National League : Qui sera Manager de l’année ?

Comme notre image en une l’indique, voici l’heure du retour de Madame Irma ! Qui sera MVP, Cy, Rookie ou Manager de l’année ? Deux Leagues, quatre prix, huit au total, les « prédictions TSO » est LE grand classique de notre rédac. Après un piteux et déplorable 3 (résultats justes) sur 8 en 2017 et 2018, TSO se sent pousser des ailes suite à son 5 sur 8 de 2019 ! Transcendée par son bilan (ndlr : pourtant peu reluisant) notre équipe a un objectif clair et net : viser carrément le 8 sur 8, oui Môssieur ! Evidemment, vu que personne ne daigne taper sur une poubelle pour nous annoncer ce qui va suivre durant l’année (coucou les Astros), on va donc devoir s’en remettre à notre boule de cristal. Un petit conseil toutefois en passant… Ne nous suivez pas trop dans vos paris, nos « experts » étant aussi réputés pour leur passion du baseball que pour leurs pronos foireux… Deuxième volet de nos prédictions TSO avec les Managers de National League !

J-Sé Gray : Joe Girardi (Philadelphie Phillies)

Il est de retour ! Après 10 saisons passées sur le banc le plus exposé de la planète baseball, celui des Yankees, et un break ô combien mérité de deux saisons, Joe Girardi reprend du service ! Toujours à l’est du pays mais cette fois chez les Phillies, où il est attendu comme le guide qui doit mener son troupeau aux prairies d’octobre. Et pour réussir cette transhumance sans perte, l’homme qui a été à la fois champion du Monde en tant que joueur et manager, ils ne sont que 20 dans ce club, s’appuiera sur un groupe talentueux et expérimenté. Harper, Nola, Wheeler ou encore Realmuto pour ne citer qu’eux. S’il parvient à mener ses brebis jusqu’en postseason, un voyage que les fans du Citizens Bank Park attendent depuis trop longtemps (2011), un second MOY quatorze ans après le premier sera peut-être au bout du chemin pour l’ancien catcher MLB, triple champion avec les Bronx Bombers.

Marion Jeterette : Torey Lovullo (Arizona Dbacks)

Manager des DBacks depuis novembre 2016, nommé par le nouveau GM de la franchise Mike Hazen avec qui il avait déjà travaillé chez les Indians et les Red Sox, Lovullo pourrait remporter son deuxième trophée de manager de l’année en quatre saisons.

lovullo
Le doublé pour Lovullo? / Crédit Twitter DBacks.

En effet, il a été récompensé dès sa première saison dans l’Arizona à la tête d’une équipe qui compile 93 victoires en régulière (24 de plus qu’en 2016), est éliminée en NLDS par les Dodgers et qui compte dans ses rangs : Zack Greinke, Patrick Corbin, Paul Goldschmidt, J.D Martinez… autant de top players qui ne portant plus le maillot des DBacks désormais ! Lovullo a eu cette capacité de faire passer ses années de transition (pas question de reconstruction) le mieux possible. Les DBacks jouent intelligemment, volent des bases, construisent leurs points… Une équipe très agréable à regarder qui va se présenter cette saison comme un très sérieux prétendant à la Wild Card dans une NL très compétitive avec deux recrues phares : MadBum et Starling Marte.

Martin Casamatta : David Bell (Cincinnati Reds)

Après une première saison d’adaptation chez les Reds, David Bell et son nouvel effectif taillé pour la gagne, a tout pour finir Manager de l’année. Photo : DR

Pour sa première expérience en tant que coach principal David Bell est Nommé coach des Reds en 2018, il a connu une saison 2019 plutôt moyenne avec un bilan négatif de 75 victoires pour 87 défaites. Cependant cela reste une amélioration de 8 victoires par rapport à 2018. Ce qui n’est pas rien dans une NL Central toujours plus compétitive. Surtout que grâce à lui sa défense a pris une autre dimension avec seulement 711 points encaissés en 2019 soit le 3e total le plus faible de la National League. Malheureusement il y avait encore trop de lacunes offensives malgré l’explosion d’Eugenio Suarez (45 HR). En 2020, ce sera différent car son Front office lui a offert un effectif de grande qualité et capable de joueur la gagne dans sa division. Avec des joueurs comme Gray, Bauer, Moustakas ou encore Votto, Bell n’aura plus aucune excuse pour ne pas tenter de décrocher une place en postseason. Ce qui serait une première pour le club depuis 2013 et la fin des années Dusty Baker. S’il y parvient ce sera une amélioration d’au minimun 10 victoires, largement suffisant pour s’octroyer le titre de Manager de l’année.

Bastien LeGrom : Luis Rojas (New York Mets)

r655675_1296x729_16-9

Petit nouveau dans le grand cirque de la MLB, Luis Rojas possède déjà une énorme expérience du Management dans le Farm System des Mets, ou il a notamment participé à la formation de Jeff McNeil, Brandon Nimmo ou encore Pete Alonso. Respecté du roster, lui qui faisait partie l’an dernier du staff de Mickey Callaway, sa connaissance profonde du baseball, sa compréhension sans faille des analytics et ses qualités relationnelles pourraient lui permettre de tirer le meilleur d’un roster qui, une fois encore, a tous les moyens de sortir son épingle du jeu en NL East. Mais attention, on parle ici des Mets, et Luis Rojas sait qu’il s’engage dans une course d’obstacle semé d’embuches et de coups d’arrêts des plus improbables. S’il peut triompher des vents contraires qui ont trop souvent soufflé sur le Queens, et remporter la division Est de National League à son premier essai, alors le résultat ne fera aucun doute : le novice sera le Manager de l’Année.


Une réflexion sur “National League : Qui sera Manager de l’année ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s