Preview 2019 – Seattle Mariners : Les saisons se suivent et se ressemblent ?

La NFL ? Terminée. La NBA ? Presque terminée. Ces deux sports majeurs aux Etats-Unis vont peu à peu laisser leurs places au 3e larron. La MLB. Un peu comme la nature, au printemps, la MLB sort de son hibernation et vient fleurir nos soirées (et surtout nos nuits). Alors qu’on se rapproche de plus en plus du début de la saison régulière, il est grand temps de présenter les forces en présence. Du coup The Strike Out passe en mode présentation et vous propose de faire connaissance avec les versions 2019 des 30 franchises. Chaque jour, retrouvez une nouvelle équipe. Place aujourd’hui aux Seattle Mariners.

Retour sur l’année 2018 : Si proche mais pourtant si loin

L’an passé, on se disait que cette année, c’était la bonne. Que Seattle pourrait regouter aux joies des phases finales. L’équipe semblait armée avec des joueurs comme Cano, Seager, Haniger, Paxton ou encore Diaz. D’ailleurs le scénario était (presque) parfait puisque au 5 juillet, l’équipe n’était qu’à 1.5 victoires des incontournables Astros. Les hommes de Scott Servais s’étaient même fait une spécialité dans les matchs serrés et notamment dans les rencontres avec un seul point d’écart. L’espoir était donc de mise. Oui mais voilà, comme d’habitude, Seattle ne verra pas le baseball d’Octobre. La franchise avec la plus longue période sans postseason des 4 sports majeurs américains, devra encore patienter. La faute à une baisse de régime mais aussi aux surprenants A’s. Une baisse de régime qui coïncide avec la suspension de Robinson Cano, le joueur star. Mais aussi au fait que gagner des matchs que par un point d’écart était une façon de s’imposer impossible à conserver sur une saison. Au final Seattle termine avec un bilan respectable de 89 victoires pour 73 défaites. Du coup, l’intenable GM, Jerry Dipoto, a décidé de prendre les choses en main. Et de manière étonnante.

2019 : Dipoto joue à chamboule-tout, et il est plutôt bon

On le sait dès que la période des transferts est ouverte, Jerry Dipoto prend son pied. Et une nouvelle fois, il n’a pas hésité à faire chauffer le téléphone. Mais cette fois pas de petit trade comme il en a eu l’habitude, et que les fans commençaient à lui reprocher. Non, non, Jerry a sorti l’artillerie lourde. Mais pas dans le sens attendu. En effet, 3 des 4 All-stars des Mariners en 2018 ne sont plus dans l’effectif. C’est à dire son closer magnifique, Edwin Diaz (trade avec les Mets), Jean Segura (trade avec les Phillies) et Nelson Cruz (Agent libre, parti chez les Twins). De quoi faire déjà vaciller de nombreux fans. Mais ce n’est pas tout, le lanceur star James Paxton, a lui aussi été échangé. Il portera désormais la tunique des Yankees. Vous en voulez encore ? Car oui ce n’est pas fini puisque Robinson Cano a lui aussi fait ses valises et a été tradé aux Mets (dans le même mega-deal que Diaz). Reprenez votre souffle, c’est terminé. Le club a donc décidé que cet effectif n’avait pas ce qu’il fallait pour aller plus loin. Si les fans font un peu la gueule, le farm system, lui, est bien content. Considéré comme un des pires de la MLB, il s’est bien replacé dans le top 10. En effet, sont arrivés dans les deals, Justus Sheffield (lanceur, 43e meilleur jeune de la MLB), Jarred Kelenic (OF, 56e) et Justin Dunn (Lanceur, 91). Ainsi que des joueurs très prometteurs comme JP Crawford, Erik Swanson ou encore Shed Long. Mais Jerry Dipoto a été clair, ce n’est pas une opération reconstruction. En effet, au lieu de demander que des prospects dans ses échanges, le GM a aussi récupéré des très bon joueurs de MLB. Je pense à Mallex Smith et Domingo Santana qui devraient former avec Mitch Haniger, déjà au club, un outfield des plus alléchants. Edwin Encarnacion sera sans aucun doute un très bon remplacement à Nelson Cruz au poste de DH. SI au niveau de l’attaque, l’équipe de 2019 a largement le niveau. Au niveau du pitching, le questionnement est de mise. Bien sûr, il est impossible de remplacer des lanceurs du calibre de James Paxton ou Edwin Diaz, mais Yusei Kikuchi (voir plus bas) arrive du Japon avec une belle réputation, et il a impressionné durant le Spring Training.

