Preview Italian Series 2020 – Duel de titans sur la butte

Les Italian Series 2020 débutent ce jeudi, 17 septembre, et nous vous offrons, grâce à Owen Ozanich, une preview pour rattraper ce que vous pourriez avoir manqué d’une saison de Serie A altérée en raison de la crise sanitaire due au Covid-19. Une finale qui mettra aux prises deux monstres du baseball italien, le Fortitudo Bologne et la grande équipe de la petite République de San Marin.

Le championnat à six équipes (contre 10 en 2019) a débuté le 8 juillet, juste quatre mois après le début de la pandémie et le confinement total du nord du pays. Mais Coronavirus ou pas Coronavirus, l’Italie était déterminée à jouer une saison officielle en 2020.

Des six équipes qui avaient décidé de chausser les crampons cet été, deux sont largement sorti du lot : le Fortitudo de Bologne et San Marin.

Bologne (23-6) a terminé la saison juste derrière San Marin (23-4) au pourcentage de victoires. Les champions d’Italie et d’Europe en titre, Bologne, avaient perdu plusieurs joueurs importants après leur titre de la saison dernière. Parmi les absents notables du club de Lele Frignani, on peut parler notamment du joueur de première base Osman Marval, de l’as lanceur droitier Raul Rivero, ou encore du receveur de l’équipe de France, Andy Paz. Cela n’a pas ralenti Bologne cependant, qui a démarré la saison avec huit victoires en autant de matchs.

Cette saison a été marquée par l’éclosion de talents locaux (une tendance dans les championnats à travers le monde d’après Covid). L’outfielder italien Lorenzo Dobboletta a joué tous les matchs de la saison avec une moyenne au bâton plus que respectable de .307, 10 doubles, trois triples et un Home Run, tandis que le receveur prospect des Oakland Athletics, Cesare Astorri (.259, 5 HR, 18 RBI) et l’outfielder Niccolo Loardi (.309 avg, .429 OBP) furent des rouages importants au cœur du lineup tout au long de la saison. Ce que Bologne a perdu en termes de talents internationaux par rapport à 2019, le club l’a remplacé par des talents « européens » en 2020. L’infielder néerlandais Ray-Patrick Didier, qui évoluait l’an dernier en AA dans l’organisation des Braves, a terminé 2020 avec une remarquable moyenne au bâton de .413, mais aussi 2 bombes et 15 vols de bases en seulement 22 matchs disputés.

Ray Patrick Didier dans ses œuvres – crédit : Photo Bass / FIBS

Plusieurs autres additions de fin de saison à la « Squadra » ont eu un impact immédiat, à commencer par les deux natifs d’Aruba et membres de l’équipe nationale des Pays-Bas, Eugene Helder (.407 de moyenne sur les huit derniers matchs de la saison) et le sluggler Randolph Oduber (.348, 1 HR, 8 RBI, toujours sur les huit derniers matchs).

A deux heures au sud-est de Bologne, San Marin a réalisé une saison tout aussi impressionnante et, avec sa première place en saison régulière, l’équipe de la Sérénissime République aura l’avantage du terrain lors des Italian Series, qui se disputeront au meilleur des sept matchs.

Si les statistiques 2020 de Ray-Patrick Didier semblent impressionnantes, attendez un peu de voir celles du frappeur de puissance Federico Celli. L’ancien prospect des Los Angeles Dodgers n’a pas simplement mieux frappé que l’arrêt-court Arubais, il a fini en tête de la Ligue en termes de moyenne au bâton (.473), de Home Runs (10) et de Points Produits (36) en seulement 27 matchs disputés. Vous avez bien lu, le slugger star du lineup de Mario Charini a remporté la triple couronne, une première en Italie depuis 2010, avec un Slugging Percentage phénoménal (.935) et un pourcentage de présence sur base de .538 . Si Celli a attiré toute l’attention des médias, San Marin est bien plus qu’un simple one man show au bâton. L’utility-man Maikel Ceseres (.380, 2 HR, 22 RBI), l’infielder international espagnol Oscar Angulo (.316, 1 HR, 15 RBI), et l’outfielder Italien Mattia Reginato (.369, 3 HR, 23 RBI) ont tous réalisé une très belle saison au cœur du lineup de San Marin.

Federico Celli – crédit : Photo Bass / FIBS

Si l’attaque permet de vendre des billets, le pitching et la défense permettent de gagner des championnats. Comparons donc les équipes de lanceurs. Les deux principaux lanceurs partants pour Bologne, tous les deux italiens, furent Matteo Bocchi (7-1, 2.58 ERA, 44 K en 43.1 IP) et Mathias Zotti (4-0, 2.68 ERA, 29 K en 31.1 IP). Bocchi, qui a lancé au niveau AAA pour les Cubs en 2019, et est rentré chez lui en Italie lorsque la saison de Ligues Mineures a été annulée en raison… vous l’avez deviné, du coronavirus. L’ancien des Texas Longhorns devrait démarrer le match 1 des Italian Series pour Bologne. Dans le bullpen, Bologne comptera sur le droitier brésilien Murilo Gouvea (5-0, 1.12 ERA, 46 K en 31.1 IP), Alex Bassani (4-2, 1.34 ERA, 40 K en 36.2 IP) ou encore le vétéran droitier Filippo Crepaldi (2-0, 2.16 ERA, 31 K en 22.2 IP et 2 sauvetages).

Si l’on s’intéresse au staff de San Marin, on pourrait leur donner un léger avantage statistiques, bien que les deux équipes aient été dominantes cette saison. Dominant, comme l’as de l’équipe d’Italie, Alessandro Maestri, qui a encore montré pourquoi il est l’un des meilleurs lanceurs européens de tous les temps. Le droitier de 35 ans a lancé en NPB (Japon), en KBO (Corée du Sud) ainsi qu’au Mexique et en Australie après son passage en Double A chez les Cubs. La saison de Maestri parle d’elle-même : un bilan de 7-0, 0.82 ERA et 60 K en 42.2 manches. Pas en reste, le deuxième as de San Marin, et actuel minor leaguer des Dodgers, l’allemand Markus Solbach a posté des chiffres tout aussi impressionnants depuis son arrivée en Italie en juillet. En 30.1 manches, Solbach a obtenu un bilan de 3-0 avec un ERA de 0.23 (1 seul point mérité cette saison) pour huit buts sur balles et 53 retraits sur prises. Le bullpen de San Marin se compose du gaucher international espagnol Riccardo Hernandez (1.08 ERA en 13.0 IP), de Dimitri Kourtis (1.88 ERA en 26.0 IP), de Nicola Garbella (2.71 ERA en 31.0 IP), de Luca Di Raffaele (1.75 ERA en 20.0 IP, 2 sauvetages) et de Fernando Baez (2.00 ERA en 21.0 IP, 2 sauvetages).

Alessandro Maestri lors de son passage en NPB avec les Orix Buffaloes – crédit : Orix Buffaloes

Essayer de déterminer un favori pour cette série en sept matchs n’est pas simple. D’un côté, Bologne est le double tenant du titre et ne semble pas avoir faibli cette saison. De l’autre, San Marin a remporté la saison régulière et semble avoir le meilleur groupe de lanceurs, ce qui pourrait faire la différence sur une série en sept matchs. Je vais me mouiller, et parier sur San Marin en 6 matchs.

Tous les matchs seront diffusés sur fibstv.com à partir de ce jeudi, 20:00 CET.

Merci à Owen pour cette présentation passionnante des Italian Series et à Bastien pour la traduction. Une version en anglais est présente sur le site Le Baseblog.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s