Preview 2020 – San Francisco Giants, la vie sans Bochy

Il existe deux périodes charnières dans l’année où nos esprits se laissent aller au doux parfum du baseball. La deuxième c’est évidemment lorsqu’arrive l’automne et ses feuilles mortes synonyme de postseason. Quant à la première, il s’agit de la fin de l’hiver accompagnée comme toujours du retour de la MLB et des espérances de chacun. Vous savez ces dernières semaines avant la reprise où l’on se surprend à croire que « cette année est la bonne », où l’on se met à rêver de voir son équipe jouer au baseball fin octobre ou à enfin finir avec un bilan positif. Comme l’an passé, The Strike Out passe en mode 30 franchises en 30 jours et vous propose de faire le tour complet de la Ligue. Pour calmer vos ardeurs de supporters ou au contraire les ranimer, même si en baseball rien n’est jamais fixé dans le marbre. Place aujourd’hui à la meilleure équipe de la dernière décennie : les San Francisco Giants. 

Retour sur l’année 2019 

Après une saison 2018 des plus médiocres (73-89), les Californiens avaient décidé de repartir peu ou prou avec le même effectif pour l’exercice suivant. Sans surprise, les Giants ont affiché un bilan négatif (77-85) qui leur a permis de figurer en troisième place de la division NL West. Mais cette saison a surtout été celle de la tournée d’adieu de Bruce Bochy. Après avoir managé pendant 12 ans San Francisco et glané trois titres de champion en 2010, 2012 et 2014, celui qui est devenu depuis coach de l’équipe de France a eu le droit à un hommage vibrant sur tous les terrains de MLB. De quoi emplir le cœur des fans des Black & Orange d’une cascade de sentiments à défaut d’avoir vibré devant les performances de leurs protégés. Une saison qui aura notamment été marquée par des défaillances individuelles, en tout premier lieu celle de Buster Posey qui n’aura guère pesé offensivement avec un tout petit .257 de moyenne au bâton et 7 homeruns.


L’hommage des Dodgers à Bruce Bochy 

On peut aussi penser à Joe Panik, qui avec ses .235 d’average aura connu une saison calvaire, avant d’être désigné pour assignation et récupéré par les Mets pour la fin de saison. 28e attaque de la MLB, les Giants n’ont pas pu compter non plus sur Brandon Belt, l’une des plus grosses déceptions de la Baie ces dernières années et ses .234 de moyenne au bâton. Toujours sur le volet offensif, les bonnes surprises sont venues de deux recrues du début de saison. La première arrivée dans l’ombre, en la personne de Mike Yastrzemski, petit-fils de Carl, Hall of Famer et vainqueur de la triple couronne.
Échangé contre le minor leaguer Tyler Herb et destiné à jouer en AAA, il a été promu en mai 2019 et a joué 107 matchs pour les Giants avec .272 de moyenne au bâton et 21 homeruns. Soit le même nombre de coups de circuit que la deuxième recrue de SF, Kevin Pillar, arrivé lui sur la Baie avec une belle réputation. Outre son apport offensif indéniable, le joueur défensif d’élite a garni sa saison par des catchs spectaculaires dont seul lui a le secret.

Côté pitchers, les Giants ont pu s’appuyer sur un bon duo de lanceurs partants avec leur star Madison Bumgarner (3.90 d’ERA) et Jeff Samardzija (3.52 d’ERA) mais également sur de bons bras dans le bullpen et en premier lieu leur closer vedette Will Smith qui s’est notamment distingué en première partie de saison par 23 sauvetages réussis en autant de tentatives. Une performance qui lui a valu d’être sélectionné au All Star Game. On peut aussi évoquer le rôle prépondérant de Sam Dyson (2.47 d’ERA) et Mark Melancon (3.50 d’ERA) mais échangés respectivement aux Twins et aux Braves au moment de la trade deadline. Une fuite des bons bras qui explique largement les mauvais résultats de l’équipe au mois d’août (11-16) et septembre (11-16).

L’année 2020

Et tout semble indiquer que la saison 2020 débutera comme l’exercice précédant s’est terminé, soit dans l’anonymat le plus total, la priorité des Giants étant de faire baisser la masse salariale. Malgré leur bonne saison, Kevin Pillar, Madison Bumgarner et Will Smith n’ont pas été resignés par la franchise. Ils ont été embauché respectivement par les Red Sox (4.25 M$ / 1 an), les Diamondbacks (85 M$ / 5 ans) et les Braves (39 M$ / 3 ans). Après 11 ans passés chez les Giants, le départ de MadBum sonne comme une fin de cycle, lui qui aura notamment été l’artisan principal de la victoire en World Series en 2014. Toujours sur le volet des départs, comme indiqué précédemment, Mark Melancon et ses 14 M$ de contrat et Sam Dyson (5 M$) s’en sont allés vers d’autres cieux en plein cœur de la dernière saison.

