Postseason 2021 – Milwaukee Brewers : Armés pour aller au bout ?

Alors que les ALDS ont déjà commencé et alors que se profile les Division Series en National League, The Strike Out poursuit la présentation des prétendants au Commissioner’s Trophy. Champions de la division NL Central, les surprenants Milwaukee Brewers passent aujourd’hui sous notre microscope.

85-77. Nous avions parié, lors de notre Preview de mars dernier sur 85 victoires pour 77 défaites au sortir d’une saison 2020 très compliquée pour les Brewers. Dans une Division Centrale de la National League annoncée faible, les joueurs de Milwaukee sont allés bien au-delà de nos pronostics, et ce avec une certaine prestance. Avant de se lancer dans cette postseason face aux Braves d’Atlanta, les Brewers comptent 95 victoires pour 67 défaites, à une petite victoire du record de victoires pour la franchise depuis sa création il y a 50 ans.

Qu’est-ce qui explique donc une telle saison de la part de la franchise du Wisconsin ? Retour sur une saison 2020-2021 qui en dit long sur le talent du Manager Greg Counsell et de la paire David Stearns (Président) et Matt Arnold (General Manager).

Récap de la saison

La saison 2020 avait laissé à l’ensemble des fans des Brewers, ainsi qu’à tous les membres de la franchise, un goût d’inachevé. Une saison tronquée à 60 matchs n’avait pas permis aux Brewers de véritablement se lancer, terminant sur un triste bilan de 29W- 31L. Et la qualification pour des play-offs ouverts exceptionnellement à 16 équipes n’allait rien changer à la morne saison de la franchise. Pourtant, le potentiel était là, malgré quelques bricolages pour combler les départs de gros joueurs. Il ne demandait qu’à éclore.

Et il a éclot. Doucement, par l’intermédiaire de trades très intelligents (Wong à l’intersaison, Adames et Escobar avant la trade deadline et Tellez pour pallier la blessure de Volgelbach) et par la montée en puissance de certains joueurs (Urias replacé intelligemment en 3B après l’arrivée d’Adames), les Brewers se sont tranquillement installés en tête de leur Division pour ne plus regarder que vers l’avant, vers la postseason qui leur tendait les bras.

Les joueurs des Brewers n’ont pas volé leur qualification. Ils auront passé 137 jours en tête de la NL Central, place qu’ils occupent, sans discontinuer, depuis le 19 juin dernier. Si les Saint-Louis Cardinals ont réalisé un mois de septembre dantesque, l’avance était trop confortable pour que les Brewers se sentent menacés.

Les Brewers ont une fiche de 13-3 depuis l'acquisition de Willy Adames - Passion MLB
Willy Adames aura contribué à la bonne saison des Brewers

Il faut dire que l’équipe du Wisconsin avait les armes pour. Surtout des bras. Lisez plutôt : Corbin Burnes, Brandon Woodruff, Freddy Peralta, les trois lanceurs partants sont dans le débat pour le NL Cy Young, le trophée récompensant le meilleur lanceur de la saison. Tous affichent un ERA inférieur à 3.00 (respectivement, 2.43, 2.56 et 2.81). Mieux, Burnes est leader de la National League dans pas moins de cinq catégories dont le FIP (1.63) et l’Adjusted ERA+ (176). Lorsque Wheeler des Philllies prend 0.675 HR/9IP (et se classe 2ème du classement), Burnes n’en prend que 0.377, soit moitié moins ! Une saison monstrueuse.

Pour la première fois de son histoire, la franchise place deux lanceurs partants (Burnes et Woodruff) dans le Top 5 en termes de ERA. Le bullpen n’a pas été en reste puisque, outre les très bons Hader dans le rôle de closer et Williams dans celui de setup, l’ensemble des releveurs s’est montré au niveau. Finalement, si on s’en réfère à Will Sammon, le beat writer de The Athletic, qui suit les Brewers, le pitching staff 2021 est le meilleur de l’histoire de la franchise en termes de strikeouts (1618) et de Whip (1.17), second en termes de Shutouts (19) et 5ème en ERA (3.50). Un saison historique.

Côté bâton, l’équipe s’est montrée solide sans briller. Christian Yelich, la star de la franchise, a malheureusement poursuivi sur la lancée de sa saison 2020. Blessé une partie de la saison, le Californien n’aura participé qu’à 117 matchs pour une moyenne au bâton de .248, 51RBI dont un tout petit 9HR, loin de ses standards habituels. Pire, le slugger aura connu lors de cette saison 2021 sa moyenne de puissance (SLG) la plus faible de sa carrière (.373). Transparent. Rebondira-t-il lors de la série contre les Braves ? Rien n’est moins sûr. Côté satisfactions, le Vénézuélien Avisail Garcia, arrivé comme agent libre en début de saison 2020, a connu une année des plus intéressantes avec un record de carrière en nombre de Home Runs (29). Luis Urias, pour sa première saison pleine, confirme également tout le bien que beaucoup pensent de lui.

