Preview 2020 – San Diego Padres : La cloche a sonné, il faut gagner désormais

Il existe deux périodes charnières dans l’année où nos esprits se laissent aller au doux parfum du baseball. La deuxième c’est évidemment lorsqu’arrive l’automne et ses feuilles mortes synonyme de postseason. Quant à la première, il s’agit de la fin de l’hiver accompagnée comme toujours du retour de la MLB et des espérances de chacun. Vous savez ces dernières semaines avant la reprise où l’on se surprend à croire que « cette année est la bonne », où l’on se met à rêver de voir son équipe jouer au baseball fin octobre ou à enfin finir avec un bilan positif. Comme l’an passé, The Strike Out passe en mode 30 franchises en 30 jours et vous propose de faire le tour complet de la Ligue. Pour calmer vos ardeurs de supporters ou au contraire les ranimer, même si en baseball rien n’est jamais fixé dans le marbre. Place aujourd’hui à une équipe prometteuse : les San Diego Padres.

PADRES:TSO

Retour sur l’année 2019

2019 devait être l’année Une des nouveaux Padres. Terminées les saisons galère, place à des Padres victorieux. Et pour cela le front office a sorti les grands moyens. Après le gros contrat offert à Eric Hosmer en 2018 (144M sur 8 ans), le club réitère durant l’intersaison avec la signature d’un très gros poisson, Manny Machado. L’éphémère joueur des Dodgers fait le court déplacement jusqu’à San Diego pour être le franchise player d’une équipe qui commence à rêver de play-offs, ce qui serait une première pour la franchise depuis 2006. Pourtant ce n’est ni Hosmer, ni Machado et encore moins Kinsler ou Myers qui vont faire vibrer les fans des Padres durant cette saison 2019, mais plutôt, l’arrivée en masse des jeunes pépites du club. Avec en figure de proue, Fernando Tatis Jr, un des meilleurs prospects de la MLB et attendu comme le Messie par les fans. Histoire de remuer le couteau dans la plaie, on rappelle que Tatis Jr avait d’abord été drafté par les White Sox avant d’être échangé pour …. James Shields [Ça devrait faire plaisir à mon collègue de The Strike Out, Valentin Kopech]. Car dès son arrivée, il va jouer à un niveau spectaculaire tant offensivement que défensivement. Si bien qu’il est, déjà, en train de s’installer comme l’un des meilleurs joueurs de la Ligue… et pourquoi pas une superstar de la MLB. Pour preuve en 84 matchs, il frappe à .314 pour 22 HR et 53 RBI ainsi que 26 SB. Tout simplement impressionnant  pour un joueur de seulement 21 ans. Mais sa fin de saison sera tronquée par des blessures, le limitant à la 3e place dans la course au titre de Rookie de l’année, qu’il aurait certainement remporté avec une saison complète.

Heureusement pour les fans des Padres, il y aura également une agréable surprise dans cette infusion de jeunesse dans le club. Car si Tatis était attendu, mais pas à ce niveau, un joueur est un peu sorti de nulle part et est instantanément devenu le lanceur n°1 de la franchise. A seulement 23 ans et pour sa première saison en MLB, Chris Paddack a été LA révélation du côté des Padres en 2019, auteur de 26 départs convaincants avec un ERA de 3.33 ainsi que 153 K en 140 manches. Une belle perf pour l’ancien joueur drafté par les Marlins (arrivé dans le trade de Fernando Rodney). Il faudra surveiller sa propension à concéder des HRs (23 au total) mais il a un potentiel de futur Ace.

Dinelson Lamet, 27 ans (4.07 d’ERA) et Joey Lucchesi, 26 ans (4.13 d’ERA) se sont également montrés performants et sont de belles promesses. Mais derrière ces trois-là, c’est un peu plus compliqué. Cependant la grande force des Padres réside dans son bullpen, l’un des meilleurs de MLB. En même temps avoir Kirby Yates pour terminer les matchs, il y a de quoi moins stresser. En effet ce dernier est sans doute l’un des meilleurs closers de la Ligue avec 41 sauvetages à son actif en 2019 (sur 44 possibilités), record en  MLB, et un ERA de 1.19. Des performances qui le placeront à la 9e place du Cy Young. San Diego aura tenu bon durant l’été car son closer était au cœur de plusieurs rumeurs de transferts. Mais le bullpen est un travail de groupe et la star Yates est bien épaulée par notamment 2 autres très bons lanceurs : Matt Strahm (3.27) et Craig Stammen (3.29).

