Preview 2019 – Saint-Louis Cardinals : Goldy, Yadi et Waino en postseason?

La NFL ? Terminée. La NBA ? Presque terminée. Ces deux sports majeurs aux Etats-Unis vont peu à peu laisser leurs places au 3e larron. La MLB. Un peu comme la nature, au printemps, la MLB sort de son hibernation et vient fleurir nos soirées (et surtout nos nuits). Alors qu’on se rapproche de plus en plus du début de la saison régulière, il est grand temps de de pencher sur les forces en présence. Du coup The Strike Out passe en mode présentation et vous propose de faire connaissance avec les versions 2019 des 30 franchises. Chaque jour, retrouvez une nouvelle équipe et on continue notre série avec les Saint-Louis Cardinals.

Retour sur 2018 : Encore raté!

2016, 2017 et maintenant 2018… Troisième saison sans qualification en postseason pour les Cardinals qui ont terminé 3e de NL Central derrière les Brewers et les Cubs! Avec un bilan final de 88 victoires et 74 défaites, ils ont échoué à 2,5 matchs derrière les Rockies, qui ont décroché la dernière wild-card. Petit réconfort tout de même, ces 88 victoires sont le plus gros total depuis les 100 atteintes en 2015. La saison 2018 a en fait été coupée en 2 : ratée jusqu’au All-Star Break avec un bilan tout juste positif de 48-46 qui a coûté la place de Mike Matheny, puis plus réussie (40-28) avec ce push final vers les playoffs, vain finalement.

La rotation n’a pas été à la hauteur à l’exception de Mike Mikolas qui a signé des stats dingues pour son retour en MLB à 30 ans et après 3 saisons passées au Japon : 18-4 ; ERA 2.83 ; WHIP 1.07 ; 200.2 IP. Trois passages en DL et une saison manquée pour Carlos Martinez auteur d’un tout petit bilan de 8 victoires et 6 défaites (ERA très honorable de 3.11 mais WHIP de 1.35 indigne du talent du Dominicain). Interrompue par une blessure abdominale au mois de juin, la saison 2018 de Michael Wacha était partie sur d’excellentes bases : 8-2 sur 15 starts et un ERA de 3.20, on espère qu’il retrouvera ce niveau. En plus de Mikolas, la deuxième satisfaction c’était le jeune Jack Flaherty (23 ans) qui a starté 28 matchs : 8-9 ; ERA 3.34 ; WHIP 1.11. Les piges de John Gant (7-6 ; ERA 3.47) et Austin Gomber (6-2 ; ERA 4.44) ont été intéressantes.

Côté alignement offensif, Dexter Fowler a connu une saison cataclysmique : AVG .180 ; 8HR ; 31RBI en 90 matchs!!!! On serait tentée de dire que sa fracture du pied en août a été une bénédiction pour lui et l’équipe, tellement il était inutile. Sans être aussi mauvais heureusement, Marcell Ozuna a un peu déçu pour sa première année à Saint-Louis : 23HR ; 88 RBI mais seulement des moyennes de .280 et .325 en OBP. Contrairement aux deux années précédentes (avec les Marlins), il n’a pas été sélectionné au All-Star Game. On attend évidemment beaucoup plus de lui.

Pour une équipe réputée comme très attentive aux fondamentaux du jeu, c’était une surprise de retrouver les Cardinals comme plus mauvaise équipe défensive de National League avec 133 erreurs, soit 10 de plus que les Phillies avant-derniers… et 69 de plus que les Nats, meilleurs élèves! Quatre joueurs de St-Louis ont cumulé plus de 12 erreurs (Munoz, Carpenter, Gyorko et De Jong), c’est beaucoup trop! Il va falloir retrouver une meilleure assise défensive pour prétendre à mieux. Le renfort de Goldschmidt et ses 6 petites erreurs en 2018 est une bonne chose.