La star : Corbin Burnes

Puisque Yelich est incapable d’assumer son statut (et son contrat) de star, il faut regarder ailleurs pour trouver celui qui aura marqué la saison de son empreinte. Et comme nous le disions plus haut, ce n’est pas dans le line-up qu’il faut chercher mais bien dans la rotation. Et cette star n’est autre que Corbin Burnes, potentiel NL Cy Young 2021.

Sa ligne de statistiques est impressionnante: en 28 départs, il aura lancé 167 manches (soit 6 en moyenne par match), il n’aura encaissé que 45 points mérités, 7 homeruns et 34BB, pour 234K. 11W pour 5L. Ses ratios parlent d’eux-mêmes : 12.9K/9IP, 0.4HR/9IP, 1.8BB/9IP, ce qui conduit à un impressionnant 6.88K/BB ! Des performances qui lui valurent une première sélection lors du All-Star Game de juillet (lors duquel il ne brilla pas). Mais sa véritable performance est plus récente puisqu’il participe, le 11 septembre dernier, au deuxième no-hitter de l’histoire de la franchise, en compagnie du closer Hader, contre les Cleveland Indians. En 8 manches pleines, il retire 14 adversaires sur strikeout le tout en 115 lancers, record de carrière dépassé.

 

Le joueur à suivre : Willy Adames

Willy Adames. Le shortstop dominicain arrivé le 21 mai alors que l’équipe présentait un bilan négatif (21W-23L) aura su, par son envie et son implication dans le dug-out, tirer vers le haut une équipe des Brewers qui continuait sur sa lancée de 2020. Son intégration dans le roster, facilité par la présence de nombreux Sud-Américains (Urias, Garcia, Narvaez, Pina, etc.), aura coïncidé avec l’embellie de la franchise.

Les Brewers pourront également compter sur son expérience en postseason. En effet, depuis son arrivée dans la grande ligue, Adames a connu deux participations aux play-offs avec les Tampa Bay Rays (26 matchs) dont 6 matchs en World Series en 2020 contre les Dodgers.

Expérience des cadres en post season

Adames n’est pas le seul joueur à posséder une expérience intéressante en postseason. Kolten Wong a participé à 31 matchs d’octobre avec les Cardinals de Saint-Louis, atteignant lui aussi les World Series en 2013, perdues contre les Boston Red Sox. Mais celui qui peut véritablement tirer les Brewers vers le haut durant cette postseason tant attendue, c’est bien Jackie Bradley Jr. Recruté en mars en tant qu’agent libre, il possède la bague que personne d’autres dans l’effectif ne possède.

Et cette bague, avec l’expérience qui lui est associée peut s’avérer cruciale. Mais pour cela, il faudrait que JBJ retrouve de sa superbe. Le joueur a participé à 134 matchs durant la saison pour une moyenne au bâton de .163, la pire de sa carrière. Sa contribution offensive s’est montrée décevante (39R, 29RBI dont 6 HR) et si défensivement il se montre toujours très sûr, son Golden Glove de 2018 commence à dater.

Le Facteur X : la rotation

On l’a dit et répété : la grande force des Brewers version 2021 est sa rotation. Si les trois aces de Milwaukee réussissent à museler les batteurs adverses, l’attaque est suffisamment talentueuse et homogène pour gagner des matchs. Il faudra donc scruter le moindre lancer, la moindre contre-performance des Burnes, Woodruff et Peralta pour évaluer les chances des Brewers d’aller chercher cette première bague après 50 ans d’existence.

Avis sur la série

Quand on sort premier de sa division et que l’adversaire qui se présente en face compte moins de victoires que vous sur la saison régulière, tous les indicateurs sont au vert. Pourtant, à mon avis, il serait erroné de faire des Brewers les grandissimes favori de leur confrontation avec les Atlanta Braves. Pourquoi ? En premier lieu, la forme mentale de l’équipe.

Depuis l’annonce de la qualification en postseason, les joueurs ont relâché la pression et ont terminé leur saison régulière par un enchainement de quatre défaites (certes contre les Cardinals l’équipe en forme du moment et les Los Angeles Dodgers, l’ogre de l’Ouest). Sauront-ils se remobiliser pour venir à bout d’une équipe moins forte (sur le papier) mais qui reste sur 12 victoires lors des 14 derniers matchs ?

Quoiqu’il en soit, on annonce une série très serrée (les deux équipes s’étant affrontées 6 fois durant la saison régulière pour un partage équitable des victoires) pouvant se jouer sur 5 matchs. Si l’attaque des Braves réussit à prendre le contrôle des trois aces de Milwaukee, la franchise d’Atlanta aura toutes les chances de passer ce tour.

En revanche, si Burnes, Woodruff et Peralta offrent un pitching au niveau de la saison régulière, les Braves pourraient rapidement mordre la poussière. Le bullpen des Brewers, malgré l’absence de Williams pour une main bêtement fracturée, pourrait jouer un rôle important dans la qualification. Et nous croyons plus en la capacité de Hader à clôturer sereinement une victoire qu’en celle de Will Smith des Braves.

Prono

Brewers 3 – 2 Braves

 


Laisser un commentaire