[Top 10 2010’s] : Les meilleurs matchs de World Series

Changement de décennie oblige, The Strike Out se penche pendant toute cette année 2020 sur le meilleur des années 2010-2019. Quels ont été les meilleurs joueurs, les meilleurs lanceurs, les meilleurs coachs, les meilleurs matchs, les plus grandes révélations…? Embarquez dans notre machine à remonter le temps! On se penche ici sur le meilleur du meilleur des World Series. Celles de 2020 sont encore toutes fraîches dans notre esprit mais pas de doute qu’un voire deux matchs de l’affrontement entre les Dodgers et les Rays prétend(ent) déjà au classement pour la décennie 2020’s! Mais en attendant, ne boudons pas notre plaisir avec ces grands matchs qui nous ont fait vibrer ces dernières saisons. 

ws logo

10/ Washington Nationals (7) vs. Houston Astros (2), G6, 2019

Ces World Series sont récentes dans nos mémoires et on risque d’en reparler dans ce classement. La donnée est simple au playball de ce Match 6 : les Nationals ont gaché un avantage de 2-0 en concédant 3 défaites à domicile. Les Astros sont donc en position idéale : l’avantage dans la série, le Minute Maid Park et Justin Verlander sur le monticule. Mais les Nats ne partent pas battus d’avance : ils comptent sur Stephen Strasburg, jusque-là étincelant en postseason. Pour JV, c’est un nouveau rendez-vous manqué : il quitte le match après la 5e manche et son équipe menée 3-2. Le sort du match bascule en 7e manche avec la décision controversée de retirer Trea Turner pour interférence.

Après un long délai (contestations, vérification vidéo), Anthony Rendon se présente dans le box avec 2 retraits face à Will Harris (0 point concédé en postseason) et expédie la balle dans les tribunes. Vengeance des Nats qui prennent le lead 5-2. Le même Rendon ajoutera 2 RBI supplémentaires et Strasburg – impérial – ne laisse sa place qu’en 9e manche. Les Nats forcent un Match 7. Impossible de ne pas mentionner aussi lors de ce match, ce « bat-drop trashtalking » entre Alex Bregman et Juan Soto!

9/ Kansas City (7) vs. NY Mets (2), G5 en 12 manches, 2015

Battus l’année précédente par les Giants, les Royals veulent leur revanche et s’offrir un premier titre depuis 1985. Il faut pour cela passer par un match à rallonge au Match 1 (14 manches) et un retour d’enfer au Match 5. Quand les observateurs essayent de dater le début de la descente aux enfers des Mets dans la décennie, ce sont ces WS 2015 qui ressortent! Les New-Yorkais mènent 2-0 avant d’ouvrir la manche « finale », la 9e. Tout le public de Citi Field imagine déjà la série repartir à KC pour un Match 6. Impérial jusque-là, Matt « The Dark Knight » Harvey convainc son manager, Terry Collins, de le laisser en 9e manche… Il revient sur le terrain en courant… Les portes de l’enfer s’ouvrent à ce moment précis chers fans des Mets…

Harvey accorde un BB à Lorenzo Cain avant un double à Eric Hosmer qui permet aux Royals de réduire le score. Le starter doit laisser sa place et Jeurys Familia est chargé de clore les débats mais les Royals égalisent après une erreur de lancer de Lucas Duda pour éliminer Hosmer au marbre : 2 partout. Les Mets n’arrivent pas à scorer en bas de 9e manche = « free baseball ». Pas de point en 10e et 11e manche, place à la 12e… celle du titre pour KC, celle de la misère pour NY. Face à Reed puis Colon, les batteurs des Royals s’amusent : hits de Perez, Colon, Escobar puis double de Cain pour 5 points, 5 POINTS EN 12E MANCHE. Wade Davis signe 3K pour offrir la victoire et le Commissioner’s Trophy à son équipe. Un succès encore plus fort émotionnellement pour le lanceur Edinson Volquez qui a fait l’aller-retour en République Dominicaine entre ses starts aux Matchs 1 et 5 pour assister aux funérailles de son père.

