Dictature des gros ou annus improbabilis ? On a rangé les 30 équipes de MLB sur 5 niveaux

Le baseball reprend ses droits ! Ce soir, Anthony Fauci, l’épidémiologiste en titre de la Maison Blanche, lancera le premier pitch de la saison 2020 dans le Stade des Nationals, comme un rappel que si le baseball a survécu à l’épidémie de Coronavirus, la saison même écourtée reste bien fragile face à l’ennemi invisible. Dans la foulée, c’est la légende Max Scherzer qui ouvrira le bal de cette saison si particulière face aux New York Yankees. Les Nationals, tenants du titre, voient cette saison un peu spéciale comme l’opportunité parfaite pour s’offrir un back-to-back historique. Les Yankees, eux, espèrent concrétiser en Octobre leur montée en puissance des trois dernières saisons.

maxresdefault
Les Seattle Mariners, futurs vainqueurs des World Series (Photo : MLB The Show)

Ailleurs, les Astros se voient bien s’offrir un dernier baroud avant les années de reconstruction, les Dodgers n’imaginent pas craquer une fois de plus, et une foultitude d’équipes qui ne seraient normalement pas favorites s’imaginent bien profiter d’un format « sprint » pour monter un challenge vers une qualification en posteason… Et qui sait ce qu’il peut se passer ensuite. C’est la grande question de ce format inédit, où toute série de victoire peut devenir une autoroute vers l’automne, où toute série de défaite peut devenir rédhibitoire, où une dynamique sur deux semaines ne sera plus un épiphénomène mais une option lourde sur la qualification et l’élimination.

Prenez les Seattle Mariners de 2019, cette équipe faiblarde à tous les niveaux qui terminera la saison avec un bilan de 68-94…. Imaginez maintenant qu’elle répète en 2020 son début de saison supersonique, avec 13 victoires sur ses 15 premiers matchs. Arrivés au quart de la saison, les hommes de l’Etat de Washington basculeraient-ils dans la routine, ou bien se trouveraient-ils soudainement l’âme de guerriers indomptables ? Tous ces joueurs sont des Major Leaguers après tout, et sur quelques semaines, les Walker et les Seager, les Graveman et les Gordon, les Kikuchi et les Haniger pourraient-ils aller chercher une qualification totalement sur une saison entière ?

Si l’on ne peut en aucun cas préjuger du déroulé de la saison, si l’on sait qu’il y aura forcément des surprises, des absences et un gagnant au terme du Fall Classic, envisageons quelques scénarios potentiels, du plus terre-à-terre au plus fantaisiste.

1 – Les Gros écrasent la Saison

Cast : Dodgers, Yankees, Astros, Nationals

C’est le scénario le plus probable, même sur une saison courte laissant la place au suspense. Les équipes qui afficheront les meilleurs pitching staff et les meilleurs lineups seront celles qui amasseront la mise à la fin de la partie. Les Yankees avec leurs frappeurs surpuissants, Stanton et Judge en tête , une rotation menée par Gerrit Cole et un bullpen de Cyborgs font figure d’épouvantail, mais quid des blessures ?

Les Dodgers ont ajouté la batte de Mookie Betts à leur effrayante armada, ils ont comme toujours le meilleur pitching staff des Majors et le meilleur bullpen de National League et surtout – apriori –  peu de compétition dans leur division. Clairement, ça ne peut pas se finir de la même façon tous les ans ?

Judge
Qui peut faire tomber les Yankees?

Les Astros ont gardé un effectif quasiment inchangé, à l’exception notable de Gerrit Cole, et auront deux facteurs pour eux : l’absence de public dans les stades, eux qui s’attendaient à une tournée triomphale des stades américains sous le signe des huées, des insultes et des suspicions ; et la mentalité « Us vs the World » qui se développera forcément dans le groupe de Dusty Baker au fur et à mesure que s’empileront les hits by pitch, le trash talking et les bagarres occasionnelles.

Reste les Nationals, ils ne sont clairement pas un « gros », mais ils sont les champions en titre et il faut toujours se méfier d’une équipe à l’agonie à mi-saison et capable de se regrouper autour de la chanson Baby Shark et de quelques bonnes séries pour aller chercher un bilan de 46-27 en deuxième partie de saison, arracher une Wild Card, la gagner et enchainer en éliminant les Dodgers, en sweepant  les Cardinals, et en mettant les Astros à la poubelle pour remporter les World Series. Le genre de fulgurance sur trois mois qui pourrait être SUPER utile si, on ne sait jamais, la saison entière se jouait sur trois mois !

2 – Un outsider naturel fait son métier d’outsider naturel

Cast : Twins, Braves, Cardinals, Rays, Athletics

Ils ont terminé la saison dernière avec plus de 90 victoires et une qualification en postseason, ils représentent trois titres de division, mais ils ont vite disparu quand Octobre est venu, n’enregistrant pas la moindre victoire au-delà des Division Series. La postseason 2019 fut, en effet, une démonstration des quatre « gros » précités, qui ne se sont éliminés qu’entre eux. Mais aussi un bon apprentissage pour ces équipes que l’on sentait pleines de potentiel mais encore un poil tendres pour aller chercher la gloire.

Nous voilà un an plus tard, et toutes se sont renforcées et surtout consolidées, fières d’avoir emmagasiné l’expérience d’une saison 2020 d’éclosion ou de confirmation. Dans une saison ou la fraicheur et la dynamique feront loi, peut-on imaginer Ronald Acuña Jr. rendre fou la National League ? Peut-on imaginer les Twins continuer à flinguer dans tous les sens comme dans un mauvais western ? Peut-on voir les Rays comme l’équipe qui va mettre tout le monde d’accord avec un équilibre collectif inégalé à défaut de stars dans son roster ? Peut-on faire confiance aux Athletics et à leur infield de feu pour pousser les Astros dans leurs derniers retranchements ? Le mix de jeunesse, de talent et d’expérience des Cardinals vous rappelle-t-il, toutes proportions gardées, celui des tenants du titre ?