Kirby Yates
L’un des meilleurs closers de la MLB mais aussi l’un des moins médiatisés, Kirby Yates est l’arme finale des Padres. Photo : Sean M. Haffey/Getty Images

Vous l’aurez compris, le talent est bien présent du côté des Padres, mais l’attaque n’aura pas été au rendez-vous et les jeunes pépites ne peuvent porter l’ensemble d’une franchise. Il manque encore quelques pièces pour compléter le puzzle mais surtout de l’expérience. Et les fans devront attendre encore une année supplémentaire pour connaître un exercice avec plus de victoires que de défaites (2012). En effet, l’équipe termine avec un décevant bilan de 70 victoires pour 92 défaites, et une triste dernière place de la NL West. Pire, le coach Andy Green ne terminera même pas la saison puisqu’il sera remplacé à seulement 8 matchs du terme. Un choix étonnant. Et les premières interrogations commencent à arriver aux oreilles du GM AJ Preller. D’autant que pour 2020, ce dernier a décidé de nommer comme nouveau coach Jayce Tingler, qui était dans le coaching staff des Rangers mais qui va découvrir la fonction de coach en chef. Une nouvelle décision surprenante. C’est pourquoi cette nouvelle saison va être capitale pour le GM qui va devoir montrer des résultats. En tout cas, il aura tout fait durant l’intersaison pour améliorer son équipe. Et c’est déjà ça.

L’année 2020 

Après deux gros poissons durant les deux dernières intersaisons, Preller a été un peu moins gourmand sans perdre pour autant en qualité. Pas de gros noms mais des joueurs efficaces et respectés dans la ligue. D’abord avec le trade pour Tommy Pham, qui sort d’une saison resplendissante avec Tampa Bay (.273/21HR/68RBI/25SB). Il apporte une présence sur base qui a fait défaut à San Diego en 2019 et il fera un super batteur de tête d’alignement. Et c’est toujours plus agréable d’avoir quelqu’un sur base quand s’avancent à la batte Tatis Jr, Hosmer ou Machado. Le GM s’est aussi fait plaisir en allant faire ses emplettes du côté des Brewers avec deux trades avec la franchise de Milwaukee. Exit Eric Lauer (lanceur) et Luis Urias (infielder prometteur mais barré par Tatis Jr), bienvenue à Zach Davis (lanceur) et Trent Grisham (joueur au bon potentiel). On peut aussi parler de l’arrivée du couteau suisse Jurickson Profar en provenance d’Oakland.

Mais c’est dans le bullpen que sont les plus belles prises. Avec d’abord Emiliano Pagan, stratosphérique avec les Rays (2.31 d’ERA et 96 K en 70 manches) mais aussi avec le pari Drew Pomeranz, qui était l’un des joueurs les plus convoités sur le marché des relievers. Ce dernier a relancé sa carrière en faisant la transition de starter à reliever lors de son trade l’été dernier à Milwaukee. Il est ainsi passé d’un lanceur à 5.68 d’ERA à un reliever à 2.39 d’ERA. Ces deux noms ajoutés aux 3 autres piliers du bullpen des Padres… il ne faudra pas trop être derrière San Diego à la moitié des matchs.

Pomeranz
Devenu un reliever de talent depuis la fin de la saison 2019, Drew Pomeranz retrouve les Padres en 2020 après un premier passage en 2016). Photo : Jake Roth-USA TODAY Sports

Pour résumer, San Diego s’est diversifié durant cette intersaison en faisant venir des joueurs qui vont plus sur bases (Grisham, Pham et Profar) pour venir balancer la puissance de ses stars Machado et Tatis Jr. Pareil pour le bullpen qui n’était cantonné qu’à 3 noms en 2019, il faudra désormais compter sur 5 joueurs capables de vous dégoûter. Reste le point d’interrogation avec la rotation. Paddack a montré un potentiel incroyable mais va t-il confirmer ? Il n’y a pas eu de grosse addition dans ce secteur. Pour le moment le reste de la rotation serait (à l’heure où j’écris ces lignes) composé de Zach Davis, joueur utile mais pas décisif ; Garret Richards, costaud mais souvent blessé ; ainsi que de Lamet et Lucchesi qui sont prometteurs mais encore inexpérimentés. On le sait, les Padres étaient à la chasse d’un gros starting pitcher, surtout sur Stephen Strasburg qui a fait sa fac à San Diego, et il est vrai qu’il manque un vrai Ace dans cette rotation pour enlever de la pression aux jeunes.