Sinon la rotation sera sensiblement la même. Au niveau du bullpen, plus d’Alex Colomé ou d’Edwin Diaz, place à des lanceurs d’expérience comme Strickland et Swarzak. Moins glamour et moins talentueux, mais il se peut que ce soit tout de même efficace.
Au final, moins de stars mais du prospect très, très prometteurs et des joueurs confirmés de MLB. L’équipe ne devrait pas squatter le fond du classement, ni le haut. Il va juste se maintenir au niveau en attendant le futur, très proche.

Pour une fois les Mariners n’ont pas fait de promesses impossible à tenir pour son présent. Au contraire, ils font le pari d’un avenir brillant.

La Star : Mitch Haniger

Sorti un peu de nulle part en 2017 (.282/16HR/47 RBI), Mitch Haniger a largement confirmé en 2018, gagnant même au passage une sélection au All-Star Game. Il faut dire que pour sa deuxième saison complète, le natif de Californie n’a pas fait dans la demi-mesure. Presque 29% au bâton, 26 HR , 93 RBI et 170 H en 157 matchs. Il a été l’arme offensive principale du club en se classant 2e dans la majorité des stats. Derrière Segura pour la moyenne et derrière Cruz pour les HR et les RBI. Une polyvalence et un talent qui ont fait du bien à Seattle . En 2019, il sera encore le fer de lance des Mariners et pourra compter sur des joueurs comme Encarnacion ou Seager pour l’entourer et le protéger.

Le joueur à suivre : Yusei Kikuchi

Il était considéré comme le meilleur lanceur disponible sur le marché avec pourtant des « concurrents » comme Keuchel ou Corbin. Et après avoir manqué Ohtani, Seattle ne pouvait laisser passer l’autre phénomène japonais. Car oui, lui aussi est un phénomène. Yusei Kikuchi, 27 ans, sort d’une brillante carrière sur sa terre natale. En 8 saisons avec les Seibu Lion, il présente un ERA moyen de 2.77 !!!! En 2017, il a signé sa meilleure saison en carrière avec un ERA de 1.97 et 217 K en 187.2 manches. En 2018, ce ne fut pas trop mal non plus avec un ERA « que » de 3.08 mais en 163.2 manches. Dans son arsenal, deux armes ressortent le plus souvent. Une balle rapide aux alentours de 95 MPH mais qui peut atteindre les 98. Mais il possède également une slider dévastatrice. Il va donc falloir suivre de près et voir son adaptation au niveau MLB. Mais des japonais à Seattle, ça a toujours fait bon ménage.

Notre prono :

Inter-saison plutôt particulière du côté de Seattle. J’en avais parlé dans ma preview de l’an dernier, il était possible que ce groupe soit arrivé à la fin de son chemin. Mais je ne m’attendais pas à ce que Jerry Dipoto ne décide de tout chambouler. Une attaque avec des qualités évidente, une rotation solide, avec un futur ace en puissance (Kikuchi), et un bullpen  moyen. Cette équipe devrait logiquement offrir un bilan à l’équilibre. Histoire de ne pas faire fuir complètement les fans et les garder bien au chaud pour un avenir qui s’annonce très prometteurs. D’ailleurs le GM a annoncé que Seattle sera de retour pour la saison 2021. Après tout,  on n’est plus à une saison près.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s