Preview 2020 – Kansas City Royals : Une lente reconstruction

Il existe deux périodes charnières dans l’année où nos esprits se laissent aller au doux parfum du baseball. La deuxième c’est évidemment lorsqu’arrive l’automne et ses feuilles mortes synonyme de postseason. Quant à la première, il s’agit de la fin de l’hiver accompagnée comme toujours du retour de la MLB et des espérances de chacun. Vous savez ces dernières semaines avant la reprise où l’on se surprend à croire que « cette année est la bonne », où l’on se met à rêver de voir son équipe jouer au baseball fin octobre ou à enfin finir avec un bilan positif. Comme l’an passé, The Strike Out passe en mode 30 franchises en 30 jours et vous propose de faire le tour complet de la Ligue. Pour calmer vos ardeurs de supporters ou au contraire les ranimer, même si en baseball rien n’est jamais fixé dans le marbre. Et on enchaîne avec le fond de la classe en AL Central : les Kansas City Royals.

Retour sur 2019

Il y a un peu plus de 4 ans maintenant, les Royals de Kansas City s’installaient sur le toit du monde, défilant le long de Main Street et brandissant le trophée des World Series devant une foule en délire, 30 ans après leur dernier sacre. 

4 ans c’est si peu et pourtant, les images du Missouri en bleu et blanc paraissent désormais si lointaines. En 2019, la série de 10 défaites de suite en tout début de saison aura scellé le sort des Royals, orphelins de Salvador Perez, pour toute l’année 2019.

Malgré une saison complète et réussie de Jorge Soler (48HR, 117 RBI, 0.569 SLG), en dépit des belles surprises de jeunes cadres tels que Hunter Dozier (26HR, 74 RBI), Whit Merrifield (all star), Adalberto Mondesi (43 bases volées), et de quelques lanceurs prometteurs (Brad Keller, Jake Newberry), les hommes de Ned Yost n’obtiendront que 59 victoires. Conséquence directe de ces déconvenues en cascade, le Kauffman Stadium sonnait creux avec 18 000 spectateurs chaque jour de match, bien loin des 34 000 fans qui s’agglutinaient au « K » en 2015, antre immense du baseball majeur.

La descente aux enfers, qui a quasiment débuté quelques mois après le sacre de 2015, a sans doute atteint son niveau le plus bas en 2019 avec ce maigre bilan. Et s’il était toutefois meilleur d’une victoire que celui de 2018, la cote de popularité du club en avait pris un sérieux coup. Et pour cause, Ned Yost, adulé jusqu’alors, manageait sans doute la saison de trop. L’absence de Perez pour la saison aura définitivement décidé les habitants de la ville à troquer le chandail bleu royal pour le maillot rouge des Chiefs.

Malgré ce climat morose, un espoir renaît le long du Missouri avec un nouveau manager et les prémices d’une future équipe solide.

L’année 2020

En 2020, c’est donc un autre homme qui enfilera la costume de manager. Mike Matheny, qui a passé 6 années dans le Missouri chez les voisins de St Louis, va tenter de relancer cette franchise en comptant sur des jeunes aguerris, des vétérans expérimentés et un Farm system qui se garnit en jeunes prospects en devenir. 

Pas de changement en champ puisque les Royals compteront sur le fidèle et loyal Alex Gordon qui a prolongé cet hiver à prix réduit. Le vétéran de 36 ans, multiple all-star, gold glove et une bague sur le doigt apportera son expérience au service des plus jeunes. A ses côtés Whit Merrifield, All Star en 2019 et Hunter Dozier forment un trio sérieux.

Dans l’infield, du changement : outre les deux jeunes 1ère base Ryan O’Hearn (25 ans) et Nick Lopez en 2ème (24 ans), tous les deux auteurs d’une saison 2019 correcte, on retrouvera en SS Adalberto Mondesi, sur qui beaucoup d’espoirs sont permis après sa saison stratosphérique. La nouveauté est en 3ème base puisque les Royals ont fait l’acquisition du slugger dominicain Maikel Franco, débarquant de Philadelphie. 

Enfin, Salvador Perez retrouve sa place derrière le marbre, et après une saison blanche, peut-être considéré comme une recrue de poids ! Mike Matheny, l’ancien catcher, souhaite se reposer sur Perez pour driver la rotation vers le succès.

Car là réside sans doute la grande faiblesse de cette équipe. Brad Keller, 24 ans, est l’arbre qui cache la forêt. Mais a-t’il les épaules pour être un ace ? Derrière lui Danny Duffy, Mike Montgomery et Jakob Junis font pâle figure face aux autres rotations de la division. Quant au bullpen, il n’y a bien que Ian Kennedy ou McCarthy sur qui pouvoir compter. 

La question est de savoir si les Royals feront venir leurs jeunes prospects Brady Singer (59ème prospect) voire Daniel Lynch (61ème), deux futurs lanceurs qui seront l’avenir des Royals sur le monticule dans les prochaines années.

La Star

Salvador Perez est un acharné de travail. Le vénézuélien, dont le palmarès à seulement 29 ans est monstrueux, revient après une saison blanche avec une motivation sans faille. All-star de 2013 à 2018, il sera un atout indéniable pour motiver la défense, la replacer, et apporter en attaque des HR et des runs au milieu de l’alignement. 

Il sera intéressant de voir comment sa batterie fonctionne avec Brad Keller, et si les Duffy ou Montgomery réaliseront de meilleures saisons avec El Niño comme catcher. Seule inquiétude : tiendra t’il toute une saison malgré ses problèmes de blessures devenues récurrentes ? En 2018, il avait principalement joué comme DH.

Le Joueur à suivre

Adalberto Mondesi a un peu surpris tout son monde en 2019. Moins médiatisé que d’autres jeunes shortstops de la ligue, Adalberto avait débuté 2019 en AAA avant d’être appelé par Yost. Après 9HR, 62 RBI, 43 bases volées (!), 20 doubles, 10 triples, le fils de Raul Mondesi devrait très vite devenir le chouchou du Kauffman Stadium, si ce n’est pas déjà fait !

Il devra toutefois travailler sur sa discipline au marbre, lui qui a enregistré 132 K en 2019, pour seulement 19 BB.  

Notre Prono :

La division Central de l’AL a vu les White Sox se renforcer sérieusement cet hiver, les Twins conforter leur large panoplie offensive tandis que les Indians résistent. Difficile de se faire une place entre ces trois-là. Il faudra se battre avec les Tigers pour ne pas terminer dernier de la division.


Projections The Strike Out : 4e en AL Central ; 65 victoires, 97 défaites

Projections Bleacher Report : 5e en AL Central ; 67 victoires, 95 défaites


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s