8/ Houston Astros (7) vs. LA Dodgers (6), G2 en 11 manches, 2017

Ce Match 2 des World Series sert d’échauffement pour ce que vous lirez un peu plus bas dans ce classement. Les Dodgers affichent un avantage de 3-1 avant d’entamer la 8e manche mais Kenley Jansen ne va pas réussir à vérouiller la victoire des siens. Il concède d’abord un point « non mérité » en 8e puis un HR de Marwin Gonzalez en 9e (« mérité » cette fois). Le score est donc de 3 partout à l’issue des neuf manches réglementaires… mais le match va prendre une autre dimension dans les manches bonus.

En haut de la 10e manche, José Altuve et Carlos Correa accueillent Josh Fields avec deux HR consécutifs pour donner l’avantage à Houston… Avantage de courte durée puisque Yasiel Puig accueille lui Ken Giles avec un solo HR avant que Kike Hernandez offre l’égalisation à LA grâce à un hit avec 2 retraits. De nouveau, les Astros reprennent l’avantage en 11e manche, cette fois grâce à un HR à 2 points de George Springer. Encore une fois, les Dodgers reviennent dans la course avec ce HR de Charlie Culberson, mais un solo HR célébré avec un peu trop d’emphase car il ne permet pas aux Dodgers d’égaliser mais de revenir à une longueur… ce score de 7-6 Astros sera d’ailleurs le score final car Chris Devenski sort Puig sur K pour le dernier out de la partie. Il y aura donc eu 5 HR en deux manches (10e et 11e) !!!

World Series Astros Dodgers Baseball
George Springer donne l’avantage aux Astros en 11e manche / Crédit DR.

7/ SF Giants (3) vs. Kansas City Royals (2), G7, 2014

… aka « The Madison Bumgarner Game »…

Trois jours après une masterclass au Match 5 (4H, 0ER, complete game) qui succèdait à un Match 1 très solide (3H, 1ER en 7IP), MadBum est disponible dans le bullpen pour une « courte relève » au Match 7… « courte relève » qui va devenir 5 manches 5 MANCHES) après les courtes productions de Hudson et Affeldt. Le score est de 3-2 pour les Giants quand MadBum monte sur le monticule pour écrire un peu plus sa légende… A la fin de ces WS, les Royals vont afficher un vilan 9 sur 71 soit une moyenne de .127 contre lui! L’Ace retire 14 batteurs consécutifs et affronte Alex Gordon avec 2 outs en bas de 9e manche : le 3e titre de la dynastie Giants est tout proche alors que le public du Kaufmann Stadium veut encore y croire. Et il reprend justement espoir avec cette erreur en champ centre de Blanco sur la frappe de Gordon qui lui permet d’atteindre la 2e base, puis la 3e… et là se pose la question toujours dans l’esprit des fans de KC (même si la victoire en 2015 va effacer un peu la déception) : Gordon aurait-il du tenter le marbre pour égaliser? Espérer une erreur de lancer ou une erreur d’attraper de Posey?

Gordon ne pourra qu’assister depuis le coussin de 3e base à l’élimination de son coéquipier Perez qui signifie la fin du match, la fin des World Series et la victoire des Giants. Et parce qu’on ne se lasse pas du « Postseason 2014 MadBum » : florilège!

6/ Boston Red Sox (9) vs. LA Dodgers (6), G4, 2018

Spoiler : première apparition dans ce classement des WS 2018 entre Boston et LA! A domicile, les Dodgers prennent une option sur ce match en menant 4-0 après la 6e manche et ce HR à 3 points de Yasiel Puig. Le lanceur bostonien, Eduardo Rodriguez, en frappe son gant au sol de rage mais ce sera le début de la remontada! Dans les trois manches suivantes, les Red Sox refont leur retard grâce aux home-runs de Mitch Moreland (pour trois points) et Steve Pearce (face à Kenley Jansen – encore lui – en 8e manche) puis le double de ce même Pearce pour vider les bases en 9e manche. Pendant ces 2 dernières manches 2/3, les Dodgers vont utiliser six releveurs qui avaient lancé la nuit précédente lors du fameux Match 3 (spoiler : voir plus bas). Kike Hernandez va insuffler un vent d’espoir dans les rangs angelinos en frappant un HR en 9e manche… mais LA ne reviendra pas… Boston prend un avantage qui se révèlera décisif dans cette série mondiale.

