Preview 2022 – Pittsburgh Pirates : le tanking poursuit sa route

Que se passe-t-il dans la maison Pirates depuis leur dernière apparition en post-season en 2015 et une défaite lors de la wild card? Pas grand chose… ce fut d’ailleurs la dernière fois que nos amis de Pittsburgh eurent un bilan positif (.571). Depuis ça bataille dur pour le 1st pick tous les ans: 22ème choix en 2016, 12ème en 2017, 10ème en 2018, 18ème en 2019, 7ème en 2020 et enfin le Graal : le 1er choix en 2021. Pour le farm system? Ils ont fait un bond en avant en passant de la 17-18ème place (pendant 4 ans) à la 5ème place après la draft de 2021. Et si tout ceci était tout simplement une masterclass pour les années à venir?

Il y a eu peu de moments de joie avec les Pirates en 2021 alors autant en profiter. Photo : (Charles Leclaire / USA TodaySports)

La saison 2021

Tout le monde a en mémoire l’action de « folie » de Javier Baez lors de ce fameux match entre les Cubs et les Pirates? C’est en gros le résumé que l’on peut faire de la saison de ces pauvres joueurs en noir et jaune. Car pendant que les voisins des Pingouins et les Steelers s’amusent dans leur sport respectif, nos Pirates ne sont pas à la fête et ce n’est pourtant pas faute d’essayer.

Un total de 29 joueurs de champ ont été utilisés pour du batting durant la saison 2021 (contre seulement 20 pour les Cards, 23 pour les Reds et  26 pour les Brewers), ce qui n’a pas véritablement aidé à apporter de la stabilité, le club ayant choisi de trader ses joueurs performants (on pense a Adam Frazier notamment) pour récupérer des prospects. Et ca se voit dans les stats puisque l’attaque des Pirates a trusté le bas des classements offensifs avec en prime la dernière place de la MLB en termes de points marqués (seulement 609, le 29e Miami en a marqué 623).

En dehors de ce sombre tableau, il y a (un peu) de positif quand même: le début de saison de Jacob Stallings, vainqueur du NL Gold Glove pour le poste de Catcher , la confirmation de la révélation du jeune Ke’Bryan Hayes, même si pour celui-ci l’année 2021 fut loin d’être un long fleuve tranquille. Début de saison pas top et blessure qui l’éloigne des terrains en mai et avril, et le reste de la saison dans l’infield des Pirates avec 96G, 49R, 96H, 6HR, 38RBI et .257AVG. Mais surtout, s’il y a un nom qu’il faut retenir c’est celui de Bryan Reynolds. Celui qui a offert du réconfort aux fans de Pittsburgh a tout simplement épaté son monde cette saison. Dans le marasme ambiant, il a tout de même signé un exercice qui lui a permit de devenir All-Star. Mais on y reviendra plus tard (Voir plus bas).

Jacob Stallings (à gauche) et David Bednar (à d.), deux des seules satisfactions des Pirates cette saison. Photo : Getty Images

Au niveau du pitching c’est pas beaucoup mieux, avec pas moins de 38 joueurs qui vont se succéder sur le monticule pour au final terminer la saison en étant le troisième pire staff de la MLB avec un ERA collectif de 5.08 (Seuls Arizona et Baltimore font pire). On ne parlera pas de la rotation qui a été en dessous de tout mais qui aura quand même permis à des jeunes pousses (Will Crowe, Mitch Keller) de se frotter au niveau MLB, à leurs risques et périls. Mais si on doit retenir quelque chose, ce sont les bonnes performances de David Bednar dans le bullpen qui a pris la succession du closer Richard Rodriguez, envoyé à Atlanta à la trade deadline. Bednar a terminé la saison avec un ERA de 2.23 et 3 sauvetages à son actif. Intéressant pour la suite.

Vous l’avez compris pas grand chose à se mettre sous la dent à Pittsburgh, si ce n’est que l’objectif de la saison a été atteint, c’est à dire terminer dans les bas-fonds de la MLB et s’adjuger ainsi le 4e choix de la prochaine draft.