Mais, le vide le plus grand à combler sera bien entendu dans le dugout avec le départ de Bruce Bochy. Pour le remplacer le front office des Giants a fait appel à Gabe Kepler, qui sort de deux saisons médiocres avec les Phillies. Alors qu’attendre de ce nouveau manager ? A priori pas grand chose, le roster de SF étant composé d’anciennes vedettes sur le déclin (Buster Posey, Evan Longoria, Johnny Cueto, Pablo Sandoval), de joueurs limités offensivement (Austin Slater, Brandon Belt, Brandon Crawford) et de jeunes pousses qui devraient faire leur grand début en MLB cette année mais dont on ignore le potentiel véritable (Joey Bart, Heliot Ramos). Côté positif, on enregistre le retour de Hunter Pence sur la Baie. Après une saison très prolifique avec les Rangers .297/.358/.552/.910, et désigné comme DH partant pour le All Star Game, le joueur très populaire à SF entend bien récidiver cette saison sur la plaque. Reste à savoir s’il sera épargné par les blessures…

San Diego Padres v San Francisco Giants
Hunter Pence de retour chez les Giants cette saison, pour le plus grand plaisir des fans

Les Giants. qui devraient être en pleine phase de rebuilding depuis la saison 2017, dans la foulée de leur dernière apparition en postseason (défaite en NDLS contre les Cubs), ont continué à s’accrocher à leurs vétérans comme Posey, Cueto, Belt, Crawford et Samardzija, ce qui leur a permis de ne pas sombrer complètement et de rester globalement une équipe compétitive sans pour autant qu’elle puisse espérer décrocher un ticket pour les playoffs. Tous ces joueurs auraient dû être expédiés pour commencer une inévitable reconstruction, mais cette organisation pense qu’ils peuvent être compétitifs grâce à leurs succès passés. Les Giants version 2020 se trouvent donc dans une situation un peu bâtarde, à mi-chemin entre rebuilding et compétitivité.

Le joueur à suivre : Mike Yastrzemski

L’une des plus grandes surprises de la saison 2019 pour les Giants de San Francisco a été le voltigeur Mike Yastrzemski. Son impressionnante saison de rookie semble être venue de nulle part, après qu’il ait été acquis dans un échange sous le radar avec les Orioles de Baltimore pendant la offseason. Aujourd’hui, il est confronté à des attentes légitimes au début de sa deuxième saison. Peut-il les satisfaire, voire les dépasser ?

Après avoir été appelé fin mai, Yaz est rapidement devenu l’un des principaux contributeurs de l’équipe. Son apport a même permis aux Giants de rêver à une éventuelle wild card au cœur du mois de juillet (53-51). Bien que l’équipe n’ait pas été à la hauteur, elle n’aurait même pas participé à la conversation sans la recrue de l’équipe. En 371 apparitions sur la plaque, il a frappé .272/.334/.518 avec 21 home runs et 55 RBI. Une ligne de stat extrêmement solide pour le rookie qui est le seul outfielder de l’équipe assuré d’avoir sa place dans l’alignement pour l’Opening day. Et avec le départ de Kevin Pillar, les Giants vont s’appuyer encore plus sur Yaz pour être un producteur offensif constant.

Pour 2020, il sera intéressant de voir comment le manager Gabe Kepler va l’utiliser. Soit en tant que leadoff hitter comme c’était le cas à la fin de la dernière saison, soit en tant que joueur de middle order, ce qui lui permettra de driver des runs. Une chose est certaine cependant, les adversaires ont eu le temps d’étudier son jeu et trouver des failles dans son swing. Il va maintenant devoir faire les ajustements nécessaires pour progresser.

La star : Buster Posey 

Avec le départ de Madison Bumgarner, Buster Posey est sans nul doute la star des Giants et le dépositaire des glorieuses années de la franchise. Oui mais voilà, le catcher est en nette régression. Il sort de sa pire année en tant que professionnel avec une ligne de stats de .257/.320/.368, soit les plus faibles totaux de sa carrière dans chaque catégorie. Signé jusqu’en 2021, Posey tentera d’inverser sa tendance à la baisse. Avec le grand espoir Joey Bart qui frappe à la porte, le catcher aura peut-être une motivation supplémentaire pour prouver qu’un changement de garde est prématuré.

maxresdefault

Le rôle de Posey ne changera pas beaucoup par rapport à la saison dernière. Il sera à nouveau le receveur de départ, tout en effectuant un certain nombre de départs à la première base, en fonction de qui lance dans le camp adverse. Après avoir été incapable de jouer la totalité des saisons 2018 et 2019 en raison de blessures, la grande question sera de savoir si le futur joueur de 33 ans pourra rester sur le terrain en 2020. Si Posey reste en bonne santé et n’a pas à modifier son swing pour compenser sa blessure, alors nous pourrions certainement assister à une légère reprise en 2020. La puissance constante de ses jeunes années est probablement partie pour de bon, mais il peut encore être un joueur incroyablement précieux qui frappe pour l’average au milieu de l’alignement.

Le prono

Vous l’aurez compris en lisant cette preview, les Giants n’ont pas grand chose à attendre de cette saison 2020. Sans grande surprise, leurs rivaux, les Dodgers devraient remporter la NL West une nouvelle fois. Ils devraient mettre largement à distance les Dbacks et les Padres. Les joueurs de la Baie chercheront à éviter la dernière place et de rester un minimum compétitif sur le terrain.

Prono The Strike Out : 5e de NL West, 62-100

Prono Bleacher Report : 5e de NL West, 69-93


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s