Preview 2020 – Detroit Tigers : L’Espoir est de Mize

Il existe deux périodes charnières dans l’année où nos esprits se laissent aller au doux parfum du baseball. La deuxième c’est évidemment lorsqu’arrive l’automne et ses feuilles mortes synonyme de postseason. Quant à la première, il s’agit de la fin de l’hiver accompagnée comme toujours du retour de la MLB et des espérances de chacun. Vous savez ces dernières semaines avant la reprise où l’on se surprend à croire que « cette année est la bonne », où l’on se met à rêver de voir son équipe jouer au baseball fin octobre ou à enfin finir avec un bilan positif. Comme l’an passé, The Strike Out passe en mode 30 franchises en 30 jours et vous propose de faire le tour complet de la Ligue. Pour calmer vos ardeurs de supporters ou au contraire les ranimer, même si en baseball rien n’est jamais fixé dans le marbre. Et on commence par le fond de la classe, avec les Detroit Tigers.

Detroit Tigers v Cleveland Indians
Pour Miguel Cabrera et les Tigers, le seul chemin possible est celui de l’amélioration

Retour sur l’année 2019

Il y a les saisons blanches, celles que l’on oublie rapidement tant elles pèsent par leur insignifiance, il y a les saisons noires, celles que l’on imaginait glorieuses et s’achèvent dans un tourbillon de larmes et de regrets… et puis il y a ces bouillies indescriptibles dont l’on ne sait s’il faut en rire ou en pleurer, de ces saisons où les ambitions sont tellement minimales que rien d’affreux ne peut vraiment arriver… Bref, en 2019, les Detroit Tigers sont devenus l’une des trois seules équipes depuis 1962 à avoir réalisé une année avec moins de 30% de victoires (47-114), à égalité virtuelle avec les Baltimore Orioles 2018 (47-115), et derrière les … Detroit Tigers de 2003 (43-119). Tout un programme.

La saison 2019 des Detroit Tigers fut une succession de catastrophes, de moments bizarres et de records négatifs en tout genre. Elle aura vu, entre autres, le manager Ron Gardenhire éjecté à huit reprises, elle aura vu un releveur lancer deux manches blanches face aux Tigers, dans le même match, pour deux franchises différentes (Jake Diekman, le 19 Mai puis le 6 septembre), elle aura vu Matthew Boyd réussir 238 Strikeouts (6e en American League) mais concéder 39 Home Runs (2nd en MLB). Les Tigers finiront la saison 2019 avec le pire score des Majors en termes de Strikeouts concédés (1595), avant-derniers en termes de Home Run frappés (149… contre 307 pour les Twins), avec une différence de runs de -333, la seconde plus mauvaise de l’histoire depuis les Tigers 2003 (-337) et un On-base-percentage de .294, le pire enregistré par les Tigers depuis 1904. Yep !

fieldin-culbrethron-gardenhire-9be52b933a979b26
Le running-gag de la saison. Ron Gardenhire se prépare pour sa cinquième éjection. Il en « obtiendra » huit!

Bref, et vous l’aurez compris, il n’y a absolument rien a retirer de la saison 2019 des Tigers, si ce n’est qu’ils auront le premier pick de la Draft 2020, après avoir déjà eu cet honneur en 2018 (Casey Mize) et obtenu « seulement » le cinquième choix en 2019 (Riley Greene). De quoi continuer à bâtir un Farm System stratosphérique. La seule distraction positive de Tigers qui, vous l’aurez bien compris, ne seront pas là pour jouer quoi que ce soit, encore, en 2020.

L’année 2020

Dans leur descente digne du Grand Bleu, les Tigers semblent quand-même, finalement, prêts à tenter de rebondir vers de meilleurs horizons. Le General Manager Al Avila l’a affirmé, la phase de désossage est terminée, et la franchise va maintenant se concentrer sur la reconstruction, d’un côté, tout en tentant d’amortir les contrats pharaoniques de Miguel Cabrera (30M$ par an jusqu’en 2025) et Jordan Zimmerman (25M$ par an, dernière année) qui représentent à eux deux presque 60% de la masse salariale du ball-club !

En attendant que les prospects émergent, les Tigers misent sur ce qu’il reste de l’effectif – notamment la star Michael Boyd et Spencer Turnbull, qui doit faire oublier une saison de rookie désastreuse (3-17, 4.61) – et quelques Free-Agents en contrats courts (Jacoby Jones, Cameron Maybin, Jonathan Schoop, C.J. Cron) pour s’imaginer un tantinet moins ridicules en 2020. Ce n’est pas gagné mais, admettons le, il n’y a plus trop de profondeur à creuser pour ces Tigers en perdition. Si l’avenir est positif, et peut-être même radieux à long terme, le chemin à parcourir est encore long avant d’en finir avec cette traversée du désert. Mais, les premiers signes d’une renaissance à venir commencent à se faire sentir, notamment avec la montée en puissance et l’émergence d’un pitching staff qui pourrait faire parler dans les années à venir.

d9337bc0-be03-11e9-bbf7-843edaca702d
La stratégie des Detroit Tigers 2020? Le Futur

