Les noms à suivre pour la trade deadline

Comme chaque année le mois de juillet est particulier dans une saison MLB. D’abord, car on arrive à la moitié de la saison et que des fortes tendances commencent à se dessiner. Mais surtout car la trade deadline pointe le bout de son nez. Les trades ne sont autorisés que jusqu’au 31 juillet*, c’est pourquoi les équipes en quête de play-offs vont se montrer actives pour aller chercher cette dernière pièce du puzzle. C’est donc le moment de regarder quels joueurs pourraient donc être transférés et comme chez The Strike Out, on est plutôt sympa, on vous en a fait une liste. 

*Pour la première fois cette année, les trades s’arrêteront bien au 31 juillet. Auparavant il était possible de faire des transferts jusqu’en août (Verlander aux Astros par exemple) mais en passant par le système de waiver trade. Cette possibilité a été supprimée par la MLB.

 

Matthew Boyd (SP/Tigers)

C’est la grande révélation de ce début de saison. Pendant ses 4 premières années en MLB, Boyd était un lanceur moyen des ligues majeures avec un ERA qui tournait entre 7.53 et 4.39. Mais cette saison, c’est un tout autre joueur. Pour le plus grand bonheur des Tigers qui se frottent déjà les mains. En effet, Boyd affiche un ERA respectable de 3.87 pour un bilan de 6 victoires et 6 défaites dans une équipe de Détroit en complète reconstruction. Un petit exploit. Mais surtout le lanceur en est à 142K en seulement 107 manches, soit le 6e meilleur total de la MLB avec bien moins de manches lancées que ses concurrents. De telles statistiques qui ont forcément attiré les favoris de la ligue. Notamment les Astros et les Yankees. D’autant qu’à l’inverse d’autres lanceurs, Boyd est sous contrat jusqu’en 2023. Et c’est aussi pour cela que Détroit demande une énorme contrepartie pour son joueur. Pour le moment c’est Houston qui semble le plus intéressé mais les Tigers demandent au minimum Kyle Tucker, le meilleur jeune des Astros et de la ligue. Ce qui a refroidi considérablement les ardeurs des Texans. Et dernièrement c’est au tour de San Diego d’ouvrir les discussions autour du joueur. Tandis qu’Atlanta et Tampa Bay ont envoyé des scouts lors du dernier match du lanceur.

Détroit peut garder Boyd pour faire la transition jusqu’à la fin de la reconstruction (et l’arrivée du Mize sauveur). Mais c’est fort possible que la cote de Boyd ne soit plus jamais aussi haute considérant son passé. Affaire à suivre.

Trey Mancini (1B,OF,DH/Orioles)

Comme prévu, Baltimore est mauvais. Pourtant il y en a un qui tente tout pour essayer de sauver les meubles en la personne de Trey Mancini. Décevant en 2018, le 3e au Rookie de l’année 2017 nous sort une saison très intéressante dans le marasme des Orioles : .297 au bâton, 17HR et 40 RBI. Il devrait sans problème dépasser son record en carrière pour les Homeruns (24 en 2017 et 2018) de quoi attirer l’œil de franchises en quête d’une bonne batte. Véritable pilier sur et en dehors du terrain, Baltimore compte sur son joueur mais son nouveau GM n’a pourtant pas fermé la porte. Une belle offre et Mancini pourra voir que l’herbe est (bien) plus verte ailleurs qu’à Baltimore.

Madison Bumgarner (SP/Giants)

C’est LE gros nom de cette trade deadline. Le MVP des World Series 2014 et triple champion pourrait dire adieu à la baie de San Fransisco. En effet, et cela devient récurrent, les Giants n’y arrivent plus. Et on se dirige (enfin ?) vers une reconstruction. Madison Bumgarner en fin de contrat à la fin de la saison est donc un sur la sellette. Joueur ultra dominant durant son prime (entre 2013 et 2016 son ERA n’a pas dépassé les 3), il commence à décliner après deux saisons tronquées par les blessures. Il reste un lanceur avec une expérience incroyable en play-offs, et affiche des stats plus que convenables dans une équipe des Giants assez peu compétitive (4.03 d’ERA, 115K). Surtout que selon les dernières indiscrétions, les GM intéressés pensent qu’un changement de scénario, avec des matchs à enjeux, pourrait signifier le retour d’un grand Bumgarner. Mais ce qui fait temporiser un peu sur son dossier, c’est d’abord son contrat qui expire à la fin de la saison. Mais aussi sa propension à concéder des HR qui affiche 1.4 par 9 manches. Néanmoins les franchises à la recherche d’un lanceur sont toutes sur le dossier. Et San Fransisco a tout intérêt à trader son lanceur, afin de récupérer une contrepartie sous peine de le voir partir libre cet hiver.

