Preview 2020 – Texas Rangers : Nouveau stade, nouvelles ambitions

Il existe deux périodes charnières dans l’année où nos esprits se laissent aller au doux parfum du baseball. La deuxième c’est évidemment lorsqu’arrive l’automne et ses feuilles mortes synonyme de postseason. Quant à la première, il s’agit de la fin de l’hiver accompagnée comme toujours du retour de la MLB et des espérances de chacun. Vous savez ces dernières semaines avant la reprise où l’on se surprend à croire que « cette année est la bonne », où l’on se met à rêver de voir son équipe jouer au baseball fin octobre ou à enfin finir avec un bilan positif. Comme l’an passé, The Strike Out passe en mode 30 franchises en 30 jours et vous propose de faire le tour complet de la Ligue. Pour calmer vos ardeurs de supporters ou au contraire les ranimer, même si en baseball rien n’est jamais fixé dans le marbre. Place aujourd’hui aux Texas Rangers.

RANGERS:TSO

Retour sur 2019

On n’ira pas jusqu’à dire que le saison 2019 des Rangers n’a compté pour rien car il y a quand même eu des bonnes choses… mais c’est bien la saison 2020 qui était dans toutes les têtes. Dans la perspective de prendre possession du nouveau stade, c’était opération reconstruction à Arlington mais pas non plus en repartant de 0. Le bilan chiffré n’est d’ailleurs pas si mauvais : 78 victoires, soit autant qu’en 2017 et surtout 11 de plus qu’en 2018.

L’attaque texane s’est distinguée par sa vitesse (première de la ligue avec 137 bases volées) mais malheureusement pas par sa régularité et sa discipline avec les montagnes de K qu’ont formées Gallo, Odor et Guzman. Les vraies satisfactions de 2019 se sont bien les lanceurs Lance Lynn et Mike Minor, respectivement 5e et 8e du vote final des AL Cy Young Award!

lynn
Lynn a signé sa meilleure saison en carrière en 2019 / Crédit AP.

Contre toute attente, ils ont sorti leurs meilleurs saisons en carrière tous les deux avec une pléthore de record personnel : 208.1IP pour chacun ; 246K pour Lynn ; 28,1% de K et 6,7% de walks pour Lynn. Le droitier s’est aussi offert un record de franchise : 31 starts avec au minimum 100 lancers. Avec 107,7 lancers par match en moyenne, il s’est classé 2e de MLB derrière Trevor Bauer, en ajoutant à cela une excellente défense (3e WAR des lanceurs qualifiés).

La saison 2020

Avant même l’Opening Day, les fans des Rangers ont coché une date sur le calendrier : le 23 mars. Le Globe Life Field accueillera un match exhibition face aux Cardinals pour le premier match dans l’histoire de ce nouveau stade au toit rétractable de 40300 places et 1,2 milliards de dollars. Le deuxième suivra dès le lendemain pour une opposition entre les Rangers et une sélection issue de leurs équipes affiliées de MiLB : l’occasion d’effectuer les derniers réglages avant le coup d’envoi officiel de la saison pour staff et joueurs et pour les salariés du stade de s’assurer que tout fonctionne correctement pour l’accueil du public, les stands restaurations, les annonces micros, les animations… Le home opener ce sera le 31 mars avec la réception des Angels pour ce duel entre équipes de la Division Ouest.

Si ce nouvel écrin représentera la première attraction de la saison des Texans (pas ceux qui sont accusés d’avoir triché, les autres), il ne faut pas pour autant en oublier les ambitions qui commencent à grimper du côté d’Arlington. Derrière la figure maintenant historique du club, Elvis Andrus (12e saison à venir dans le club, à 200 matchs du record qui appartient à Michael Young), c’est un effectif renforcé qui se place sur la ligne de départ. Les nouveaux venus notables? Pour les joueurs de position : Todd Frazier au poste de 3e base déserté depuis la retraite de Beltre (même si Anthony Rendon était le joueur dont les Rangers rêvaient), et Robinson Chirinos derrière le marbre pour enfin apporter un plus offensif après les perfs abyssales des C texans la saison dernière (AVG .158 pour Mathis)… mais c’est surtout la rotation des Rangers qui a complètement été retravaillée cet hiver avec les arrivées de Corey Kluber, Kyle Gibson et Jordan Lyles!

On reviendra sur le cas Kluber un peu plus tard… Gibson sort d’une saison globalement réussie avec 13 victoires et 7 défaites sous le maillot des Twins mais ses ERA et WHIP sont beaucoup moins élogieux (respectivement 4.84 et 1.44). Il a paradoxalement décroché plus de victoires que la saison précédente (13 contre 10 mais enregistré deux fois moins de quality starts). Le lanceur de 32 ans a en fait pleinement profité des performances offensives de la « Bomba Squad » pour rattraper ses erreurs! Bilan positif aussi pour Lyles avec des stats un peu plus flatteuses : ERA 4.15 et WHIP 1.32 qui sont surtout dues à son changement de maillot en juillet. Passé des Pirates aux Brewers, il a porté Milwaukee vers la Wild-Card grâce à deux mois exceptionnels : 7-1 ; ERA 2.45 en 11 matchs.