La saison 2022

Evidemment, pas de folies du côté des Pirates durant l’intersaison mais on a tenté des paris. Comme José Quintana essayant une nouvelle fois de se relancer, cette fois en Pennsylvanie, après son échec du coté des Angels. Même si ses stats sont en baisse, il pourrait tout de même apporter son expérience à la rotation. En revanche, joli coup non négligeable, avec l’arrivée du catcher Roberto Perez en provenance de Cleveland, laissé libre à la fin de la saison 2021 et surtout free agent. Il aura la lourde tâche de succéder à Jacob Stallings qui a été envoyé du côté des Marlins à la fin de l’année. Arrivés en cours de saison et auteurs de bonnes prestations avec Pittsburgh, le japonais Yoshitomo Tsutsugo (.268/8HR/25RBI) et  Ben Gamel (.255/8HR/26RBI avec Pittsburgh) sont prolongés par le club pour 2022. Ils pourraient être de bon contributeurs à l ‘attaque des Pirates.

Envoyé chez les Braves durant l’été, le très bon closer Richard Rodriguez pourrait déjà faire son retour à Pittsburgh. Photo : Justin K. Aller/Getty Images

La rotation devrait se composer de Quintana, Brubaker, Crowe et Keller en attendant l’arrivée d’un autre starter. Ben Cherington, le GM, est sur le coup en attendant la fin du lockdown. Il travaille également pour faire revenir à la maison le closer Richard Rodriguez, qui n’a pas été conservé par les Braves après son trade en provenance … de Pittsburgh.

Des joueurs expérimentés et encore des joueurs expérimentés, et on se retrouve avec une Lineup plutôt âgé où mis à part Ke’Bryan Hayes (23 ans) tous les autres joueurs ont déjà 25 ans passés.

Et les petits jeunes dans tout ça? ou sont-ils? Eh bien, Ils sont dans les minors league bien au chaud. Agés de 21 ou 22 ans, les Nick Gonzalez (2B), Henry Davis (C) (premier choix de la draft 2021) , Quinn Priester (RHP), Liover Peguero (SS) et Endy Rodriguez (C/1B/OF) attendent tranquillement le feu vert pour débarquer chez les grands. Cela sera surement encore un peu tôt pour 2022, mais sachez qu’il y a du monde dans l’antichambre des Ligues Majeures chez les Pirates, vous voilà prévenu…

Le joueur à suivre: O’Neil Cruz

Des Short-stop de talent, ce n’est pas ça qui manque en MLB. Des Short-stop de talent originaire de République dominicaine non plus, mais à Pittsburgh, cela peut intriguer et pas qu’un peu. Classé 52ème Prospect de MLB pour 2022, O’Neil a déjà fait ses débuts en MLB, en toute fin de saison dernière et le petit a un certain style qui vous fait plisser l’œil de plaisir. Bien sûr vous allez me dire qu’en 2 matchs et surtout en fin de saison cela ne veut rien dire, mais quand même: 2G, 9PA, 2R, 3H, 1HR, 3RBI et forcément .333AVG.

En seulement 2 matchs en 2021, Oneil Cruz a déjà montré l’étendue de son talent. Pittsburgh se frotte les mains. Photo : Justin Berl / Getty Images

Malgré ses 2.01m et ses 95kgs, ce beau bébé est néanmoins très véloce et agile sur le terrain, ça promet. Du haut de ses 23 ans, il semble plutôt aérien en défense même s’il faudrait encore fluidifier ses transitions gant/main, mais à son jeune âge, ca se travaille. Drafté en Amateur Free agent en 2015 par les Dodgers, il n’y restera que 2 ans avant d’arriver à Pittsburgh en juillet 2017. Bien au chaud dans les minors des Pirates, il a eu tout le temps de peaufiner son jeu à l’abri des regards (jamais classé plus haut que la 50ème place par Baseball America, Major League Baseball et Baseball Prospectus). Si les loups ne le mangent pas, le PNC Park va pouvoir se lever pour ovationner sa nouvelle pépite.