Acuna
Les Braves de Ronald Acuña Jr., candidats au titre?

On peut prendre sans trop se mouiller le pari qu’au moins une de ces cinq équipes sera en position d’envisager une qualification pour les World Series. Que faudrait-il ensuite pour aller chercher le titre suprême ? Un peu de chance, une solidité mentale à toute épreuve ou les bonnes décisions au bon moment. Ou un peu de tout ça…


3 – Un empilement de talents sans véritable projet se trouve une idée directrice

Cast : Phillies, Mets, Cubs, Brewers, Diamondbacks, Red Sox, Indians, Rockies, Angels

Ils sont plus ou moins là, plus ou moins en embuscade, certains ont connu le succès ces dernières années, d’autres l’ont frôlé. ils emploient des de Grom et des Lindor, des Trout ou des Yelich, et ont tous les armes pour venir jouer les trouble-fêtes dans leur division respective voire, si tout se passe bien, semer la zizanie dans les joutes de la postseason.

Ils ont des rosters bien construits, des rotations compétitives, des effectifs balancés. On y retrouve des MVP, des Cy Young, des All Stars a ne plus que savoir en faire, et de nouveaux managers, des expérimentés « Joe’s » Girardi et  Maddon aux novices Luis Rojas et David Ross. Alors peut-on imaginer Grandpa Rossi rallumer la flamme de Cubbies qui ont finalement conservé une grande partie de la fameuse équipe 2016, ou Terry Francona rejouer sa partition de la même année avec toujours Lindor et Ramirez, et les Bieber et Clevinger dans les rôles de Kluber et Bauer.

Trout
« Prenez tous mes titres de MVP, mais donnez moi de playoffs »

Les Phillies de Harper et Realmuto ne peuvent-ils pas rattraper le retard, tout comme les Mets, dans la foulée d’un de Grom dominateur, d’un Alonso qui confirme et d’un Cespedes renaissant ? Imaginons un instant que les Angels se transcendent sous l’influence du trio Rendon-Trout-Ohtani, ou que les Rockies se libèrent totalement pour combler au bâton le désavantage profond qui les plombe au lancer.

Là où les équipes qui sortiront de ce troisième groupe auront l’avantage du véritable outsider et absolument rien à perdre, face a des adversaires tous intrinsèquement supérieurs mais pas toujours beaucoup plus expérimentés. C’est – et ce n’est que mon avis – peut-être de ce groupe, plus que du second chapeau, que pourrait venir la divine surprise de cette saison !

4 – Une des équipes du futur explose en avance

Cast : Reds, White Sox, Padres

Nous parlons ici d’équipes qui compteront dans un futur assez proche, mais que l’on ne voyait pas forcement comme véritable contender dès la saison 2020, sur une saison à 162 matchs.  Qu’en est-il, des lors que l’on ne parle plus que de 60 matchs ? Les Reds possèdent aujourd’hui l’une des rotations les plus excitantes de toutes les Ligues Majeures autour du trio Castillo-Gray-Bauer, tandis que les White Sox ressemblent à un modèle quasi parfait de construction d’un futur géant, portés par une densité de top prospects et de futures superstars (potentielles) qui dépasse l’entendement.

Ces deux équipes, et les Padres, emmenés par un infield Hosmer-Profar-Tatis-Machado, une rotation qui monte dans le sillage de Paddack et un bullpen qui s’est renforcé en profondeur et devrait s’affirmer comme l’un des plus solides d’American League, devraient toutes au bas mot, être dans la course pour une Wild Card, qui sait ce que l’enthousiasme et la folie d’une dynamique pourraient ensuite créer.

b2905fb0-2d93-11ea-a5bf-f071ba181e3d
Luis Robert, la nouvelle nouvelle star du Nouvelle Star Ball Club de Chicago

4  bis – On aurait pu ajouter les Blue Jays et les Rangers a cette section 4 mais ce serait présomptueux. On aurait pu les coller dans la section 5 mais ce serait injuste. On les placera donc dans un No Man’s Land entre deux. Le projet des Blue Jays semble se mettre en route mais il est beaucoup trop tôt, celui des Rangers est illisible sur le long terme mais l’effectif est solide à défaut d’être séduisant. Ne jamais dire jamais

5 – « Bartolo Colon a bien frappé un Home Run… »

Cast : Giants, Mariners, Marlins, Orioles, Pirates, Royals, Tigers

J’ai évoqué en ouverture de cet article le scénario de Mariners répétant leurs deux premières semaines de 2020 et enchainant sur deux mois sans se laisser intimider. Le scénario n’est pas inimaginable, mais il reste un doux rêve pour la plupart de ces franchises.  Pour les Orioles et les Pirates en particulier, la situation est un peu plus simple : nope… Absolument pas… revenez dans 5 ans. Ou prenez les rênes pour les emmener en postseason, sur MLB The Show ou sur Out of the Park Baseball (pour moi, c’est les Orioles)

D’accord?  pas d’accord? A vous de jouer, nous attendons vos Tier Lists et vos commentaires sur nos réseaux sociaux. Et surtout, bonne saison 2020 à tous !

Tier List MLB

Et pour plus d’informations sur les forces en présence et la saison à venir, vous pouvez également écouter notre série de podcasts consacrés à la reprise de la saison :

Podcast #1 : La MLB est de Retour !

Podcast #2 : Preview des Divisions Centrales

Podcast #3 : Preview des Divisions Est

Podcast #4 : Preview des Divisions Ouest

Publié dans MLB

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s