Ces records MLB ne seront jamais battus

Si l’histoire du baseball est si riche, si grande c’est grâce à la quantité de talents qui ont émergé décennie après décennie. Chaque époque a ses champions qui partagent tous la même volonté : écrire l’histoire. Pourtant et en raison de facteurs divers, certains records semblent aujourd’hui imbattables. En voici une petite sélection.

Capture d’écran 2016-04-24 à 01.53.33#1 Joe DiMaggio – 56 games hitting streak 

C’était en 1941. Le Yankee, hall of famer, triple MVP, 9 fois vainqueur des World Series et surtout époux de Marylin Monroe a donc réalisé l’exceptionnelle performance de frapper au moins un coup sûr dans 56 matchs de suite. Sa série avait débutée le 15 mai pour s’achever le 17 juillet. Un exploit qui l’a propulsé MVP cette année-là en dépit de l’historique saison de Ted Williams qui avait terminé sa saison avec un batting average de .406. Pour l’anecdote, DiMaggio avait réussi dès le lendemain de sa fin de série, une nouvelle hitting streak de 16 matchs. Pour faire simple, il a frappé pendant cette période un hit au minimum dans 72 de ses 73 parties.

Son ancien collègue de Harvard, Stephen Gould -scientifique hautement reconnu pour son travail en tant que paléontologiste notamment- avait déclaré alors que la série de DiMaggio « est la plus grande chose qui soit arrivée dans le sport américain ».

  • Qui a été mesure de s’approcher ce record depuis ? 

Capture

En près de 90 ans, un seul joueur a réussi un hitting streak de plus de 40 matchs. C’était Pete Rose, en 1978 avec 44 matchs au compteur…

  • Qui est susceptible de le battre un jour ?

Personne. A moins qu’un jour la MLB décide de rallonger la durée des matchs à 20 manches…. Et encore ! En 2015 la plus longue série était à mettre à l’actif d’Edwin Encarnacion avec 26 matchs. La montée en niveau des lanceurs et des bullpens depuis des années devrait mettre à l’abri ce record pour l’éternité.

#2 Johnny Vander Meer – 2 no-hitters consécutifs

Record imbattable au sens le plus strict du terme. Si Vander Meer n’est pas le plus connu des lanceurs des années 40, son record ne sera jamais battu. Lancer deux no-hitters consécutifs est un vrai exploit qui aura déjà du mal à être égalé. Par ses deux performances du 11 et 15 juin 1938, le lanceur qui en était alors seulement à sa deuxième saison en majors a marqué l’histoire de son empreinte. À cette époque on avait cru à l’apparition d’un nouveau crack… qui n’aura jamais vu le jour, mais son nom restera à jamais dans le livre des records. Personne ne peut simplement imaginer le jour où un pitcher parviendra à lancer trois no-hitters consécutifs.

Qui a été mesure de s’approcher ce record depuis ? 

Presque 10 ans après, en 1947 Ewell Blackwell a bien failli arriver au même niveau que Vander Meer. Il est parvenu à maintenir un no-hitter jusqu’au début de la neuvième manche, après en avoir complété un lors de sa précédente sortie. Il ne lui aura manqué que trois petits outs. En 1988, David Stieb a tenu deux no-hitters dans deux matchs consécutifs avant de craquer sur le dernier batteur potentiel. Il a fallu attendre 2015 pour voir un lanceur se rapprocher du record de Vander Meer, il s’agit de Max Scherzer qui a lancé un no-hitter et un one-hitter en deux matchs de suite. Une sacré perf’.

Qui est susceptible de le battre un jour ?

Personne encore une fois. Il sera très certainement égalé un jour… pas plus !

#3 Rickey Henderson – 1406 bases volées en carrière

Surnommé « Man of Steal », Rickey Henderson est probablement le joueur le plus rapide ayant évolué en MLB. Ce chiffre ahurissant inclut trois saisons à plus de 100 bases volées (dont une à 130 en 1982) et 13 à plus de 50 pour l’Athletic. Il est tout simplement, le seul joueur de l’histoire à avoir voler plus de 1000 bases.

  • Qui a été mesure de s’approcher du record ?

Capture.PNG

Pour information le seul joueur en activité avec le plus de bases volées est Ichiro avec 498 au compteur.

  • Qui est susceptible de le battre un jour ?

La seule vraie question c’est qui pourra essayer de voler autant de bases pendant sa carrière ? Pour s’approcher du record de Henderson il faudra alors qu’un joueur parvienne à voler 70 bases par saison pendant 20 ans. Sachant que ces dernières années le leader en stolen bases se situe aux alentours des 65. S’il fallait dire un nom susceptible de se rapprocher des 1000 bases, on pourrait dire Billy Hamilton… sans grande conviction.