Il y a aussi du nouveau dans le bullpen avec l’arrivée de Cody Allen qui relance un peu la concurrence pour le poste de closer dévolu jusque là à Jose Leclerc. Allen reste sur deux saisons compliquées mais n’oublions pas qu’il était dans le top du top des releveurs d’American League avec les Indians : ERA 2.59 ; WHIP 1.13 et 122 saves entre 2013 et 2017.

Texas Rangers v Seattle Mariners
Moins de K, plus de hits pour Gallo et Odor en 2019 ? / Crédit Getty Images.

En attaque, les Rangers s’appuieront encore sur la force de frappe de Joey Gallo qui a du écourter sa saison en juillet en raison d’une fracture du poignet. Dommage car il avait paru plus discipliné et moins sujet à enchaîner les K entre 2HR. Rougned Odor a marché dans ses pas en 2019 avec 30HR (93 RBIs) mais 178K et un AVG indigne de .205. Déjà en 2017, il avait réussi « l’exploit » de finir à .205 ou moins mais produire 75RBIs. En plus d’Odor, on suivra deux autres garçons de la génération 1994, anciens grands espoirs du club qui tardent à confirmer : Ronald Guzman et Willie Calhoun. Le premier est certes un génie défensif en 1e base mais l’opposé batte en mains (AVG .219 et 10HR) au point qu’il a même été brièvement renvoyé en Triple A pour travailler!

Le joueur à suivre : Willie Calhoun

Comme pour Guzman, c’est un peu l’année ou jamais pour Calhoun! Toutes les conditions sont favorables pour que ENFIN il réponde aux attentes que les fans des Rangers ont placé en lui à ses débuts. Doublement drafté (en 2013 à la sortie du lycée par les Rays puis en 2015 par les Dodgers), il a été très performant pour ses débuts en Ligues Mineures avant d’être inclus dans le trade de Yu Darvish mi 2017.

Willie Calhoun
Willie Calhoun doit passer en 2019 de grand espoir à vrai joueur cadre / Crédit star-telegram.com.

Cette arrivée dans le Texas ne l’a pas freiné mais il n’a pour l’heure jamais confirmé. Après la blessure de Gallo l’été dernier et surtout le trade de Mazara cet hiver, Calhoun se voit offrir le poste de champ gauche titulaire. Cette marque de confiance devrait lui permettre de franchir ce cap. Il a aussi entamé l’an dernier un vrai effort pour perdre du poids, ce qui a eu des répercussions immédiates à la fois offensivement mais aussi défensivement. Mieux dans son corps et désormais mieux dans sa tête, Calhoun peut vraiment exploser cette saison.

La star : Corey Kluber

Ils sont trois lanceurs à avoir rejoint les Rangers cet hiver, mais personne n’est aussi attendu que Corey Kluber.

Double Cy Young sous le maillot des Indians en 2014 et 2017, il a été limité à 7 matchs la saison dernière à cause d’une fracture du bras puis d’une blessure musculaire aux obliques. Avant même d’être touché par la linedrive de Brian Anderson le 1er mai, Kluber n’avait pas paru très en forme (2-3 ; ERA 5.80 et WHIP 1.65). Étaient-ce les premiers signes d’un déclin? La bonne nouvelle quand même c’est que le lanceur a pu travailler normalement cet hiver et respecter son programme. Il a notamment beaucoup travailler sur sa mécanique de lancers. Il peut aussi se satisfaire des retrouvailles avec Julio Rangel qui a passé onze ans dans l’organigramme de Cleveland et qui arrive à Arlington comme pitching coach, sa première expérience en MLB. Deux questions pour Kluber : peut-il retrouver sa magie et quelle place prendra-t-il dans cette rotation new-look?

Notre prono

Il y a encore quelques mois, on aurait plié l’affaire rapidement : les Astros vont de nouveau tout écraser dans la Division Ouest… mais une certaine affaire est passée par là et le moral des joueurs de Houston n’est peut-être pas au mieux, sans compter l’accueil très hostile qu’ils vont rencontrer à chacune de leur sortie. Si les Mariners ne devraient jouer aucun rôle cette saison, les A’s, les Angels et donc nos Rangers vont jouer leur carte à fond pour titiller les Astros le plus longtemps possible, peut-être pas au point de ravir la première place mais sans aucun doute se positionner pas loin derrière pour la deuxième place peut-être synonyme de Wild-Card. Les Rangers ont remporté 11 victoires de plus entre 2018 et 2019. Avec une bien meilleure rotation, des joueurs qui confirment enfin leur potentiel, pourquoi ne pas imaginer encore une dizaine de victoires supplémentaires qui les rapprocheraient de la barre très intéressante des 90?! Il se peut bien que se disputent des matchs décisifs en septembre dans le nouvel écrin du Globe Life Field.

Projections The Strike Out : 3e place en AL West ; 82 victoires – 80 défaites.

Projections Bleacher Report : 4e place en AL West ; 78 victoires – 84 défaites.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s