Will Smith (RP/Giants)

C’est l’un des closers les plus dominants de la ligue cette année. Will Smith est dans toutes les rumeurs de transfert et est cité avec insistance du côté des Red Sox et des Astros. Et pour cause avec un ERA de 1.98, 58K en 36.1 manches lancées, Smith est impérial. D’autant que c’est le seul closer de la MLB a ne pas avoir gâché un sauvetage (un superbe 23/23 en sauvetage). Il a aussi l’avantage d’être gaucher, une denrée qui se fait rare. Son seul (petit) désavantage reste le fait qu’il sera libre à la fin de la saison. Mais je suis sûr que les équipes dans la course aux play-offs sauront passer outre. C’est sans doute le meilleur joueur disponible cet été.

Marcus Stroman (SP/Blue Jays)

Alors oui, Toronto est en train de voir le bout du tunnel avec l’arrivée de Vlad Guerrero Jr. et Cavan Biggio. Mais on est encore bien loin de pouvoir se battre pour une place en play-offs. La preuve, les Blue Jays ont le même pourcentage de victoires que… les Marlins (37%). Ça vole pas haut. D’autant qu’être dans l’AL East n’aide pas franchement. C’est donc le bon moment pour tenter d’aller chercher ces dernières pièces pour être compétitif à dans un futur proche (soyons raisonnable et disons sous deux ans). Il y a peu d’assets à trader du côté de Toronto, et il faut donc « sacrifier » son meilleur lanceur. Stroman nous sort d’ailleurs une grosse saison avec un ERA de 3.18 et a tapé dans l’œil des Yankees. Il a aussi l’avantage d’être sous contrat jusqu’en 2021. Si le prix demandé par les Canadiens et son inconstance peuvent être un frein, c’est l’un des meilleurs lanceurs disponibles sur le marché. Dans les derniers bruits de couloir, certains clubs seraient intéressés par un package Stroman et Ken Giles, dont la renaissance n’est pas passée inaperçue.

A suivre également le cas Aaron Sanchez, si les statistiques sont contre lui, des équipes qui se basent sur le data peuvent être intéressés par son spin rate (force de rotation de la balle). Mais c’est un coup de poker tant Sanchez semble dépassé.

Justin Smoak (1B,DH/Blue Jays) 

C’est l’autre asset de Toronto. Alors oui sa moyenne au bâton peut faire froid dans le dos (.219) mais sa puissance n’est plus à démontrer (14HR cette saison). Peu cher, encore jeune et polyvalent, il peut rendre de fiers services à des équipes en quête d’un batteur puissant et efficace.

Kirby Yates (RP/Padres) 

Alors oui les Padres sont bien meilleurs que prévu et sont encore dans la course aux play-offs, mais ne serait-il pas plus judicieux d’aller chercher encore une ou deux pièces supplémentaires avant de passer en mode contenders. C’est le dilemme que doivent se poser les dirigeants de San Diego car leur closer Kirby Yates attire l’attention des grosses équipes. Et pour cause avec 30 sauvetages, l’ange gardien des californiens est le meilleur dans cette catégorie de la MLB. D’autant qu’il affiche également un ERA de 1.18. San Diego a annoncé vouloir un prix exorbitant pour son closer. Et on les comprend. Mais avec un salaire de 3 millions et un contrat allant jusqu’en 2021, certaines équipes pourraient franchir le cap et répondre aux grosses attentes des Padres.

Autres joueurs qui pourraient partir : 

Tony Watson (RP/Giants), Nicholas Castellanos (OF/Tigers), Tanner Roark (SP/Reds), Melky Cabrera (OF/Pirates), Mike Minor (SP/Rangers), Noah Syndergaard (SP/Mets)

Bonus :

Le cas de Trevor Bauer (SP/Indians) est compliqué. Son nom revient avec insistance mais Cleveland est hésitant. Le club semble néanmoins ouvert aux discussions mais reste très très exigeant sur le prix. D’après les dernières rumeurs, le front office du club de l’Ohio souhaite, au moins, un package avec des jeunes joueurs prêts immédiatement, comme pour le transfert d’Archer par exemple (Glasnow et Meadows). Les Yankees sont sur le coup mais Cleveland demande au minimun l’OF – le gros point faible des Indians – Clint Frazier, qui est arrivé à NY dans le trade d’Andrew Miller avec… Cleveland.

 

Illustration de Une : Valentin Kopech


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s