 2016 à l’âge de 21 ans. Il fait ses gammes en minors league de 2016 à 2018 (9G en 2016 niveau A- pour 0.38ERA, 28G au niveau A, A+, AA pour 2.86ERA en 2017 et enfin 13G au niveau AA, AAA pour 1.47ERA) et assez rapidement pour un lanceur et dans une franchise qui à l’habitude de bien former ses starters ou de bien les faire travailler s’ils ne sont issus de la draft.

Dans le show dès la saison 2018 (1er match le 31 mai, 88 lancers, 6SO, 8H et 4R pour 5.2IP de travail, c’est pas mal quand même.). Lanceur qui lance (ahahaha elle est facile celle-là) beaucoup au cours de ses matchs (environ 96 lancers en moyenne par match en carrière) la machine a tendance a se blesser en 2021 et cela s’est vu sur le rendement des Indians. Quid donc sur 2022 avec une saison raccourcie ou le début de l’entrainement a été retardé suite au lockout.

Notre Prono

Dans le meilleur des cas, une saison positive et une bagarre pour la 2ème place, déjà promise aux jeunes Tigres (LOL) de Détroit, avec des surprises de partout et un pitching qui ne se blesse pas. Au pire des cas, une lutte acharnée pour éviter la dernière place et une multitude de blessures plus nulle les unes que les autres. On va donc trancher entre les deux et les voir 3e.

Petit rappel, la dernière victoire en World Series date de 1948 soit la plus longue période de dissette…Dans tous les cas force à toi @GuardiansFr

 

Le prono de TSO : 77-85, 3e de l’AL Central
Projection Fangraphs : 78-84, 2e de l’AL Central


Laisser un commentaire