Il reste encore des pépites dans le farm system des Padres, je pense notamment à Mackenzie Gore ou encore Luis Patino mais ils ne devraient pas être prêts avant 2021. Attendez-vous à voir San Diego s’activer à la Trade Deadline si le club aperçoit les play-offs d’ici à juillet. Et pour cela, il va falloir que les stars et notamment Manny Machado retrouvent leurs meilleurs niveaux.

Le joueur à suivre : Manny Machado

Manny Machado
Auteur d’une saison 2019 décevante, Manny Machado doit retrouver son meilleur niveau pour aider les Padres à retrouver des ambitions. Photo : DR

Manny Machado était censé être la figure de proue des Padres, c’est en tout cas pour cela que la franchise lui a signé un juteux contrat de 300 millions sur 10 ans. Même s’il a signé sa 5e saison consécutive avec plus de 30 HR, il a connu sa pire saison en carrière avec un recul dans l’ensemble des stats majeures. Il termine 2019 à un triste .256 à la batte pour 32 HRs et 85 RBI. Il s’est naturellement fait voler la vedette par l’incroyable Tatis Jr, qui d’ailleurs lui ressemble beaucoup dans le jeu. Mais pour que les Padres s’installent comme une nouvelle place forte de la MLB, ils ont besoin du talent de Machado. Et on sait qu’il en a les capacités. Surtout, et on l’oublie souvent, il n’a que 27 ans !! Il est encore largement capable de nous éblouir. Les fans de San Diego ne demandent que cela.

La Star : Fernando Tatis Jr

A peine 84 matchs de MLB, et il est déjà la star des Padres. Mais aussi de la MLB qui adore faire la part belle à ces jeunes pépites. Fernando Tatis Jr, fils de Fernando Tatis, joueur correct de MLB entre 1997 et 2010, a déjà dépassé son paternel. Avec 22 HR, 53 RBI et une moyenne au batôn de .317, il a ébloui. Cette véritable machine à Highlights est aussi capable offensivement que défensivement.

En 2019, il avait la lourde tâche d’être le premier batteur de l’alignement. Il aura bien performé avec un taux de présence sur base (OBP) de .379 et 16 bases volées. Mais en 2020, il devrait être un peu déchargé de cette pression avec la présence de la recrue Tommy Pham, véritable machine à monter sur bases. Tatis Jr qui devrait le suivre dans l’alignement, sera ainsi mieux encadré et les lanceurs lui enverront plus de balles rapides pour éviter toutes avancées de Pham (on le sait une balle cassante laisse plus de chances au coureur pour voler des bases à cause de la vitesse de la balle mais aussi la difficulté pour le receveur de l’attraper). S’il parvient à passer outre la barrière de la « Sophomore Year », ce dont je ne doute pas, il pourrait amener les Padres très loin dans le futur, pas si lointain.

Le prono 

padres
2020 doit être le retour d’un bilan positif du côté des Padres, avant de rêver d’un futur plus brillant par la suite. Photo : Hayne Palmour IV/The San Diego Union-Tribune

Décevants 5e de la NL West en 2019, pour une saison qui devait être celle de la renaissance, les Padres abordent 2020 avec un peu d’appréhension. Les immenses investissements peinent à se rentabiliser et le GM, AJ Preller commence à voir son autorité remise en question. Mais tout cela sera oublié si les Padres se remettent à gagner. Car oui, les observateurs et les fans le savent, à moins d’un miracle, il va être compliqué d’aller chercher une qualification pour les play-offs. Une place qui échappe aux petits pères de Californie depuis 2006. Mais si pour la première fois depuis 2012, le club parvient à afficher un bilan positif, ce sera déjà une belle avancée, et une belle preuve que le travail de Preller marche. Le roster reste encore très jeune et selon moi, on est encore à au moins une année d’une éventuelle place de prétendant à la postseason. Mais qui sait : San Fransisco débute son rebuild et Colorado est dans la mélasse, il y a donc une 2e place à aller chercher à la lutte avec les Dbacks et pourquoi pas une Wildcard. Il faudrait pour cela une meilleure rotation, qui – sur le papier – est le seul véritable point faible de la franchise. Néanmoins selon moi, le club ne connaîtra pas une nouvelle saison aussi faible offensivement, l’attaque est bien mieux construite et équilibrée qu’en 2019. Et le bullpen est l’un des meilleurs de la Ligue. Deux armes suffisamment puissantes pour pouvoir terminer la saison 2020 avec au moins un bilan positif.

Projection The Strike Out : 3e en NL West ; 83 victoires – 79 défaites
Projections Bleacher Report : 3e en NL West ; 80 victoires – 82 défaites

Publié dans MLB

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s