5/ Houston Astros (13) vs. LA Dodgers (12), G5 en 10 manches, 2017

Cette série apparait pour la deuxième fois dans le classement avec ce nouveau match à rebondissements : pluie de points (25, 2e plus gros total en World Series), des HR dans tous les sens (7, nouveau record en WS), des changements de leaders en pagaille (trois retard d’au moins trois points comblés)… Bref un grand spectacle au Minute Maid Park, il suffit de voir l’évolution du score :

3-0 Dodgers après la 1e manche.
4-0 Dodgers après 3 manches 1/2.
Egalité 4-4 après la 4e manche.
7-4 Dodgers après 4 manches 1/2.
Egalité 7-7 après la 5e manche.
8-7 Dodgers après 6 manches 1/2.
11-8 Astros après 7 manches.
11-9 Astros après 7 manches 1/2.
12-9 Astros après 8 manches.
Egalité 12-12 après 9 manches.

Les Dodgers inscrivent 3 points dans cette 9e manche grâce à un HR de Puig et un hit de Taylor pour envoyer la rencontre en extra-innings. Dommage pour le spectacle, le match s’arrête en 10e manche sur un walk-off hit d’Alex Bregman… On aurait bien aimé quelques points et manches supplémentaires!

4/ LA Dodgers (3) vs. Boston Red Sox (2), G3 en 18 manches, 2018

Prendre son petit-déjeuner à 9 heures du matin (heure française) en regardant un match de World Series ce n’est pas commun… et pourtant les Dodgers et les Red Sox nous ont offert ce petit privilège le 27 octobre 2018! Ce match 3 avait commencé la veille avec un avantage de 2-0 pour Boston dans ces WS et une nouvelle victoire serait un très grand pas vers le titre. Les Dodgers comptent sur leur pépite Walker Buehler pour contenir l’attaque bostonienne : mission accomplie avec 2 hits, 0 point concédé et 7K! Mené 1-0, Boston attend la sortie du jeune lanceur et l’entrée du releveur/closer Kenley Jansen en 8e manche pour revenir au score.

Les deux équipes se neutralisent en 10e manche, 11e manche et 12e manche. En 13e manche, les Dodgers sont au point de rupture : walk, wild pitch et erreur mènent au 2e point des Red Sox… mais une erreur défensive côté Boston cette fois permet à LA d’égaliser en fin de manche. Et c’est reparti : pas de point en 14e manche, 15e manche, 16e manche, 17e manche. Alors qu’il entame sa 7e manche en relève, Nathan Eovaldi concède le walk-off HR à Max Muncy pour une victoire 3-2 des Dodgers en 18e manche (record en World Series) en 7 heures et 20 minutes (plus long match de l’histoire en World Series et en postseason)!

3/ Washington Nationals (6) vs. Houston Astros (2), G7, 2019

Les Astros ont gagné 3 matchs à Washington, les Nats ont gagné 3 matchs à Houston. Le sort de ces World Series se joue au Minute Maid Park et quoi de mieux qu’un duel entre deux Cy Young : Zack Greinke vs. Max Scherzer (une première d’ailleurs dans l’histoire pour un G7). Et c’est le premier nommé qui place les siens sur de très très bons rails avec un seul hit concédé en 6 manches. Houston mène 2-0 grâce à un HR de Gurriel et un RBI de Correa avant d’entamer la 7e manche et comme dans le Match 6 c’est encore là que le match bascule.

Et comme au Match 6, Rendon expédie une balle dans les tribunes du champ gauche du MMP pour réduire l’écart à 1-2 et là A.J Hinch prend une décision que les fans des Astros ont encore en travers de la gorge : il sort Greinke pour le remplacer par Joe Harris alors que Gerrit Cole s’échauffe dans le bullpen. Howie Kendrick accueille Harris avec un HR expédié sur le poteau de champ droit : avantage 3-2 Washington qui aggravera le score dans les deux manches suivantes pour s’offrir le premier titre de l’histoire de la franchise! Pour la première fois de l’histoire en MLB, NBA et NHL confondus, les sept victoires de ces Finales ont été décrochées à l’extérieur!

