Preview American League West : Texas Rules, l’AL West en mode Cowboys

al-west

Everything is bigger in Texas. La devise du Texas n’a jamais aussi bien résonné qu’en cette année 2015. L’AL West a en effet été dominée par les clubs Texans. Ce fut d’abord les jeunes et talentueux joueurs des Houston Astros qui ont créé la surprise et le buzz en dominant la division toute l’année ou presque. Presque puisque en Septembre, les Rangers effectuent un retour canon pour chiper la première place à son voisin. A noter également que 3 des 4 awards de la saison en American League sont à mettre à l’actif des deux clubs Texans : 2 pour H-Town (Rookie of the Year pour Carlos Correa et le Cy Yong pour Dallas Keuchel) tandis que du côté d’Arlington on a ramené le titre de coach de l’année pour Jeff Banister, pour sa première année en tant que coach (AJ Hinch, le coach des Astros a terminé à la seconde place). Quand on vous dit que tout est plus grand au Texas.

Au final, 2 petites victoires d’écart entre les deux franchises. 88 victoires pour les Rangers, 86 pour les Astros, on se dit que c’est serré mais derrière il ne faut pas oublier les Angels qui échouent à une petite victoire de la WildCard. Mais aussi Seattle, qui a une nouvelle fois apporté de nombreux changements à sa lineup mais de façon plus cohérente cette année, où les toujours compétitifs Oakland Athletics qui voudront se racheter d’une saison ratée.

A l’instar de la National League Central , la succession des Rangers est ouverte pour cette nouvelle saison. Il va y avoir du spectacle …

  • Texas Rangers

Bilan 2015 : 88W-74L – 1er AL West – Défaite 3-1 face à Toronto en ALDS.

Les arrivées : Tom Wilhelmsen (RP), James Jones (CF), A.J. Griffin (RP), Cesar Ramos (RP)
Les départs : Yovanni Gallardo (SP, Free Agency),  Leonys Martin (CF, Seattle), Mike Napoli (1B, Cleveland)

Le joueur à suivre : Yu Darvish. Il est de retour, après une saison blanche l’ace des Rangers fera son grand retour sur le monticule. Et quand on sait que les pensionnaires d’Arlington se sont adjugés l’AL West sans lui. Tremblez… Arrivé en 2012 en provenance du Japon, Darvish s’est immédiatement imposé comme un atout indéniable dans la rotation des Rangers, et peu à peu il s’est même affirmé comme le leader des lanceurs. Lors de ses deux premières saisons, le natif de Habikino a signé 29 victoires pour 18 défaites. Il avait alors terminé 3e pour le titre de rookie de l’année en 2012 puis 2e lors du vote pour le Cy Young en 2013. En 2014, sa saison avait été tronquée par des blessures. Son problème récurrent est son état de santé, mais lorsqu’il est en pleine forme, il est l’un des meilleurs lanceurs de toute la ligue.

    Prévision : 2e
Dans une division ultra serrée, les Rangers vont pouvoir compter sur une rotation d’enfer entre Yu Darvish, Cole Hamels (10 victores en moyenne par saison) ou encore Chi-Chi Gonzalez, Colby Lewis etc… Avec un bullpen renforcé notamment par César Ramos, Wilhelmsen ou Griffin, les Rangers font figure de favoris. Mais l’attaque semble être le petit bémol pour cette équipe, Adrien Beltre s’il reste performant, entame sa 38e année. Fielder (23 HR, 98 RBI) et les jeunes pousses comme Odor, Gallo et DeShields devront confirmer les promesses entrevues en 2015.

  • Houston Astros

Bilan 2015 : 86-76 – 2e AL West – 2e WildCard d’AL – Défaite 3-2 face aux Kansas City Royals en ALDS.

