Preview 2019 – Baltimore Orioles : Une histoire de tank et d’hibernation

La NFL ? Terminée. La NBA ? Presque terminée. Ces deux sports majeurs aux Etats-Unis vont peu à peu laisser leurs places au 3e larron. La MLB. Un peu comme la nature, au printemps, la MLB sort de son hibernation et vient fleurir nos soirées (et surtout nos nuits). Alors qu’on se rapproche de plus en plus du début de la saison régulière, il est grand temps de se pencher sur les forces en présence. Du coup The Strike Out passe en mode présentation et vous propose de faire connaissance avec les versions 2019 des 30 franchises. Chaque jour, retrouvez une nouvelle équipe et on commence par les Orioles de Baltimore.

Retour sur 2018 : Le début du tunnel

Que dire sur Baltimore. A part que cela ne peut pas être pire. La franchise a connu son pire bilan depuis 1939, alors qu’elle était encore connue sous le nom des Saint-Louis Brown. Seulement 47 petites victoires à se mettre sous la dent pour les fans des Orioles. Mais au moins cela a permis une grosse prise de conscience du côté du propriétaire du club, Peter Angelos. Agé de 88 ans, ce dernier a décidé de laisser les rênes à ses fils, pour qu’ils puissent débuter l’opération reconstruction. C’est ainsi qu’en 5 mois, le club s’est séparé de Zach Britton, Manny Machado, Kevin Gausman, Jonathan Schoop, Brad Bach et Darren O’Day. Une flopée de All-Star qui se sont donc retrouvés sous une nouvelle tunique tandis que Baltimore récupérait 15 joueurs de ligues mineures. Un bon début, mais comme je l’évoquais dans mon article sur les Orioles, en 2018, c’est tout le système de fonctionnement du club qu’il faut revoir.

C’est pourquoi on a assisté au clap de fin pour le duo Showalter (Coach)-Duquette (GM), et à l’arrivée d’un nouveau tandem Brandon Hyde (coach) et Mike Elias (GM).

Que faut-il attendre pour 2019 : On sort le tank

Mike Elias, le nouveau vice-président et GM du club, arrive de Houston. La reconstruction, il connait ça. Et il a été clair, les fans vont devoir être patients car il veut repartir de zéro. L’objectif est donc de récupérer le plus de prospects possible que ce soit par la draft, par le marché des jeunes internationaux ou par trade. Et le club est déjà dans cette optique puisqu’ils ont pour objectif de signer le jeune arrêt-court cubain Yolber Sanchez, le meilleur prospect international. Lors de la prochaine draft, Baltimore aura le privilège de choisir en premier, et de faire de ce pick la première pierre du futur édifice. Au niveau de l’équipe première, pas grand-chose à se mettre sous la dent avec un effectif au niveau AAA. A cause de leurs gros (énormes ?) contrats, Chris Davis et Mark Trumbo seront difficiles à bouger, mais tout le reste de l’effectif sera disponible pour un trade. On pense à Jonathan Villar, arrivé cet été, ou bien Dylan Bundy qui a montré, par moment, de bonnes choses en 2018. Il faudra tout de même suivre les jeunes DJ Stewart (.250/3HR/10RBI en 17 matchs) et Chris Mullins (.235/4HR/11RBI).

Pour résumer, il ne va pas falloir s’attendre à grand-chose du côté de Camden Yards pour la prochaine saison. La patience est de mise.

La star à suivre : Indice, il est sur le banc

Difficile de trouver une star dans cet effectif appauvri. On aurait pu citer le champ gauche Trey Mancini (.242/24HR/58RBI) ou bien le lanceur de relève, désormais closer, Mycal Givens (3.99 d’ERA et 9 sauvetages), mais il y a de fortes chances qu’ils soient tradés durant la saison. C’est pourquoi, j’ai décidé de choisir comme star, le manager Brandon Hyde. Ce dernier arrive des Cubs, où il a eu plusieurs casquettes, de directeur du farm system à coach de première base avant de devenir le bras droit de Joe Maddon sur le banc des Cubbies l’an passé. Agé de 45 ans, il est hautement considéré dans le milieu de la MLB et on le compare à Alex Cora. En effet, Hyde est bilingue en espagnol et est un fervent défenseur des nouvelles technologies.
Il faudra donc suivre de près, les débuts et les progrès de ce manager qui semble être au centre du nouveau projet de Baltimore.

Le joueur à suivre : Ryan Mountcastle

Ce nom ne vous dit peut-être rien, et c’est bien normal puisqu’il s’agit d’un joueur de ligue mineure. Mountcastle, c’est la petite pépite du farm system des Orioles (et oui, il y en a). Elu, pour la 4e année consécutive, meilleur joueur du farm system de Baltimore, ce 3e base est l’avenir du club. En 2018, pour sa première année complète au niveau AA, il a signé des grosses performances et termine avec une moyenne de .297, 117 coups sûrs, 13 HRs et 59 RBIs en 107 matchs. Invité au Spring Training de l’équipe première, il a une grosse carte à jouer dans une équipe en reconstruction. Le club pourrait décider de lui faire gouter au haut niveau, histoire qu’il s’y habitue. Pas dès le début de saison puisqu’il n’a pas encore joué en AAA, mais plus probablement dans le courant de la saison.

Notre prono

L’objectif est clair et assumé. Il faut tanker. Le club va donc chercher à obtenir les meilleurs jeunes joueurs. Que ce soit par trade ou via la draft.  On pourrait donc assister à une saison encore plus difficile que la précédente, qui on le rappelle a été la pire depuis 1939 (47 victoires). Cette fois pas de star pour débuter la saison et donc gratter des matchs.

Je vois une fourchette entre 40 et 55 victoires pour le club. L’Oriole n’est pas prêt de sortir de son hibernation.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s