Preview 2020 – Saint Louis Cardinals : Assurer dans la continuité

Il existe deux périodes charnières dans l’année où nos esprits se laissent aller au doux parfum du baseball. La deuxième c’est évidemment lorsqu’arrive l’automne et ses feuilles mortes synonyme de postseason. Quant à la première, il s’agit de la fin de l’hiver accompagnée comme toujours du retour de la MLB et des espérances de chacun. Vous savez ces dernières semaines avant la reprise où l’on se surprend à croire que « cette année est la bonne », où l’on se met à rêver de voir son équipe jouer au baseball fin octobre ou à enfin finir avec un bilan positif. Comme l’an passé, The Strike Out passe en mode 30 franchises en 30 jours et vous propose de faire le tour complet de la Ligue. Pour calmer vos ardeurs de supporters ou au contraire les ranimer, même si en baseball rien n’est jamais fixé dans le marbre. Place aujourd’hui aux Saint-Louis Cardinals. 

Retour sur 2019…

Toujours attendus, jamais décevants, très souvent au rendez-vous, les Cardinals ont été une nouvelle fois à la hauteur du prestige de la franchise du Missouri. Le sérieux et l’exigence du Front Office ont été récompensés par un titre de division, obtenu non sans mal : après une première moitié de saison assez moyenne, un rush de 50 victoires en 80 rencontres de juillet à septembre a permis aux oiseaux rouges de coiffer sur le poteau des Brewers décimés. 

Au rayon des bonnes nouvelles, la saison solide du 1ère base Goldschmidt (34HR, 97RBI, .260), transfuge de l’Arizona. Kolten Wong a confirmé (11HR, 59RBI, 24SB, .285), se classant même 20ème pour le titre de MVP de la NL. Enfin Tommy Edman, pur produit de la maison, s’est imposé dans le dugout au point de devenir un probable et futur OF de cette équipe (11HR, 36RBI, 15SB, .304 en 326 AB seulement).

Et si en postseason, l’expérience des Cardinals a eu raison de la jeunesse des Braves, les hommes de Mike Shildt ont buté sur la rotation et le bullpen des futurs champions, en se faisant balayer 4-0 contre les Nationals. Aucune surprise lorsque certains cadres ne frappent pas au dessus des .250 : Ozuna frappait à .241, DeJong à .233, Fowler à .238, Carpenter à .226, ou encore Bader à .205. L’équipe se classait d’ailleurs 11ème en NL en batting Average, 13ème en nombre de doubles réussis en NL. Trop peu pour espérer faire trembler les lanceurs des Nationals. 

En 2020, on prend les mêmes et on recommence

En 2020, les Cardinals ont misé sur la continuité. Yadier Molina, bientôt 38 ans, (10HR, 57RBI, .270), débutera sa 17ème saison en pro derrière le marbre, sa 17ème sous les couleurs de St Louis. Derrière lui, on retrouvera le valeureux et solide Matt Wieters (11HR, 27RBI). 

Dans l’infield, pas de changement majeur : Paul Goldschmidt en 1ère base, Kolten Wong en seconde, Matt Carpenter en 3ème et Paul DeJong en shortstop. Si les deux premiers sont des valeurs sûrs, les deux derniers ont déçu en 2019 et devront se re-mobiliser. En attendant que le jeune prospect Nolan Gorman (3B, IF, 47ème selon la MLB) soit prêt pour le Grand show.

Dans le champ, du changement : Exit Marcell Ozuna, parti chez les Braves. Place à Tommy Edman… ou à Dylan Carlon. Le prospect numéro 17 a réalisé 26HR et 20 SB en AA et AAA en 2019 et a attiré l’oeil des fans lors du spring training. Enfin Harrison Bader et Dexter Fowler complèteront le champ. A noter que le jeune canadien Tyler O’Neill se battra lui aussi pour obtenir du temps de jeu en tant qu’OF. 

C’est sur la bute que les Cardinals possèdent leurs meilleures armes. Jake Flaherty (11-8, 2,75 era, 0,968 WHIP, 6,2 H/9, 4ème au vote du CY dans la NL), Dakota Hudson (16-7, 3,35 era, 5e au vote du ROY dans la NL) forment un duo d’ace qui va faire des étincelles en 2020 et dans le futur. L’expérimenté Adam Wainwright (38 ans, 14 wins en 2019, 162 en carrière) fera office de mentor. Carlos Martinez, transformé en closer en 2019, réintègrera-t-il la rotation ? Rien n’est moins sûr pour celui qui a obtenu 24 saves l’an passé. Mais les lumières seront braquées sur Kwang-Hyun Kim, arrivé de Corée du Sud cet hiver. Le gaucher de 31 ans arrive en MLB après une carrière bien remplie dans la péninsule asiatique et après un exercice 2019 très sérieux (2,51ERA, une WHiP de seulement 1,24 en KBO). 

Pour ce qui est du bullpen, pas de surprise puisqu’on repart avec la même relève, toujours aussi solide et efficace. Le bullpen se classait d’ailleurs en 2019 6ème en ERA, 4ème en WHIP, 1er en H/9 et 7ème en HR/9 sur toute la ligue. 

Le joueur à suivre : Kwang-Huyn Kim

Kwang-Hyun Kim avait réalisé un début de spring training très convaincant : 8 manches, 5 hits, 11 K. Il a l’assurance des vétérans venus de Corée du Sud, lui qui a remporté la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008 et vient compléter une rotation déjà très impressionnante, composée de Dakota Hudson, Jake Flaherty et Adam Wainwright. La seule question concerne son acclimatation à la MLB.  

A noter qu’en 2014, le joueur et les Padres de San Diego étaient entrés en négociation mais faute d’accord, le joueur était resté au pays. 

La Star : Paul Goldschmidt 

Après une année dans le Missouri, Paul Goldschmidt devra confirmer sa belle saison 2019… et répondre aux critiques qui se sont abattues sur lui après la déroute en NLCS : 1 seul hit en 16 at Bat face aux Nationals pour Goldy, non sélectionné au All-Star Game l’an passé, lui l’habitué de ce rendez-vous annuel depuis 2013. Il devra également confirmer son salaire, qui passe cette saison à 26 millions de $ la saison et devenir LA star, le joueur essentiel de cette franchise. Car pour s’offrir ses services, les Cards ont « lâché » un possible futur all-star au catching (Carson Kelly), et quelques lanceurs solides. A 32 ans, le natif de Wilmington dans le Delleware, ne pense qu’aux World Series. Et si chez les Diamondbacks, c’était un voeu pieux, ici dans le Missouri, c’est un objectif quasi annuel. A lui d’être au rendez-vous. 

Pronos 2020 : 

La division la plus coriace a vu l’une des équipes les plus faibles se renforcer considérablement, à savoir les Reds de Cincinnati. Les Brewers vont récupérer un Yelich en pleine forme, les Cubs sont une place forte de la division. Seuls les Pirates paraissent très amoindris. Le moindre faux-pas pourrait donc coûter très cher à l’une de ces 4 équipes. Les Cardinals possèdent assurément le meilleur pitching squad, davantage consolidé avec Kwang-Hyun Kim, mais ils ont pêché l’an passé au marbre. Or aucune signature de sluggers n’est à observer. La raison du succès ne peut passer que par une bonne présence au marbre. 

Prono The Strike Out : 2e, 88 victoires – 74 défaites

Prono Bleacher Report : 1e, 86 victoires – 76 défaites

 

Pour le plaisir, une video en VIP au Busch Stadium par le collectionneur de balles de baseball, Zack Hample.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s