Que faut-il attendre pour 2019 : Deux renforts de poids

Cela fait donc trois ans que les Cardinals n’ont pas mis un orteil en postseason. Pour une franchise aussi mythique (11 trophées de World Series, seuls les Yankees font – beaucoup – mieux), trois ans c’est une éternité. Alors pour remédier à cette disette, le front office a frappé fort cet hiver en rachetant la dernière année de Paul Goldschmidt aux DBacks. L’objectif affiché est bien sûr de réussir la greffe dès cette saison, mais aussi de lui proposer un contrat cet hiver quand le 1B sera agent-libre (voir plus bas).

Seul un joueur de l’effectif actuel était déjà à Saint-Louis en 2011 lors de la dernière victoire en WS : le catcheur Yadier Molina (le starter Adam Wainwright n’était pas dans le roster car blessé). « Yadi » c’est l’âme de la franchise, celui qui a su la maintenir à flot, au-dessus des 50% de victoires, ces 8 dernières années. Lui comme les fans veulent retrouver la gloire passée et le message a été affiché très clairement sur les portes du clubhouse du camp de base floridien. Sur l’affiche les termes « trust, prepare, execute, celebrate » (soit les idées de « confiance, préparation, mise en œuvre, célébration »).

La rotation des Cardinals (entièrement droitière!) est emmenée par Miles Mikolas, l’une des révélations de 2018 et pas seulement à cause de son look retro mais surtout grâce à ses performances. Derrière Mikolas, Carlos Martinez doit rebondir après une année 2018 perturbée par les blessures et finalement terminée dans le bullpen, mais déjà une alerte dès le début du Spring Training avec des douleurs à l’épaule qui vont le mettre sur la touche pendant au moins deux semaines. Jack Flaherty a gagné sa place dans la rotation après avoir montré de très belles choses l’an dernier pour ses débuts. Les Cardinals espèrent retrouver un Michael Wacha dominateur comme il l’a été sur ces 15 premiers starts avant une blessure abdominale au mois de juin. Enfin 5e et dernier membre de cette rotation : Adam Wainwright, 37 ans, pour ce qui sera sans doute sa dernière saison professionnelle (voir plus bas).

Le gros update des Cardinals côté lanceur c’est bien sûr la signature pour deux saisons (et 25 millions de $) du lanceur de relève et closer annoncé, Andrew Miller (un gaucher!). Partout où il est passé ces dernières saisons – Boston, Baltimore, NY Yankees, Cleveland – l’équipe est allé en playoffs et il n’y est pas étranger. Il est sur six saisons consécutives à jouer en octobre et les fans de Saint-Louis ne serait pas contre une prolongation de cette série.

Toujours côté lanceurs, on suivra aussi le jeune (22 ans) et surpuissant (+ 100 mph) Jordan Hicks ainsi qu’Alex Reyes (24 ans). Avec une question en tête concernant ce dernier : va-t-il enfin répondre aux attentes placées en lui? Il est le prospect numéro 1 de la franchise depuis 2015 mais a déjà manqué les saisons 2017 et 2018 (4 manches lancées l’an dernier) à cause de graves blessures (opérations au coude et à l’épaule). A 24 ans, il a encore le temps de se faire une place en MLB mais il doit prouver à l’organisation qu’elle peut compter sur lui pour le futur. Son contrat sera en « arbitration » l’hiver prochain. La logique voudrait qu’il débute dans le bullpen et selon comment évolue sa reprise gratter des matchs en tant que starters.

N’oublions pas de signaler que cette saison 2019 sera la première que débutera Mike Schildt sur le banc. Il avait remplacé Mike Matheny en juillet dernier, d’abord pour une pige qui s’est transformé en contrat longue durée. Le front office et surtout les joueurs ont beaucoup aimé sa façon de communiquer.

La star à suivre : Paul Goldschmidt, pari gagnant pour les Cardinals?