Les arrivées : Ken Giles (RP), Doug Fister (SP)
Départs : Jed Lowrie (SS, Oakland), Scott Kazmir (SP, Dodgers), Chad Qualls (RP, Colorado)

Le joueur à suivre : Dallas Keuchel, mais  Correa, Altuve, Rasmus ou encore Springer avaient largement leurs places. Mais le lanceur sort d’une saison monstrueuse avec 20 victoires pour 8 petites défaites. Surtout l’ace des Astros est resté invaincu dans son antre du Minute Maid Park. Le joueur est en constante progression depuis ses débuts dans la ligue en 2012, d’abord considéré comme un lanceur moyen, notamment par l’ex coach des Mariners Lloyd Mcclendon. Mais depuis 2014, il prouve qu’il a la carrure pour être l’un des meilleurs lanceurs de la ligue aux côtés des Felix Hernandez, Kershaw et autres Greinke. En 2015, il est donc naturellement élu Cy Young de l’American League, termine 5e au vote de MVP et débute le All-Star Game. L’année post Cy Young est toujours difficile car c’est celle de la confirmation mais au vu des prestations du bonhomme, fan des Astros soyez sans craintes.

    Prévision : 1er
Allez je me lance, mon coeur de Houstonian parle peut-être mais l’effectif ne présente aucun point faible. Puissance, rapidité, Pitching, défense, l’équipe est équilibrée. Après 3 saisons à 100 défaites en moyenne, l’équipe a fait un retour spectaculaire sur le devant de la scène l’an dernier (et il était temps). La direction a renforcé les points faibles de l’équipe à savoir un closer et un lanceur supplémentaire. C’est chose faite avec Ken Giles et Doug Fister
Les Astros possèdent sans doute la doublette SS-2B la plus jeune et performante de la ligue aussi bien offensivement que défensivement. Surtout alors que Correa, McCullers, Springer sont déjà dans le roster, d’autres jeunes joueurs talentueux sont aux portes de l’équipe comme AJ Reed ou Joe Musgrove. Prometteur pour l’avenir.

Pour aller plus loin : à lire sur notre site Houston, de nouveau le patron ?

  • Los Angeles Angels

Bilan 2015 : 85-77 – 3e AL West

Les Arrivées : Andrelton Simmons (SS), Yunel Escobar (3B), Al Alburquerque (RP)
Les Départs : David Freese (3B, Free Agency), Chris Iannetta (C, Seattle)

Le joueur à suivre : Andrelton Simmons. On va crier au scandale tant Mike Trout devrait être un no brainer comme nos amis américains pourrait le dire. Mais pour moi, Trout joue dans une autre catégorie, celle des légendes. Pour ce cher Andrelton Simmons, les Angels ont dû sacrifier énormément pour s’attacher ses services. Les deux meilleurs jeunes lanceurs Newcomb et Ellis et un joueur de très bon niveau en la personne d’Erick Aybar. C’est beaucoup, certains diront trop au vu du Farm System désormais pauvre. Mais Simmons est considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de toute la ligue si ce n’est le meilleur. Cependant côté offensive, le joueur de 26 ans, doit encore prouver. Il reste tout de même un joueur de classe mondial. Attendez vous à le voir truster les Highlights défensifs, n’en déplaise à Trout qui aura de la concurrence du moins dans cette catégorie.

 Prévision : 4e

Le défaut des Angels reste sa dépendance à Mike Trout. Certes le joueur sera toujours au rendez-vous et de façon incroyable mais il ne peut plus le faire tout seul. Albert Pujols est toujours là, pour balancer des balles de l’autre côté de la clôture mais il a 36 ans et ne peut plus que passer à la batte. Derrière c’est un peu le vide, excepté peut-être CJ Cron ou Kole Calhoun. La rotation est plutôt solide derrière Santiago (belle révélation l’année dernière) ou Garret Richards mais Jarred Weaver ou CJ Wilson ne sont plus aussi performants. Pis, ils sont même considérés comme des poids, au vu de leurs salaires. Le Farm system est pauvre en grand talent. On se dirige lentement mais surement vers un processus de reconstruction du côté des Angels.

