Preview 2022 – Detroit Tigers : Enfin prêts pour entrer dans l’arène ?

2021 aura été, pour les Tigers, une saison qui vaut double. En pleine reconstruction et alors qu’aucun insider ne les imaginait dépasser les 60 victoires, les Tigers ont pourtant impressionné la MLB. Retour sur cette saison inespérée et sur les raisons de croire en un avenir prochain radieux.

Le futur de la Franchise de Detroit s’annonce brillant avec une rotation de jeune crack de quoi en faire une équipe favorite en 2022 ? Photo : DR

Saison 2021 : 

Une saison incroyable. Voici les termes utilisés fin octobre par AJ Hinch. En effet, même si l’équipe pouvait compter sur des prospects, certains parmi les meilleurs du pays (Casey Mize, Tarik Skubal, Matt Manning sur le monticule), des « blue collar guys » reconnus (Jonathan Schoop, Robbie Grossman) et quelques joueurs du crue (Jeimer Candelario, …), rien ne prédestinait les Tigers à titiller la 2ème place de sa division. 

Car malgré un bilan négatif de 77 victoires pour 85 défaites, la franchise du Michigan aura fait trembler les murs en dehors de sa division : 47 victoires pour 39 défaites. La raison de ce succès ? 

Chris Fetter et AJ Hinch, un duo complémentaire. photo : DR

Elles sont en réalité nombreuses. Il y a tout d’abord l’arrivée d’AJ Hinch au poste de manager. La culture de la gagne, l’expérience des matchs à enjeu, la gestion des jeunes futures stars, il a connu ça du côté de Houston lorsqu’il s’asseyait sur le banc des Astros. Et il n’est pas venu seul. Dans ses bagages, notamment, le jeune pitching coach Chris Fetter de l’université du Michigan, très convoité en MLB. Les Tigers ont également pu compter sur des blue collars guys, appréciés dans cette ville industrielle, qui ont su hisser leur niveau de jeu pour répondre aux objectifs d’AJ Hinch. Robbie Grossman, reconnu pour avoir une très belle lecture de la zone, et d’être clutchissime le moment venu, réalise 20 HR, 67 RBI, vole 20 bases avec une OPB de .357 malgré une BA de seulement .239. 

Jonathan Schoop frappe 22 circuits pour 84 RBI à .278 BA. Enfin, Detroit aura pu compter sur la légende vivante, future First ballot du Hall of Fame, Miguel Cabrera, qui, à 38 ans, frappe 15 HR, produit 75 RBI à .256 BA. Avec, cerise sur le gâteau, la barre mythique des 500 home runs franchie… en attendant les 3000 en 2022.

Derrière ces 3 vétérans, canalisateurs du vestiaire, Les Tigers se sont beaucoup appuyé sur le sous-estimé et indispensable 3ème base dominicain, Jeimer Candelario. Pour la seconde année de suite, il est élu MVP de la franchise tant ses qualités offensives et ses prestations défensives ont été prépondérantes dans le succès des Tigers : 16 HR, 67 RBI, 42 doubles (leader de cette catégorie en MLB), .271 BA, .351 OBP, et une OPS+ de 122. 

Un manager expérimenté, des vétérans solides, un MVP local. Il ne manque qu’un ingrédient à cette recette miracle : le succès précoce d’une flopé de rookies, certains attendus, d’autres un peu moins… . 

Le futur du pitching des Tigers avec Skubal, Manning et Mize. Photo : JUNFU HAN, DETROIT FREE PRESS

Commençons tout d’abord par Casey Mize, 1st pick en 2018 et futur ace de cette franchise : 3.71 ERA, une WHIP de 1.13, seulement 1.4 HR sur 9 manches et un calme exceptionnel sur le monticule. Sa maturité fait également de lui un élément essentiel dans la reconstruction des Tigers. 

Derrière lui, deux autres rookies, également anciens top prospects de MLB : le southpaw Tarik Skubal, spécialiste du strike out (164 en 139.1 manches), qui devrait faire à nouveau des étincelles dans le gant des catchers. Mais aussi Matt Manning, beaucoup plus en délicatesse mais pitcher prometteur et très complet. 

La sensation sur le terrain sera venue d’Akil Baddoo, outfielder des Twins repêché lors de la rule5draft : 13 HR, 55 RBI, 18 bases volées pour celui qui aura frappé un 1 HR sur son premier pitch en MLB. 

Arrivé dans l’anonymat après avoir été liberé par les Twins, Akil Baddoo a immédiatement fait mouche avec les Tigers en frappant un HR dès le premier match de la saison 2021. Photo : AP Photo/Carlos Osorio

Enfin, Eric Haase, catcher de 28 ans qui n’avait jamais eu de réelle chance en MLB, s’est enfin lâché au plus haut niveau : 22 HR, 61 RBI et une défense du marbre implacable. 

Cette saison aura permis d’accélérer le calendrier de reconstruction des Tigers et d’amorcer 2022 avec de l’ambition plein les yeux… . 

9ème en hit, 4ème en bases volées, 1er en triple (merci Comerica Park), 8ème à l’average à la batte de l’American League, les Tigers ont été au rendez-vous offensivement, agressifs et ambitieux sur base. 

Saison 2022 : 

Eduardo Rodriguez débarque à Comerica Park avec la casquette du nouvel Ace

La winning culture revendiquée par AJ Hinch nécessitait des recrutements XXL. Afin de compléter une rotation très jeune et inexpérimentée, les Tigers ont jeté leur dévolu sur Eduardo Rodriguez. L’ancien ace des RedSox arrive dans le Michigan avec une FIP de 3.32 (4.74 ERA). AJ Hinch espère qu’il pourra jouer entre 150 et 200 manches afin de combler les carences notamment du bullpen. 