Casey Mize, Matt Manning, Alex Faedo, tous sélectionnés par les Tigers au premier tour de la Draft, seront-ils les fondations d’une nouvelle rotation de luxe pour les Tigers, eux qui arboraient en 2014 une armada composée de Verlander, Price, Porcello, Scherzer et Sanchez (Tous champions entre 2017 et 2019, tous Cy Young sauf Anibal Sanchez) ? S’il est beaucoup trop tôt pour leur promettre un tel destin, leur parcours dans les Ligues Mineures au cours de la saison 2019 a séduit, avec notamment un no-hitter pour Mize (78.2 IP, 6-3, 3.20) et 11 victoires pour Matt Manning (133.2 IP, 11-5, 2.56). La saison a aussi vu l’émergence d’un autre talent parfaitement inattendu en Tarik Skubal, sélectionné au neuvième tour de la draft 2018, et qui a posté un ERA de 2.42 pour 122.2 manches lancées en 2019 entre les niveaux A et AA.

Tous sont présents dans le camp des Tigers pour le Spring training, trois d’entre eux sont dans le Top 50 des prospects de la MLB et attendus cette saison (Mize, 7 ; Manning, 24 ; Faedo, n/a) ou l’an prochain (Tarik Skubal, 46). L’impatience est grande du coté d’un Comerica Park qui ne demande qu’à retomber amoureux de ses lanceurs.

41167

Le joueur à suivre : Casey Mize

Même s’il ne faut pas s’attendre à les voir immédiatement inclus dans la rotation des Tigers, Casey Mize et Matt Manning sont, vous l’aurez bien compris, l’attraction numéro 1 pour tous les fans des Tigers à l’aube d’une saison que l’on attend une fois de plus désastreuse. Et Mize, tout particulièrement.

A 22 ans, il réalise pour l’instant un parcours absolument sans faute, avec un bilan de 29-17, un ERA global de 3.22, un WHIP de 0.982 entre le championnat universitaire (avec les Auburn Tigers), et le niveau AA (Avec les Erie Seawolves). Numéro 1 de la draft, septième prospect de MLB (et premier lanceur) cette saison, sa trajectoire ressemble à celle d’une future superstar, et son arsenal aussi !

Une balle rapide bien calée au-dessus des 95 mph, un splitter absolument écœurant, un slider qui est déjà bien plus qu’un pitch de secours et pour tous ces lancers un contrôle au-dessus de la moyenne (K/BB 2019 : 4.61), Mize possède déjà une palette de lancers digne d’un All Star, en attendant de – peut-être – développer une courbe digne de ce nom. S’il devrait débuter la saison en AAA, attendez-vous à le voir apparaitre dans le roster des Tigers entre le printemps et l’été, et ne ratez pas l’occasion. This Kid is Special !

La star : Matthew Boyd

Il a commencé la saison 2019 comme un All Star en puissance, menant l’American League après deux mois de compétition en termes de WAR et de Strikeouts, avant de se souvenir qu’il jouait pour les Detroit Tigers et qu’il avait quelques valeurs à respecter. Mais même si son bilan final parait quelque peu quelconque, Matthew Boyd a complété l’an dernier la meilleure saison d’une carrière encore jeune, et il sera encore, sans le moindre doute possible, l’As des Detroit Tigers pour 2020.

Est-il véritablement un As ? difficile à déterminer tant le climat sinistre de Comerica Park est peu propice a la performance, mais il est en tout cas l’un des meilleurs « whiffers » d’American League, avec 11.6 K/9IP (4e en AL) et un total de 238 K’s (6e). Il est aussi l’un des lanceurs qui fait le moins marcher les batteurs adverses (2.43 BB/9IP, 8e en AL) et le lanceur partant le plus consistant des Tigers (185.1 IP, Stephen Turnbull, second, n’a lancé que 148 manches). MAIS…

Seule ombre au tableau, pour le lanceur de 29 ans qui s’est aussi affirmé comme l’un des leaders d’un vestiaire qui en avait terriblement besoin, il a laissé passer beaucoup, beaucoup trop de Home Runs : 39, le total le plus haut d’American League en 2019 (mais seulement 3 de plus que le Cy Young Justin Verlander) et une grosse tâche sur une saison autrement réussie en tous points (sur un plan individuel bien sûr).

Ce sera l’axe de travail principal pour Matthew Boyd en 2020, améliorer son contrôle pour continuer à jouer sur ses points forts, mais transformer ces balles qui passent de l’autre côté du mur en Flyouts au mieux, en simple extra-base-hits au pire, et peut-être s’offrir une chance de vivre le All Star Game sous le maillot des Tigers… s’il n’est pas tradé à son tour d’ici-là, bien entendu.

Notre prono:

Pas grand-chose à voir ici-bas, les Tigers devraient croiser le fer avec les autres cancres de la classe. Attendez-vous a un combat acharné avec les Orioles, les Marlins, les Giants et peut-être les Mariners ou les Pirates, pour obtenir le pire bilan des Majors et un nouveau premier tour de draft.

Projections The Strike Out : 5e en AL Central ; 57 victoires, 105 défaites
Projections Bleacher Report : 4e en AL Central ; 72 victoires – 90 défaites.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s