2/ St-Louis Cardinals (10) vs. Texas Rangers (9), G6 en 11 manches, 2011

Ce match n’était pas loin de prendre la première place du classement… car comment imaginer qu’une équipe menée 3 matchs à 2, menée au score en bas de 9e manche puis en bas de 10e manche avec deux retraits et le compte de son batteur qui affiche à chaque fois « 2 strikes » peut survivre par deux fois à l’élimination et donc à la défaite en World Series pour finalement emporter ce Match 6 et enchaîner sur une victoire en Match 7! Mesdames, messieurs, voici les Cardinals 2011!

Le héros de ce Match 6 s’appelle David Freese. Natif du Texas, il grandit dans le Missouri avec une adoration pour les Cardinals qu’il rejoint en 2008, deux ans après sa Draft par les Padres. Batteur régulier tout au long de la saison, il explose les compteurs en NLCS avec 12 hits et un AVG de .545 et va donc devenir le héros de toute une ville en World Series avec son triple égalisateur en 9e manche puis son walk-off HR en 11e manche. N’oublions pas de saluer son coéquipier Lance Berkman auteur du RBI single égalisateur en 10e manche qui permettra de mettre sur orbite Freese à la manche suivante! Alors exploit des Cardinals ou gros choke des Rangers qui concèdent en 2011 leur 2e défaite consécutive en World Series? A vous de juger!

7b1075fc0a9d459f35b1f44ed4de0f8b

1/ Chicago Cubs (8) vs. Cleveland Indians (7), G7 en 10 manches, 2016

Il en fallait donc beaucoup pour priver les Cardinals de la première place de ce classement… mais comment ne pas placer les Cubs sur le toit des World Series de la décennie? 108 ans… 108 ans d’attente pour les supporters chicagoans qui en venaient à penser que le « Billy Goat curse » serait éternel. Menés 3-1 dans la série par les Cleveland Indians qui attendent eux le titre depuis 1948, les Cubs s’arrachent pour décrocher un Match 7… mais tous les observateurs en sont persuadés : ce sera pour mieux tomber et prolonger encore la pénitence! Cette impression se renforce encore quand les Cubs mènent 5-1 en haut de 5e manche quand les Indians scorent deux points quelques instants plus tard sur un wild pitch… Ca y est les Cubs craquent!

Non, ils sont encore devant 6-3 en 8e manche et avec deux retraits Joe Maddon envoie sur le monticule Aroldis Chapman – sans doute le meilleur closer de la Ligue – pour terminer la manche et assurer la victoire dans la 9e. Mais l’âme de Billy Goat plane au-dessus du stade et les Indians égalisent à 6 partout grâce à Guyer puis Rajai Davis. Aucun point n’est inscrit en 9e manche. Direction les extra-innings dans ce match couperet… mais pas avant qu’un orage ne tombe sur Progressive Field provoquant une interruption de 17 minutes PENDANT UN MATCH 7 DES WORLD SERIES!

« We’re the best team in baseball for a reason. . . Stick together and we’re going to win this game. » Jason Heyward à ses coéquipiers pendant l’interruption du Match 7 avant la 10e manche.

A la reprise du jeu, Ben Zobrist et Miguel Montero signent chacun un RBI pour remettre les Cubs devant au score 8-6. Dos au mur, les Indians concèdent deux retraits rapides mais le héros de la 8e manche, Davis, maintient l’espoir avec un nouveau RBI. Les Cubs ne mènent plus que 8-7 et c’est donc maintenant qu’ils vont s’effondrer… mais Mike Montgomery provoque une ultime balle roulante que Bryant lance à Rizzo… LES CUBS SONT CHAMPIONS!!!!!

1586962_THISISTHEMARQUEESHOTAMONGMARQUEESHOTS

N’hésitez pas à partager vos meilleurs matchs en réponse de cet article ou sur nos réseaux sociaux!


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s