Autre arrivée notoire, celle de Tucker Barnhart. Le catcher des Reds est l’un des tous meilleurs défensivement, très apprécié de tous les pitchers avec qu’il a évolué et qui s’intègre parfaitement dans ce lot de blue collar guys de la franchise. 

Dernière signature afin d’apporter un joueur supplémentaire à la rotation, celle de Michael Pineda pour une saison à 5,5 millions. Le géant dominicain de plus de 2 mètres sort d’une saison plutôt efficace chez les Twins (3,62 ERA) et apportera avec lui son expérience. 

Javier Baez est LA grosse recrue des Tigers cette saison et affiche bien les nouvelles ambitions de la franchise. Photo : MLB

Mais les Tigers voulaient frapper un grand coup sur ce marché de la free agency. Orphelin d’un véritable shortstop, Detroit a fait venir Javier Baez, superstar de la MLB malgré une saison 2021 en partie ratée (33.6% K, échauffourée avec les fans des Mets). 

A Detroit, Javier Baez devra redorer sa notoriété et afficher, comme ce fut le cas à Chicago avec les Cubs, ses facultés de leader. Car en s’adjugeant ses services et en faisant le choix de ne pas signer Trevor Story ou Carlos Correa, Detroit réalise un pari qui pourrait s’avérer risqué sans une nouvelle attitude du joueur. 

Spencer Torkelson et Riley Greene, deux des meilleurs prospects du pays. Photo : DR

Deux autres joueurs vont faire leur apparition prochaine sous le maillot des Tigers : les prospects Spencer Torkelson (1st base) et Riley Greene (OF), tous les deux classés dans le TOP5 de la MLB.  Le premier, 1st pick de 2019, est un pur slugger, cogneur de Home Runs et grosse sensation en Milb. Le second, charismatique voltigeur qui sait frapper, voler et défendre, a le profil pour s’adapter très rapidement à la MLB. 

Deux doutes subsistent toutefois : tout d’abord la fébrilité de la rotation, amputée pour la saison de Spencer Turnbull, auteur d’un no-hitter en 2021. Même si elle sort d’une saison 2021 sérieuse (15ème de MLB en ERA, 17ème en WHIP, 16ème en BB), elle devra élever son niveau pour supporter l’équipe. Les venues d’Eduardo Rodriguez et Michael Pineda vont dans ce sens. Le bullpen reste quant à lui très fragilisé. Seuls deux noms tiennent la route dans l’enclos: le all-star Greg Soto et le nomade Andrew Chafin. Est ce que ça sera suffisant ? En 2021, le bullpen des Tigers avait la 22ème ERA et 28ème WHIP.

La Star : Javier Baez

Javier Baez annoncé en grande pompe dans les médias US. Photo : MLB

Javier Baez est arrivé sur la pointe des pieds à Lakeland, Florida, antre des Tigers chaque printemps. Lui comme le front office des Tigers le savent, sa saison 2021, ponctuée de saute d’humeur, n’effacera pas la déception de la fanbase qui espérait Carlos Correa. 

On peut toutefois s’attendre à ce que Javier Baez retrouve les sommets dans un cadre sain et une équipe où tout est sous contrôle. En 2021, le portoricain a tout de même frappé 31 HR, produit 87 RBI, volé 18 bases à .265 avec une OPS+  de 117. 

Son jeu offensif colle parfaitement à ce que recherche AJ Hinch et défensivement, il reste l’un de plus productifs à son poste. 

Son avenir est donc en jeu, lui qui s’est assuré un contrat juteux pour enfin se concentrer sur son batting et son gant. 

L’homme à suivre : Akil Baddoo 

Akil Baddo est entré par la petite porte en MLB. Choix de 2ème tour en 2016 par les Twins, le natif du maryland ne franchira jamais les niveaux A avec Minnesota. En 2020, il est même contraint de se faire opérer de l’épaule. Assez logiquement, les Twins ne le préservent pas et Detroit met la main sur lui lors de la rule5draft. Ce qui intéresse le Front office des Tigers, c’est sa faculté à cogner fort et loin, mais aussi sa rapidité sur base et son bras en défense. La franchise ne prend ainsi aucun risque avec lui. 

Et dès les premiers matchs du springtraining des Tigers en 2021, Akil Baddoo s’impose très rapidement et le front office comprend tout aussi vite qu’il ne s’agit pas d’un feu de paille. A tel point qu’AJ Hinch fait le choix de l’inclure dans les 26 pour le début de la saison. 

Et le 3 avril 2021, lors du deuxième match de la saison, il donne raison à Hinch et Avila en frappant un Home Run en Champ gauche sur son premier lancer. 

En 2021, Baddoo aura sorti 13 longues balles, produit 55 RBI, volé 18 bases volées en frappant à .259 pour une OPS+ de 113. Sa défense fait également de lui un cadre de l’outfield. 

Le numéro 60 pourrait donc encore être une belle surprise en 2022… .

Notre prono : 

Detroit devrait réaliser une saison positive en 2022. Tout proche de réaliser les 81 victoires l’an passé, Detroit s’est renforcé sur le monticule, sur le poste de shortstop, attend deux rookies prometteurs, et voit son effectif se renforcer par des joueurs type Tucker Barnhart. 

Curieusement, c’est contre les équipes de leur propre division, pourtant très affaiblie, que les Tigers ont été en difficulté. Si AJ Hinch redresse le tir face aux concurrents directs, les Tigers pourraient bien créer à nouveau la surprise. 

Prono TSO : 84-78, 2e de l’AL Central

Prono fangraphs : 76-86, 3e de l’AL Central


Une réflexion sur “Preview 2022 – Detroit Tigers : Enfin prêts pour entrer dans l’arène ?

Laisser un commentaire