Le gros coup des Cardinals cet hiver c’est donc le trade avec les DBacks pour faire venir Goldschmidt en échange de Luke Weaver (SP), Carson Kelly (C) et Andy Young (INF). Six fois All-Star, le joueur de 31 ans est la pièce qu’il manquait au club pour enfin retrouver la postseason. Il est surtout le bâton qu’il manquait… car depuis 2011 et la dernière année de Pujols sous ce maillot, aucun joueur de Saint-Louis n’a frappé plus de 30HR et obtenu un OBP de plus de .900 dans la même saison. 39 joueurs ont réussi cette performance pour d’autres franchises, dont Goldschmidt à quatre reprises (dont 2017 et 2018). Mais Goldy est même plus qu’un frappeur de puissance puisqu’il affiche un AVG en carrière de .297 et cinq saisons avec au moins 15 bases volées. Il est donc aussi un batteur régulier et intéressant sur bases. Un atout qu’il veut d’ailleurs encore plus mettre à profit cette année puisqu’il s’est entretenu au téléphone avec de nombreux coachs cet hiver pour encore s’améliorer. A surveiller quand même cette année son nombre de K qui a explosé l’an dernier : 173, soit le 2e plus gros total en NL.

Goldschmidt c’est aussi un gant sûr (trois fois récompensé aux Gold Gloves). Son arrivée va modifier l’infield des Cardinals avec le repositionnement de Carpenter en 3e base, le passage de Kolten Wong en 2e base et Paul De Jong en SS.

Paul Goldschmidt sera agent-libre à l’issue de cette saison. Si la mayonnaise prend et que l’objectif « postseason » des Cardinals est tenu, ce ne serait pas surprenant de le voir rester à Saint-Louis. Il s’est déjà dit impatient de rencontrer les fans et jouer au Busch Stadium qui a fait le plein de spectateurs ces dernières années, même sans playoffs (2e meilleure affluence en NL derrière les Dodgers depuis 2013). Si cette saison est ratée, Goldy sera une pièce très convoitée par les 29 autres franchises à partir du mois de novembre!

Le joueur à suivre : Adam Wainwright, la der de « Waino »

Matt Carpenter aurait pu être cité après sa très bonne saison 2018… mais coup de cœur pour la lanceur vétéran qui dispute sans doute sa dernière année en MLB. Waino, 37 ans, a signé cet hiver un contrat de deux ans avec son club de toujours (première saison en 2005) pour prolonger l’aventure. Vainqueur des World Series en 2006 dans un rôle de releveur (aucun point concédé en 3 IP et lanceur vainqueur du 4e match), il n’a malheureusement pas de la bague de 2011 au doigt car écarté des terrains toute l’année après une opération Tommy John.

La carrière de Wainwright a en fait toujours alternée entre très hauts (les WS, 3X All-Star, 4 podiums du NL Cy Young) et des bas à cause de blessures (2011 donc, mais aussi blessure au doigt en 2008, une rupture du tendon d’Achille en 2015 et des douleurs au bras/coude en 2018). Ces nombreux matchs manqués l’empêchent sans doute d’être considéré comme l’égal des monstres de ces 15 dernières années : Scherzer, Kershaw ou Verlander.

Notre prono

Quand tes deux renforts s’appellent Paul Goldschmidt et Andrew Miller ; que tu t’appuies sur des Carpenter, Ozuna et Molina à la fois en attaque et en défense ; que ta rotation compte des Martinez ou Wacha dominateurs quand ils sont en bonne santé ; c’est pas tout mal et tu peux prétendre à de belles choses… Problème pour les Cardinals, ils évoluent dans une NL Central très relevée! Les Brewers et les Cubs ne se sont pas affaiblis (voir renforcé pour Milwaukee avec Grandal), les Reds ont marqué un gros coup avec Puig + Roark et Gray dans la rotation et les Pirates ne sont pas à oublier. Les Cardinals peuvent-ils faire mieux qu’une 3e place et viser une wild-card? C’est possible mais ce sera dur.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s