  • Seattle Mariners

Bilan 2015 : 76-86, 4e AL West

Les Arrivées : Nori Aoki (OF), Leonys Martin (OF), Joaquim Benoit (RP), Adam Lind (1B)
Les Départs : Brad Miller (SS, Tampa Bay), Tom Wilhelmsen (RP, Rangers), Carson Smith (RP, Boston), Mark Trumbo (1B, Baltimore)

Le joueur à suivre : Nelson Cruz.  C’était LA recrue de Seattle l’année dernière. Après une saison à 40 HR pour Baltimore, Cruz a pour objectif de boosté l’attaque des Mariners. Et le moins que l’on puisse dire : c’est chose faite ! Avec 44 HR, le dominicain est le seul rayon de soleil d’une équipe très décevante. Avec un recrutement plus intelligent pour 2016, Cruz devrait être mieux épaulé et s’il continue sa montée en puissance au niveau puissance les Mariners devraient enquiquiner plus d’une équipe.

 Prévision : 3e

86 défaites en 2015, c’est ce qu’on appelle une contre-performance pour Seattle surtout vu les investissements mis en place pour réussir.  Du coup, on change tout et on recommence. Nouveau GM avec Jerry Dipoto anciennement chez les Angels, et grand coup de balai dans l’effectif. Les échecs Logan Morrison ou Mark Trumbo sont partis, et des joueurs plus complets sont arrivés comme Leonys Martin ou Nori Aoki. Surtout, les Mariners, d’une manière rocambolesque, gardent Hisashi Iwakuma. Un Bullpen solidifié, une rotation amélioré. Aucune faute pour le moment pour ces Seattle 2016. Malheureusement, je pense que les Rangers et les Astros partent avec une petite longueur d’avance, mais Seattle peut jouer le rôle de sérieux outsider.

  • Oakland Athletics

Bilan 2015 : 68-94, 5e AL West

Les Arrivées : Jed Lowrie (SS), Yonder Alonso (1B), Liam Hendricks (RP), Ryan Madson (RP)
Les Départs : Brett Lawrie (3B, White Sox), Jesse Chavez (SP, Toronto), Drew Pomeranz (RP, San Diego)

Le joueur à suivre : Sonny Gray. Il a vraiment pris une autre dimension en 2015. Après une saison 2014, largement correct (14-10, 3.08 ERA), Gray a pris les A’s sur son dos et aura tout tenté. Mais, l’ace semble seul, trop seul. Scott Kazmir, l’autre starter de qualité, est tradé l’été dernier aux Astros. Du coup, le starter avec le plus de victoires derrière Gray n’est qu’à 6 victoires… Au final Gray termine la saison avec 14 victoires pour 7 défaites, une minuscule ERA de 2.73. Il finira même 3e aux votes du CY Young de l’American League (derrière l’intouchable Keuchel et Price), pas mal pour un lanceur de la dernière équipe de l’AL. Avec un Bullpen renforcé, et une attaque plus polyvalente, le natif de Nashville peut nous sortir une année de folie. A moins qu’il ne soit tradé avant le début de la saison, quand on connait Billy Beane…

  Prévision : 5e

Un début de saison très compliqué à empêché les A’s de croire en quelque chose. En même temps, Billy Beane avait décidé de se séparer de nombreux joueurs de calibre All-Star comme Sammardzija ou Donaldson. Billy Butler, censé « remplacer » Donaldson, fait une saison correcte mais pas suffisante pour égaler les performances de Donaldson. Heureusement la très bonne pioche Valencia en 3B va dynamiser l’équipe (à suivre attentivement la saison prochaine). Au final les stats offensives des batteurs d’Oakland ne sont pas horribles mais un Bullpen catastrophique va couler l’équipe qui va finir avec 94 défaites. Dur… 2015 était une saison de reconstruction, difficile de se faire un avis donc…

Pour 2016, Sonny Gray devrait encore se sentir seul en lanceurs de départ,  la rotation semble un poil faible pour cette année. Tous les autres compartiments du jeu sont largement au niveau, même si la défense mériterait d’être un peu améliorée. L’équipe devrait viser le 50% de victoires, barre symbolique des équipes en reconstruction.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s