Owen Ozanich : « On est les underdogs »

Juste avant le début des qualifications de la World Baseball Classic, The Strike Out a pris la température de l’Equipe de France avant cette grande échéance. On a pu discuter avec le lanceur des Bleus et véritable pilier du baseball français Owen Ozanich. Il nous parle des Bleus, de nos adversaires, de l’apport de Bochy mais aussi de la suite de sa carrière, lui qui dispute sa dernière compétition internationale. 

Owen Ozanich en Bleu ! Photo : Glenn Gervot/FFBS

The Strike Out : Bonjour, Owen et merci de répondre à nos questions. Pour commencer, comment vous sentez vous et vôtre équipe avant le début, enfin, de ces Qualifications à la World Baseball Classic (La coupe du Monde de baseball) ?

Owen Ozanich : Comme en 2020, on sent qu’on est prêt, on est confiants. Par rapport à Tucson, on n’a peut-être pas les joueurs de MLB ou des Ligues Mineures, mais on a plus de bons joueurs du championnat de France et on a un bon pitching. Mais surtout on a hâte de retrouver les terrains car ça fait longtemps que l’on attend cette échéance. Le retour de Bruce (Bochy) sur le banc, ca nous rappelle ce bon esprit qu’il y avait à Tucson en Arizona (NDLR : En mars 2020, date originelle des qualifications pour la World baseball Classic).

TSO : L’équipe de France a rassemblé une belle équipe avec notamment l’apport des étrangers de notre championnat de France, grâce aux règles assez souple de la WBC concernant l’éligibilité. Ce qui pour certains pose problème, qu’en pensez vous ? 

Owen Ozanich a toujours répondu présent pour l’équipe de France. Photo : Glenn Gervot/FFBS

C’est vrai qu’on a beaucoup de joueurs qui n’ont pas le passeport français dans notre équipe mais ce sont les règles. Les autres équipes font de même donc on ne va pas se priver sur ce tournoi, car dans les autres compétitions c’est plus bien plus strict. Et je ne vais pas mentir, sans les étrangers du championnat de France, notre équipe n’aurait aucune chance durant ces Qualifications. Déjà qu’avec eux ce ne sera pas simple …

TSO : La France est tombée dans le groupe A avec l’Espagne, la Grande Bretagne, la République Tchèque, l’Allemagne et l’Afrique du Sud. Qui est le favori selon vous ? 

Il y a beaucoup de belles équipes. L’Espagne sera très forte, tout comme la Grande-Bretagne qui emmène des anciens pros. Il y a beaucoup de talents dans cette poule et les deux qualifiés auront leur mot à dire dans la World Baseball Classic.

Pour Owen Ozanich, Bruce Bochy apporte énormément à l’équipe de France en dehors du terrain. Photo : Glenn Gervot/FFBS

Là, on n’est pas les favoris mais je pense qu’on peut être considérés comme les underdogs. Et on peut s’en servir à notre avantage car cela nous enlève de la pression et du stress qu’auront les autres équipes. Et l’arrivée de Bruce y est aussi pour beaucoup car il arrive à nous calmer grâce à sa sérénité, lui qui a eu l’habitude des grands moments dans sa carrière en MLB. Il nous transmet énormément de confiance et son expérience nous est très utile tout comme ses capacités de « scouting ». C’est pourquoi on a une bonne idée de ce qui nous attend pour nos 3 rencontres.

TSO : On a lu que vous alliez prendre votre retraite après cette compétition, alors vous allez vraiment raccrocher le gant  ?

Oui c’est vrai je vais prendre ma retraite après ces qualifications aux World Baseball Classic. J’ai fait mon temps (NDLR : 3 qualifications World Baseball Classic, 5 championnats d’Europe avec les Bleus), le sport de haut niveau c’est pour les jeunes (rires). J’ai beaucoup lancé que ce soit en Europe, en Australie etc.. et là mon corps me dit d’arrêter et je dois l’écouter. Après c’est vrai que si on se qualifie, je pourrais réfléchir à revenir mais déjà concentrons nous sur ces 3 matchs de qualifications.

TSO : Vous êtes l’un des meilleurs lanceurs français et vous avez tout connu dans votre carrière, est que vous avez des bons souvenirs et au contraire des regrets ? 

Après de nombreuses saisons à Rouen ou en Europe, Owen Ozanich a rejoint Montpellier ces deux dernières saisons. Photo : DR

Oui j’ai des regrets. Tous les sportifs ont des regrets après leur carrière, où des choses qu’ils feraient différemment. Mais je vais les garder pour moi (rires). Par contre je peux te dire mes plus beaux souvenirs. Je dirais les compétitions internationales avec les Bleus ou la Coupe d’Europe avec mes différents clubs. Et il y en a eu pas mal avec Rouen. Mais je garde également de très bons souvenirs de mon passage en Italie. Et plus récemment ma dernière expérience à Montpellier où j’ai pu transmettre mon savoir à la jeune génération de lanceurs.

TSO : Dernière question, après avoir raccroché le gant, quelle est la suite pour vous  ? 

La suite pour moi, c’est de rester à Montpellier et d’aider l’académie du club notamment en m’occupant des U15 du club.

Owen Ozanich (à droite) va rester dans le club de Montpellier après sa retraite et va commencer sa reconversion dans le coaching. Photo : DR

Je vais également passer pitching coach pour l’équipe de D1 et de petit à petit entamer ma reconversion vers le coaching.

Merci pour l’interview et Allez les Bleus !

On remercie Owen Ozanich d’avoir pris le temps de répondre à nos questions à la veille de la compétition. On lui souhaite bon courage à lui et à ses coéquipiers de l’équipe de France pour ces qualifications à la World Baseball Classic. Et comme l’a dit Owen : Allez les Bleus.

Vous pouvez d’ailleurs suivre la compétition sur Bein Sports. Ca commence ce vendredi avec la Grande Bretagne. Et bien sûr on vous tiendra au courant sur nos réseaux sociaux !

Voici d’ailleurs le programme : 

 

 


Laisser un commentaire