Preview ALDS : Indians – Astros

Le champion en titre, Houston, retrouve les play-offs après une saison 2018 plus difficile qu’en 2017. Le club a été accroché par les surprenants Athletics mais est finalement parvenu à conserver sa couronne d’AL West.  De son côté Cleveland a géré tranquillement dans une AL Central très faible. Le club emmené par la paire de MVP en puissance Lindor-Ramirez voudra retrouver les sommets de la MLB. Un énorme choc en perspective donc. Nos rédacteurs vont, eux-aussi, se livrer un duel pour défendre leur équipe et ainsi vous présenter les forces en présence. 

Houston Astros (Par Martin Keuchel)

Le point fort : La rotation

Que dire à part phénoménale. La rotation des Astros a été le véritable pilier de l’équipe texane cette saison, avec un Verlander en figure de proue et en forme CY. Il a d’ailleurs battu son record de strikeout en saison (290), et à une nouvelle fois atteint au moins les 200 innings lancés.

Mais au contraire de ses années à Detroit, il a été parfaitement accompagné par Gerrit Cole. Pour sa première saison sous ses nouvelles couleurs, l’ancien ace des Pirates, a été parfait. Dans le top 3 du classement au nombre de Strikeout (276 ), il a également réglé la mire en terme d’ERA (2.88) et de coups sûrs concédés (143) par rapport à l’année dernière et est en piste pour devenir le futur ace des Astros. Il ne faut pas non plus oublier les performances de Charlie Morton ( 3.13 d’ERA et 201K, record en carrière) et de Dallas Keuchel ( 3.74 d’ERA et 153K). Ces 4 là vont donner du fil à retorde à pas mal de batteurs durant la postseason.

Le point faible adverse : le bullpen

Si au niveau de la rotation, Cleveland a de quoi rivaliser avec les Astros, au niveau du bullpen c’est plus compliqué. Ainsi les Indians présentent le 25e pire bullpen de la MLB en terme d’ERA (4.60), et ne devancent que des équipes comme les Marlins, les Royals ou les Orioles. Indigne d’un club avec de telles ambitions. Une des raisons de ce bullpen en souffrance : Le closer Cody Allen. Il connait une saison catastrophique avec un ERA de 4.70 et 5 sauvetages ratés. Andrew Miller a longtemps été blessé et on ne sait pas s’il aura retrouvé son niveau pour les Play-offs. Heureusement la recrue Brad Hand est là pour tenter de sauver le navire. Puisqu’en 28 matchs, il affiche un ERA de 2.28 avec 8 sauvetages au compteur.

Si le bullpen ne se réveille pas, les lanceurs de départ de Cleveland vont avoir du pain sur la planche.

Le facteur X : Alex Bregman

Il est celui qui a colmaté les brèches quand le bateau des Astros a commencé à vaciller. En effet Houston a connu une période difficile durant l’été à cause, en partie, des blessures de Springer, Altuve et Correa. Le club a même vu le retour en flèche des A’s. Mais heureusement pour les Astros, c’est à ce moment là que Bregman a haussé son niveau de jeu. Pour au final afficher des lignes de stats qui le placent dans la course au MVP. Jugez-vous-même : .286/31HR/103RBI

Il a également eu un rôle très important dans le vestiaire comme on l’expliquait dans notre podcast (à retrouver ici).

Carlos Correa semble avoir beaucoup de mal à retrouver son niveau après sa blessure au dos, et c’est donc Alex Bregman qui va devoir endosser le rôle de leader d’attaque. Ça ne lui fait pas peur puisque l’an dernier, il avait déjà été très clutch durant les playoffs ( 4 HR / 10 RBI) avec notamment ce walk off lors du Game 5, totalement fou, des World Series


Il sera donc LE joueur à suivre du côte de Houston durant ce premier tour.

Le MVP : Justin Verlander

Depuis son arrivée à Houston, il écrase tout sur son passage. Il a été l’un des grands artisans du sacre en 2017 avec pas moins de 6 matchs joués pour un ERA global de 3.07. Du haut de ses 22 rencontres de playoffs en carrière, il est, et de loin, le joueur le plus expérimenté de cette équipe des Astros. Une équipe qui va encore beaucoup compter sur lui durant cette postseason 2018. Et en se basant sur ses stats de 2018, il devrait encore répondre largement présent et être le fer de lance de Houston.

Prono : 3-2 Houston

———————————————————————————————————————-

Cleveland Indians (Par Gaétan Jeter)

Le point fort de l’équipe : Le Base Running

Intraitable au bâton, José Ramirez l’est aussi sur les sentiers puisqu’il a volé près de 34 bases cette saison. 3e meilleur total de la Ligue Américaine. Photo : DR

Il serait aisé de parler de la rotation comme le point fort des Indians. Et c’est vrai. Cleveland possède l’une des meilleures rotations de la MLB, mené par le double Cy Young Corey Kluber et Trevor Bauer. Mais la rotation des Astros est toute aussi excellente. En revanche, il y a un domaine où les Indians surclassent les Astros : le Base Running. Les joueurs de Cleveland ont volé 135 bases en saison régulière (1er rang MLB) contre 71 pour les Astros (19ème rang). Les deux équipes se talonnent au pourcentage de la présence sur base mais quand les Indians courent sur les sentiers, ils sont bien plus menaçants que les coureurs de Houston. Un arme décisive pour les Indians ?

Le point faible adverse : Justin Verlander et Carlos Correa

Difficile de trouver un point faible à une équipe qui a gagné 103 wins dans une division Ouest bien plus difficile que la Central des Indians. Rotation, bullpen, attaque, défensive, les Astros sont costauds partout. Mais une série peut se jouer à rien comme un Ace qui s’effondre ou un pilier qui ne soutient plus. Côté ace, Justin Verlander a connu une nouvelle saison à succès (2.52, 16-9) mais les Indians ne sont pas une équipe qui lui réussit. Au contraire, en 2017, il a rendu une fiche de 1-3 avec un ERA de 8.23 contre Cleveland. Cette saison, il ne les a pas affronté. Pour Correa, ses 15 derniers matchs ne sont pas brillants : .185, 15K en 54 AB. Pas la meilleure manière de préparer la postseason. Ce qui pourrait faire chuter les Astros ? Que les piliers du titre de champion 2017 ne soient pas au rendez-vous.

Le facteur X : Josh Donaldson

Malgré une grosse blessure, Cleveland a fait le pari de Josh Donaldson. Sera t-il le facteur X de cette équipe durant cette postseason ? Photo : DR

Le bullpen, problème numéro 1 des Indians, serait un parfait facteur X (Et Martin en a parlé dans sa partie) mais comment ne pas mentionner Josh Donaldson (.246, 8HR). Le MVP de l’Américaine en 2015 a connu un début de saison 2018 catastrophique après avoir été diagnostiqué d’un syndrome du bras mort. Avec une telle blessure, sa situation aux Blue Jays s’est envenimée et les Indians ont décidé de miser sur lui lors d’un trade estival. C’est donc un pari mais un Donaldson retrouvé, en DH, pourrait donner un élan décisif à Cleveland contre Houston.

Le MVP : Francisco Lindor

En lice pour le trophée de MVP, Francisco Lindor (.279, 39HR, 90RBI) est le symbole d’une attaque des Indians puissante avec José Ramirez (.270, 38HR, 105RBI), Edwin Encarnacion (32HR) ou Michael Brantley (.309, 5ème rang en AL). José Ramirez connaissant une baisse de forme, Lindor va être encore plus attendu pour mener l’attaque contre la redoutable rotation de Houston.

Prono : 3-2 pour les Indians


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s