La star: Bryan Reynolds

Jacob Stallings? non, et il est parti. Adam Frazier? non plus, et il est parti aussi… Le choix se porte donc sur Bryan Reynolds, 27 ans et qui commencera seulement sa 4ème saison en MLB. Alors pourquoi lui et pas un autre?

Déjà parce que j’ai envie, mais surtout c’est l’avenir des Pirates et le moins que l’on puisse dire, c’est que Bryan Reynolds n’aime pas les saisons raccourcies. Depuis ses grands débuts en MLB en 2019, ce Outfielder aime taper sur le long terme (.314 en 2019 en 134G, seulement .164 en 2020 pour 55G et .302 en 2021 pour 159G). Alors oui 2020 était une saison bizarre, donc raison de plus de croire que la Star ca pourrait être lui dans les années à venir. Il suffit de regarder les stats, jamais une saison en dessous de .300 (sauf 2020) même en minors league. Drafté au 59ème choix par les Giants en 2016, il explose tout en A-, A et A+ en 2 saisons chez les minors de San Francisco.

La nouvelle star des Pirates, c’est lui : Bryan Reynolds a signé une saison All-Star en 2021. Photo : David Kohl / USA TodaySports

En 2016 et en 2017, en 177G il fait: 111R, 221H, 16HR, 101RBI et 8SB pour une moyenne de .313, et en niveau A- et A. En janvier 2018, il est tradé avec Kyle Crick (releveur/ Closer de 29 ans aujourd’hui) en échange de LA star des Pirates: Andrew McCutchen. De la folie pense-t-on. Mais, hélas pour les Giants, et tant mieux pour les Pirates, McCutchen amorce déjà depuis quelques saisons sa descente. Pendant ce temps, Bryan continue à tout exploser et pas qu’un peu: en 2018, sa moyenne est de .302 en seulement 88G (la faute a une blessure au poignet). 2019 c’est la révélation, en AAA, quelques 13G (et .367 de moyenne au bâton) suffisent a démontrer son talent explosif et être appelé dans le Show (oui je sais, encore cette expression).

134 matchs plus tard et une moyenne de .314, 83R, 154H, 16HR, 68RBI et 3SB lui permettent de se classer à une prometteuse 4ème place dans la course au Rookie of the year. 2020 étant une année de m… pour tout le monde, on laissera tomber sur sa saison « ratée » et si en plus on rajoute qu’il est devenu papa en septembre de cette même année on peut y trouver quelques circonstances atténuantes.

2021 marque le retour de Reynolds au premier plan. Meilleur joueur des Pirates (eh oui, il y en a quand même des bons) avec tout de même une WAR de 6.0 sur une saison quasiment complète (159G) et le retour de la moyenne au bâton qui compte (c’est à dire +.300): .302, 93R, 169H, 24HR et 5SB. C’est ainsi qu’il s’offre une première sélection au All-Star game et une 11ème place au NL MVP pour vous situer (si vous en aviez encore besoin) le bonhomme… vivement 2022 pour voir jusqu’au ce joueur peut aller… A moins qu’il ne se fasse trader contre des jeunes pousses, mais ça c’est une autre histoire.

Notre prono

Autant on peut espérer quelques trucs par-ci, par-là, autant il ne faut pas (encore) rêver pour les Pirates. Dans une division centrale ou il y a les Cards, Brewers, Cubs et autres Reds, pas le droit de rêver à autre chose qu’une 5ème place… Et pourtant je suis un rêveur, mais là, non. Triste de se dire que cette belle franchise va encore passer une année dans la « road to the 1st pick »… Courage @Pirates_France , un jour tu pourras tous nous rire au nez.

 

Le prono TSO : 60 victoires contre 102 défaites et une 5e place de la NL Central
Projection FanGraphs : 68-94, 5e en NL Central

 


Une réflexion sur “Preview 2022 – Pittsburgh Pirates : le tanking poursuit sa route

Laisser un commentaire