#4 Cy Young – 511 victoires en carrière

Cy_Young_1_MLB_HOF.jpg

Le champion parmi les champions. Si près de 150 ans après sa naissance, son nom est toujours accolé au trophée le plus prestigieux pour les lanceurs, c’est pour les bases qu’a posées cette légende pour les générations futures. Si son baseball n’a plus grand chose à voir avec celui que l’on pratique aujourd’hui, on ne peut que rester ébahi devant la quantité de ses records. Il est premier pitcher de l’histoire en matchs débutés, en complete games, en manches lancées, en hits, en run encaissés, en batteurs affrontés. Que des records intouchables surtout aujourd’hui avec la rotation à 5 lanceurs. Le plus impressionnant réside dans le fait que dans le baseball de son époque (1890-1911) n’a été en mesure de titiller les chiffres de Cy Young.

  • Qui a été mesure de s’approcher du record ?

Capture

L’ensemble de ces lanceurs ont évolué entre la fin du XIXème siècle et les années 1920, à une époque où le baseball ne ressemblait que très vaguement à celui d’aujourd’hui.

  • Qui est susceptible de le battre un jour ?

Là encore, la seule question tangible c’est qui réussira à notre époque à débuter 511 matchs dans une carrière. Ce n’est pas impossible et serait déjà sensationnel ! Tim Hudson s’est arrêté à 479 pour 222 victoires, et le premier joueur actif est Bartolo Colon avec 469 pour 219 Wins. Pour battre le record il faudrait environ 25 victoires pendant 20 ans. Depuis 1978 il n’y a que trois lanceurs avec 25 victoires en saison, Bob Welch (1990/A’s), Steve Stone (1980/O’s) et Ron Guidry (1978/NYY). 

#5 Mariano Riviera – 652 saves en carrière

Enfin un clin d’œil à l’une des légendes de ce sport que nous avons eu l’occasion de voir évoluer. Entre 1995 et 2013 il a réussi à faire 25 saves ou plus pendant 15 années consécutives dont 9 saisons consécutives avec 30 saves ou plus et 15 saisons en tout avec 30 saves ou plus. Que des records !

  • Qui a été mesure de s’approcher du record ?

Capture

The Sandman a surpassé l’ancien record de Lee Smith (1997) qui avait établit un premier record à 478 saves en carrière, et a gagné la course à distance engagé avec Trevor Hoffman -retraité en 2010- qui avait terminé avec 601.

  • Qui est susceptible de le battre un jour ?

Très compliqué à battre mais peut être le moins insurmontable de tous. Pour atteindre les 640 saves, il suffit simplement d’empiler 40 saves pendant 16 années consécutives… Une bagatelle ! L’an passé Mark Melancon avait terminé avec 51 saves. Le joueur actif le plus proche du record de Riviera est Francisco Rodriguez, 34 ans avec 386 saves soit 266 derrière Mariano.

Mentions honorables à :

  •  Cal Ripken pour ses 2632 matchs joués sans interruption, soit plus de 16 sans manquer la moindre partie. Avec ce record l’ « Iron Man » a surpassé celui de Lou Gehrigh et ses 2130 apparitions de suite, qui était alors considéré comme imbattable. Comme quoi tous les espoirs sont permis.

Le premier poursuivant de Ripken en activité est Machado avec ses 175 matchs sans interruption. C’est d’ailleurs le seul joueur à avoir disputé tous les matchs de la saison 2015.

  • Owen Wilson pour sa saison à 36 triples réalisé en 1912. Seulement deux autres joueurs ont réussi une année à plus de 30 mais c’était au XIXème siècle. Ces 50 dernières années, seulement 6 joueurs ont eu l’occasion de faire une saison à plus de 20 triples dont Curtis Granderson avec 23 en 2007.
  • Walter Johnson et ses 110 shutouts en carrière compilés entre 1907 et 1927. Ce chiffre inclut 11 saisons avec 6 blanchissages. Ses principaux poursuivants ont évolué à son époque, le plus proche ayant évolué à dans l’ère moderne est Nolan Ryan avec 61 shutouts affichés à la fin de sa carrière en 1993. Pour égaler le record de Johnson, il faudrait pour un pitcher lancer 5 shutouts par saison pendant 22 ans. En moyenne, le leader dans cette catégorie arrive à 4 aujourd’hui.

Le joueur actif le « plus proche » du record de Johnson est à 13…

  • Nolan Ryan pour ses 5714 strikeouts en carrière établit entre 1966 et 1993. 27 ans en Majors… un autre record absolu. On avait longtemps cru que Randy Johnson et son ration de 10.6 K’s par match (en carrière) pouvait battre Ryan mais il s’est arrêté à 4875 strikeouts. 23 saisons à 250 K’s permettraient à un lanceur de battre ce record. Seulement 5 lanceurs ont réussi depuis 2005 à lancer plus de 270 strikeouts dans une année avec une mention pour Kershaw et ses 301 « punchouts » en 2015.

Le joueur actif le plus proche de Ryan est Sabathia avec 2754 K’s.

  • Ty Cobb et son batting average de .366… en carrière réalisé en 1928. Ce record proprement ahurissant couvre 3 saisons à plus de .400 de moyenne. Uniquement trois joueurs dans l’histoire ont obtenu un batting average à plus de .350 en carrière et depuis 1928, ils sont juste 46 batteurs à avoir obtenu la moyenne de Cobb mais sur une année.

Le joueur actif le plus proche de Cobb est Miguel Cabrera avec .321.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s